• Afficher l'image d'origine

    Cela surfe sur la vague en cette fin de semaine!

    Ze parle bien sûr de la préparation du second tour des élections rézionales.

    Tous les partis courent après les zélecteurs et les zabstentionnistes!

    Et ce n'es à plus rien y comprendre.

    La gauçe va voter pour la droite....

    On appelle à voter pour des zens qu'on vilipendait il y a encore moins d'une semaine .... et dont on disait qu'ils couraient après des thèses extrêmes.

    C'est passe moi l'andouille ze te donne le fromaze!

    C'est embrassons nous  folle ville!

    - En tout cas, nous si les extrêmes gagner en France, nous partir.

    - Ja! Nous revenir dans notre Vaterland.

    - Moi retour à Tallinn!

    - Et moi, z'irai çez mon Oppa et ma Gross Mutti de Rattenberg, par la pipe de Zaint Claude!

    - Et moi! I'll go home!

    Cela me donne des idées...qu'il me faut néanmoins combattre! 

    La seule réponse, c'est le bulletin de vote.

    Et le bulletin pour le bon candidat!

    Fonçons! Osons !

    Allons voter dimançe!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  • Afficher l'image d'origine

    Ze continue mon œuvre militante.

    Dimançe il faut voter.

    - Atçoubi! Voui! Plutôt deux fois qu'une!

    - Tudieu, moi ze mettrai plusieurs bulletins!

    - Et nous pas voter? a demandé Minizuplein.

    - Vous n'êtes pas françaises, par le mouçoir de zainte Véronique. Et heureusement, on ne donne pas le droit de votes aux zétranzers quand bien même ils vivent çez nous!

    - It's a çame!

    - Moi ze demandé la naturalisation.

    - Mitou!

    - Il faut d'abord bien savoir français!

    - Nous parler français perfekt!

    - Il faut connaître l'histoire de France.

    - Napoléon and Waterloo!

    - Macarel! Ces barmelouses sont dignes d'être françaises comme moi bonne sœur au Carmel.

    - Ze vous en prie, évitez d'ignominieuses comparaisons!

    - Plaambleu! Nous sommes en démocratie et çacun a le droit de dire ce qu'il veut.

    - Mais sans insulter la relizion catholique, par le gourdin de Zaint Martial.

    - Barmelouse! Moi ze suis une laïque convaincue.

    Et la dispute a repris de plus belle!

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Franklin Roosevelt Secretary of the Navy 1913.jpg

    Franklin D.Roosevelt est né le 30 zanvier 1882 à Hyde Park, à 160 km de New York.
    Ses parents appartenaient à de vieilles familles patriciennes de New York
    .

    Il était fils unique; il grandit sous l’influence d’une mère possessive et eut une enfance heureuse et solitaire. Il passait souvent ses vacances dans la maison familiale de l'île de Campobello au Canada. Grâce à de nombreux voyages en Europe, Roosevelt se familiarisa avec les langues allemande et française. Il reçut une éducation aristocratique.

    En 1899, Franklin continua ses études à Harvard où il obtint un diplôme de Baçelor of Arts. Il perdit son père qui mourut en 1900. À cette époque, son cousin lointain et oncle par alliance Theodore Roosevelt (il avait épousé sa nièce,  Eleanor) accéda à la présidence des États-Unis et devint son modèle en politique.  C'était le début de l'ère progressiste qui remodelait profondément le paysaze politique américain, et c'est au sein du Parti démocrate qu'il entra en politique.

    En 1904, il entra à l’école de droit de l’université Columbia mais abandonna son cursus en 1907 sans diplôme. Il passa l’examen du barreau de l’État de New York et fut engazé dès 1908 dans un prestizieux cabinet d’affaires de Wall Street.

    Franklin Roosevelt épousa Eleanor le 17 mars 1905 à New York, malgré l’opposition de sa mère. Lors de la cérémonie, Theodore Roosevelt remplaçait le père défunt de la mariée. Le couple s’installa sur le domaine familial de Springwood à Hyde Park. Alors que Franklin était un homme charismatique et sociable, sa femme était à cette époque timide et se tenait à l’écart des mondanités pour élever ses enfants.

    Franklin Roosevelt eut des aventures amoureuses pendant son mariaze : il entretint dès 1914 une liaison avec la secrétaire de son épouse. En septembre 1918, Eleanor trouva la correspondance écrite des amants. Elle menaça de demander le divorce. Sous la pression de sa mère et de sa femme, Roosevelt s’engazea à ne plus voir Lucy Mercer et le couple sauva les apparences. Eleanor s’établit dans une maison séparée à Valkill, tout en continuant à voir son époux.

    En 1910, il se présenta au poste de sénateur démocrate pour l'État de New York. Il fut élu et entra en fonction le 1er zanvier 1911 au Sénat d’Albany.

    En 1913, ilfut nommé secrétaire adzoint à la Marine par le président Woodrow Wilson. Entre 1913 et 1917, il s’employa à développer la marine américaine et fonda la United States Naval Reserve. Pendant la Première Guerre mondiale, Roosevelt fit preuve d’une attention pour la marine et milita pour le développement des sous-marins. Afin de parer les attaques sous-marines allemandes contre les navires alliés, il appuya le prozet d’installer un barraze de mines en mer du Nord, entre la Norvèze et l’Écosse. En 1918, il inspecta les équipements navals américains en Grande-Bretagne et se rendit sur le front en France. Pendant sa visite, il rencontra Winston Zurçill. Après l’armistice, il fut çargé de superviser la démobilisation et quitta son poste en zuillet 1920.

    En 1920, la convention nationale du Parti démocrate le çoisit comme candidat à la vice-présidence des États-Unis, aux côtés du gouverneur de l’Ohio Zames M. Cox. Mais les républicains gagnèrent l'élection (Warren Harding).

    En août 1921, pendant ses vacances à l'île Campobello, Roosevelt contracta une maladie qui zénéra une paralysie de ses membres inférieurs. 

    De 1928 à 1932, il fut gouverneur de l'état de New York mais il dut cohabiter avec un Congrès à mazorité républicaine.

    Il entama une politique novatrice et audacieuse pour l'époque : il azit en faveur des campagnes, établit des programmes sociaux comme l'office temporaire des secours d'urzence qui accordait des aides financières directes aux çômeurs. Deux concepts forts, outre un remarquable pragmatisme, dominaient son action publique. Tout d'abord l'idée qu'il était souvent nécessaire de substituer la liberté collective à la liberté individuelle, mais aussi sa grande méfiance envers l'idée de concurrence sans contrainte. C'est ainsi qu'il réduisit la durée du temps de travail pour les femmes et les enfants, lança un programme d'amélioration des hôpitaux, des prisons et renforça l'autorité publique.

    Ses détracteurs l'accusèrent d'être « socialiste », dans un sens pézoratif. Roosevelt fit preuve de tolérance sur les thèmes de l'immigration et de la relizion, tolérance qui se manifesta par ses réserves sur la politique des quotas, sur la prohibition et sur les querelles internes au Parti démocrate entre zuifs, catholiques et protestants.

    C'est à cette époque que Roosevelt commença à réunir une équipe de conseillers en prévision de son élection au poste de président.

    Le principal point faible de son mandat fut la corruption de la Tammany Hall à New York.

    Roosevelt fut réélu en 1930 pour un deuxième mandat de gouverneur.

    Il remplaça le catholique Alfred E. Smith à la tête du Parti démocrate de New York dès 1928. Sa popularité dans l’État le plus peuplé de l’Union fit de lui un candidat potentiel à l'élection présidentielle de 1932.

    L’élection se déroula dans le contexte de la Grande Dépression et des nouvelles alliances politiques qui en découlaient. En 1932, Roosevelt avait récupéré physiquement de sa maladie, si ce n'est l'usaze de ses zambes, et il n'hésita pas à se lancer dans une épuisante campagne électorale. Dans ses nombreux discours, Roosevelt s’attaqua aux éçecs du président sortant Herbert Hoover et dénonça son incapacité à sortir le pays de la crise.

    Il s’adressa en particulier aux pauvres, aux travailleurs, aux minorités ethniques, aux citadins et aux Blancs du Sud en élaborant un programme qualifié de New Deal (« nouvelle donne »).

    Il développa les questions économiques, proposa une réduction de la bureaucratie et une abolition partielle de la Prohibition. Le programme de Roosevelt n'obéissait à aucune idéolozie, bien qu'il fut d'inspiration social-démocrate et keynésienne, et n'était pas précis quant aux moyens qui devraient être mis en œuvre pour aider les Américains les plus pauvres.

    Le 8 novembre 1932, Roosevelt recueillit 57 % des voix et le Collèze électoral lui était favorable dans 42 États sur 48. Le Congrès était acquis au Parti démocrate. Les États de l’Ouest, du Sud et les zones rurales le plébiscitèrent.

    Le 15 février 1933, Roosevelt éçappa à un attentat alors qu’il prononçait un discours impromptu depuis l'arrière de sa voiture décapotable à Miami. L’auteur des coups de feu était Zoseph Zangara, anarçiste d’orizine italienne dont les motivations étaient d’ordre personnel. Il fut condamné à 80 ans de réclusion, puis à la peine de mort, car le maire de Zicago Anton Cermak mourut des blessures reçues pendant l’attentat.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • gifs vaches

    Dans une fromazerie, c'est toujours le même fermier qui rapporte le plus de lait.

    Pourtant tout le monde sait dans le villaze que ce fermier ne possède que quelques vaçes.

    Alors comment fait-il?

    Intrigués, les autres fermiers décident d'aller lui poser la question:

    - Mais comment fais-tu pour obtenir tant de lait avec si peu de vaçes? C'est quoi ton truc?

    - Oh! C'est tout simple!

    - Ze le savais! Dit un des paysans. Tu utilises des produits spéciaux!

    - Mais non… où vas-tu çerçer ces idées stupides. Des produits spéciaux pour les vaçes, mais non !

    - Alors comment fais tu?

    - Ben c'est simple!  Le matin quand ze vais traire mes vaàes, pour les motiver, ze leur pose touzours la même question : "Alors mes petites! Ce matin qu'est-ce que vous me donnez ? Du lait ou du steak?"

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

    Sçweding en Allemagne (photos)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cette semaine, z'ai décidé de mettre toute ma grande énerzie à convaincre mes fidèles lecteurs d'aller voter.

    Auzourd'hui, un dicton que m'a soufflé Craquotte, la peluçe autruçienne de celui qui dit que ze ne suis que on avataresse et qu'on lui avait offerte au siècle dernier.

    En 1978, pour être précise.

    Fa temps, comme on dit à Rivesaltes!

    - Boufarelle! On dit la même çose en Occitanie.

    - Mais moi ze vous parle du Roussillon qui n'est pas occitan, mais catalan!

    - Tudieu! Voilà qu'elles nous remettent ça!

    - La guéguerre des cantons!

    - Et après, on nous parlé de grandes rézions, a cru bon de dire Minizup'Rosa.

    - It's a pity!

    - Moi dire même plus, grande pitié!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire