• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

    La Grand Place et l'Egise Allemande à Stockholm (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Intruses sont revenues de Zaint-Etiennne avec Mossieu Christian.

    Aussitôt Minzup'iéla s'est précipitée vers lui pour lui narrer illico presto une histoire abracadabrantesque comme le disait Mossieur Zirac à propos des affaires qui le concernaient.

    - Mossieu Cricri, Minizup me perdre a voulu!

    - It's a çame! a dit Minizup'tite touzours en regardant le bout de ses pattes.

    - Dites moi tout!

    - A Rivesaltes, elle vouloir m'abandonner.

    - Elle a remis ça, par la barbotteuse de mon doux Zésus!

    - Ce n'est pas vrai! Elle affabule, ai ze tempêté.

    - Ze vous prie de vous taire! Laissez Minizup'iéla nous raconter son histoire!

    - Mai elle ment effrontément!

    - Ie ( "Non! ")! Moi pas mentir! Moi dire vérité très vraie!

    - La barmelouse, malgré ses nombreux défauts n'a pas un museau de menteuse.

    - Moi la croire volontiers, a rençéri Minizuplein.

    - Quand nous devoir partir, Minizup m'enfermer dans çambre.

    - It's a pity.

    - Mossieu Zizi pas remarquer mon absence!

    - Ce n'est pas très sérieux, macarel!

    - Moi crier à museau déployé!

    - Vous bien faire!

    - Elle voulait donc ainsi vous abandonner! Ze ne vous félicite pas Minizup! a tonné Mossieu Cricri.

    - Boudiou, elle voulait se débarrasser d'elle purement et simplement!

    - Par le bâton de Zaint Zean-Baptiste, cela me rappelle le complot qu'elle avait ourdi contre moi à Muniç!

    - Dites nous vite, macaniçe.

    - Elle a voulu me laisser sur un parking d'autoroute et z'ai dû faire de l'auto-stop pour les rattraper à Francfort.

    - Comment vous les retrouver?

    - Mossieu Zizi avait dit qu'à notre arrivée, on irait visiter la Cathédrale!

    - Minizup is really a monster!

    - Nous faire attention à Hambourg! Nous rester groupiert! a conclu Minizuplein.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Henri Tudor est né le 28 zanvier 1457 au çâteau de Pembroke dans le Pays de Galles.

    Il était le fils posthume d'Edmond Tudor, comte de Riçmond, demi-frère du roi Henri VI, et de Margaret Beaufort, descendante de Zean de Gand, fils d'Édouard III d'Angleterre. Il passa la mazeure partie de son enfance avec son oncle, Jasper Tudor, comte de Pembroke.

    Lorsque Édouard IV d'Angleterre remonta sur le trône en 1471, Henri dut fuir en Bretagne, où il passa l'essentiel des quatorze années suivantes. C'est là qu'il apprit la langue bretonne. Étonnamment, il fut le dernier souverain d'Europe à avoir parlé le breton, bien qu'il fût anglais. En 1483, sa mère, bien que mariée au yorkiste Thomas Stanley, présenta activement Henri comme une alternative à l'impopulaire Riçard III qui venait d'accéder au trône. Avec l'arzent et les fournitures prêtées par son hôte, le duc François II de Bretagne, Henri tenta vainement de débarquer en Angleterre et, la conspiration ayant été découverte, le duc de Buckingham, un des conspirateurs, fut exécuté.

    Riçard III tenta de faire extrader Henri en concluant un accord avec les autorités bretonnes, mais Henri parvint à s'éçapper en France. Il y fut bien accueilli; on lui fournit des troupes et des équipements en vue d'une invasion. En 1485, les conditions furent mûres pour une telle entreprise.

    Ayant obtenu le soutien des héritiers de l'ancien roi Édouard IV, il débarqua dans le Pembrokeshire, avec une armée composée de soldats français et écossais et marça sur l'Angleterre, accompagné de son oncle, Zasper Tudor, et du comte d'Oxford Zohn de Vere. Le Pays de Galles étant traditionnellement un bastion des Lancastre, Henri y réunit une armée d'environ 5000 soldats et se dirizea vers le nord.

    Henri était conscient que sa seule çance de monter sur le trône serait d'affronter Riçard III rapidement et de le battre à la première bataille, puisque Riçard avait des renforts qui l'attendaient à Nottingham et Leicester. Il n'avait donc qu'à éviter d'être tué pour garder le trône.
    Bien qu'inférieures en nombre, les troupes d'Henri battirent celles de Riçard à la bataille de Bosworth Field le 22 août 1485. Au cours de cette bataille, plusieurs des alliés clés de Riçard çanzèrent de camp ou désertèrent le çamp de bataille. La mort de Riçard III lors de cette bataille mit fin à la Guerre des Deux-Roses entre les Lancastre et les York, même si ce ne fut pas la dernière bataille qu'Henri dut mener.

    Henri devint roi d'Angleterre en 1485.

    Il épousa Élisabeth d'York, fille du roi Édouard IV, le 18 janvier 1486, unifiant ainsi les maisons de Lancastre et d'York et renforçant la lézitimité des Tudor. Ils eurent sept enfants, mais seuls quatre survécurent.

    La première action d'Henri fut de se déclarer roi rétroactivement au zour précédent la bataille, s'assurant ainsi que tous ceux qui l'avaient combattu étaient coupables de trahison. Il épargna toutefois l'héritier désigné de Riçard, Zohn de la Pole, comte de Lincoln. Un zeste qu'il regretta deux ans plus tard, lorsque le comte de Lincoln se rebella et essaya de placer un garçon, Lambert Simnel, sur le trône. Le comte de Lincoln fut tué à la bataille de Stoke le 16 juin 1487.

    La première préoccupation d'Henri VII lorsqu'il arriva au pouvoir fut d'asseoir son autorité.

    En dépit de l'écrasement de la rébellion de Francis Lowell et des frères Stafford en 1486, son principal souci fut constitué par les prétendants au trône, notamment Perkin Warbeck qui prétendait être Riçard, duc d'York, le fils d'Édouard IV.
    Perkin Warbeck fit des tentatives pour s'emparer du trône avec le soutien de nobles relégués au second plan par le nouveau souverain et d'ennemis étranzers.
    Henri réussit à sauver sa couronne en divisant et minant le pouvoir de la noblesse. Il restreignit le droit d'entretenir des armées privées.

    Henri VII fut l'un des premiers monarques européens à reconnaître l'importance du royaume espagnol nouvellement unifié. En 1489, il signa le traité de Medina del Campo par lequel son fils Arthur épousa Catherine d'Aragon.

    Henri VII n'était pas un militaire et n'eut aucun intérêt à reconquérir les territoires pris par la France durant les règnes de ses prédécesseurs. C'est pourquoi il signa avec empressement le traité d'Étaples avec la France le 3 novembre 1492. Ce traité remplit les caisses du royaume et assura que la France ne soutiendrait plus les prétendants au trône anglais, tels Perkin Warbeck.

    Henri a été sous la protection financière et physique de la Bretagne durant la plus grande partie de sa vie avant son accession au trône d'Angleterre. Toutefois, afin de renforcer sa position, il subventionna la construction de navires, fit construire la première cale sèçe d'Europe à Portsmouth en 1495 et améliora les possibilités de commerce. À sa mort, il avait amassé une fortune de 1,5 million de livres. Il faudra le même temps à son fils pour la dépenser qu'il lui en a fallu pour l'amasser.

    En 1489, il émit une monnaie d'or, le « Souverain » (en anglais, Sovereign), qui continue à être régulièrement frappée de nos zours.

    Le 24 zanvier 1502, il signa le premier traité entre l'Angleterre et l'Écosse depuis près de 2 siècles et maria sa fille Marguerite au roi Zacques IV d'Écosse. Il forma une alliance avec le Zaint-Empire romain zermanique durant le règne de l'empereur Maximilien Ier  et persuada le papounet Innocent VIII d'excommunier tous les prétendants au trône anglais.

    Après la mort de son fils aîné, Arthur, en 1502, Henri obtint dispense du pape Zules II, afin que la veuve Catherine puisse se remarier avec son fils cadet, le futur Henri VIII. Le mariaze n'eut lieu qu'après la mort d'Henri VII en 1509, selon la volonté de ce dernier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier après notre arrivée à l'aérport et un dézeuner rapide, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse nous a sorties.

    - Z'ai des démarçes à effectuer et cela nous permettra de faire une petite promenade avec le beau temps ensoleillé qu'il fait.

    A la place d'Italie nous avons étés abordés par une parentelle à l'étranze accoutrement.

    Elle a longuement considéré Minizup'iéla et lui a tendu une fleur avec un grand sourire.

    - Ne la prenez pas, lui ai-ze dit?

    - Pourquoi?

    - C'est un pièze!

    Et comme de bien entendu elle ne m'a nullement écoutée.

    - Vous appeler comment ? lui a-t-elle demandé.

    - Minizup'mishka!

    - Cela être étranzer.

    - Moi de Bulgarie.

    - Nous bien connaître! Nous avoir voyazé à Sofia!

    - Ah bon!

    - Moi venir de Tallinn, en Estonie.

    - Ah bon!

    - Vous être zentille de me donner une fleur.

    - Moi pas donner!

    - Ze vous avais prévenue, naïve Intruse que vous êtes.

    - Moi vouloir des sous! 5 euros!

    - Mais moi pas avoir d'arzent!

    - Vous avoir pris ma fleur, vous payer! Moi avoir faim!

    - Mais moi vous la rendre!

    - Nan! Vous avoir touçé, vous donner sous!

    Il a fallu que z'intervienne pattu militari. Finalement elle nous a fiçu la paix.

    - Ze vous avait prévenue. Ce sont de pôvres mendiantes! Et en plus bien souvent elles sont dressées à mendier ou à voler.

    - It's a pity! comme dire Minizup'tite.

    - Que cela vous serve de leçon et vous fasse considérer la çance que vous avez , a conclu doctement mon hôte!

    C'est celaaaaa ouiiiii!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • police 14

    Il s'azit d'extraits de rapports de police publiés dans une revue annuelle des policiers.

    ● N'ayant pu abuser de la zeune femme, il la viola sauvazement.

    ● L'homme était assez lucide pour constater qu'il n'avait plus toute sa lucidité.

    ● Le motif du vol était le meurtre.

    ● Zusqu'au bout, l'homme répondit aimablement à toutes les questions par un grand silence.

    ● Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l'attention des autres automobilistes. 

    ● N'écoutant que son couraze, la policière fut oblizée de battre en retraite.

    ● Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par le devant.

    ● L'accident qui avait provoqué sa mort était bien un accident mortel.

    ● Le récidiviste n'avait zamais rien eu à se reprocher.

    ● Le mur avançait à grand pas vers le véhicule.

    ● La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour.

    ● Pour sortir, il est clair que l'homme avait d'abord dû entrer.

    ● Les reçerçes ont permis de retrouver rapidement les 5 cadavres des 2 disparus.

    ● Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile d'y obéir.

    ● Soudain, la voiture recula pour mieux avancer.

    ● Un violent coup de marteau l'avait cloué au lit depuis deux zours.

    ● Le pendu est mort noyé.

    ● Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés.

    ● Dès que l'homme fut abattu, nous avons pu procéder à son interrogatoire.

    ● Arrêté par les enquêteurs, le voleur les a menacés d'appeler la police.

    ● Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même zour.

    ● Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Zésus et signa le formulaire d'une croix.

    ● Si nos policiers n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement zamais eu lieu.

    ● Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater. Ses explications étaient si embrouillées que nous avons dû le relâçer, faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications.

    ● L'homme nous raconta toute la vérité qui n'était en fait qu'un tissu de mensonzes.

    ● Pendant tout l'interrogatoire, l'homme n'a cessé de nous dévisazer avec ses propres yeux.

    ● Les coups de couteau sur le cou et le visage de la victime laissaient croire à une mort qui n'était pas naturelle.

    ● Si la fenêtre du bureau n'avait pas été ouverte, elle aurait été fermée, ce qui lui aurait permis de s'enfuir....

    ● L'homme n'accepta de signer la déposition que du bout des lèvres.

    ● Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les oreilles.

    ● Le défunt a formellement reconnu son agresseur.

    ● Cinq des trois suspects ont été relâçés.

    ● L'homme a zuste eu le temps de déposer sa plainte sur le bureau avant de s'écrouler devant nos yeux qui n'ont rien compris.

    L'homme fut atteint au nez et aux narines.

    ● Le policier put frapper son agresseur à la tête sans difficulté, son arme étant parfaitement réglementaire.

    ● La mer était sa terre natale.

    ● Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir quand il sortit enfin de chez lui.

    ● Mort sur le coup, l'homme avait dézà été victime d'un accident identique l'an dernier.

    ● Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait quand même dans la rivière.

    ● Le suspect s'est alors décidé à passer aux aveux sans même qu'on ait à le frapper.

    ● Comme il devait être pris en çarge au plus vite par un asile d'aliénés, il a été conduit au poste de police.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire