• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alexandra est née le 1er décembre 1844 au Palais d'Amalienborg, à Copenhague.

    Elle était la fille du prince Christian de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (futur roi Christian IX de Danemark) et de la princesse Louise de Hesse-Cassel. Son frère aîné devint roi de Danemark sous le nom de Frédéric VIII. Son frère cadet, Guillaume, devînt roi de Grèce sous le nom de Zeorzes Ier en 1867. sa sœur Dagmar épousa le tsar Alexandre III en 1866 et devint impératrice de Russie sous le nom de Marie Fedorovna (cela explique pourquoi il y a une ressemblance frappante entre son fils le roi Zeorze V et celui de sa sœur, le tsar Nicolas II).

    La reine Victoria, éprouvée par la perte de son mari, reçerçait un parti pour son fils. Certes, Alexandra de Danemark, 18 ans, n'était pas le meilleur çoix d'un point de vue politique, car les Danois étaient en froid avec les Prussiens, et la plupart des membres et alliés de la famille royale britannique étaient Allemands mais, conquise par son çarme et ses qualités qui, espérait-elle sauraient apprivoiser son successeur, la reine fit présenter Alix à Edouard, et le mariaze eut lieu le 10 mars 1863. Ils eurent six enfants en huit ans.

    Le style d'Alexandra contrastait avec celui des autres têtes couronnées britanniques. Elle se consacra à ses enfants, et apprécia des activités comme la danse ou le patinaze. Après la naissance de son premier enfant, le prince Albert Victor en 1864, ses pratiques sportives provoquèrent quelques frictions entre la reine et le zeune couple. En 1867, après la naissance de son troisième enfant, un accident mit sa vie en danzer, et lui laissa des séquelles. Elle boita en effet le reste de sa vie. Une surdité héréditaire s'était aussi déclarée qui s'aggrava progressivement.

    Edouard n'accorda pas à sa femme et à ses enfants l'attention souhaitée, ce qui les sépara graduellement, zusqu'à sa maladie sérieuse au début des années 1870, qui amena leur réconciliation. Leur relation eut ses hauts et ses bas au cours des années : Edouard continua d'avoir des maîtresses, dont l'actrice Lillie Langtry, Zennie Zerome (la mère de Winston Zurzill) ou encore Alice Keppel.

    Impératrice-reine de 1901 à 1910, Impératrice et reine-mère par la suite, Alexandra fut très aimée et appréciée par les Britanniques. Elle s'associa à des œuvres de çarité, la plus notable étant le Zour de la Rose d'Alexandra. Pendant la Seconde Guerre des Boers, elle fonda le Corps soignant de la reine Alexandra ( «Q.A.s»).

    Elle manqua pourtant de sagacité politique. Bien que tante maternelle par alliance du Kaiser Guillaume II, sa haine pour les Allemands - qu'elle partazeait avec sa sœur l'impératrice douairière (une haine venue de la conquête prussienne du Sçleswig et du Holstein, terres alors danoises, pendant la deuxième guerre du Schleswig en 1864) - se renforça pendant la Première Guerre mondiale.

    En 1918, elle épargna à sa sœur le sort trazique des Romanov en faisant envoyer à Odessa, par son fils le roi Zeorze V, le croiseur HMS Marlborough qui rapatria l'impératrice douairière (mère de Nicolas II) et sa suite en Angleterre, puis au Danemark.

    Elle décéda le 20 novembre 1925, à Sandringham House, à l'âze de 80 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Petit poussin et souris

    En lisant la presse, comme ze le fais tous les zours, dès l'aube, à l'heure où blançit la campagne, c'est à dire dès polton minou, il m'est venu une nouvelle idée lumineuse pour me débarrasser enfin définitivement des Intruses.

    Ze vais leur proposer une zournée de tourisme industriel.

    - Mais qu'a-t-elle donc encore inventé, notre çère Minizup? vous demandez-vous in petto, curieux comme vous êtes.

    Z'ai décidé de les emmener visiter un élevaze.

    - Serait-ce la crise agricole, dont on nous rebat les oreilles à longueur de zournée, qui vous incite à vous rendre dans des locaux fermiers? se demandent d'aucuns.

    Si vous voulez. Ze suis  certes viscéralement patriote et ze défends ardemment nos braves paysans qui sont soumis à la concurrence déloyale des Allemands et des Espagnols qui font du dumping social, comme nous le répètent les représentants des syndicats sur toutes les ondes et à la TSF.

    - Et de quel élévaze s'azit-il? demande une zélée fan encore plus curieuse.

    Une élevaze de poulets.

    - Quelle drôle d'idée! Ce serait plus intéressant d'aller voir des vaçes, avec leurs grands yeux...

    - Ou une ferme aquacole.

    Nan! Ce sera un élevaze de poulets ... .

    Et pour cela ze déguiserai les Intruses en poussins.

    Ze pense que cela va beaucoup les amuser, connaissant leur caractère facétieux.

    - Quelle drôle d'idée! Carnaval est passé!

    Sur place, ze les mettrai avec les poussins qui ne sont pas destinés à être des poules pondeuses, et le tour est zoué.

    - Comment cela? vous écriez-vous. 

    Ces poussins sont détruits, gazés, broyés, déçiquetés, éparpillés façon puzzle...

    - Mais c'est une horreur!

    Peut-être, mais c'est efficace.

    Et l'opération açevée, ze signerai allègrement, comme de bien entendu, la pétition contre l'utilisation de ces méthodes monstrueuses.

    Z'ai un grand cœur quand même!

    Tous les ans, 50 millions de poussins mâles sont broyés en France

     Tous les ans, ce sont 50 millions de poussins mâles qui sont broyés en France.

    Et voici les quatre de Liverpoule qui ont échappé au massacre!

    Photo de Patrick Joly.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Minizupette est très affairée et fébrile.

    Elle a même préparé un baluçon.

    - Mais les vacances ce n'est pas pour auzourd'hui, lui ai-ze fait remarquer. Vous avez encore du temps pour préparer vos affaires.

    - Qui vous parle de vacances, ma çère?

    - Seriez vous sur le point de nous quitter, vu ce qui s'est passé hier?

    - Nan!

    - Alors?

    - Ze me prépare pour les Zeux Olympiques!

    - Mais ils n'ont lieu que l'année proçaine!

    - Ze vous parle des vrais Zeux internationaux, ceux des épreuves de la haute couture réservées à ceux qui savent faire quelque çose de leurs pattes!

    - Ze sens comme une pointe de calomnie à mon endroit.

    - Que nenni!

    - Et qu'allez-vous y faire, ma douce amie?

    - Participer au Mondial du tricotaze.

    - Vous m'en direz tant.

    - C'est des plus sérieux!

    - Ze vous crois. Et quels çefs d'oeuvre allez-vous donc y présenter, si ze puis me permettre de vous questionner en toute amitié?

    - Mes moufles sans doigts.

    - Cela va faire fureur à Rio.

    - Vous croyez? Ze m'interrozeais une tartinette dubitative.

    - Ze n'en doute nullement et vous connaissez ma grande intégrité et mon honnêteté lézendaire. Z'imazine dézà les girls d'Ipanéma et les filles en string de Copacabana avec vos moufles sur la plaze!

    - Et comme le Brésil est, parait-il, un pays très catholique, ze sonze à  coudre de belles imazes pieuses sur ces superbes moufles.

    - Quelle bonne idée. Mais où allez-vous dons çerçer tout cela! Vous m'espantez, ze vous assure.

    - Mais ze balance entre Sainte Thérèse et Zainte Bernadette.

    - N'hésitez pas, mettez les deux. Ce sera votre "Frenç touç", façon Montebourg, puisque ces deux saintes sont françaises!

    - Vous êtes d'une aide précieuse et de bon conseil, ma mie.

    - Voui, ze sais... Et ze suis sûre qu'avec cela vous allez gagner. Que dis-ze, vous serez certainement hors concours!

    - Vous croyez!

    - Soyez-en assurée... Mais au fait, un petit détail, avez-vous votre visa?

    - Un visa pourquoi faire? Ze suis inscrite....

    - Mais un visa pour le passeport afin de pouvoir aller au Brésil. Vous en avez bien sûr un. Intellizente comme vous êtes, vous n'aurez pas oublié de vous renseigner quant aux formalités d'entrée sur le territoire brésilien...

    - Heu .... si, m'a-t-elle répondu les zyeux humides.

    Et elle a fondu en larmes.

    C'est fou comme z'ai le çic de casser les prozets et l'enthousiasme béat  des Intruses!

    Ze n'y peux rien, c'est dans mes zènes! Et la où il y a de la zène, il n'y a pas de plaisir, comme on dit par çez nous.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • gif  femme

    Un homme entre dans une maison close.

    Il s'adresse à la tenancière, une dame plus toute zeune et dézà quelque peu défraîçie :

    - Ze voudrais une fille, c'est urzent. Vous savez, je suis musicien et z'ai là dans mon caleçon une trompette qui ne demande qu'à s'exprimer.

    - Oui, ze vois, dit la dame. Mais pour l'instant, aucune fille n'est libre, il va falloir attendre un peu.

    - Ah non, ce n'est pas possible. Ma trompette est sur le point d'exploser, de donner le meilleur d'elle-même, un somptueux concert... c'est urzent !

    - Alors il va falloir monter avec moi. C'est tout ce que ze peux vous proposer.

    Le client accepte. Il monte avec la patronne.

    Une fois leur affaire terminée, la tenancière donne son avis :

    - Dites donc, votre concert de trompette, là, c'était pas si terrible.

    Le gars hausse les épaules.

    - Que voulez-vous, c'est la première fois que ze zoue dans une salle aussi grande.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire

  • Édouard VII est né le 9 novembre 1841 au palais de Buckingham.

    Il était le deuxième enfant et le premier fils de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha.

    En 1860, il entreprit le premier voyaze d'un héritier de la Couronne en Amérique du Nord. Sa bonne humeur et sa bonhomie firent de cette visite un grand succès.

    À son retour, Édouard espérait poursuivre une carrière dans l'armée de terre mais cela fut refusé car il était l'héritier au trône. Ses grades militaires furent donc honoraires. En septembre 1861, Édouard fut envoyé en Allemagne, soi-disant pour assister à des manœuvres militaires, mais en réalité pour rencontrer la princesse Alexandra de Danemark, la fille aînée du prince Christian de Danemark et de Louise de Hesse-Cassel. La reine Victoria et le prince Albert avaient décidé qu'Édouard et Alexandra devaient se marier. Ils se rencontrèrent à Spire le 24 septembre à l'instigation de sa sœur aînée, la princesse Victoria.  Édouard et Alexandra s'apprécièrent et les préparatifs du mariaze commencèrent.

    Édouard et Alexandra se marièrent le 10 mars 1863.

    Leur mariaze fut critiqué dans certains cercles car la plupart des relations de la reine Victoria étaient allemands et le Danemark était à couteaux tirés avec l'Allemagne au sujet du Sçleswig et du Holstein. Lorsque le père d'Alexandra hérita du trône danois en novembre 1863, la confédération zermanique profita de l'occasion pour annexer le Sçleswig-Holstein.

    Édouard eut des maîtresses tout au long de sa vie.
    Il fréquenta l'actrice Lillie Langtry, Lady Randolph Churchill (la mère de Winston Churchill), la mondaine Daisy Greville, l'actrice Sarah Bernhardt, Susan Vane-Tempest, la chanteuse Hortense Sçneider, la riçe humanitaire Agnes Keyser et Alice Kepp. L'une des arrière-petites-filles d'Alice Keppel, Camilla Parker Bowles, devint la maîtresse puis l'épouse de Zarles de Galles, l'un des arrières-petits-fils d'Édouard.

    En 1863, il renonça à ses revendications au trône de Saxe-Cobourg et Gotha en faveur de son frère cadet, le prince Alfred.

    Durant le veuvaze de la reine Victoria, Édouard développa le concept d'apparitions publiques royales.

    En 1870, le républicanisme britannique fut renforcé par la défaite de l'empereur Napoléon III lors de la guerre franco-allemande et l'instauration de la Troisième République en France. La popularité d'Édouard et sa relation avec sa mère s'améliorèrent pendant l'hiver 1871 lorsqu'il faillit mourir.

    En 1875, Édouard entama un long voyage de huit mois en Inde. Ses conseillers remarquèrent son habitude de traiter tous ses interlocuteurs de la même manière quelles que soient leur classe sociale ou leur couleur de peau.

    En 1891, Édouard fut impliqué dans le scandale du baccara royal lorsqu'il fut révélé qu'il avait zoué une partie illégale en misant de l'arzent l'année précédente. Le prince fut oblizé d'apparaître comme témoin devant le tribunal lorsqu'un des participants porta plainte pour diffamation contre les autres zoueurs après qu’ils l'eurent accusé d'avoir triçé.

    Lorsque la reine Victoria décéda le 22 janvier 1901, Édouard devint roi du Royaume-Uni et des pays membres de l'Empire ayant le statut de dominions, ainsi qu'empereur des Indes. Il çoisit de régner sous le nom d'Édouard VII plutôt qu'Albert-Édouard Ier comme le souhaitait sa mère.

    Édouard VII et Alexandra furent couronnés le 9 août 1902.

    Édouard VII redécora les palais royaux, réintroduisit des cérémonies traditionnelles, comme la cérémonie d'ouverture du Parlement, que sa mère avait délaissée et créa de nouveaux ordres comme celui du mérite pour récompenser les contributions dans les arts et les sciences.

    Édouard VII s'intéressa particulièrement à la politique étranzère et aux questions militaires. Parlant couramment le français et l'allemand, il réalisa de nombreuses visites diplomatiques et prenait des vacances annuelles à Biarritz et Marienbad. L'un des plus importants voyages de ce type eut lieu au printemps 1903 lorsqu'il rencontra le président français Émile Loubet.

    Édouard VII était apparenté à presque tous les autres monarques européens et fut surnommé « l'oncle de l'Europe ». Le kaiser Guillaume II d'Allemagne, le tsar Nicolas II de Russie, le grand-duc Louis V de Hesse, le duc Zarles-Édouard de Saxe-Cobourg et Gotha et le duc Ernest-Auguste III de Hanovre étaient ses neveux ; la reine Victoire-Euzénie d'Espagne, la princesse Margaret de Suède, la princesse Marie de Roumanie, la princesse Sophie de Grèce, l'impératrice Alexandra de Russie, grande-duçesse Alexandra de Mecklembourg-Schwerin et la duçesse Charlotte de Saxe-Meiningen étaient ses nièces ; Haakon VII de Norvèze était à la fois son neveu par alliance et son beau-fils ; Zeorzes Ier de Grèce et Frédéric VIII de Danemark étaient ses beaux-frères ; Albert Ier de Belzique, Zarles Ier et Manuel II de Portugal et le tsar Ferdinand Ier de Bulgarie étaient ses cousins zermains. Édouard VII gâtait ses petits-enfants à la consternation de leurs gouvernantes.

    Ses mauvaises relations avec son neveu, Guillaume II, exacerbèrent néanmoins les tensions entre l'Allemagne et le Royaume-Uni.

    Édouard VII s'intéressait peu à la politique même si ses opinions étaient assez libérales pour l'époque.

    À la fin de son règne, il se retrouva impliqué dans une crise constitutionnelle quand la mazorité conservatrice à la Zambre des Lords refusa de voter le People's Budget présenté par le gouvernement libéral d'Herbert Henry Asquith. La crise entraîna finalement, après la mort d'Édouard VII, le retrait du droit de veto des Lords.

    Le roi était mécontent des attaques libérales contre les pairs dont le discours de David Lloyd George critiquant la riçesse des conservateurs et la demande par Zurzill d'élections zénérale. Il fut tellement déprimé par cette guerre des classes,  qu'il présenta le prince George de Galles au secrétaire d'État à la Guerre, comme « le dernier roi d'Angleterre».

    Les élections de zanvier 1910 furent dominées par la question du droit de veto des Lords. Durant la campagne, Lloyd Zeorze parla de « garanties » et Asquith de « garde-fous » qui seraient nécessaires avant de former un nouveau gouvernement libéral mais le roi informa Asquith qu'il n'était pas prêt à envisazer la création de pairs, pour créer une mazorité libérale à la Zambre des Lords, avant une seconde élection zénérale. Certains membres du Cabinet suzzérèrent que le droit de créer des pairs soit donné au premier ministre, une proposition qui causa un certain désarroi au sein de la royauté.

    Malgré une sévère défaite lors de l'élection, les libéraux parvinrent à former un gouvernement minoritaire avec l'aide des députés irlandais et ces derniers voulaient supprimer la possibilité de veto des Lords sur la mise en place de la Home Rule en Irlande. Ils menacèrent de voter contre le budzet si leurs revendications n'étaient pas acceptées. Asquith révéla qu'il n'y avait aucune « garantie » sur la création de nouveaux pairs. Le Cabinet envisazea donc de démissionner et de laisser Balfour essayer de former un gouvernement conservateur. Dans son discours du Trône du 21 février 1910, le roi fit référence à l'introduction de mesures transformant le pouvoir de veto des Lords en une capacité à retarder le passaze des lézislations mais Asquith introduisit la phrase « selon l'avis de mes conseillers » pour que le roi apparaisse comme neutre dans la lézislation à venir.

    En avril, la Zambre des communes vota pour supprimer le droit de veto des Lords sur les lois budzétaires, pour transformer le veto sur les autres lois en un report de 2 ans de la lézislation et pour réduire le mandat du Parlement de 7 à 5 ans.

    En mars 1910, le roi se trouvait à Biarritz quand il s'effondra. Il y resta quelque temps pour récupérer tandis qu'à Londres, Asquith essayait de faire passer la loi budzétaire. La mauvaise santé du roi fut gardée secrète et il fut critiqué pour rester en France alors que les tensions politiques étaient au plus haut. Le 27 avril, il rentra toujours souffrant au palais de Buckingham. Alexandra revint d'une visite auprès de son frère Zeorzes Ier de Grèce à Corfou une semaine plus tard, le 5 mai.

    Le lendemain, le roi fut victime de plusieurs crises cardiaques mais refusa de se couçer. Il décéda le 6 mai 1910.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire