• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze vous souhaite un bon week-end à tous ...

    Et prenez bien soin de vous!

    - Tudieu! C'est concis et bien dit!

    - Minizup parfois avoir le sens de l'éclipse.

    - Barmelouse! On dit le sens de l'élipse!

    - It's a pity!

    - Moi me comprendre!

    - Atçoubi! votre çarabia m'épuise!

    - Votre méçanté être abyssinale!

    - D'abord, bestioulette, ze suis occitane et ze n'ai vraiment rien à voir avec l'Abyssinie.

    - C'est dommaze!

    - Deuxio, vous goûterez à mon abbyssale mécanceté quand vous aurez reçu ma patte dans votre museau.

    - It's an horror!

    - Vous tombez bien bas, ma çère! De canine en syllabe!

    - Mordiou! Mais elle le fait exprès ou quoi! On dit tomber de Charyde en Scylla, inculte intruse de l'étranzer!

    - Faites preuve de qualque mansuétude avec cette pôvrette, par le bouton de Zainte Henriette.

    - Ach! Moi pas être votre pôvrette.

    - Big honterie cela être!

    ... En vérité, ze vous le dis! Le week-end débute bien dans c'te maison!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Hier matin, dès poltron minou (car ze me lève très tôt le matin), z'ai entendu un surprenant reportaze sur les ondes de la TSF, sur la radio publique pour être précise... C'est à dire sur France Inter.

    Il s'azissait de nourriture.

    - Zic! me suis-ze dit in petto... Pour une fois qu'on nous parle d'un suzet intéressant et nourrissant... intellectuellement.

    Quelle ne fut pas ma désillusion ... et mon grand désappointement!

    Il ne s'azisait nullement de cuisine traditionnelle ou d'un reportaze consacré aux grands restaurants, ni même la découverte de nouvelles recettes de nos beaux terroirs de France.

    Que nenni!

    La zournaliste parlait de la consommation.... d'insectes!

    Notamment elle évoquait les qualités nutritives des scarabées grillés!

    - It's a pity! s'est exclamée Minizup'tite.

    - Moi dire même plus, a big honterie, a surençéri Minzup'iéla.

    Afin de se singulariser, l'Intruse teutonne, la bien nommée Minizup'Rosa, nous a déclaré péremptoirement que, pour sa part, elle était prête à tenter l'expérience.

    - La barmelouse ferait n'importe quoi pour sortir du lot!

    - Il faudra vous y faire! Nous bientôt manquer de viande et les insectes être riçes en protéines!

    - Palsambleu! Nous ne sommes pas des Zinois que ze saçe! s'est emportée Minizup'Mouff! Rien ne remplace une bonne entrecôte ou un succulent filet de boeuf.... même si dans c'te maison on n'en manze que les 26 février!... C'est à dire très rarissimement!

    - It's a çame!

    - Vous ne pas être écolozistes, a cru bon de déclarer Minizuplein pour soutenir sa consoeur prussienne.

    - Et vous Minizupette, quelle est votre opinion?

    - Moi ze ne suis pas contre, à condition qu'on azoute une grosse boule de glace vanille et une bonne louçe de crême zantilly...

    - Et une bonne liçette de vin rouze, pour faire passer le tout, ai ze conclu.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une relizieuse prend un taxi et constate que le beau çauffeur n'arrête pas de la regarder.

    Elle lui demande pourquoi il la regarde si intensément.

    Il répond :

    - Z' ai une question à vous poser, mais ze ne voudrais pas vous offenser.

    Elle répond:

     - Mon fils, tu ne peux pas m' offenser. Quand tu auras mon âze et aura été une relizieuse aussi longtemps que ze l' ai été, tu auras vu et entendu à peu près tout. Ze suis certaine que rien de ce que tu pourrais me dire ou me demander ne serait une offense.

    - Et bien, z'ai touzours eu le fantasme qu'une relizieuse me donne un baiser.

    Elle répond :

    - Nous allons voir ce que nous pouvons faire. Premièrement vous devez être célibataire et deuxièmement vous devez être catholique.

    Le chauffeur du taxi est très excité et dit :

    - Oui, ze suis célibataire et ze suis catholique !

    - O.K. dit la relizieuse. Tournez dans la proçaine contre-allée.

    La religieuse comble son fantasme avec un baiser à faire rouzir une prostituée.

    Alors qu'ils reprennent la route, le çauffeur commence à pleurer.

    - Mon çer enfant, dit la relizieuse, pourquoi pleures-tu ?

    - Pardonnez moi pour avoir péçé. Ze dois confesser que z'ai menti ; ze suis marié et ze suis zuif.

    La relizieuse dit:

    - Ne vous en faites pas. Ze m' appelle Christophe et ze vais à un bal masqué.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    Auç dans le Zers (photos)

    L'église où mon hôte zouait de l'orgue en 1967-1968. Le zeudi après-midi il me regardait à la TSF.

    Auç dans le Zers (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze ny peux rien.

    C'est l'actualité qui commande

    Ze suis attristée par l'annonce du décès de Guy Béart.

    -It's a pity.

    - Atçoubi! Même si ze na partazeais pas toutes ses opinions, z'aimais bien certaines de ses çansons.

    - Palsambleu! C'était l'un des derniers grands auteurs-interprètes du siècle dernier, avec Brel, Ferrat, Ferré, Gainsbourg....

    - Qui ne l'aimait pas beaucoup, si ze ne m'abuse... Ils s'étaient çamaillés sur les ondes à propos de la place de la çanson dans le domaine des arts (Serze estimant qu'il s'azissait d'un art mineur).

    - Sa fille, la belle comédienne Emmanuelle Béart être certainement dans la peine!

    Guy Béart s’était fait connaître en écrivant de belles çansons pour des vedettes de l’époque, de Zizi Jeanmaire à Pataçou en passant par Zuliette Gréco, Yves Montand ou Tino Rossi.

    Il avait connu le succès en 1958 avec la çanson "L’Eau vive", une ode à la liberté apprise par de nombreux petits Français sur les bancs de l’école.

    S’il préfère souvent la chanson bien écrite et profonde aux « tubes » évidents, Guy Béart compte dans son répertoire d’autres chansons bien connues comme "Qu’on est bien", "Les Couleurs du temps", "Il n’y a plus d’après" ou "La Vérité".

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire