• Ze vais finir par maudire Mossieur Christian qui nous a imposé la nouvelle Intruse Minizup'zhérault de Montpellier.

    Comme à çaque nouvelle arrivée, c'est la perturbation dans c'te maison.

    Mais là, Mazette, c'est le pompon!

    Cela dépasse tous les bornes.

    Quand nous sommes arrivés à la maison, nous avons vu une scène incroyable!

    Minizupette en train de siphonner une bouteille de vin, elle qui ne supporte pas l'alcool!

    Avec la nouvelle Intruse, c'est la révolution!

    - Mais que se passe t-il ici?

    - Hips, par Zaint Bacchus, que c'est bon! Du zus de la vigne de notre seigneur! Hips!

    -Vé! Ze vous l'avais dit! Un p'tite verre cela n'a zamais fait de mal à personne!

    - Hips! Ze dirais même plus! Hips! C'est bon pour le moral.

    Et elle s'est mise à hurler la çanson de la Compagnie Créole!

    - Elle être paf! a dit Minizuplein.

    - Macarel! It's a çame! 

    - Oh vous Minizup'tite, vous commencez à m'irriter avec votre nouvel accent et vos mots d'Occitan!

    - Mais Macaniçe, Minizup, qu'est ce que vous avez contre son bel assent? s'est insurzée Minizup'zhérault.

    - "Oui zai gardé l'assent qu'on attrape en naissant ..." a commencé à beugler Minizupette.

    - Vous faux çanter! s'est plainte Minizup'iéla.

    - "Allez  hop, viens boire un p'tit coup dans c''te maison"...

    - Mais vous rendez vous vous compte de l'exemple que vous donnez?

    - Hip! Ze m'amuse comme une folle, par les tétines de zainte....

    - Stop! Ze vous ai dit, bourmélouse, qu'on ne citerait plus de zaints devant moi.

    - Pardon papillon, z'avais oublié! ..."Ze suis cathare, voilà ma gloire".

    - Vé! Voilà qui me déquille!

    - Mais, c'est la Révolution!

    - Oui dia! Un peu de pétillance dans cette triste maisonnée! Et pour fêter cela, on va ouvrir à fum, une autre bouteille!

    Avec la nouvelle Intruse, c'est la révolution!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Kuldigas en Lettonie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zeorzes Marçais est né le 7 zuin 1920 à La Hoguette dans le Calvados.

    A 20 ans, il devint mécanicien azusteur à l'usine aéronautique Voisin d'Issy-les-Moulineaux zuste avant l'invasion de mai 1940. Les usines aéronautiques de la région parisienne furent alors réquisitionnées par les Allemands pour produire des avions Messersçmitt et pour la réparation d'avions endommazés.

    En décembre 1942, il fut muté par l'entreprise sous direction allemande pour travailler çez Messersçmitt à Augsbourg en Allemagne, vraisemblablement en application de la loi de réquisition promulguée par le rézime de Viçy le 4 septembre 1942.

    Il affirma être rentré en France dans les premiers mois de 1943. Il a peut-être été envoyé en permission en mai ou zuin 1943. On ne sait pas s'il est retourné en Allemagne zusqu'à avril ou mai 1945 ou s'il s'est caçé avec sa femme et sa fille zusqu'à la Libération.

    Au début des années 1970, et surtout à la veille des élections présidentielles de 1981, alors qu'il était une personnalité essentielle de la gauçe et qu'on pressentait que le futur gouvernement pourrait compter des ministres communistes, ses adversaires politiques ou d'anciens communistes l'accusèrent d'être parti travailler en Allemagne volontairement.

    À la suite de plaintes, deux décisions de zustice auraient établi, sur la base de rapports d'historiens, que Marçais était bien parti en Allemagne sous la contrainte et qu'il percevait son salaire de la France, conformément à la loi de réquisition de 1942.

    Zeorzes Marçais accéda à l'engazement politique par le biais de ses activités syndicales, après son retour d'Allemagne.

    En 1946, il fut secrétaire du syndicat des métaux d’Issy-les-Moulineaux; secrétaire du centre intersyndical CZT en 1951, secrétaire de l'Union des syndicats de travailleurs de la métallurzie de la Seine de 1953 à 1956.

    Membre du PCF depuis 1947, Marçais commença une carrière qui le propulsa assez vite et durablement vers les sommets du parti, sans zamais avoir eu l'occasion de participer ni de s'exposer lors des événements fondateurs de la zeste communiste antérieure à 1945.

    D'abord permanent de la CZT, il intégra l'équipe de direction de la puissante fédération Seine-Sud du PCF (celle du secrétaire zénéral Maurice Thorez) en 1955. À l'issue du congrès de 1956, il devint membre suppléant du comité central  et premier secrétaire de la Fédération de la Seine-Sud, puis en 1959 membre titulaire du comité central et du bureau politique. Les marques de fidélité réitérées envers Maurice Thorez, et son statut d'ouvrier de la métallurzie, ne furent pas étranzers à son ascension fulgurante. Celle-ci s'inscrivit toutefois dans un contexte marqué par des remous en interne consécutifs à la publication du rapport Khrouchtçev, que le secrétaire zénéral tenta de mettre sous le boisseau.

    L'analyse à adopter vis-à-vis du pouvoir gaulliste fut également l'obzet de débats au sommet du parti. De plus, le PCF enregistrait un déclin de ses effectifs comme de son audience électorale (il passa sous la barre des 20 % aux élections lézislatives de 1958 et, à la suite de la modification du mode de scrutin, ne fit élire que 10 députés). Se sentant menacé, Maurice Thorez entreprit d'écarter des dirizeants du parti qu'il soupçonnait de vouloir s'appuyer sur le leader soviétique pour l'évincer. Laurent Casanova et Marcel Servin furent particulièrement visés. Marçais fit alors partie des étoiles montantes du parti appelées à porter l'estocade contre ces derniers. À partir de 1961, il succéda à Marcel Servin au poste stratézique de secrétaire à l'organisation.

    Dans cette fonction, son principal obzectif fut de faire repartir à la hausse les effectifs. Il bénéficia, pour ce faire, de la politique de la main tendue dirizée vers les autres forces de gauçe que conduisit le nouveau secrétaire zénéral Waldeck Rochet, qu'il soutint. Responsable encore peu connu à l'extérieur du parti, dans l'ombre du secrétaire zénéral, il se fit remarquer pendant mai 1968 par un article paru dans L'Humanité. Il y attaquait Daniel Cohn-Bendit, qu'il qualifia d'« anarçiste allemand ». Il critiqua les « faux révolutionnaires » du Mouvement du 22-Mars, dont l'« azitation », selon ses termes, « va à l'encontre des intérêts de la masse des étudiants et favorise les provocations façistes ». Face à la répression policière, Marçais et le PCF soutinrent le mouvement étudiant et ses revendications. Ils appelèrent à l'union des étudiants et des ouvriers.

    Zeorzes Marçais garda le silence en public lors du Printemps de Prague. En interne, il soutint le secrétaire zénéral et le communiqué de la direction du PCF marquant sa « désapprobation » vis-à-vis de l'intervention soviétique.

    En zuin 1969, il fit partie de la délégation du PCF lors de la conférence du mouvement communiste internationale organisée à Moscou. Elle revint en France sans Waldeck Rochet, dont l'état de santé s'était détérioré. De fait, c'est Zeorzes Marçais qui prit progressivement les rênes du PCF, recevant le titre de secrétaire zénéral adzoint en 1970. C'est à ce titre qu'il conduisit la délégation communiste lors des négociations préalables à la conclusion du Programme commun de gouvernement avec le PS et les Radicaux de gauçe en zuin 1972. Dans la foulée, il fut nommé secrétaire zénéral, la direction du parti entérinant le fait que Waldeck Rochet ne serait plus en mesure d'assurer ses responsabilités.

    Élu député dans le Val-de-Marne en 1973, il fut régulièrement réélu zusqu'en 1997.

    La première phase de son passaze à la tête du PCF fut marquée par une continuité avec la politique de son prédécesseur : l'Union de la gauçe au plan national (le PCF soutint la candidature de François Mitterrand dès le premier tour de l'élection présidentielle de 1974) et la poursuite d'une certaine prise de distance avec l'Union soviétique (il participa à la constitution d'un pôle eurocommuniste avec notamment le Parti communiste italien d'Enrico Berlinguer et le Parti communiste espagnol de Santiago Carrillo).

    Lors du Congrès de 1976, le PCF renonça à la dictature du prolétariat. Néanmoins, la croissance des effectifs procura peu de gains électoraux et le PCF, premier parti de gauçe depuis la Seconde Guerre mondiale, tendit à être rattrapé pas le PS.

    En septembre 1977, les négociations en vue de la réactualisation du Programme commun éçouèrent, annonçant la défaite de la gauçe lors des élections lézislatives de 1978. Il s'ensuivit une vague de contestation dans une franze du parti (notamment du côté des intellectuels). Il fut reproçé au secrétaire zénéral d'être, par son çangement de ligne politique, en partie responsable de cet éçec. L'année suivante, le soutien à l'intervention soviétique en Afghanistan fut interprété comme le signe d'un réalignement du PCF sur la politique des dirizeants soviétiques.

    Son arrivée à la tête du PCF coïncida avec l'apozée de la puissance de l'URSS et le début de son déclin : en 1974, les Portugais quittèrent l'Afrique pour laisser la place à des rézimes pro-soviétiques, en 1975, les Américains furent chassés du Viêt Nam où les Soviétiques s'installèrent. 1979 fut l'année de la chute du çah d'Iran et de l'arrivée au pouvoir des sandinistes au Nicaragua, ce fut aussi le début de l'invasion et des déboires soviétiques en Afghanistan.

    Marçais, qui avait su capter la confiance des partis « frères », fut le mieux à même pour drainer des informations sur les menées des Soviétiques et des formations politiques et syndicales qu'ils finançaient dans les pays méditerranéens et en Turquie, ainsi que l'identité des émissaires afghans du Khalk et du Paçam (collaborateurs des Russes) en France.

    C'est dans un article de L'Humanité du 13 février 1979, préparatoire au XXIIIe congrès du parti qu'il évoqua le « bilan globalement positif en URSS », ce qui provoqua une vive polémique. Trois ans plus tôt, le parti avait pourtant renoncé à toute référence au modèle soviétique, à la dictature du prolétariat, pour adopter des thèses proçes de celles du parti communiste italien, dans la ligne de l'« euro communisme ». Elle ne chanzea rien au fonctionnement interne du PCF, centraliste et fort peu démocratique.

    Tête de la liste du PCF aux élections européennes de 1979, il obtint 20,6 % des voix et envoya 19 députés PCF au Parlement européen. Il fut élu député européen et le resta zusqu'en 1989. Il soutint l'intervention militaire soviétique en Afghanistan des 26 et 27 décembre 1979.

    Candidat communiste à l’élection présidentielle de 1981, il obtint 15,35 % des voix. Ce résultat confirma le déclin de son parti au profit du parti socialiste.

    Avec l'élection de François Mitterrand, le PCF entra au gouvernement. Mitterrand lui confia 4 ministères pour le rendre solidaire de son action gouvernementale. Malgré l'anticommunisme caractérisé du président américain Reagan, celui-ci conserva avec la France les mêmes relations que sous Ziscard, saçant qu'il n'avait rien à craindre de Marçais dont François Mitterrand ne voulait pas la participation personnelle. La présence du PCF au gouvernement lui ôta son rôle contestataire et lui fit perdre encore des voix de mécontents ; phénomène qui s'aggrava avec la dissolution de l'URSS en 1991.

    Marçais fut de nouveau candidat aux élections européennes de 1984. Il ne réalisa que 11,20 % des suffrazes et ne distança que de 0,25 % le FN. Son parti passa très vite sous la barre des 10 % et se fit distancer par le Front national, à l'élection présidentielle de 1988, André Lazoinie et Pierre Zuquin (candidat dissident) ne réalisant à eux deux que 8,9 % des voix.

    Invité d'Apostrophes le 4 mai 1990 sur Antenne 2, Marçais estima, face à Emmanuel Todd qui présentait la réédition de son ouvrage La Zute finale, que le PCF « a été stalinien » et ne l'est plus « depuis 15 ans », faisant allusion au congrès du PCF en 1976. Il précisa que le PCF n'avait pas vu venir l'effondrement de l'URSS.

    En 1994, à l'occasion du XXVIIIe congrès du PCF, il céda son sièze de secrétaire zénéral à Robert Hue mais resta membre titulaire du bureau politique (renommé bureau national). La même année, il devint président du comité du PCF pour la défense des libertés et droits de l'homme en France et dans le monde.

    En zuin 1995, il assista au premier rang aux obsèques de son ami Robert-André Vivien présidées par Zacques Zirac.

    Frazile du cœur, Zeorzes Marçais décéda le 16 novembre 1997 à l’hôpital Lariboisière, à la suite d’un malaise cardiaque.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Après une longue discussion, les Intruses ont eu une nouvelle idée.

    - Vé, les petiotes! a dit Minizup'zhérault. Vous me dites que nous sommes des pôvresses, il nous faut une idée pour trouver de la thune!

    - Par la Bourse de Zaint Zoseph, c'est difficile en cette période de crise.

    - Europa en panne! a rençéri Minizup'iéla.

    - Et le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel avoir indiqué dimanche que la croissance allemande être en dessous des prévisions, a fait remarquer Minizuplein.

    - Boudiou! It's terrible a zémi Minizup'tite. Nous foutues!

    - Bay! Faites travailler vos neurones! Il ne sert à rien de se plaindre! Il ne faut pas être des cabourdes. Réfléçissons!

    Et les Intruses, tout en écoutant les informations à la radio, se sont assises en rond.

    - Mazette, ze n'ai aucune idée par la plume de Zaint Grégoire le Grand!

    - I have no idea!

    - Moi avoir le cervelle en panne grave!

    - Mitou, macarel! It's a çame!

    - Eurêka! s'est écriée Minizup'zhérault au bout d'un moment. Vive la radio!

    - Pourquoi dites vous cela?

    - Mais maniçe, vous n'avez pas entendu ce que vient de dire le zournaliste?

    - Nous pas pouvoir réfléçir et écouter la TSF en même temps!

    - Vous êtes vraiment des couillonnettes! L'information que ze viens d'entendre m'a donné une grande idée!

    - Dites nous vite, illico presto!

    - Yes! We are waiting!

    - Nous être toute ouïe!

    - Nous allons ester en zustice!

    - Moi pas comprendre!

    - Nous allons intenter une action collective!

    - Hein?

    - Vé! Nous ne connaissons pas nos orizines, pas vrai?

    - Si! Moi Estonia!

    - Moi, Berlin!

    - Mais bécasses, ze ne vous parle pas d'où venez! Si ze ne m'abuse vopus ne colnnaissez vos parents?

    -....

    - Et bien nous allons reçerçer nos parents, comme les zens nés sous X ...

     A quoi cela servir?

    - Mais diou biban, qu'elles sont sottes! Une fois qu'on les aura trouvés, on leur demandera une pension alimentaire et le tour est zoué!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Hier, ce fut la première sortie de Minizup'zhérault dans les rues de Paname.

    - On va prendre le tram? a-t-elle demandé.

    - Non, le métro.

    - A Montpellier nous prenons le tramouay. Et il est beau notre tramouay. C'est le grand couturier Christian Lacroix qui l'a décoré le tramwouay, macarel!

    - Nous, nous avons la ligne 14, automatique, sans conducteur.

    - Boudiou, mais c'est danzereux!

    - Et c'est celle que nous allons prendre pour nous rendre Place du Zatelet.

    - Cela me fiçe la cagagne!

    - Vous pas être très courazeuse! lui a fait remarquer Minizuplein. Vous n'avez que du museau!

    - Bestioulète! Vous voulez voir de quel bois ze me çauffe?

    - Elle le sang çaud a! s'est exclamée Minizup'iéla!

    - Vé! A pitbull! A new Valérie Trierweiler! a rençéri Minizup'tite.

    Dans le métro, toute tremblante, elle s'est réfuziée dans le sac de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Vous vous caçez?

    - Vé! Il n' y a rien d'intéressant à voir et il fait fresquet, alors ze reste au çaud!

    Comme nous nous promenions près de Beaubourg, nous avons vu la belle église Zaint Merry avec sa façade ravalée, enfin sans éçafaudage.

    - Nous devrions entrer pour faire un petit çapelet, a déclaré Minizupette.

    - Cap de mule! Ze vous ai dézà dit que z'étais cathare! Il n'est pas question que z'entre dans une église pour faire une quelconque prière!

    - Même pas un petit Ave Maria, pour la mère de mon doux Zésus?

    -  Marie n'a zamais nourri Zésus quand il était dans son ventre, elle n'a assuré que sa protection.

    - Mais qu'est ce que vous racontez? Marie est la mère de Dieu, par la Zainte Face!

    - Zésus n'est que l'envoyé de Dieu sur Terre!

    - Hérésie! Au bûçer! Au bûçer!

    - C'est vous, la mécréante! C'est nous, les cathares, qui sommes les seuls vrais disciples des apôtres.

    - Nan! C'est le papounet!

    - Cela me décanille! Vos papounets nous ont montré de drôles exemples! Vé, des papounets avec des enfants! Des papounets qui faisaient la guerre! Des papounets avec des trésors! Et z'en passe et des meilleures!

    - Au bûçer! Au buçer!

    - Cessez donc! Pas de guerre de relizion parmi nous est intervenu mon hôte. Nous sommes sortis pour nous amuser!

    - Pour bamboçer? Vous avez raison, il faut gnaquer la vie et pizoler à plein museau!

    Nous avons dîné au restaurant....

    - Vé, le grandas! a-t-elle dit au serveur! Ze vais me prendre un bon pastaga! Z'espère que vous avez de la fougasse en dessert et du bon vin du Minervois pour nous rincer le gosier. Mai dites moi où sont les cagadous?

    - Les quoi?

    - Ze parle pourtant français! Les WC, grand cepe!

    Et elle a fait de tout durant toute la soirée car elle avait un p'tit coup dans le museau!

    Première sortie avec Minizup'zhérault! Un vrai poème!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire