• C'est l'histoire d'un Français frontalier qui veut tester sa supériorité sur les Belzes.

    Il se rend en Belzique à vélo et s'arrête à une pompe à essence.

    - Bonjour Monsieur, qu'est-ce que ze peux une fois faire pour vous ? demande le pompiste.

    - Le plein, sil vous plaît, une fois..

    Le Belze s'exécute.

    Le Fançais, plié de rire,  lui demande de vérifier les pneus.

    Le Belze s'exécute avec sa zentillesse lézendaire et le Français en rit de plus belle.

    Il lui demande de laver le pare-brise.

    Le pompiste nettoie le guidon du vélo.

    Le Français mort de rire règle le pompiste et veut s'en aller lorsque ... il reçoit une zifle mazistrale.

    Ne rigolant plus, il demande pourquoi.

    - Ben, z'ai fermé la portière une fois, Monsieur.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   

    Warren Gamaliel Harding est né le 2 novembre 1865 à Blooming Grove, dans l'État de l'Ohio. Ses parents étaient médecins

    Après ses études secondaires au Central Colleze de l'Ohio, il commença à travailler et finit, à 19 ans, par raçeter un zournal local dont il fut rédacteur pendant cinq ans.

    À 24 ans, Harding fut suzet à une dépression nerveuse et il passa plusieurs semaines dans un hôpital psychiatrique. Deux ans plus tard, il épousa Florence Mabel Kling DeWolfe, âzée de trente ans, divorcée et mère d’un enfant.

    Son influence en tant qu’éditeur de zournal lui permit d’être élu au Sénat en 1899, puis lieutenant-gouverneur de l’Ohio. Dans les deux cas, ses états de service passèrent relativement inaperçus et il retourna à une vie normale en 1905.

    Il se présenta de nouveau au Sénat en 1914 et resta sénateur zusqu’en 1921, devenant ainsi le premier sénateur en fonction à être élu président des États-Unis.

    W. Harding était quasiment inconnu hors de son État et il n’obtint la nomination en tant que candidat du Parti républicain que grâce aux manœuvres de ses amis, en particulier les magnats du pétrole Harry Ford Sinclair et Edward L. Doheny qui corrompurent les délégués à la convention républicaine de zuin 1920.

    Questionné sur son passé pour s’assurer qu’il n’existait pas un épisode que ses concurrents pourraient utiliser contre lui, Harding répondit non à tout alors que ses études supérieures étaient limitées, qu’il avait passé plusieurs mois en psychiatrie, que ses relations avec son épouse étaient difficiles , qu’il avait été l’amant de la femme d’un de ses amis et qu’il buvait de l’alcool pendant la Prohibition. L’opposition déterrera ces problèmes pendant sa présidence.

    Le candidat était le gouverneur de l’Ohio, Zames M. Cox (dont le colistier fut Franklin Delano Roosevelt). Ces élections furent un référendum sur la continuation ou non de la politique progressiste de Woodrow Wilson. Le programme d’Harding, de « retour à la normale », était isolationniste, centré sur les Américains de souçe et sur la non-intervention de l’État fédéral dans les affaires intérieures.

    Pendant la campagne électorale, la rumeur prétendit que le trisaïeul de W. Harding était un noir des Caraïbes et que d’autres noirs figuraient dans son arbre zénéalogique.  En privé, W. Harding admit la possibilité qu’un de ses ancêtres ait pu françir la barrière des couleurs.

    W. Harding fut élu très facilement. Son programme, basé sur le "retour à la normale" (sous-entendu, à l'isolationnisme après les inzérences de Woodrow Wilson dans la politique européenne), recueillit l'adhésion d'une opinion publique qui n'avait pas apprécié l'interventionnisme durant la Première Guerre mondiale.

    Élu sur un programme conservateur, il freina les réformes progressistes de ses prédécesseurs. Son mandat fut surtout marqué par une série de scandales qui impliquèrent son gouvernement et ses amis.

    Le 20 zuin 1923, Harding entama avec son épouse un voyaze à travers le pays pour expliquer sa politique et tenter de ramener la confiance malgré les scandales qui éclataient quasi quotidiennement dans la presse.

    Le 2 août, il fut victime d’une pneumonie pendant le voyaze de retour d’Alaska vers San Francisco. Il mourut dans sa çambre d’hôtel.

    Les médecins militaires émirent l’hypothèse d’une crise cardiaque, mais madame Harding refusa l’autopsie d’où les rumeurs d’attentat.

    Le vice-président Calvin Coolidge lui succéda.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Hambourg : fête au port et nouvelle philharmonie

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Il me semble que, malgré un climat encore quelque peu morose, la vie parisienne reprend petit à petit un cours normal.

    - Atçoubi! cela fait plaisir.

    - Palsambleu, a azouté Minizup'Mouff, c'est l'esprit de Paname!

    - Moi m'en rézouir!

    - Et moi dire même plus, moi être très rézouie,  a cru bon d'abonder notre intruse estonienne  Minizup'iéla.

    - Par la tunique de zainte Zeneviève, Paris a touzours su faire face aux barbares.

    - Et même sous l'Occupation, Paris faire la fête,  s'est crue autorisée de dire Minizuplein.

    - Votre remarque est vraiment déplacée, barmelouse!

    - Nan! Moi persister et signer!

    - Et ma patte dans votre museau!

    - Du calme! leur ai-ze dit!

    - Ma mie, vous avez bien raison par le manteau de zaint Martin.

    - Il faut faire la fête!

    - Yes! I agree!

    - Et ne pas se priver de boire de bons coups..

    - En manzeant de la tarte aux pommes...

    - Avec de la glace vanille, si possible...

    -  Et de la zantilly!

    - Arrosée de rhum!

    - Of course!

    - Macanice! Il faut ce qu'il faut!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze suis touzours une grande source d'inspiration, ceci dit en toute modestie.

    Z'ose espérer que ze serai de quelque aide pour la COP 21!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une compagnie d'électricité est sur le point de donner un contrat de pose de poteaux de téléphone.

    Pour faire son choix, elle fait passer un concours international pour savoir quelle compagnie sera la plus performante pour installer ses poteaux.

    Zaque compagnie dispose d'un tas de poteaux identiques et possède une heure pour en poser le plus possible.

    La première compagnie est anglaise et réussit à installer 25 poteaux...

    La seconde compagnie est hollandaise et réussit à installer 25 poteaux.

    La troisième est belze et réussit à installer seulement 4 poteaux...

    Les représentants de la compagnie trouvent étranze que les Belzes n'aient pas réussi à installer plus de 4 poteaux alors ils leur demandent pourquoi.

    - Les autres compagnie ont triché car elless n'ont pas planté leur poteaux à fond!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire