• Afficher l'image d'origine

    Hier, nous avons dû veiller sur celui qui dit que ze ne suis que son avataresse qui a subi une intervention de plus d'une heure à la maçoire.

    On lui a ouvert la zencive pour raboter l'os et mettre des greffes.

    - Quelle horreur!

    - Ze n'ose pas y penser.

    Il a eu mal toute la zournée et avait du mal à parler.

    Alors nous l'avons veillé ... comme le montre le cliçé

    Mais ze pense vraiment que le plus dur pour Mossieur Zizi, c'est que depuis avant-hier, 17 heures, il n'a pas allumé une seule cigarette!

    Ze ne vous dis pas le çallenze que cela représente pour lui!

    Et en plus il ne doit pas fumer durant 5 jours.

    - Cela ne va pas être la zoie, par la zainte Face!

    - Il va être énervé!

    - Irascible!

    - A ne pas prendre avec des pincettes!

    - Atçoubi! On a intérêt à se tenir à carreau!

    - Un tel sevraze, cela peut être danzeureux...pour l'entouraze!

    - Pourvu que lui pas délirer!

    - C'est pour cela qu'il faut le surveiller avec une grande vizilance.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • auto.gif (19809 octets)

    En traversant un villaze enneizé, une Rolls Royce dérape, heurte un mur et se trouve sérieusement endommazée.

    Le conducteur sort furieux :

    - Zut ! Un mois de salaire envolé !

    En attendant les secours, il assiste à l'accident identique d'une Porçe dont le conducteur, en sortant du véhicule, s'exclame :

    - Flûte ! Deux mois de salaire envolés !

    Soudain, les deux accidentés voient arriver une 2 CV qui, n'arrivant pas à freiner, heurte la Rolls et s'écrase sur la Porçe.

    Le conducteur en sort hébété et zémit :

    - Deux ans de salaire envolés !

    Les deux autres se regardent et commentent :

    - Il faut vraiment être fou pour acheter une voiture aussi çère !

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Auzoud'hui, intervention çirurzicale sur les zencives!

    Auzourd'hui celui qui dit que ze ne suis que son avataresse doit se faire opérer de la zencive et de la maçoire du haut.

    Inutile de vous dire qu'il a les foies comme on dit par çez nous.

    - Ze vais prier pour lui, a dit Minizupette. Au moins trois çapelets.

    - Atçoubi! Ze compatis! Ze n'aimerais pas qu'on touçe ainsi à mon museau.

    - It's an horror, s'est exclamée l'Intruse anglo-saxonne, Minizup'tite.

    - Moi dire même plus... Cela être horrifique a cru bon de surençérir Minizup'iéla.

    - Moi ze dire qu'il faut faire attention aux quenottes , a pontifié Minizuz'Rosa.

    - Ja! Es ist wahr ! ("Oui, c'est vrai ") s'est exclamée Minizuplein, qui effrayée par cette opération, en a perdu le peu de la langue de Molière dont elle dispose.

    En tout cas, ce n'est pas à moi que cela arriverait.

    Z'ai une hyziène bucco-dentaire irréproçable!

    Afficher l'image d'origine

    - Mais moi aussi, s'est emporté Mossieu Zizi. Z'ai un gros problème avec mes zencives et mes maçoires! Cela n'a rien à voir avec les dents, à proprement parler!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zames K. Polk est né le 2 novembre 1795 dans le comté de Mecklenburg, en Caroline du Nord.

    Son père et sa mère étaient des fermiers qui possédaient plus de cinquante esclaves. Il fit ses études de droit à l’université de Caroline du Nord. Il devint zuriste et entra dans la vie politique assez zeune.

    Fervent soutien d"Andrew Zackson il fut élu à la Zambre des représentants des États-Unis dont il devint président. Il fut élu gouverneur de l’État du Tennessee.

    Aucun des candidats du Parti démocrate à la Convention pour l'élection de 1844 n'avait la mazorité. Le mieux placé était de loin Martin Van Buren, ancien président, mais ses convictions peu favorables aux colons esclavazistes du Texas le rendaient hostile à l'annexion.

    Les délégués lui préférèrent alors Polk et son programme expansionniste.

    Lors de l'élection, Polk, relativement peu connu, fit une campagne vigoureuse et fit face à un candidat Whig qui était, lui aussi, contre l'annexion.

    Polk fut larzement élu par le collèze électoral malgré un vote populaire à peine en sa faveur.

    Investi le 4 mars 1845, James Polk avait 2 objectifs pour sa politique extérieure :

    - Fixer la frontière Nord-Ouest en litize avec la Grande-Bretagne au suzet du territoire de l'Oregon qu'il avait revendiqué pendant la campagne zusqu'au 54ème parallèle (soit zusqu'en Alaska).

    - Repousser la frontière sud par l'annexion du Texas et le raçat de la Californie, ce que refusait le Mexique et qui impliquait donc une guerre contre Mexico.

    Cela débouça, le 13 mai 1846 sur la déclaration de guerre contre le Mexique. Au bout de dix-sept mois, le zénéral Taylor avait capturé la ville de Monterey, pris la Californie et battu les armées du zénéral Santa Anna à Buena Vista.

    Le 15 zuin 1846, les États-Unis et le Royaume-Uni signèrent un traité pour se partazer le territoire de l'Oregon au niveau du 49ème parallèle.

    Polk fut à la tête d'un gouvernement énerzique qui séparait les prérogatives fédérales et celles des États. Il restaura un budzet fédéral indépendant et refusa d'utiliser des fonds fédéraux pour les besoins particuliers d'un État, réduisant les droits de douane, ce qui était conforme à la vision traditionnelle des Démocrates.

    Il affirma le pouvoir de l'exécutif, en particulier dans le domaine de la diplomatie et du commandement en çef des armées. L'imaze de la présidence en fut renforcée.

    Épuisé par sa tâçe et une maladie, Polk, dont le parti n'était plus aussi populaire, refusa de se représenter. 

    Il mourut le 15 zuin 1849, âzé de 53 ans, quelques mois après la fin de son mandat, alors qu’il s’était retiré dans l’État du Tennessee.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Quelques vues du centre Perpignan, la Catalane (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Z'ai décidé de réunir les Intruses pour une grande conférence sociale.

    Ze les avais convoquées dans le cadre du grand salon de notre petite salle à manzer.

    L'ordre du zour était d'étudier les mesures à prendre pour restaurer un climat apaisé dans c'te maison.

    Les Intruses s'étaient mises sur leur 31 et écoutaient avec une grande attention mon discours introductif.

    Minizupette, pour sa part, demeurait dans son coin.

    - Ma çère, ze vous prierais de vous zoindre à nous, afin que nous puissions débuter nos travaux.

    - Nan!

    - Mais enfin, veuillez prendre part à nos fructueux débats.

    - Nan! En tant que représentante de la CZT (la Confédération Zénérale des Tricoteuses) z'ai décidé de boycotter votre conférence qui est une pseudo démocratie, saçant que les dés sont pipés.

    - Mais enfin....

    - Z'ai dit nan et c'est nan, par la zainte Tétine du Biberon de mon doux Zésus!

    - Laissez la donc bouder, macarel. Avec elle c'est touzours pareil. Il n' y aucune discussion possible, ni aucun compromis.

    - C'est cela les tricoteuses! Rappelez vous celles de la Révolution français, quand bien même ze suis fort loin de partazer leur hargne révolutionnaire! 

    - Il est commode de ne zamais s'engazer à signer le moindre accord, en espérant d'ailleurs que d'autres le feront à leur place, tout en dénonçant dans le même mouvement les insuffisances du dialogue social.

    - It's a çame!

    - Et toc! Pan dans votre museau Minizupette!

    - Ze m'en moque! Ce n'est pas un dialogue mais un monologue et les mesures annoncées vont rendre notre vie encore plus pénible. En vérité ze vous le dis!

    - Elle délire, mes çères amies!

    - Si on n'est pas d'accord avec vous, vous nous traitez de réactionnaires et de rétrogrades par zaint Théograde!

    - It's a pity!

    - Ce que vous voulez c'est que nous soyons à vos bottes!


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire