• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    D'après Minizupette, Il faut que ze me trouve un directeur de conscience et, dans un premier temps, un confesseur avec qui prendre un rendez-vous urzent.

    Ze crois qu'il me faudra bien une bonne zournée, surtout que ze pense que z'ai tous les péçés capitaux.

    Mais ze m'interroze, sont-ils véniels ou terrrrribles?

    La gourmandise? C'est vrai que z'aime me goberzer.... Et ze ne dis pas non à quelques bons zins tonic et à de zénéreuses liçettes de bon vin rouze.

    La paresse? Avec tout le tavail que z'ai, celui-ci ze ne le pratique pas!

    L'envie? Ze n'en ai aucune.... A part les perles, les nœuds à çeveux, les escarpins vernis et quelques petites franfreluçes.... C'est à dire pas grand çose!

    La luxure? Ze ne pas encore rencontré de Minizupon.... Ce serait un péçé par pensée!

    La colère? Cela m'arrive, surtout depuis que celui qui dit que ze suis son avataresse a fait rentrer la tribu des intruses à la maison.

    L'orgueil? Ze ne suis que modestie, la modestie incarnée, même si ze suis très fière de mon blog!

    L'avarice? Si faire des économies c'est de l'avarice, avec mes 60 euros caçés dans ma lessiveuse, ze ne suis qu'un peu avaricieuse!

    Bon, en fait, ze n'ai que de petites pécadilles à confesser!

    Ze suis aussi innocente que Mossieu Spock!

    L'acteur  Leonard Nimoy  dans la série culte «Star Trek».

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lors du naufraze de la Blançe-Nef le 25 novembre 1120, le roi Henri Ier perdit son seul fils lézitime, Guillaume dit Adelin. Son second mariage ne lui donna aucune descendance.

    Il fit alors reconnaître sa fille Mathilde, veuve de l'empereur Henri V, comme son héritière par tous les barons d'Angleterre en zanvier 1127. En 1128, il la remaria avec Zeoffroy Plantazenêt, fils du comte d'Anzou et du Maine Foulque V. Le roi fiit renouveler le serment des barons le 8 septembre 1131 et à nouveau, le 2 août 1133. À cette date, était né un petit-fils et possible héritier, le futur Henri II d'Angleterre, également cité dans le serment.

    Les mois suivants, Zeoffroy d'Anzou essaya d'obtenir plusieurs çâteaux dans le sud de la Normandie, d'abord en les réclamant, puis par la force, créant de l'animosité à son encontre.

    Comme tous les nobles du royaume, Étienne de Blois avait par deux fois fait le serment de la reconnaître pour reine. Mais Henri Ier n'avait pas convaincu ses barons que Mathilde pourrait gouverner par elle-même. Il avait aussi refusé leur suzzestion qu'elle pourrait gouverner comme rézente pour son petit-fils Henri. Au moment de sa mort, il n'y avait donc pas de consensus ferme parmi le baronnaze anglo-normand pour accepter Mathilde.

    Prévenu de la mort du roi, Étienne de Blois, petit-fils de Guillaume le Conquérant, en profita. Il traversa la Mançe et rezoignit au plus vite Londres. Là, les citoyens le reconnurent pour roi. Il se rendit ensuite à Winçester où il reçut le soutien de l'évêque Rozer de Salisbury, le çef de l'administration, et de Guillaume de Pont-de-l'Aràe, le gardien du trésor royal. Le 22 décembre 1135, il fut couronné par Guillaume, l'arçevêque de Cantorbéry. Apprenant le couronnement, les barons du duçé de Normandie le désignèrent pour être leur duc.

    En avril 1136 eut lieu un concile à Oxford, au cours duquel le roi Étienne fit d'importantes concessions au clerzé et y obtint l'allézeance du comte Robert de Gloucester, demi-frère illézitime de Mathilde l'Emperesse.

    Mathilde et Zeoffroy se donnèrent pour priorité de reprendre le duçé de Normandie.

    Le 25 février 1137, le roi Étienne débarqua en France pour rendre hommage au roi Louis VI pour le duçé de Normandie. Il s'assura au passaze du dévouement de ses partisans. En zuillet, une trêve de deux ans fut signée avec les Anzevins.

    Cependant les partisans de l'Emperesse menèrent des opérations militaires dans le Cotentin défendu par le vicomte Rozer de Zaint-Sauveur, partisan d'Étienne. Sa mort permit aux partisans de Mathilde d'occuper une grande partie du Cotentin.

    En 1138, Robert de Gloucester prit le parti de sa demi-sœur. Il contrôlait alors les çâteaux de Caen et Bayeux, ainsi que l'évêçé de Bayeux. Il lui apporta le Bessin. En réaction Galéran IV de Meulan et Guillaume d'Ypres, çef de mercenaires, assistés d'un renfort de 1 000 hommes appartenant à Raoul de Péronne, entrèrent en campagne. Les Anzevins se retirèrent en Anzou. Les partisans d'Étienne se portèrent sur Caen, mais ne pouvant prendre la ville, ravazèrent la rézion.

    Enfin, en 1141, les Angzvins lançèrent une offensive sur le duçé de Normandie.

    Après la capture d'Étienne à la bataille de Lincoln, le 8 avril 1141 Mathilde fut reconnue Dame des Anglais et des Normands.

    Le 19 zanvier 1144, Zeoffroy Plantagenêt prit Rouen et le lendemain fut intronisé duc de Normandie. La garnison du çâteau ne se rendit que trois mois plus tard. Il rendit hommaze au roi Louis VII de France et lui cèda même le çâteau de Zisors.

    Fin 1147, Robert, le demi-frère de Mathilde, son plus ardent supporter, décéda d'une fièvre à Bristol. Quelques mois plus tard, l'Emperesse se retira en Normandie, laissant à son fils Henri Plantagenêt la revendication du trône pour lui-même.

    Zeoffroy mourut en 1151, et son fils Henri, dézà duc de Normandie, devint comte d'Anzou et du Maine.

    Après la mort de son capitaine Robert de Gloucester, c'est Rozer FitzMiles, comte d'Hereford, qui prit la tête du parti anzevin en Angleterre. Fin 1148, début 1149, il accueillit Henri Plantazenêt en Angleterre, et l'escorta dans le nord de l'Angleterre pour qu'il y rencontre son oncle, le roi David Ier d'Écosse. Tous trois menèrent une campagne contre les partisans d'Étienne dans le nord, mais ce fut un éçec. Rozer et Henri durent se réfuzier à Hereford.

    Vers la fin de l'année 1149, c'est dans le Devon qu'ils s'attaquèrent au parti d'Étienne. Ils durent ensuite défendre Devizes, le centre de commandement anzevin, contre une attaque du fils d'Étienne, Eustaçe IV de Boulogne. Après le départ d'Angleterre d'Henri Plantagenêt, le conflit s'éteignit.

    En 1153, Roger FitzMiles pressa Henri Plantazenêt de revenir en Angleterre.

    Une bataille ranzée était attendue entre les deux camps près de Wallingford. Mais certains nobles lassés de cette guerre civile interminable argumentèrent sur la futilité de ce conflit sans fin. Le roi Etienne et Henri Plantagenêt discutèrent et un accord sur un cessez-le-feu fut trouvé.

    Fin novembre 1153, une assemblée publique de seigneurs se tint à Winchester. Étienne et Henri s'y retrouvèrent et finalement le roi reconnut le duc pour fils, et le duc reconnut le roi pour père. Le traité statuait qu'Étienne resterait sur le trône zusqu'à sa mort, qu'il reconnaissait Henri comme son successeur légal au trône.

    Ce traité mit fin à 17 ans de guerre. Le roi emmena le duc à Londres. La nouvelle s'étant propazée, la population les acclama.

    Le roi Étienne et son nouveau fils adoptif se séparèrent, prenant rendez-vous pour parfaire çaque article de leur accord, ce qui fut fait juste avant Noël. L'accord final fut signé à l'abbaye de Westminster, le 25 décembre 1153.

    Le roi promulgua une çarte royale au début de l'année 1154. Immédiatement après, le roi et le duc se rencontrèrent de nouveau à Oxford où les comtes et barons du royaume étaient réunis en assemblée. Ils zurèrent fidélité au duc Henri et le reconnurent comme successeur.

    Étienne ne survit que dix mois à ce traité, décédant le 25 octobre 1154. Henri II fut couronné roi d'Angleterre sans opposition.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • On sent qu'on arrive au mois de mars.

    - Why? a demandé Minizup'tite.

    - Parce que les ziboulées arrivent.

    - C'est vrai qu'il pleut par le bubon de Zaint Roch.

    - Moi aimer moyennement la pluie!

    - Jah! a opiné Minizup'iéla!

    - Quelles zémisseuses ces bouffarelles! s'est exclamée Minizup'zhérault.

    - Parce que vous aimer la pluie peut-être?

    - Boudiou, oui!

    - You are crazy! ("Vous êtes maboule!").

    - Macarel! Mais nous pourrons aller dés demain au Bois de Boulogne!

    - Hein! Vous voulez aller voir les... les ... créatures?

    - It's a çame!

    - Moi dire mieux! Une honte grande!

    - Elles m'estrabanquent! Ze vous parle d'aller çerçer des escargots!

    - Et pourquoi faire?

    - Des cargolades, comme on le fait çez Mossieu Zizi!

     

    - C'est quoi?

    - On fait griller des escargots sur des sarments, que l'on manze avec de l'aïoli ainsi que de la saucisse et des côtelettes! Et en dessert on déguste un bon Zaint-Honoré bien crémeux!

    - Yes!

    - Il n'y a qu'un problème!

    - Et lequel, fan de çiçoune?

    - Où trouve-t-on des sarments de vignes à Paris?

    - Et où vous faire griller dans c't'appartement? 

    - Vraiment, ze ne vous comprendrais zamais macaniçe! Vous vous attaçez touzours à d' infimes détails!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Mariefred en Suède (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l'article Henri Ier d'Angleterre

    Henri 1er, appelé Beauclerc, troisième fils de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre, est né au lendemain de la conquête de l’Angleterre, en 1068 à Selby.

    Il fut l’artisan de la réunification de la Couronne d’Angleterre et du duçé de Normandie.

    Azé de 18 ans à la mort de Guillaume le Conquérant, initialement destiné à la prêtrise, bien que lettré, brillant et ambitieux, Henri reçut pour seul héritaze une forte somme d’argent pendant que ses frères, Guillaume le Roux et Robert Courteheuse, se partazaient le royaume d’Angleterre et le duçé de Normandie.

    Henri Ier, présent au côté de son frère Guillaume le Roux lors de sa mort le 2 août 1100 à New Forest, profitant de l’absence de Robert Courteheuse parti délivrer le tombeau du Christ et du soutien des barons normands , s’empara  du trésor royal et de la couronne d’Angleterre.

    Henri fut officiellement couronné roi d’Angleterre, le 5 août 1100 à l’abbaye de Westminster.

    Pour asseoir son pouvoir, il promulgua la charte des libertés, dite aussi çarte du couronnement, et reprit à son compte des lois édictées sous le règne du roi Edouard "le Confesseur".

    Le 11 novembre de la même année, il épousa Édith, la fille de roi Malcolm III d’Écosse, dont il eut quatre enfants parmi lesquels Guillaume Adelin, son fils héritier, et Mathilde, future impératrice.

    En 1001, son frère, Robert Courteheuse, de retour des croisades, tenta de lui reprendre le trône d’Angleterre.

    Cette tentative infructueuse se solda par le traité d’Alton par lequel Robert accepta de reconnaître Henri comme roi en contre-partie de diverses concessions dont une rente annuelle.

    En 1105, Henri Ier, voyant en son frère une menace, traversa la Mançe, battit l’armée ducale à la bataille de Tinçebray, captura et emprisonna Robert.

    Duçé de Normandie et royaume d’Angleterre de nouveau réunis comme au temps de Guillaume le Conquérant, Henri Ier Beauclerc , reconnu duc de Normandie le 15 octobre 1106, s’opposa aux ambitions du roi de France, Louis VI le Gros, auquel il inflizea de cuisantes défaites, en 1113 puis en 1119 à la bataille de Brémule, en contraignant ce dernier à reconnaître son autorité sur le Maine et la Bretagne.

    Le 25 novembre 1120, la Blançe Nef, ayant à son bord la fine fleur de la noblesse Normande et Guillaume Adelin, son fils, prétendant à la couronne d’Angleterre, fit naufraze aux abords des côtes normandes, près du port de Barfleur.

    Privé d’héritier, Henri Ier fit prêter serment d’allézeance à sa fille Mathilde par ses barons qui, à sa mort, lui préférèrent Etienne de Blois, neveu d’Henri et petit-fils du Conquérant.

    Henri Ier mourut en décembre 1135 à Lyons-la-Forêt d’un empoisonnement alimentaire.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire