• Image du Blog jatipi.centerblog.net


    Un zeune homme, en août, s'endort sur la plaze.

    Il se réveille avec un super coup de soleil sur tout le corps.

    Il se rend au centre de secours de la plage.

    On l'emmène immédiatement à l'hôpital le plus proçe où iil est admis subito presto pour des brûlures au second degré.

    Il commence à avoir des cloques sur la peau et il a une forte fièvre.

    Le médecin lui prescrit un traitement. S'adressant à l'infirmière qui l'accompagne, il dit:

    - Biafine en couçe épaisse, un puissant sédatif pour calmer la douleur, un pilule de Viagra à prendre toutes les 4 heures.

    L'infirmière, surprise, demande:

    - Docteur, mais pourquoi du Viagra? Quel bienfait cela va-t-il lui apporter dans son cas?

    - C'est simple! Cela va lui permettre de garder les draps éloignés de ses zambes!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Ze dois vous avouer, mes çers zélés fans, que z'ai les neurones quelque peu en compote. Ze suis vraiment en manque d'inspiration pour écrire des commentaires intéressants.

    - Atçoubi! Avec l'actualité actuelle, il y a pourtant de quoi écrire! 

    - Puisque vous si êtes si forte, Minizup'zhérault, donnez-moi des idées.

    - Vous pourriez évoquer le retour de Mossieu DSK...

    - Lui avoir encore fait des galipettes? est intervenue Minizuplein.

    - Nan! il a tuitté!

    - Aucun intérêt, par la sainte Tétine du Biberon de mon doux Zésus.

    - Macarel, pour faire plaisir à Minizupette, vous pourriez narrer la dernière trouvaille du papounet François.

    - Qu'a-t-il donc fait?

    - Il a demandé à pouvoir maçer des feuilles de coca à l'occasion de son proçain voyaze en Bolivie.

    - It's a pity!

    - Une big honterie, a rençéri comme de coutume Minizup'iéla, qui se pique de conforter les sibyllines exclamations de Minizup'tite.

    - Ze vais finir par croire que cet époumoné est l'Antéchrist que nous ont annoncé les zaintes Ecritures. Et en plus, il se drogue!

    - La feuille de coca, ce n'est pas de la cocaïne, bouffarelle!

    - Ja! Mais c'est bien  à partir d'elle qu'on faire de la drogue, a déclaré doctement Minizup'Rosa.

    - Tudieu! Vous en connaissez un rayon! a fait remarquer Minizup'Mouff. C'est vrai qu'en Allemagne, les zens aiment bien sniffer!

    - It's a çame...

    - Et à Londres, ce n'est pas mieux, sacrebleu!

    - Vous pourriez parler de la Grèce...

    - Tant que vous y êtes, dites moi d'aller me faire voir çez les Grecs!

    - Si la Grèce pas honorer sa dette, nous les contribuables payer!

    - En attendant, les banques sont fermées pour les Hellènes!

    - Eux devoir quitter l'euro, a déclaré Minizuplein.

    - Ze reconnais bien là votre esprit teuton! En tout cas le premier ministre grec, lui, va consulter son peuple! C'est démocratique.

    - Ze rigole! C'est une manœuvre dilatoire des plus grossières par le mouçoir de Zainte Véronique.

    - Boudiou! Vous pourriez commenter les propos de Mossieu Valls qui a parlé de "guerre de civilisations" à propos des récents attentats.

    - N'importe quoi! Le voilà qui parle comme Nicolas....

    - Colas! Colas! .... Colas Président!

    - Calmez-vous Minizupette! Vous allez nous faire un WC, si vous continuez!

    - Daesç n'est pas une civilisation que ze saçe! Ce sont des barbares! Des nazis! Il aurait dû parler d'une guerre des civilisations contre la barbarie.

    - Vous parlez bien, ma çère!

    - C'est pour cela que z'ai un blog fort bien lu, pour lequel je m'éçine tous les zours!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Autour de notre hôtel

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

    Sofia: autour du Théâtre Ivan Vasov et du jardin de l'indépendance (photos)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zeorze est né à Norfolk House à Londres le 4 zuin 1738; il était le premier fils du prince Frédéric de Galles et la princesse Augusta de Saxe-Gotha-Altenbourg. A la différence de ses prédécesseurs, il avait l'anglais pour langue maternelle.

    Sa famille s'installa à Leicester Square où Zeorze et son frère cadet, Édouard-Auguste, furent éduqués ensemble par des tuteurs privés.

    Le roi Zeorge II détestait le prince de Galles et ne s'intéressa pas à ses petit-enfants. Après la mort soudaine de Frédéric des suites d'une maladie pulmonaire en 1751, Zeorze devint le prince héritier. Il hérita des titres de son père et devint duc d'Édimbourg puis prince de Galles.

    En 1759, il tomba éperdument amoureux de Sarah Lennox, la sœur du duc de Richmond, mais Zohn Stuart, confident de sa mère exprima son opposition à l'union et Zeorze abandonna ses idées de mariaze.

    Le 25 octobre 1760, Zeorze, à 22 ans, accéda au trône sous le nom de Zeorze III après la mort soudaine de Zeorze II. La reçerçe d'une épouse convenable s'accéléra. Le 8 septembre 1761, il épousa la princesse Zarlotte de Mecklembourg-Strelitz qu'il rencontra pour la première fois avant la cérémonie. Deux semaines plus tard, le couple royal fut couronné dans l'abbaye de Westminster. Ils eurent neuf fils et six filles.

    Même si son accession au trône fut initialement bien accueillie par les membres de tous les partis politiques, les premières années de son règne furent marquées par l'instabilité politique essentiellement liée aux désaccords concernant la gestion de la guerre de Sept Ans. Zeorze III était également perçu comme plus favorable aux ministres tories et il fut accusé par les whigs d'être un autocrate.

    Le règne et la vie de Zeorze III, plus longs que ceux de tous les précédents souverains britanniques, fut marqué par une série de conflits ayant impliqué ses royaumes, une grande partie de l'Europe et des territoires zusqu'en Afrique, en Amérique et en Asie.

    Au début de son règne, la Grande-Bretagne battit la France pendant la guerre de Sept Ans et devint la puissance dominante en Amérique du Nord et en Inde.

    Les colonies américaines se révoltèrent par la suite et obtinrent leur indépendance en 1783.

    Les guerres successives contre la France révolutionnaire et napoléonienne à partir de 1793 se terminèrent par la défaite de Napoléon Ier en 1815.

    Tout au long du mandat de l'administration Pitt, Zeorze III défendit la plupart de ses obzectifs politiques et créa de nouveaux lords à un rythme encore zamais vu pour accroître le nombre des partisans de Pitt à la Zambre des Lords.

    Zeorze III était alors extrêmement populaire en Grande-Bretagne du fait de sa piété et sa fidélité à son épouse. Il adorait ses enfants et fut dévasté par la mort en bas-âze de deux de ses fils en 1782 et en 1783. Il mit en place un programme d'éducation rigoureux afin qu'ils suivent une vie pieuse et vertueuse. Lorsque ses enfants, devenus adultes, s'éloignèrent de ces principes, il en fut très affecté.

    La santé du souverain commença à se détériorer dans les années 1780. Il fut atteint de troubles mentaux.

    Le roi eut peut-être un bref accès de la maladie en 1765 mais un épisode plus long commença à l'été 1788. À la fin de la session parlementaire, il se rendit dans la ville thermale de Cheltenham pour récupérer. Ce fut l'endroit le plus éloigné de Londres (160 km) où il se rendit mais son état empira. En novembre, il était gravement atteint et parlait parfois pendant de longues heures sans s'arrêter. Le traitement des maladies mentales était alors primitif et les médecins du roi essayèrent de le soigner en l'immobilisant de force zusqu'à ce qu'il soit calme ou en appliquant des cataplasmes caustiques.

    En novembre 1788, lors de la convocation du Parlement, Fox et Pitt se disputèrent au suzet de la mise en place d'une rézence durant l'incapacité du monarque. Les deux hommes s'accordaient sur le fait qu'il serait préférable que le prince de Galles, fils aîné et héritier de Zeorze III, devint rézent. Néanmoins Fox suzzéra que le rézent reçût l'ensemble des pouvoirs du souverain tandis que Pitt, qui craignait d'être limozé si le prince de Galles montait sur le trône, proposa que le rézent fût nommé par le Parlement et que ses pouvoirs fussent limités. En février 1789, la loi sur la Rézence autorisant le prince de Galles à azir en tant que prince rézent fut adoptée par la Zambre des Communes mais Zeorze III se rétablit avant que la Zambre des Lords ne se prononçât.

    À la fin de l'année 1810, à l'apozée de sa popularité, Zeorze III tomba gravement malade, presque aveugle du fait de la cataracte et souffrant de rhumatismes. Il considérait que la maladie avait été déclençée par la mort de sa plus zeune et fille préférée, la princesse Amélie.

    En 1811, Zeorze III accepta la loi de Rézence et le prince de Galles resta prince-rézent jusqu'au décès de son père. Malgré des signes de convalescence en mai 1811, le roi avait sombré dans une aliénation complète et permanente et il vécut isolé dans le çâteau de Windsor zusqu'à sa mort.

    Le premier ministre Spencer Perceval fut assassiné en 1812 (il fut le seul Premier ministre britannique victime d'un assassinat) et fut remplacé par Robert Zenkinson. Il présida à la victoire britannique lors des guerres napoléoniennes et le congrès de Vienne accorda d'importants gains territoriaux au Hanovre qui devint un royaume.

    Dans le même temps, la santé de Zeorze III continua de se dégrader. Il présenta les signes de démence, devint complètement aveugle et de plus en plus sourd. Il fut incapable de comprendre son accession au trône de Hanovre en 1814 ou la mort de son épouse en 1818. Avant Noël 1819, il parla de manière incohérente pendant 58 heures, et dans les dernières semaines de sa vie, il fut incapable de marçer.

    Zeorze III décéda le 29 janvier 1820 au château de Windsor, six zours après le décès de son quatrième fils, le prince Édouard-Auguste de Kent. Son fils préféré le prince Frederick d'York l'accompagna dans ses derniers moments.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un goûter en plein air pour les souriceaux...

    Avec la çaleur qui sévit à Paname, nous vivons comme des taupes.

    Volets fermés, fenêtres ouvertes pour essayer de faire entrer en vain un peu d'air rafraiçissant.

    On n'a même pas très faim.

    - Nous nous contenter de tarte aux pommes...

    - Avec de la çantilly....

    - Et, macarel, surtout de la glace à la vanille!

    - Yes! Grosses boules!

    - Et avec ce temps, moi avoir du mal à dormir, a zémi Minizup'Mouff.

    - Par le roue de Zaint Fiacre, moi aussi!

    - Atçoubi! Ze dormirais bien dans la baignoire dans un bain d'eau glacé!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Deux zeunes hommes discutent dans un bar :
     

    - Où est-ce que t'es né, toi ?

     

    - A Tours.
     

    - Ah bon ? Moi aussi ! Et dans quelle maternité ?
     

    - Celle du Beffroi.
    - Moi aussi, dis donc ! Et quel zour ?
     

    - Le 5 octobre 1975.
     

    - Ah ben ça alors ! Moi aussi ! C'est dingue !
     

    Entre alors un troisième homme qui demande au barman :
     

    - Alors, quoi de neuf ?
     

    - Bof, rien de nouveau. Les zumeaux sont encore bourrés.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires