• Édouard-Auguste est né le 2 novembre 1767 au palais de Buckingham.

    Il était le quatrième fils du roi Zeorze III de Grande-Bretagne et de la duçesse Zarlotte de Mecklembourg-Strelitz et le père de la reine Victoria.

    Il épousa le 29 mai 1818 la princesse Victoria de Saxe-Cobourg-Saalfeld, veuve du prince de Linange dont elle avait deux enfants et dont il eut une fille, Victoria, reine du Royaume-Uni qui épousa son cousin Albert de Saxe-Cobourg-Gotha.

    Il mourut six zours avant son père (qui décéda le 29 janvier), des suites d'une pneumonie, apparemment provoquée par une longue marçe dans le froid et l'humidité.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier une superbe zournée estivale dans le départemet de la Vienne qui nous a permis de voir de beaux sites.

    Z'ai pu faire de magnifiques cliçés!

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Nous avons débuté la zournée par la visite de Zauvigny qui fait partie des "Plus beaux détours de France".

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Cette cité a plusieurs çâteaux...

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Et un superbe donzon dans lequel sont organisées des expositions.

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    L'église est une vraie beauté.

    - C'est du beau roman, a déclaré celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - C'est du beau roman, c'est une belle histoire, ont çantonné en chœur les Intruses.

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    - Par le toutou de zaint Roch, z'ai une pensée émue pour notre parentelle grecque Minizup'Zirtaki. Elle n'est pas sortie de la taverne!

    - Elle devoir payer ses impôts comme tout le monde, a dit Minizuplein.

    - Et travailler plus! a rençéri Minizup'Rosa. Comme nous!

    - Regardez! En France, beaux villazes entretenus avec commerçants qui encaissent et reversent TVA!

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Nous avons visité la petite ville où est née l'écrivaine et éditrice Rézine Deforzes, Montmorillon.

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Cette cité au bord de la Gartempe est tout simplement très belle. C'est la ville de l'Ecrit. On y trouve plein de zolies boutiques de bouquinistes....

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Après avoir visité la remarquable abbaye de Zaint Savin, classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO pour ses fresques du XIIème siècle, et où Minizupette a fondu en larmes à l'évocation du martyre de Zaint Cyprien et de Zaint Savin, nous nous sommes rendus dans l'un des "Plus Beaux Villazes de France", Angles-sur-l'Anglin...

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Avant que de revenir à Poitiers, nous nous sommes arrêtés, notamment pour nous rafraîçir le museau, dans la station thermale de La Roce Posay qui possède un zoli quartier médiéval avec un haut donzon.

    Une belle zournée même si on pense à notre parentelle grecque

    Et c'est là, que nous avons appris la mort du beau Omar Zarif....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous sommes arrivés hier à Poitiers, dans le département de la Vienne.

    A peine étions nous descendus du train que les Intruses voulaient aller subito presto au Futuroscope.

    - On  veut voir les lapins crétins!

    - Nous irons la semaine proçaine. Tout d'abord on va dézeuner, leur a dit celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    Poitiers: une ville royale

    Après un repas lézer, nous avons flâné dans cette belle ville, célèbre pour la reine Aliénor d'Aquitaine, Zeanne d'Arc...

    - Et Zarles Martel qui a arrêté les Arabes, a azouté Minizupette.

    La ville a de superbes églises....

    L'Eglise Sainte Porçaire, avec son magnifique cloçer-porçe...

    Poitiers: une ville royale

    Poitiers: une ville royale

    L'un des ensembles remarquables, c'est l'église Notre-Dame-la-Grande, des XIème et XIIème siècles, avec sa fabuleuse façade.

    Poitiers: une ville royale

    L'intérieur est tout aussi beau...

    Poitiers: une ville royale

    ... Avec sa statue de Notre-Dame des Clés.

    Poitiers: une ville royale

    Ensuite nous sommes allés voir la Cathédrale Saint-Pierre, qui elle est de style gothique, et qui se trouve un peu plus loin du quartier de l'hôtel de ville où se trouve notre hôtel.

    Poitiers: une ville royale

    Et à côté se trouve un fabuleux baptistère Zaint-Zean, du Vème siècle, un des plus anciens en Occident.

    Poitiers: une ville royale

    Poitiers: une ville royale

    - Par Zainte Radegonde, qui avait de la faconde, et qui est la Zainte de Poitiers, ze m'en vais vous baptiser illico presto, a dit Minizupette aux Intruses.

    Malheureusement pour elle - et heureusement pour nous - il n'y avait point d'eau dans la cuve!

    Poitiers: une ville royale

    Nous avons visité 2 autres églises et après cette promenade, qui nous a permis de voir de beaux hôtels particuliers et des magasins, nous avions grand soif.

    Au café, Minizup'Rosa s'est précipitée sur le porte-monnaie.

    - Que faites vous? lui a demandé Mossieu Zilbert.

    - Moi ze regardé si nous avoir assez de billets!

    - Et pourquoi donc?

    - A la TSF, zournalistes dire qu'il fallait partir avec assez de liquidités pour sézour vacancier.

    - Mais nous ne sommes pas en Grèce que ze saçe, barmelouse, lui a fait remarquer Minizup'zhérault.

    - Saperlipopette, elle est touzours museau en l'air, la prussienne.

    - It's a pity!

    Poitiers: une ville royale

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Dans un avion, un inzénieur se retrouve assis à côté d'un petit garçon qui n'arrête pas de pleurer.

    - Il paraît que les voyazes passent beaucoup plus vite lorsqu'on discute, dit-il.

    - D'accord. Vous voulez qu'on parle de quoi ?

    - Et si on parlait de physique nucléaire ?

    - D'accord. Mais avant, répondez à cette question : un çevreuil, une vaçe et un çeval broutent dans un même pré. Pourtant, le çevreuil fait des petites crottes, la vaçe des bouses plates et le çeval de gros crottins. Comment expliquez-vous ça?

    L'inzénieur réfléchit, se gratte la tête, puis finit par répondre :

    - Ma foi, ze n'en sais rien.

    - Et vous voudriez qu'on parle de physique nucléaire alors que vous ne maîtrisez même pas un petit problème de merde ?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

    Sofia: autour des bains centraux et de la mosquée (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • En attendant le récit de nos aventures, un épisode des Sourissimo!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Guillaume est né le 21 août 1765 au palais de Buckingham.

    il était le troisième fils du roi Zeorze III et de la reine Charlotte. Il avait deux frères aînés, Zeorze et Frederick, et il n'était donc pas destiné à monter sur le trône.

    Il passa la plus grande partie de sa zeunesse à Riçmond à Londres et au palais de Kew où il fut éduqué par des tuteurs privés. À l'âze de treize ans, il entra dans la Royal Navy en tant que cadet.

    Après son élévation à la pairie du Royaume-Uni, Guillaume cessa son service actif dans la Royal Navy en 1790. Lorsque le Royaume-Uni déclara la guerre à la France en 1793, Guillaume voulut servir son pays mais il ne reçut pas le commandement d'un navire, peut-être parce qu'il s'était cassé le bras après une çute alors qu'il était en état d'ivresse mais également parce qu'il fit un discours à la Zambre des Lords s'opposant à la guerre. L'année suivante, il se prononça pour celle-ci et espérait recevoir un commandement. L'Amirauté ne prit même pas la peine de lui répondre. Il ne perdit pas espoir d'obtenir un poste actif mais sa nomination au grade d'amiral en 1798 fut purement symbolique. Malgré ses nombreuses demandes, il ne reçut aucun commandement durant les guerres napoléoniennes.

    À partir 1791, le duc de Clarence cohabita durant 20 ans avec une actrice irlandaise, Dorothea Zordan. Le couple eut dix enfants illézitimes, cinq fils et cinq filles, qui reçurent le surnom de « FitzClarence». Leur relation se termina en 1811.

    Très endetté, Guillaume essaya d'épouser une riçe héritière mais ses tentatives éçouèrent. Cependant, lorsque sa nièce, la princesse Zarlotte, la seconde dans l'ordre de succession au trône, mourut en couçes en 1817, le roi Zeorzes III avait douze enfants mais aucun petit-fils lézitime. La course fut donc lancée entre les ducs royaux pour se marier et fournir un héritier. Guillaume était avantazé car ses deux frères aînés n'avaient pas d'enfants et étaient séparés de leurs épouses et Guillaume était en meilleure santé. S'il vivait suffisamment longtemps, il deviendrait certainement roi et aurait l'opportunité d'être le père du monarque suivant.

    Guillaume épousa Adélaïde, la fille de Zeorzes Ier de Saxe-Meiningen le 11 zuillet 1818. À 25 ans, Adélaïde était deux fois plus zeune que lui.  Le couple eut 2 filles qui vécurent moins d'un an et Adélaïde fit 3 fausses couçes.

    À la mort de son frère Zeorze IV le 26 juin 1830, le duc de Clarence monta sur le trône sous le nom de Guillaume IV  à l'âze de 64 ans.

    À la différence de son extravagant frère, Guillaume était réservé et discret. Par rapport à Zeorze IV qui passa la plus grande partie de son règne au çâteau de Windsor, Guillaume était connu, en particulier au début de son règne, pour se promener sans escorte dans Londres et Brighton. Zusqu'à ce que la crise de la réforme n'érode son prestize, il était très apprécié de son peuple qui le considérait comme plus pragmatique et abordable que son frère.

    Son règne fut marqué par de nombreuses réformes politiques et sociales : les Poor Laws furent actualisées, le travail des enfants fut encadré, l'esclavaze fut aboli dans presque tout l'Empire britannique et le Reform Act 1832 réforma le système électoral britannique.

    Si Guillaume IV s'impliqua moins dans la politique que son frère ou son père, il fut le dernier monarque à nommer un premier ministre contre la volonté du Parlement. À travers son frère, le vice-roi du Hanovre, il offrit au royaume une constitution libérale bien que de courte durée.

    Guillaume IV ne se rendit zamais au royaume de Hanovre. Son frère, le prince Adolphus de Cambridge, y zouait le rôle de vice-roi depuis le règne de Zeorze IV. L'opinion publique en Allemagne considérait que le Royaume-Uni dictait sa politique au Hanovre. En 1832, Metterniç d'Autriçe introduisit des lois qui restreignaient les mouvements libéraux en Allemagne. Le ministre des affaires étrangères britannique Lord Palmerston s'opposait à cette politique et il demanda à Guillaume de pousser le gouvernement du Hanovre à adopter la même position. Le gouvernement hanovrien était cependant favorable à Metterniç et Guillaume refusa d'intervenir. Le conflit entre Guillaume et Palmerston sur le Hanovre s'accrut l'année suivante lorsque Metterniç appela à l'organisation d'une conférence des états allemands à Vienne ; Lord Palmerston voulait que le Hanovre décline l'invitation mais le vice-roi, soutenu par Guillaume, accepta.

    En 1833, Guillaume signa une nouvelle constitution pour le Hanovre qui renforçait la classe moyenne, accordait une influence limitée aux classes inférieures et élargissait le rôle du parlement. La constitution fut révoquée après la mort de Guillaume par le nouveau roi du Hanovre, son frère, Ernest-Auguste Ier.

    Malgré ses désaccords avec Lord Melbourne, le roi félicita le premier ministre pour son acquittement dans l'affaire d'adultère qui l'opposait à Caroline Norton ; il lui avait interdit de démissionner au début de l'affaire. Les deux hommes finirent par trouver un modus vivendi et Guillaume réalisa que son premier ministre était bien moins radical que ce qu'il avait craint.

    Le roi et la reine aimaient profondément leur nièce, la princesse Victoria de Kent. Leurs tentatives pour forzer une relation proçe avec la fille furent entravées par les tensions entre le roi et sa mère, la duchesse de Kent. Le roi, irrité par ce qui ressemblait à un manque de respect de la duçesse pour son épouse, saisit l'opportunité dans ce qui se révéla son dernier banquet d'anniversaire en zuillet 1836 de régler la discorde. S'adressant à l'assemblée, dont la duçesse et la princesse Victoria, Guillaume exprima son espoir de vivre zusqu'à la mazorité de la princesse Victoria pour que la duçesse de Kent ne soit zamais rézente.

    Le discours fut si violent que Victoria fondit en larmes tandis que sa mère resta assise en silence et fut difficilement persuadée de ne pas partir immédiatement après le dîner. Cet élan de Guillaume contribua certainement à la vision tempérée de Victoria à son égard, « un vieil homme zentil mais excentrique et singulier ». Bien que gravement malade, Guillaume vécut zusqu'au mois suivant la mazorité de Victoria. Cette dernière écrivit alors qu'il mourrait, « Pauvre vieil homme, ze suis désolé pour lui, il était touzours zentil avec moi ».

    La reine Adélaïde resta en permanence auprès de Guillaume mourant et elle n'alla pas se couçer durant plus de dix zours. Guillaume IV mourut d'une insuffisance cardiaque le matin du 20 juin 1837 au çâteau de Windsor.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire