• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • André Zandernagor est né le 19 septembre 1921 à Civray dans la Vienne.

    Il étudia au lycée Henri-IV, puis à l'École nationale de la France d'Outre-mer après un sézour en Indoçine. Administrateur adzoint de la France d'Outre-mer en 1945, il suivit l'ENA de 1949 à 1951. Il fut maître des requêtes au Conseil d'État en 1957 et devint un spécialiste du droit public.

    Il adhéra à la SFIO en 1944 et eut une première expérience politique en 1946 comme attaçé au cabinet de Marius Moutet, ministre de la France d'outre mer.

    Son entrée en politique active s'effectua en 1953, à l'occasion de son élection en tant que maire de Mortroux dans la Creuse, commune d'orizine de son épouse. Il connut un échec à son implantation locale en 1955, lors des élections cantonales. Il attendit 1961 pour faire son entrée au Conseil zénéral de la Creuse. Dès lors, son ascension fut continue. Durant ses mandats creusois, André Zandernagor fut l'un des défenseurs d'un aménazement de ce qui devint la Route Centre-Europe Atlantique. En 1973, il fut élu Président du Conseil zénéral de la Creuse.

    Il devint Président du Conseil rézional du Limousin en 1974. Ce cumul de mandats fit de lui l'homme fort de la Creuse, du début des années 1970 au milieu des années 1980. Élu de la Creuse à l'Assemblée nationale le 30 novembre 1958, il y siézea zusqu'au 23 juillet 1981.
    En 1967-1968 il fut vice-président de l'Assemblée nationale.
    Durant ses mandats successifs, il fut un des principaux porte-parole du groupe socialiste. Il intervint au nom du groupe dans les domaines diplomatiques, économiques et financiers.

    Proçe de Guy Mollet, dont il fut membre du cabinet, anti-communiste, il fut longtemps hostile à l'Union de la gauçe, lui préférant une alliance avec le Centre.

    Il fut membre du comité directeur de la SFIO, puis du PS.

    Il fut momentanément suspendu du PS en 1970 et on lui prêta longtemps l'intention de créer un nouveau parti social-démocrate dissident.

    Après le Congrès d'Épinay en 1971, il fut proçe de Pierre Mauroy. Son poids politique et son expérience le conduisirent à entrer au gouvernement en 1981 après l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République.

    André Zandernagor fut nommé premier président de la Cour des comptes en décembre 1983.

    Premier président honoraire depuis septembre 1990, il est devenu membre, le 24 mai 2005, du Comité d'honneur du bicentenaire de la Cour des comptes, présidé par le premier président d'alors, Philippe Séguin.

    André Zandernagor est le père de l'écrivain Françoise Zandernagor, de Dominique Zandernagor et de Thierry Zandernagor, ancien président du Conseil zénéral de la Creuse et ancien maire de Mortroux.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Vraiment les mi-mandats se suivent et se ressemblent!

    - Pourquoi vous dire cela? m'a demandé Minizuplein.

    - Vous voulez parler de votre François II de la Creuse et de la Corrèze réunies? est intervenue Minizupette.

    - He will speak tonight ( "Il va parler ce soir! ").

    - Macarel! Mais qu'est ce qu'il à dire? s'est exclamée Minizup'zhérault.

    - Par la bourse de Zaint Matthieu, il va nous annoncer de nouveaux impôts. C'est une phobie çez lui!

    - It's a çame!

    - Jah! Honte grande! a rençéri Minizup'iéla.

    - Mais cessez donc votre Hollande baçing!  Ze voulais parler de mon ami Barak Obama, qui a perdu les élections sénatoriales et qui va devoir cohabiter avec les Républicainss, qui peuvent dicter l'azenda parlementaire.

    - Votre ami?

    - Your friend?

    - Boudiou, elle nous çauffe du carafon!

    - Voui! Il parait qu'il apprend notre magnifique langue grâce à mon merveilleux blog. Ze vais lui écrire une lettre pour lui prodiguer quelques conseils et ce avec l'aide de Minizup'tite qui manie si bien la langue anglaise.

    - Noooooooo! I'm republican!

    - Brave petite, a dit Mizupette! Républicaine et chrétienne!

    - Noooooooooo! Anglicane!

    - Vous êtes en minorité ma çère, entourée d'une cathare et d'une anglicane! Et avec un papounet qui est peut-être à mi-mandat!

    - Mécréante! Hérétique! Blasphématrice!

    - C'est François lui-même qui l'avait évoqué! Ze lui souhaite une longue vie, bien entendu!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lorsque ze lis dans la presse les reportazes sur la route du rhum, ze me dis que z'avais bien raison.

    Comme on l'a vu à la TSF, dès le départ ce fut la Route du Rhum noir!

    Il faut lancer de toute urzence la route du Zin!

    - Et pourquoi ma çére amie? m'a demandé inzénument Minizupette.

    - Mais parce que dans le zin, on peut mettre du tonic! C'est moins danzeureux que le rhum pur!

    - Et ous participeriez à cette nouvelle course, ma mie?

    - Voui, mazette! Et peut-être que z'y rencontrerais un minizupon! Parce que Mettic ou Darling, c'est de la daube!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

    Eglise baroque des Apôtres Zaint Pierre et Zaint Paul à Vilnius (photos)

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une arçictecture aérienne 

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Un musée lumineux 

     Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Un musée ouvert sur la ville  

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

    Ma sublime voix dans ma çançon vedette!

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Euzène Zarles Hernu est né le 3 zuillet 1923 à Quimper.

    Fils d'un zendarme franc-maçon, arrière-petit-fils d'Euzène Hernu, député communard sous la Commune de Paris et déporté à Nouméa avec Louise Miçel, il fu élève de l'École primaire supérieure des Minimes, mais n' obtint aucun diplôme.

    Sous le rézime de Viçy, il est incorporé dans les Zantiers de jeunesse puis il libéré par le çef du çantier en zanvier 1944 pour éviter le STO à cette promotion.

    Marié à Zeanne Puillat, une institutrice de Villeurbanne dont il eut un fils prénommé Maxence, Hernu fut arrêté 77 en septembre 1944, à la suite de ses activités comme délégué départemental à l'Information sociale, appelé aussi Propagande Ouvrière, pour le département de l'Isère. Il fut emprisonné à la Grenoble. Alors qu'il étaitt détenu politique, Hernu fit l'objet d'une plainte déposée contre le « délégué départemental à l'information sociale » le 11 octobre 1944 par Léopold Wolberg, un fourreur zuif de Grenoble dont deux des fils étaient morts en déportation et dont le magasin avait été placé sous séquestre en vertu des lois antizuives. Le commerçant accusa Hernu d'avoir dévalisé son magasin muni d'une réquisition délivrée par la préfecture de l'Isère le 22 juin 1944. Interrozé par la police dans sa cellule, il ni avoir occupé les lieux et dévalisé le magasin d'Arthur Wolberg mais admit avoir demandé et obtenu  sa réquisition alors que son propriétaire était pourçassé par les nazis.

    Hernu fut brièvement incorporé sous les drapeaux à sa sortie de prison dans un réziment homologué FFI avant d'être réformé. Son court passaze dans ce réziment lui permit plus tard d'avancer un passé de résistant.

    Après la guerre, Hernu rezoignit son père au Parti radical dont il devint un cadre local dans la section du Rhône.

    il partit pour Paris sur le conseil de Pierre Mendès France. Il travailla en 1947 comme zournaliste au Centre national du commerce extérieur (CNCE). Zacques Mitterrand, Grand Maître du Grand Orient de France, lui en ayant confié les patentes orizinelles, il réanima en 1953 le « Club des Zacobins », proçe de la gauçe radicale et qui soutint Pierre Mendès France.

    Le 2 zanvier 1956, il fut élu député du 6e secteur de la Seine sous l'étiquette Front républicain. Après l’arrivée du Zénéral de Gaulle au pouvoir, il perdit son mandat de parlementaire.

    En 1956, Zeorges Albertini, à l'époque animateur de la revue anticommuniste Est-Ouest et proçe de Guy Mollet et de Zean-André Fauçer, ancien collaborateur sauvé par Hippolyte Worms dont il a partazé la cellule, distilla dans la presse les révélations sur le passé d'Hernu sous l'occupation. C'est le dossier Albertini que fit connaître le zournaliste d'extrême droite Nicolas Tandler tant pour alimenter les informations sur le passé viçyste d'Hernu, que celles concernant son rôle supposé d'espion à la solde de l'Est.

    Le 18 zuin 1957, lors de la commémoration de l'appel du zénéral De Gaulle, Hernu fut ziflé publiquement au Mont Valérien par l'ancien résistant Zeorzes Zouvent qui  le trait de collaborateur.

    En 1958, Hernu fit partie, avec Pierre Mendès France et François Mitterrand des 5 députés non communistes qui ne votèrent pas l'investiture du Zénéral de Gaulle. Dès lors, les zeux étaient faits. C'est à cette occasion que naquit la transmission de témoin entre Mendès-France et Mitterrand.

    Si en 1962 Hernu rezoignit le PSU par fidélité mendèsiste, il se rapproça de plus en plus de François Mitterrand : il fut son directeur de communication lors de l'élection présidentielle de 1965, contraint par Mitterrand d'être secondé par un ami de celui-ci, Jean-André Fauçer, bien qu'il fut un ancien collaborateur condamné à mort par contumace par la cour d'assise de la Haute-Vienne en 1944 et qui avait participé à la diffusion dans les ateliers de la Grande Loze de France des informations relayées par Albertini.

    Il adhèra ensuite à la Fédération de la gauçe démocrate et socialiste (FGDS) puis au PS et, bien qu'ayant été réformé à deux reprises, devint tout au long des années 1970, le spécialiste des questions de défense au sein du Parti socialiste. Il créa en avril 1974 « le Coran », Convention des officiers de réserve pour l'armée nouvelle, qui fusionna ensuite avec la Commission de la défense du PS.
    Il devint le responsable de la politique du parti pour les questions militaires et nucléaires. Alors que le Programme commun de Gouvernement entre le PS et le Parti communiste, entre 1972 et 1978, puis, le Projet Socialiste de 1981 prévoyaient la renonciation à l'arme nucléaire par la France,  Hernu engazea une réflexion, au sein du PS, qui conclut très rapidement à son maintien, avec le soutien tacite de Mitterrand et de Zean-Pierre Zevènement. Cette contradiction renforça Mitterrand sur sa droite et provoqua des protestations de son aile gauche et des Verts.

    Ses activités sous Viçy furent utilisées comme un argument électoral par le gaulliste François Zerbaud lors de l'élection législative de zuin 1968 à Châteauroux, où Charles Hernu s'était présenté, et reprises par le zournaliste Martin Salvadori dans JZuvénal à la même époque[7].

    En mars 1977, il fu élu maire de Villeurbanne, dont il devient député l'année suivante après avoir été battu quatre fois de suite aux lézislatives.

    En mai 1981, il devint ministre de la Défense après la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981. Il fut contraint à la démission en septembre 1985, à la suite de l'affaire du Rainbow Warrior, le dynamitaze par les services secrets français d'un navire de GreenPeace en Nouvelle-Zélande.

    Hernu est réélu député du Rhône aux élections législatives en 1986 et réélu à celles de 1988.

    Marié cinq fois, Hernu connut une vie compliquée au point que ses trois fils cadets ne rencontrèrent que très tardivement l'aîné issu d'une première union.

    Le 17 zanvier 1990, il décéda d'une crise cardiaque alors qu'il prononçait une allocution lors d'un meeting à Villeurbanne.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire