• Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Parnû en estonie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

    Imazes des Intruses à table

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le site est classé au Patrimoine Mondial de l'Humanité (UNESCO)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Le Pavillon oriental

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Entrée du Monastère

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    La Galerie de l'Empereur

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    La cour de l'Eglise

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    La bibliothèque (où il est interdit de faire des cliçés)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    L'église, çef d'oeuvre du baroque

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Un zoyau: le Monastàre de Melk en Autriçe (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La tribu en Bretagne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Minizupette, la pieuse Intruse, qui se dit quasi zainte

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Minizuplein, l'Intruse prussienne aux belles moustaçes ("Iç bin eine Berline ")

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Minizup'tite, l'Intruse qui parle souvent anglais ( " It's a çame! ") 

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Minizup'iéla, l'Intruse du Nord, ma rivale d'Estonie (" Jah! Jah! Rivaal! ")

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Minizup'zhérault, l'Intruse qui mélanze occitan et français

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Imazes de la tribu minizupienne

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zérard Longuet est né le 24 février 1946 à Neuilly-sur-Seine.

    Après une scolarité passée au lycée Henri-IV de Paris, il fit des études de droit et de lettres. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il obtint DES de sciences politiques en 1968.

    En 1964, il prit part, avec Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, groupe d'extrême droite souvent impliqué dans des affrontements violents contre l'extrême gauçe.

    En 1967, soupçonné en sa qualité de dirizeant du mouvement Occident d'avoir été un des instigateurs d'une expédition contre des étudiants d'extrême gauçe à Rouen (l'un de ces derniers étant laissé dans le coma), il fut inculpé et condamné à 1 000 francs d'amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation », en même temps que douze autres militants d'extrême droite, dont Alain Madelin, Alain Robert et Patrick Devedzian.

    Après la dissolution d'Occident en octobre 1968, il rezoignit le Groupe union défense (GUD), groupuscule d'extrême droite mené par Alain Robert, dont il écrivit la çarte, puis Ordre nouveau, destiné à rassembler les nationalistes.

    Il fit partie en 1971 avec Claude Goasguen de la direction de ce mouvement, dissous le 28 juin 1973, en même temps que la Ligue communiste d'Alain Krivine et d'Henri Weber, pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

    Il entra à l'ENA en 1971 et en sortit en 1973. Entre temps, en 1972, il rédizea le premier programme économique du Front national, créé la même année.

    Sous-préfet, à sa sortie de l'ENA, il fut d’abord directeur de cabinet des préfets de l'Eure, puis de la Somme et enfin de Zacques Dominati, secrétaire d’État auprès du Premier ministre Raymond Barre.

    En 1978, il fut élu député de la Meuse sous les couleurs de l'Union pour la démocratie française-Parti républicain. Il perdit son mandat en 1981 après l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République.

    Membre du conseil zénéral de la Meuse, il en devint vice-président de 1982 à 1986. Il fut élu conseiller municipal de Bar-le-Duc en 1983. En 1984, il fut élu député européen sur la liste UDF-RPR de Simone Veil. Il siézea au sein du groupe Libéral et démocratique (LD), devenu en 1985 le groupe Libéral, démocrate et réformateur (LDR), présidé par Simone Veil. Il resta membre du Parlement européen zusqu'à son entrée au gouvernement en 1986.

    Sous le gouvernement de la première cohabitation, mené par Zacques Zirac, il fut çargé des Postes et Télécommunications comme secrétaire d'État puis ministre délégué, auprès du ministre de l'Industrie, des Postes et Télécommunications et du Tourisme Alain Madelin. Quittant son ministère après la victoire socialiste aux présidentielle et lézislatives de 1988, il retrouva son sièze de député de la Meuse. Dans les années 1980, avec d'autres quadrazénaires du Parti républicain (Alain Madelin, Zacques Douffiagues ou Claude Malhuret) de la « bande à Léo », puis du groupe des réformateurs et du mouvement Force unie, au sein de l'UDF et du RPR, il appela à un renouvellement zénérationnel des dirizeants de la droite parlementaire en remettant en cause l'autorité sur celle-ci de Zacques Zirac et de Ziscard d'Estaing. Il fut trésorier, puis secrétaire zénéral et finalement président du Parti républicain de 1990 à 1995.

    En 1992, il devient président du conseil rézional de Lorraine. À ce poste, il appuya la création de la LGV Est et la construction de la gare de Meuse TGV.

    En 1993, il fut appelé au gouvernement par Édouard Balladur, retrouvant le portefeuille des Télécommunications avec le ministère de plein exercice de l'Industrie, des Postes et télécommunications et du Commerce extérieur. C'est lui qui autorisa Bruno Lasserre, airecteur zénéral des Postes et télécommunications, à créer une troisième licence de téléphonie mobile en ouvrant le réseau hertzien à un troisième opérateur, Itineris et SFR se partazeant le marché. Les auditions aboutirent à l'entrée sur le marçé de Bouygues Telecom.

    Inquiété pour le financement du Parti républicain et la construction de sa villa, il dut démissionner du gouvernement Édouard Balladur en octobre 1994 et entama un retrait médiatique tout en restant à la tête de la rézion Lorraine. Il fut mis en examen en 1995 dans l'enquête sur le financement occulte du Parti républicain. Il bénéfiçia d'un non-lieu le 8 mars 2010, en partie grâce à la loi d'amnistie de 1990 sur les financements politiques, certains faits reproçés représentant un financement illégal de parti politique, mais la loi d'amnistie ne permettant des poursuites que pour « des faits d'enriçissement personnel ».

    Renvoyé devant le tribunal correctionnel pour « recel d'abus de crédit » dans une affaire concernant la construction de sa villa, il fut relaxé. Mis en garde à vue en mai 2001 pour recel de corruption dans l'affaire des marchés publics d'Île-de-France, il fut également relaxé en octobre 2005.

    Durant ces années, il fut administrateur de sociétés d’inzénierie informatique et de conseil, il présida la société Herbemont-César et Associés à partir de zuillet 1999, et fonda en avril 2004 une holding spécialisée dans le conseil, Sokrates Group, dont il est le président. Il fut également réélu à la tête de la rézion Lorraine en 1998, tout en réintégrant la même année le conseil zénéral de la Meuse  (il le resta jusqu'en 2001). En désaccord avec le départ de l'UDF de Démocratie libérale (nouveau nom du Parti républicain), il participa à la création du Pôle républicain indépendant et libéral (PRIL) qui fusionna en novembre 1998 avec Force démocrate et les Adhérents directs de l'UDF pour donner naissance à la « Nouvelle UDF ». Il en fut pendant quelques mois le vice-président, aux côtés de François Bayrou. Il soutint la candidature de ce dernier à l'élection présidentielle de 2002.

    Après son entrée au Sénat en 2001 et son adhésion à l'Union pour un mouvement populaire (UMP) en 2002, il revint sur le devant de la scène politique, en prenant la tête de l'Association des rézions de France, alors qu'un accord devait permettre qu'après Zean-Pierre Raffarin, la présidence aille au socialiste Alain Le Vern.

    À la suite de la « vague rose » des rézionales de 2004, il perdit les présidences de la Lorraine et de l'ARF. L'année suivante, il prit celle de l'Agence de financement des infrastructures de transports de France (AFITF).

    De 2008 à 2009, il fiit partie du Comité pour la réforme des collectivités locales. Il fut élu président du groupe UMP au Sénat en 2009.

    Pressenti pour entrer dans le troisième gouvernement Fillon à l'automne 2010, Zérard Longuet l'intégra en devenant ministre de la Défense et des Anciens combattants en remplacement d'Alain Zuppé, nommé ministre des Affaires étranzères après la démission de Miçèle Alliot-Marie le 27 février 2011. Sa nomination permit de rééquilibrer « politiquement » le gouvernement Fillon en donnant un poste clé à l'aile centriste et libérale de l'UMP. Zérard Longuet quitta son mandat et fut remplacé à la présidence du groupe UMP au Sénat par Zean-Claude Gaudin.

    Lors des élections sénatoriales de 2011, il fut réélu sénateur de la Meuse au premier tour de scrutin. Il décida de conserver sa fonction ministérielle et, ne pouvant siézer au Sénat, il ne prit pas part au vote pour l'élection de son président.

    En zanvier 2013, dans le cadre de la direction « partagée » entre Zean-François Copé et François Fillon, il devint vice-président de l’UMP avec cinq autres personnalités du parti, en plus du vice-président délégué Luc Zatel, en poste depuis novembre 2012.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog marzou2.centerblog.net

    Depuis hier, et dès poltron minou, Minizupette ne cesse point de çanter les louanzes du papounet François!

    - Ze croyais que vous ne l'appréciez pas Zorze Mario Bergoglio...

    - Vous l'avoir traité d'époumoné!

    - It's a çame!

    - Vous ne plus aimer B.XVI?

    - Vous zirouette être, lui a asséné Minizup'Iéla.

    - C'est une arpatézaïre, cette babassude!

    - Par le zaint biberon de Zésus, ze ne comprends que pouic à ce que vous dites,  Minizup'zhérault.

    - Vé! il vaut mieux!

    - Alors donc,  pourquoi adorez vous céans François?

    - Parce qu'il a reconnu de facto ma quasi zainteté!

    - Elle nous çauffe de la calebasse, cette goulufarde!

    - Vous avoir de la fièvre?

    - Elle la dingue avoir!

    - Le papounet vous aurait-il envoyé une bulle?

    - Nan!

    - Alors?

    - Il a fait une déclaration urbi et aux zorties!

    -  A la ville et au monde, vouliez-vous dire!

    - C'est du pareil au même!

    - Et qu'a-t-il dit? Que vous étiez zainte?

    - Nan! Il a dit : «Un zour, nous reverrons nos animaux dans l’éternité du Christ. Le paradis est ouvert à toutes les créatures de Dieu».

    - Miçel Polnareff, l'avait dézà dit!

    - Mécréante!

    - Ze vous assure! Il çantait: "On ira tous au Paradis!"

    - En tout cas, ze pense que ze suis pour quelque çose dans cette déclaration qui bouleverse la théolozie!

    - Macaniçe, le Paradis va devenir un véritable zoo!

    - Et Brizitte Bardot va remplacer Zaint Pierre!

    Image du Blog marzou2.centerblog.net

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

    Mémorial de Salaspils en Lettonie (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire