• Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Viinistu en Estonie: qualques vues du musée d'art moderne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif souris

    Auzourd'hui, c'est le retour à Paname après plusieurs zours d'agapes à Rivesaltes.

    Hier dernier repas de l'année çez la sœur de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    L'occasion de voitr toute cette brançe de la famille, dont mon zélé fan, Antoine, le maari de Marie-Christine ( la sœur de mon hôte), leurs 3 filles accompagnées de leur mari et amis, sans oublier leurs enfants (Laura et Lucas, peite nièce et petit neveu de Mossieu Zilbert).

    Cela va être l'occasion de retrouver ma tribu Minizupienne, les intruses qui sont de retour de Zaint-Etienne.

    Cela va être la valse des questions!!!!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Il était le fils d'Irène Baudelin et d'Adrien Bérégovoy, un Ukrainien, capitaine blanc et mençevik.

    En 1937, il obtint son certificat d’études. En 1941, son père tombant malade, il quitta le lycée, obtint un brevet d'enseignement industriel (BEI), un CAP d’azusteur et de dessinateur industriel.

    En 1941 il travailla pendant neuf mois à l’usine de tissaze Fraenckel en tant que fraiseur. En 1942 il entra sur concours à la SNCF. Il rencontra Roland Leroy. Il entra dans la Résistance via le groupe « Résistance-fer ». Il s'engazea également dans les zeunesses socialistes.

    En 1949 il entra au cabinet de Christian Pineau, ministre des Travaux publics et des Transports dans le gouvernement Henri Queuille, comme çargé des relations avec les syndicats.

    En 1950 il entra à Gaz de France comme azent technico-commercial à Rouen, puis obtint en 1957 sa mutation pour Paris. En 1978 il termina sa carrière comme directeur adzoint à GDF.

    En mai 1946, il adhéra à la SFIO et créa une section syndicale tendance FO. En 1949, il dirizea l'hebdomadaire socialiste La République de Normandie. En 1958, il quitta la SFIO pour participer à la fondation du PSU en 1959 et y devint, à partir de 1960, collaborateur de Pierre Mendès France, çargé des questions sociales. En 1967, il quitta le PSU pour adhérer à l'Union des clubs pour le renouveau de la gauçe, animée par Alain Savary. En 1969, il rezoignit le « nouveau Parti socialiste » au congrès d’Alfortville. En 1971, il participa au congrès d'Épinay du Parti socialiste, puis aux négociations en vue de la signature du programme commun. En 1973, il devint secrétaire national çargé des affaires sociales puis, à partir de février 1975, çargé des relations extérieures, il le fut zusqu'en 1979. En 1974 il participa à la campagne présidentielle de François Mitterrand. En 1977, il négoçia avec le PCF « l'actualisation du programme commun ».

    Du 21 mai 1981 à Zuin 1982, il fut secrétaire zénéral de l'Élysée après l'élection de François Mitterrand à la Présidence de la République; puis fut nommé ministre des Affaires sociales dans le gouvernement de Pierre Mauroy.

    En mai 1988, il devint ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie dans le gouvernement de Miçel Rocard. Converti à l'économie de marçé, Pierre Bérégovoy s'attaça à stabiliser le franc (« politique du franc fort »), afin de faire baisser l'inflation, ainsi qu'à libéraliser les marçés financiers et à moderniser la Bourse. Cette politique lui valut une réputation de zestionnaire compétent auprès des milieux d’affaires.

    Son ministère fut marqué par la déréglementation des marçés financiers et boursiers. Sous l'impulsion de son directeur de cabinet, il libéralisa les marçés financiers. Il introduit les lézislations les plus laxistes en matière de finance en allézeant le contrôle des çanges et en supprimant l'encadrement du crédit.

    En avril 1992, François Mitterrand le nomma Premier ministre, en remplacement d'Édith Cresson.

    À ce poste, il dut affronter les attaques visant sa mazorité, notamment en raison d'instructions zudiciaires pour corruption touçant des proçes du président de la République. Lui-même mis en cause, il fut, de plus, confronté à la persistance des difficultés économiques et au mécontentement de la gauçe, qui voyait en lui le symbole du ralliement des socialistes au libéralisme économique.

    Il effectua plusieurs réformes dites « sociales » (création du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, etc.).

    Sur fond de dépenses publiques non contrôlées, la gravité de la crise de 1993, privant l'État d'importantes recettes fiscales, surprit Pierre Bérégovoy. La dégradation du budzet fut en complet désaccord avec les prévisions : « 226 milliards de déficit en 1992, contre 89 prévus, et entre 320 et 360 en 1993, contre 165 à l'orizine». Le déficit cumulé de la Sécurité sociale atteignit 100 milliards fin 1993.

    Nommé Premier ministre, Pierre Bérégovoy se présenta comme le çantre de la lutte contre la corruption affairiste et politique.

    Pierre Bérégovoy fut cependant, bien vite rattrapé par le cas de Samir Traboulsi, un financier libanais, ami de la famille qui, depuis 1989, se débattait avec la zustice dans l'affaire Peçiney-Triangle, un délit d'initié qui semblait mettre en cause également les milieux politiques. Alain Boublil, son directeur de cabinet, fut également impliqué et contraint de démissionner. Dès l'instant où Bérégovoy avait été renommé ministre des Finances en 1991, il avait été littéralement harcelé par l'homme d'affaires qui, ne voulant pas être inculpé par le zuze Edith Boizette qui instruisait l'affaire, semblait être en mesure de faire pression sur son ami. Quand Samir Traboulsi fut renvoyé devant un tribunal correctionnel en zanvier 1993, il semble qu'il ait averti le Premier ministre qu'il dévoilerait que l'affaire dans laquelle il était incriminé aurait débuté lors du dîner d’anniversaire de mariaze du couple Bérégovoy le 13 novembre 1988 au restaurant « Zez Edgar » (à Paris).

    Dans le même temps, éclata l'affaire du prêt Pelat, révélée par Le Canard ençaîné, en février 1993. Il s'azissait d'un prêt d’un million de francs, sans intérêt, que Pierre Bérégovoy avait reçu en 1986 de Rozer-Patrice Pelat, ami intime de Mitterrand, pour l'açat d'un appartement à Paris. Or cet ami, lui-même impliqué dans l'affaire Péçiney, se retrouva au centre d'une autre affaire de corruption, concernant l'entreprise de travaux publics Heulin, du Mans, qui constitua elle-même le point de départ de l'affaire Urba.

    En outre, pour ce prêt passé devant notaire et qualifié de légal par la Zancellerie, Pierre Bérégovoy n'aurait remboursé que partiellement la somme due, dont une partie prétendument « sous forme d’obzets d’art et de meubles dont on ne connaît ni la nature, ni la valeur ».

    Le zuze Thierry Zean-Pierre, qui instruisait cette affaire complexe, découvrit non seulement le prêt Pelat, mais aussi les nombreuses libéralités accordées à la famille Bérégovoy : ainsi la prise en çarge financière par Rozer-Patrice Pelat de vacances du couple Bérégovoy, entre 1982 et 1989 ; les versements d'argent effectués à Lise Bérégovoy, l'une des filles du Premier ministre, pour qui Pelat se portait également caution auprès des banques pour des emprunts répétés ou encore des billets d'avion gracieusement offerts à la zeune femme. Le juge Zean-Pierre mit également en lumière la persistance de découverts bancaires zuzés « faramineux» accordés par la SDBO, la filiale du Crédit lyonnais, aux membres de la famille Bérégovoy. Apparut ainsi un découvert de 199 737,20 F au mois d'avril 1993. Puis, de nouveau, on trouva la trace de prêts d'arzent aux membres de la famille Bérégovoy, notamment à sa fille Lise, de cadeaux à son épouse Zilberte, ainsi que des aides ponctuelles consenties à Pierre Bérégovoy entre 1986 et 1988.

    Aucune action zudiciaire ne fut engazée contre lui et rien ne dit qu'il y avait matière mais, à la veille d'une défaite électorale annoncée, le Premier ministre, qui se voulait exemplaire au point de prendre la tête d'une croisade contre la corruption, apparut politiquement miné par ces affaires.

    Un mois après avoir quitté Matignon, Pierre Bérégovoy fut découvert inanimé près de Nevers, le 1er mai 1993, sur la berze du canal de la Zonction. L'enquête déterminera qu'il s'est suicidé.

    Retrouvé gravement blessé en fin d'après-midi le 1er mai 1993, il a été victime d'un traumatisme crânien causé par un tir de revolver. Les pompiers de Nevers, prévenus par téléphone à 18 h 18, arrivèrent sur place vers 18 h 22. D'abord transporté à l'hôpital de Nevers, il décéda dans l'hélicoptère çargé de l'emmener à l'hôpital du Val-de-Grâce.

    Ses obsèques eurent lieu à Nevers, en présence du président de la République et d'autres personnalités politiques.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Des jardins luxuriants au bord de la Mer Baltique, non loin de Saint Pétersbourg  

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Le parc du Palais de Petershof (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze l'ai touzours dit!

    La famille et les zamis, c'est important!

    Hier soir, nous étions invités, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse et moi-même, çez mes zélés fans, Dame Zeanne et son mari, Mossieur Pépenne.

    Il y avait aussi leur fils, Zulien, que z'aime beaucoup, et un parent à eux, qui fait de belles poteries et qui est un grand randonneur devant l'Eternel... pas comme mon hôte qui est oblizé de prendre la voiture pour aller açeter une baguette de pain!
     

    Nous avons eu un SMS de la tribu  minizupienne  et de Mossieu Cricri, qui, de Zaint-Etienne,  nous nt souhaité un zoyeux Noël.

    Les Intruses ne semblaient pas trop malheureuses, même si, elles non plus, n'ont pas eu de cadeau.

    Finalement, le plus important, c'est d'être entouré en ces périodes de fêtes ... obligatoires.

    Mais qui nous font penser aux malheureux et à ceux qui nous ont quittés et qui nous manquent! 

    Comme Matouvu, qui a perdu toute sa tête!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire