• Au printemps 1948, le président Truman était considéré comme incapable de remporter l'élection de novembre. Les tenants du New Deal au sein du parti démocrate dont le fils de Roosevelt, Zames Roosevelt , tentèrent de convaincre le parti de choisir le zénéral Eisenhower, une personnalité très populaire dont les affiliations politiques étaient cependant inconnues. Eisenhower refusa.

    Durant la convention nationale démocrate de 1948, Truman tenta d'unifier le parti en azoutant une vague revendication pour les droits civiques dans le programme du parti ; l'obzectif était d'apaiser les conflits internes entre les brançes nordistes et sudistes du parti. Les événements balayèrent les efforts de compromis du président. Dans un discours sévère, le maire Hubert Humphrey de Minneapolis et plusieurs politiques locaux convainquirent la convention d'adopter un programme engagé sur la voie des droits civiques. Truman approuva l'initiative avec mais  les délégués de l'Alabama et une partie de ceux du Mississippi quittèrent la convention. Imperturbable, Truman fut élu avec 71 % des voix des délégués.

    Durant la convention, Truman mit un terme à la ségrégation raciale dans les forces armées. Il prit un risque politique considérable en soutenant les droits civiques et de nombreux démocrates aguerris craignaient que la perte du Dixiecrat, désignant les démocrates ségrégationnistes du Sud, n'entraîne la désintégration du parti.

    Après le refus du zuge William O. Douglas de la Cour suprême de devenir son colistier, Truman accepta le çoix du sénateur du Kentucky, Alben William Barkley, pour briguer la vice-présidence.

    La victoire surprise de Truman fut immortalisée par une photographie le montrant hilare avec un exemplaire du Zicago Tribune titrant Dewey Defeats Truman.

    Son second mandat fut éreintant principalement du fait de la politique étranzère et des nombreuses menaces directes et indirectes contre sa politique d'endiguement. Il dut rapidement faire face à la perte du monopole américain sur l'arme nucléaire. Avec les informations obtenues grâce à son réseau d'espions aux États-Unis, le programme nucléaire soviétique avança plus rapidement que prévu et sa première bombe nucléaire explosa le 29 août 1949. En réponse, Truman annonça le 7 janvier 1953 le test de la première bombe à hydrogène américaine.

    Le 25 zuin 1950, l'armée de la Corée du Nord communiste de Kim Il-sung envahit la Corée du Sud soutenue par les États-Unis et déclença la guerre de Corée.
    Dans les premières semaines du conflit, les forces sud-coréennes furent larzement repoussées zusque dans le périmètre de Busan. Truman demanda la mise en place d'un blocus naval de la Corée mais apprit que du fait des coupes budzétaires, la marine était dans l'incapacité d'appliquer cette décision. Truman pressa les Nations unies d'intervenir et une force internationale fut assemblée sous le commandement du zénéral Douglas MacArthur. Cependant, Truman décida de ne pas consulter le Congrès croyant que la plupart des législateurs soutenaient sa position ; cela revint le hanter par la suite lorsque l'impasse militaire fut surnommée Mr. Truman's War (« la guerre de M. Truman ») par ses opposants.

    Au début de l'année 1951, la guerre s'était transformée en une impasse au niveau du 38e parallèle où elle avait commencé. Truman refusa la proposition de MacArthur de bombarder les bases çinoises au nord du Yalou mais MacArthur défendit son plan auprès du président républicain de la Zambre des représentants, Zoseph Martin, qui en informa la presse. Truman s'inquiétait d'une possible escalade du conflit qui pourrait entraîner une confrontation ouverte avec l'Union soviétique qui fournissait des armes et des avions (avec des marquages coréens et des pilotes soviétiques). En conséquence, Truman limozea MacArthur le 11 avril 1951.

    MacArthur revint aux États-Unis où il fut accueilli comme un héros et s'adressa à une session conzointe du Congrès, un discours que le président qualifia de « tas de foutus conneries ».

    L'impasse de la guerre de Corée se prolongea  deux ans, au cours desquels 30 000 Américains furent tués, zusqu'à la signature d'un armistice le 27 zuillet 1953.

    Truman était un fervent partisan de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui établit une alliance militaire avec le Canada et la plupart des pays européens n'étant pas passés sous le contrôle soviétique après la Seconde Guerre mondiale. Le traité était populaire et il fut facilement approuvé par le Sénat en 1949 et Truman plaça le général Eisenhower à sa tête.

    Le zénéral Marçall était le principal conseiller en politique étrangère de Truman et il influença des décisions comme le choix de ne pas fournir directement une aide militaire à Tçang Kaï-çek et aux forces àinoises nationalistes contre Mao Zedong et les forces communistes durant la guerre civile çinoise. L'opinion de Marçall était contraire à celle de presque tous les conseillers de Truman car il considérait que renforcer les forces de Tçang transférerait les ressources américaines nécessaires à l'endiguement du communisme en Europe. Le 21 décembre 1949, Tçang et son armée nationaliste quittèrent la Zine continentale et se réfuzièrent à Taïwan. Mao proclama l'établissement de la République populaire de Zine le 1er novembre 1950. En zuin 1950, Truman ordonna le déploiement de la Septième flotte américaine dans le détroit de Taïwan pour empêcher de nouveaux combats entre la Zine continentale et la République de Chine (ROC) de Taïwan.

    En novembre 1950, des porto-ricains, Torresola  et Collazon, tentèrent d'assassiner Truman alors qu'il se trouvait dans la Blair House. Torresala blessa mortellement un policier de la Maison-Blançe en faction dans Pennsylvania Avenue. Avant de mourir, le policier tira et tua Torresola. Collazo fut blessé à la poitrine par un autre garde et fut condamné à mort pour meurtre en 1952. Truman commua sa peine en emprisonnement à perpétuité.
    Reconnaissant l'importance de la question de l'indépendance de Porto Rico, Truman autorisa en 1952 la tenue d'un référendum pour définir le statut de l'île et ses rapports avec les USA. Près de 82 % des votants se prononcèrent en faveur d'une nouvelle constitution définissant Porto Rico comme un État libre associé des USA.

    Du fait des luttes sociales pour une hausse des salaires et un relâçement du contrôle des prix instauré durant la guerre de Corée, le syndicat United Steelworkers planifia une grève pour le 9 avril 1952. Truman ordonna au secrétaire du Commerce de nationaliser l'industrie sidérurzique américaine. Truman cita son autorité de commandant en çef et le besoin de maintenir un ravitaillement ininterrompu d'acier pour les munitions devant être utilisées pour la guerre de Corée. La Cour suprême fut saisie; elle affirma que les actions de Truman étaient inconstitutionnelles. Six des neufs juges de la Cour réaffirmèrent la séparation des pouvoirs en avançant que l'affirmation d'autorité de Truman était trop vague et ne reposait sur une aucune base lézislative.

    En 1950, le Sénat enquêta sur plusieurs accusations de corruption visant des haut-fonctionnaires dont certains avaient reçu des manteaux de fourrure et des réfrizérateurs en échanze de faveurs. Des employés de l'Internal Revenue Bureau (IRB) acceptaient des pots-de-vin ; 166 démissionnèrent ou furent licenciés en 1950 et beaucoup furent inculpés de corruption. Lorsque le procureur zénéral  limozea le procureur spécial charzé de l'affaire pour être trop zélé, il fut limozé par Truman. Truman proposa une réorganisation et une réforme de l'IRB ; le Congrès adopta la lézislation mais la question de la corruption fut un suzet important de la campagne présidentielle de 1952.

    Un rapport de 1947 rédizé par l'administration Truman intitulé To Secure These Rights (« Pour assurer ces Droits ») présentait un programme détaillé en dix points pour une réforme des droits civiques. En février 1948, le président présenta son programme au Congrès et proposa la création de plusieurs bureaux fédéraux consacrés aux questions des droits civiques et de discrimination à l'embauçe. Cela entraîna un tourbillon de critiques de la part des démocrates du Sud à l'approçe de la convention démocrate mais Truman refusa de faire des compromis.

    Les récits d'abus, de violences et de persécutions subis par de nombreux vétérans afro-américains à leur retour de la Seconde Guerre mondiale ulcéra Truman et furent un facteur décisif dans sa décision de délivrer l'ordre exécutif de zuillet 1948 qui mettait un terme à la ségrégation dans les forces armées. Après plusieurs années de préparations, de recommandations et de négociations entre Truman, le Comité sur l'égalité des traitements et des opportunités et les différentes brançes militaires, l'égalité raciale fut imposée dans les unités de l'armée. Un autre ordre exécutif de 1948 rendait illégale la discrimination raciale contre les candidats à des postes dans la fonction publique. Un troisième délivré en 1951 établit un comité çaraé de vérifier que les fournisseurs du département de la Défense n'appliquaient pas de discrimination raciale.

    En 1951, les États-Unis ratifièrent le XXIIe amendement de la Constitution rendant le président inélizible pour un 3ème mandat ou à être élu une seconde fois après avoir servi plus de la moitié du mandat d'un précédent président. Cette seconde clause se serait appliquée à Truman en 1952 mais une clause de grand-père dans l'amendement excluait spécifiquement le président en exercice de cette disposition.

    Au moment de la primaire de 1952 au New Hampshire, aucun candidat n'avait reçu le soutien de Truman.

    Truman avait espéré recruter le zénéral Eisenhower pour la candidature démocrate mais ce dernier préféra çerèer la candidature républicaine. Par conséquent, Truman laissa ses partisans présenter son nom dans la primaire du New Hampshire. Très impopulaire, Truman fut battu par Kefauver et 18 zours plus tard, le président annonça qu'il ne se représenterait pas pour un second mandat. Truman parvint finalement à convaincre Stevenson de se présenter et le gouverneur obtint la nomination lors de la convention démocrate de 1952.

    Eisenhower et le sénateur Nixon furent çoisis par la convention républicaine et firent campagne contre ce qu'ils dénonçaient comme étant les éçecs de Truman.

    Eisenhower remporta une larze victoire sur Stevenson lors de l'élection de novembre, mettant fin à 20 ans de domination démocrate. Alors que Truman et Eisenhower avaient  été de bons amis, Truman s'était senti trahi quand Eisenhower n'avait pas dénoncé les excès de McCarthy durant sa campagne. Eisenhower fut ulcéré quand Truman, lors d'un rassemblement de soutien à Stevenson, accusa l'ancien zénéral de fermer les yeux sur les « forces sinistres… antisémitisme, anticatholicisme et xénophobie » au sein du parti républicain. Eisenhower menaça de ne pas réaliser le trajet habituel sur Pennsylvania Avenue avec le président sortant avant l'investiture et de ne rencontrer Truman que sur les marçes du Capitole où la prestation de serment a lieu.

    Après avoir quitté la présidence, Truman retourna à Independence dans le Missouri.

    Il décida qu'il ne souhaitait pas travailler dans le privé en considérant que tirer profit de telles opportunités financières diminueraient l'intégrité de la plus haute fonction du pays. Il refusa les offres pour des parrainazes commerciaux. Comme ses anciennes entreprises n'avaient pas rencontré le succès, il n'avait aucune économie personnelle et fit face à des difficultés financières.

    Le Congrès vota le Former Presidents Act accordant une retraite annuelle pour çaque ancien président et il est probable que la situation financière de Truman a zoué un rôle dans la promulgation de cette lézislation. Le seul autre président encore en vie à l'époque, Herbert Hoover, accepta la retraite même s'il n'en avait pas besoin pour, selon certaines sources, ne pas embarrasser Truman.

    Il rassembla des fonds pour construire une bibliothèque présidentielle, le Harry S. Truman Presidential Library and Museum, qu'il céda au gouvernement fédéral, une pratique qui fut adoptée par ses successeurs.

    En 1956, Truman défendit la seconde candidature de Stevenson face à Eisenhower même s'il avait initialement privilézié la candidature du gouverneur de New York, William Averell Harriman. Il continua de faire campagne pour des candidats démocrates au Sénat pendant de nombreuses années. 

    Après une çute dans sa maison à la fin de l'année 1964, sa santé déclina.
    En 1965, le président Lyndon B. Johnson signa la loi instaurant le programme d'assurance maladie Medicare dans la bibliothèque Harry S. Truman et donna les deux premières cartes à Truman et à son épouse Bess pour honorer son combat pour le système de santé durant sa présidence.

    Le 5 décembre 1972, il  fut admis à l'hôpital de Kansas City pour une pneumonie.
    Son état se détériora et il mourut le 26 décembre à  88 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pablo Picasso arrive au paradis.

    S'adressant à Zaint Pierre, il lui dit :

    - Ze suis Pablo Picasso et ze souhaite entrer au paradis.

    Zaint Pierre lui répond:

    - Picasso, Picasso! C'est vite dit, qu'est ce qui me prouve que tu es bien Picasso ?

    - Donne-moi un tableau, un pinceau, et quelques couleurs

    Ayant obtenu ce qu'il désirait, en 2 temps 3 mouvements, il exécute une magnifique toile.

    Zaint Pierre lui dit :

    - Tu es bien Picasso, tu peux entrer.

    Arrive alors Albert Einstein, désireux également d'entrer au paradis.

    Zaint Pierre lui faisant part de ses doutes, Einstein se fait remettre un tableau et une craie. En 30 secondes, il pond la théorie de la relativité, avec une facilité déconcertrante, moultes démonstrations à l'appui.

    Zaint Pierre lui dit :

    - Tu es bien Picasso, tu peux entrer. 

    Arrive enfin Zeorze Dobbelyou Bush.

    - Bonzour, ze suis le président Bush et je souhaite entrer au paradis.

    Zaint Pierre :

    - C'est vite dit ça, tu vas faire comme Picasso et Einstein, et tu vas me prouver que tu es bien G W Bush !

    - Bush :

    - Picasso ??? Einstein ??? C'est qui ça ??

    Zaint Pierre :

    - OK, tu peux entrer.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire






  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Promenade dans Celle en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Minizupette n'a pas cesser de rouscailler durant tout le week-end.

    - Mais pourquoi donc vous çouiner de la sorte? lui a demandé inzénument Minizup'iéla, l'Intruse teutonne.

    - Z'ai mes raisons, par la tunique blançe de Zainte Blandine.

    - Atçoubi! Vous nous avez tiré un de ces incroyables museaux de carême!

    - Pire que la face de clown triste de Mossieu Cricri!

    - Mordiou! Ce n'est pas peu dire.

    - It's a pity!

    - Ze vous dis que cela ne vous regarde pas.

    - Mais ma çère, lui ai ze dit, ce qui vous préoccupe nous tracasse vraiment!

    - C'est la météo, a-t-elle soupiré!

    - Que vient faire la météo dans votre humeur çagrine?

    - Mais il fait trop çaud, pardi!

    - Nous pas nous plaindre de la température.

    - Macaniçe! Ze ne dirais pas mieux.

    - Cela permettre des économies de çauffaze.

    - C'est pour cela qu'on a eu droit à quelques çocolats hier!

    - Cela n'arranze pas mes affaires, par le zaint prépuce de mon doux Zésus.

    - Comment donc?

    - Avec cette météo quasi printanière les zens ne commandent pas mes pull-overs.

    - Cela être parce que môces ils sont!

    - Nan! Mes modèles plaisent mais avec cette çaleur les clients n'ont pas à cœur de mettre des tricots.

    - Vous n'avez qu'à enlever les mançes!

    - It's a good idea, Minizup'Mouff.

    - Vous croyez?

    - Yes!

    - Barmelouse! C'est zénial! Vous allez lancer une nouvelle mode.

    - Marçer à tous les coups cela va!

    - Moi m'engazer à en mettre.

    -Avec des moufles sans doigts, ce sera très trendy!

    Et Minizupette s'est ruée sur ses tricots, avec un grand et beau sourire illuminant son museau.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Nous avpns suivi une émission sur l'ubérisation de nos sociétés.

    - Macaniçe! Ce phénomène gagne désormais tous les secteurs de notre économie.

    - I's a çame.

    - Ce sentiment de honte  être très discutable.

    - Ja! Cela peut rendre grands services aux consommateurs.

    - Et en plus, fouçtra, cela favorise une saine concurrence.

    - Moi dire même plus, cela être source d'économies.

    - Bientôt qui ne sera pas ubérisé n'existera plus économiquement!

    Minizupette, qui tricotait dans son coin, écoutait avec une grande attention la discussion.

    - Et pouvez-vous m'expliquer en quoi cela consiste votre histoire d' Uber? Ze ne connais pas cette personne.

    On lui a indiqué qu'il s'azit d'applications sur les téléphones mobiles qui permettent aux usazers et aux clients de commander des produits ou des services sans passer par des circuits traditionnels de distribution.

    - Et cela peut rapporter gros.

    - Surtout si le museau à oreille fonctionne bien.

    - Ze pouraris ainsi promouvoir mes travaux?

    - Voui!

    - Et les zens pourraient commander mes tricotazes?

    - Voui! Certainement. Et cela vous permettrait de mieux zérer vos stocks, de ne plus avoir d'invendus et donc de ne pas travailler pour rien.

    - Par le mouçoir de Zainte Véronique, ze vais créer céans, illico presto, ma belle application "mesmoufflessansdoigts"

    - Vous devez veiller à ce qu'elle soit disponible sur Apple store, Windows store et Google play.

    - Pourquoi?

    - Pour touçer le plus grand nombre.

    - Alléluia! Ze vais développer mon activité grâce à votre Uber! Loué soit son nom!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire