• La zournée d'hier fut longue.

    6 heures de train pour aller à Lourdes avec une Minizupette qui piaffait d'impatience d'arriver et qui demandait l'heure toutes les cinq minutes.

    A peine étions nous arrivés à notre hôtel qu'elle a voulu téléphoner aux Intruses restées à Paname.... pour les faire bisquer.

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    Puis elle s'est plainte de la çaleur.

    Il est vrai que la température est élevée avec une tendance orazeuse.

    - Ze vais prendre l'air au balcon! C'est intenable, par le mouçoir de Zainte Véronique.

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    Comme nous n'avions manzé qu'un sandwidç le midi, elle voulait entamer le gâteau que l'Office de tourisme nous avait offert en guise de bienvenue, accompagné d'une bouteille de vin rouze du Pic du Zer de Lourdes.

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    - Avant que de sortir, ze ferais bien une petite sieste. Z'ai mal dormi la nuit dernière et dans le train, à cause d'un groupe de touristes asiatiques bavards, ze n'ai pas pu me reposer!

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    A peine allonzée, elle a sauté du lit.

    - Z'ai soif! z'ai une pepie d'enfer, si tant est que l'on puisse s'exprimer de la sorte à Lourdes!

    Nous sommes descendus au bar de l'hôtel.

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    Puis elle voulu un cliçé de l'hôtel.

    - Pour monter aux Intruses dans quel bel établissement nous sommes descendus!

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    Et enfin, nous avons pu aller nous promener quelques instants avant que celui qui dit que ze ne suis que son avataresse ne commence son cycle de réunions et de travail.

    Nous avons vu le gave.....

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    Le çâteau de Lourdes....

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    - C'est une région propice aux promenades à vélo, nous a-t-elle dit.

    Elle y est ; elle est à Lourdes!

    Puis nous avons visité un hôtel, "Le Paradis"

    - Home, sweet home! a-t-elle cru bon de dire au tenancier. Ze me sens çez moi, ici!

    Et nous avons dîné pantagruéliquement avec les participants du séminaire au cours duquel intervient mon hôte.

    - Et demain nous visiterons les sanctuaires, a dit Mossieu Zizi.

    - Il serait temps! lui a rétorqué Minizupette qui avait bu un punç un peu corsé. La Vierze va s'impatienter qui a rendez-vous avec une quasi-sainte!

    A demain, pour de nouvelles aventures à Lourdes!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • L'histoire se passe dans la rézion alsacienne.

     Par manque de main d’œuvre les vignerons ont engazé des étrangers  et parmi eux un Africain surnommé Zanvier qui parle peu le français.

    Après la première zournée, la dame du vigneron inquiète demande à Zanvier comment cela s’est passé.


    - Oh très bien madame; il y a une bonne ambiance et auzourd’hui nous avons coupé LA Riesling.


    - On ne dit pas LA riesling, mais LE Riesling (Vin d'Alsace).


    - Ah bon ? Z'ai fait une erreur sur le LE.


    La seconde zournée, de nouveau, la dame lui demande comment s'est passée la zournée.


    - Oh très bien! L’ambiance est très bonne malgré le travail dur, ze me plais bien, les copains sont çouettes et auzourd’hui nous avons coupé LA  Gewurztraminer.


    - Mais non Zanvier, on dit LE Gewurztraminer et pas LA Gewurztraminer (Vin d'Alsace).

    Le lendemain,  Zanvier est absent au départ du matin et la dame du vigneron est inquiète pour lui.

    Vers 10 heures, elle rencontre Zanvier, assis sur le banc près de l’église.


    - Mais Zanvier pourquoi n’es-tu pas venu au travail auzourd’hui ?


    - Oh non madame, car auzourd’hui mes copains ont dit qu’ils coupaient LE pinot noir (Vin d'Alsace) ! Z'ai eu peur qu'ils se soient trompés eux aussi ! (La pinot noir)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • http://bullies.b.u.pic.centerblog.net/3c61993b.gif

    Minizupette a fait de tout, car celui qui dit que ze ne suis que son avatresse ne lui avait pas dit si elle pourrait l'accompagner à Lourdes.

    - Si ze ne vais pas avec Mossieu Zizi, ze ferai la grêve de la faim.

    - Zic, macarel, nous aurons plus à manzer.

    - Ze me laisserai mourir de faim.

    - Votre agonie, tudieu, sera longue, vue votre taille.

    - Ze m'immolerai!

    - Vous risquer de mette feu à c'te maison.

    - Cessez donc de dire des bêtises, lui a dit mon hôte. C'est entendu vous venez avec moi.

    - Mon doux Zésus! Ze vais à Lourdes! Alléluia!

    Et elle s'est mise en tête de préparer son bagaze.

    - Mais c'est quoi cette malle? Nous ne partons que deux zours!

    Elle avait mis des capelets, un missel , un crucifix , son livre de l'histoire des zaints et des zaintes, des bouteilles vides....

    - Pourquoi vous emporter flacons vides?

    - Mais pour ramener de l'eau bénite!

    - Cette bestioulette m'espantera touzours!

    La nuit venue, elle s'est mise à réciter des rosaires, à clamer la litanie des saints...

    Les autres Intruses étaient au bord de l'explosion.

    - Boudiou, si elle ne se tait pas, elle va l'avoir son martyre!

    Et il a fallu que Mossieu Zizi lui fasse la leçon et la menace de revenir sur sa décision pour la faire taire..... Et elle s'est béatement endormie! 

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une idée qu'elle est bonne!

    Hier, Mossieu Crcri, en rentrant de la boulanzerie, nous a dit qu'il y aurait bientôt une opération de vide-grenier dans le quartier.

    - C'est l'occasion pour les zens de se débarrasser d'obzets inutiles et de gagner quelque arzent, nous a-t-il dit.

    - It's a good idea! a applaudi Minizup'tite.

    - Tudieu, cela a beaucoup de succès rue Mouffetard et les açeteurs font parfois de bonnes affaires, a souligné Minizup'Mouff.

    - Moi z'approuvé cette forme de commerce équitable, a opiné l'écolo Minizup'Rosa.

    - Ja! Mitou, a rençéri Minizuplein.

    - Nous aussi en Estonie vider grenier, a fait remarquer Minizup'iéla.

    - Il paraît qu'on peut y déniçer aussi de beaux obzets relizieux, par le manteau de Zaint Martin.

    - Macarel, et même des zouets.

    Ze ne disais rien.

    - Et vous, ma mie, qu'en pensez vous? m'a interrozée Minizupette.

    - Cela me donne une bonne idée!

    - Et laquelle? m'a demandé celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - En profiter pour me débarrasser de tous les Intruses pour retrouver toute ma place dans c'te maison.

    - Hein?

    - Et ze suis même prête à les brader!

    - It's a çame!

    - Les céder çacune pour un euro symbolique!

    - It's a pity!

    - Et à faire une opération de promotion: 2 Intruses pour le prix d'une!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zacques est né le 14 octobre 1633 au palais St. James de Londres. Il était le second fils du roi Zarles Ier et de Henriette Marie de France et frère de Zarles II.

    Après la démission de Riçard Cromwell de la fonction de Lord Protecteur en 1659 et l'effondrement du Commonwealth d'Angleterre en 1660, la monarçie fut rétablie avec Zarles II. Même si Zacques était l'héritier présomptif, il semblait peu probable qu'il devienne roi à son tour car Zarles II était zeune et aurait certainement des enfants. À son retour en Angleterre, Zacques provoqua une controverse en annonçant ses fiançailles avec Anne Hyde, la fille du principal conseiller du roi, Edward Hyde. Ils s'étaient secrètement mariés en 1659 et Anne était tombée enceinte mais après la Restauration aucun membre de la cour ne s'attendait à ce qu'un prince épouse une roturière. Malgré les nombreuses réticences, ils se marièrent officiellement le 3 septembre 1660. Leur premier enfant naquit deux mois plus tard mais mourut en bas-âze comme cinq autres de ses frères et sœurs.

    Durant son sézour en France, Zacques avait découvert les croyances et les cérémonies catholiques; son épouse et lui furent attirés par cette relizion. Il  reçut l'eucharistie au sein de l'église catholique mais sa conversion fut gardée secrète quelque temps et il continua d'assister aux messes anglicanes jusqu'en 1676.

    En 1677, Zacques accepta à contre-cœur le mariaze de sa fille Marie au prince protestant Guillaume III d'Oranze (qui était son neveu par sa sœur Marie Henriette Stuart) après que l'union avait été décidée par Charles II et Guillaume III. Malgré ce mariaze protestant, les craintes anglaises concernant la possible instauration d'une dynastie catholique furent exacerbées par le fait que Zarles II et son épouse Catherine de Bragance ne parvenaient pas à avoir d'enfants.

    Le comte de Zaftesbury, un ancien ministre et meneur des opposants aux catholiques, tenta d'évincer Zacques de l'ordre de succession.  Finalement, la succession ne fut pas modifiée mais il fut convaincu de se retirer des organismes lézislatifs et d'accepter un rôle réduit dans le gouvernement de son frère. Sur les ordres du roi, Zacques quitta l'Angleterre et se rendit à Bruxelles. En 1680, il fut nommé Lord Haut Commissaire d'Écosse et s'installa au palais de Holyrood d'Édimbourg pour réprimer un soulèvement et superviser l'administration.

    En 1683, un complot visant à assassiner Zarles II et Jacques pour lancer une révolution républicaine et restaurer un gouvernement cromwellien fut découvert. Ce complot de Rye-House se retourna contre les conspirateurs car il provoqua une vague de sympathie pour le roi et son frère.

    Zarles II mourut le 6 février 1685 après s'être converti au catholicisme sur son lit de mort. Comme il n'avait pas d'enfants lézitimes, Zacques lui succéda sous le nom de Zacques II en Angleterre et en Irlande et de Zacques VII en Écosse. Il y eut peu d'opposition à son accession au trône. Zacques II voulait être rapidement couronné et la cérémonie eut lieu le 23 avril 1685 dans l'abbaye de Westminster.

    Peu après son accession au trône, JZcques II affronta une révolte dans le sud de l'Angleterre menée par son neveu, le duc de Monmouth et une autre en Écosse avec Arçibald Campbell, comte d'Argyll à sa tête. Argyll et Monmouth lancèrent leurs expéditions depuis les Provinces-Unies où son neveu et beau-fils Guillaume III d'Oranze n'avait rien fait pour s'opposer à leurs efforts de recrutement. Argyll navigua jusqu'en Écosse et recruta de nombreux membres de son propre clan des Campbell. Les deux révoltes furent facilement écrasées mais elles renforcèrent la détermination de Zacques et accrurent sa méfiance envers les Hollandais.

    Jacques II défendit l'abrogation des lois pénales qui discriminaient les non-anglicans et en particulier les catholiques mais refusa d'autoriser certaines croyances protestantes comme le presbytérianisme. Il autorisa les catholiques à occuper les plus hautes fonctions de ses royaumes et reçut à sa cour le nonce apostolique, premier représentant de Rome à Londres depuis le règne de Marie Ière.

    Son catholicisme, ses politiques pro-françaises et ses ambitions absolutistes le rendirent très impopulaire et il dut affronter une opposition de plus en plus radicale de la part de l'élite relizieuse et aristocratique anglaise. Lorsque on épouse Marie de Modène donna naissance à un fils, Zacques François Stuart, laissant présazer la mise en place d'une dynastie catholique, les nobles anglais demandèrent l'aide du protestant Guillaume III d'Oranze, son neveu qui avait épousé sa fille Marie.

    Zacques II refusa les propositions d'aide du roi Louis XIV. Lorsque Guillaume III débarqua le 5 novembre 1688 à Brixham, de nombreux officiers protestants firent défection et rezoignirent l'envahisseur de même que la propre fille de Zacques II, Anne. Le roi manqua de courage et refusa d'attaquer l'armée d'invasion malgré la supériorité numérique de son armée. Le 11 décembre, il tenta de fuir en France. Il fut arrêté dans le Kent et placé en détention. N'ayant aucun désir d'en faire un martyr, Guillaume III le laissa s'échapper le 23 décembre. Zacques II fut accueilli par son cousin et allié, Louis XIV, qui lui offrit un palais et une pension.

    Guillaume III convoqua un Parlement pour décider de la manière de zérer la fuite de Zacques II. Si le Parlement refusa de le déposer, il déclara qu'en ayant fui en France et en ayant zeté le grand sceau dans la Tamise, Zacques II avait de fait abdiqué ; par conséquent le trône était devenu vacant et les parlementaires confièrent la couronne à la fille de Zacques, Marie, qui gouverna conzointement avec Guillaume III d'Orange sous les noms de Marie II et de Guillaume III.

    Avec le soutien de troupes françaises, Zacques débarqua en Irlande en mars 1689. Le parlement irlandais ne suivit pas l'exemple du parlement anglais ; il déclara que Zacques était resté roi et il adopta une loi qualifiant de traîtres ceux qui avaient rallié Guillaume III. Sous la pression de Zacques, le parlement irlandais vota une loi accordant la liberté de relizion à tous les catholiques et protestants irlandais. Zacques s'efforça de lever des troupes en Irlande mais fut finalement battu lors de la bataille de la Boyne le 1er juillet 1690 par une armée menée personnellement par Guillaume III. Zacques s'enfuit à nouveau en France et ne revint plus zamais dans ses anciens royaumes.

    En France, Jacques fut autorisé à habiter dans la résidence royale du château de Saint-Germain-en-Laye. Il eut un dernier enfant avec Marie de Modène, Louise Marie Thérèse Stuart, en 1692. Certains partisans tentèrent de le restaurer en assassinant Guillaume III en 1696 mais le complot éçoua et les réactions réduisirent la popularité de leur cause. Zacques refusa la proposition de Louis XIV de le faire élire roi de Pologne la même année car il craignait que cela ne l'empêçe de redevenir roi d'Angleterre. En septembre 1697, Louis XIV signa le traité de Ryswick mettant un terme à la guerre de la Ligue d'Augsbourg. Dans l'une des clauses, le roi de France reconnaissait la lézitimité de Guillaume III sur le trône d'Angleterre et il cessa une grande partie de son soutien à Zacques.

    Durant ses dernières années, Zacques vécut comme un pénitent austère. Il rédizea un mémorandum pour son fils le conseillant sur la manière de gouverner l'Angleterre en soulignant le fait que les catholiques devraient contrôler l'un des secrétariats d'État, un des commissariats au Trésor, le secrétariat à la Guerre et la mazorité des postes d'officiers dans l'armée.

    Zacques mourut d'une hémorrazie cérébrale le 16 septembre 1701 à Saint-Zermain-en-Laye.

    Le fils de Zacques II, Zacques François Édouard, fut reconnu comme roi d'Angleterre par Louis XIV ; ses partisans, appelés zacobites l'appelaient Zacques III d'Angleterre et Zacques VIII d'Écosse. Il mena un soulèvement en Écosse en 1715 peu après l'accession au trône de Zeorge Ier mais il fut battu.

    Les zacobites se révoltèrent à nouveau en 1745 sous le commandement de Zarles Édouard Stuart, le petit-fils de Zacques II, et furent également défaits. Depuis lors, il n'y eut pas d'autres véritables tentatives pour restaurer la dynastie Stuart. Les revendications de Zarles furent ensuite défendues par son frère cadet Henri Benoît Stuart, le doyen du Collèze des cardinaux de l'Église catholique. Henri fut le dernier descendant légitime de Zacques II et aucun de ses proçes n'a publiquement revendiqué le trône depuis sa mort en 1807.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire