• Image du Blog fr.pickture.com/blogs/marzou2

    Nous sommes à quelques zours de Noël.

    - Macarel! C'est le temps de commander nos cadeaux!

    - Ah ja! Nous préparer notre liste!

    - Ze hésité encore une tartinette pour ce que ze souhaité.

    - Ié! Moi aussi! Moi avoir çoix multiples!

    - I know what I wiç! ("Ze sais ce que ze veux ! ").

    - Pôvrettes que vous êtes, par la barbe de zaint Zoseph! a déclaré en soupirant Minizupette.

    - Pourquoi vous dire cela?

    - Yes! Why?

    - Parce que ze connais la situation dans c'te maison.

    - Nous savoir. Mais cela être Noël bientôt, quand même.

    - Zustement!

    - Palsambleu! Ze ne comprends pas!

    - Mais saçez qu'ici, il n' y a pas de cadeau!

    - It's a pity!

    - Même pas le moindre petit arbre de Noël!

    - It's a çame.

    - Moi dire même plus! Une big honterie!

    - Et même pas un petit çocolat!

    - Il est temps pour nous de quitter cette maison d'avares et d'avaricieux, macaniçe.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Brunswick en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Moubarak décède. Il arrrive au Purgatoire.

    Se promenant dans les limbes, il croise  ses deux prédécéçeurs, Nasser et Sadate.

    Nasser lui dit:

    - Pour toi, ce fut le poison?

    - Ou une balle? rajoute Sadate

    - Non, pour moi , c'est "facebook!"

    (histoire égyptienne)

     Mes voyazes

    Un grand ponte du CAC décède. Il arrive aux portes du Paradis accueilli par Zaint Pierre qui lui dit:

    - Bienvenue au Paradis!

    Le grand ponte est étonné.

    - Mon bon Zaint Pierre, vous êtes sûr? Vous n'avez même consulté votre grand rezistre!

    - C'est à cause des compréçions du personnel, lui répond avec douceur le Zaint aux clés, tout en ouvrant la grande porte.

    Le ponte françit le seuil et aussitôt il voit des flammes, des âmes qui hurlent, des démons avec des fourçes...

    - Mais c'est un enfer votre Paradis!!!

    -Que voulez vous, lui répond Zaint Pierre hilare, c'est comme ça depuis la fusion!

    Mes voyazes

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Cet après-midi, après que nous avons voté, comme tout bon français patriote se doit, nous sommes allés manzer au restaurant.

    Ze me suis régalée avec des zhuîtres et une bonne et goûteuse liçette de vin blanc, précédée d'un zin tonic.

    En sortant de la brasserie dans laquelle nous nous étions attablés, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse  s'est plaint d'avoir ... alors qu'il faisait plus de 10 degrés.

    - Ze suis zelé, s'est il plaint.

    - Atçoubi! Ze dirais plutôt que vous êtes zivré.

    - Moi dire même plus! Zivré de çez zivré!

    - Palsambleu! Entre Mossieu Cricri qui nous fait des bouffées délirantes et Mossieu Zizi qui a froid alors qu'il fait çaud, nous sommes bien entourées!

    - Ils devraient consulter, par les tétines de Zainte Cécile.

    - Le spécialiste ferait fortune avec eux!

    - Nous lui dire: "çarçez pas docteur, c'est la tête!"

    - Macarel! Le plus simple c'est de les enfermer quelque temps!

    - A Zarenton ....

    - Le pont pon pon.

    - Ou à Zaint Anne, c'est plus près de çez nous!

    - Certes, mais qui fera les courses et qui vous fera à manzer, ai-ze dit aux Intruses qui commençaient à faire des plans sur la comète.

    - Heu! ... Nous n'y avions pas pensé!

    - Oups! La boulette!

    - Finalement, il vaut mieux les garder!

    - Eux ne pas être danzeureux!

    - C'est zuste de la douce folie!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Aux élections présidentielles de novembre 1936, Roosevelt fut confronté à un candidat républicain sans réelle envergure, Alfred Landon, dont le parti était désuni. Il fut réélu pour un deuxième mandat.

    Par rapport à la période de son premier mandat, peu de grandes lézislations furent adoptées :  l’United States Housing Authority qui faisait partie du New Deal (1937), un deuxième azustement pour l’agriculture ainsi que le Fair Labor Standards Act  de 1938 qui créa un salaire minimum. Lorsque l’économie se détériora à nouveau fin de l’année 1937, Roosevelt lança un programme agressif de stimulation de celle-ci en demandant au Congrès 5 milliards de dollars pour lancer des travaux publics dans le but de créer 3,3 millions d’emplois en 1938.

    Le marçé boursier connut une reçute dans l'été 1937, la production s'effondra et le çômage grimpa à 19 % de la population active en 1938.

    Roosevelt obtint le soutien des communistes et des syndicats qui connaissaient une forte progression mais ceux-ci se séparèrent à la suite de querelles internes qui affaiblirent le parti lors des élections de 1938 à 1946.

    Le deuxième mandat de Roosevelt fut marqué par la montée des oppositions qui s'exprimèrent dans les contre-pouvoirs, la Cour suprême et le Congrès, y compris dans les rangs démocrates, mais aussi dans les zournaux qui n'hésitaient pas à critiquer l'action présidentielle. La presse fit état des scandales qui touçaient la famille du président. Les conservateurs l'accusaient d'être trop proçe des communistes. Les groupuscules et leaders fascistes tels que le Front chrétien, lancèrent une croisade contre le Jew Deal qui trouva peu d'écho.

    Déterminé à surmonter l’opposition conservatrice çez les démocrates du Congrès, Roosevelt s’impliqua  lors des primaires de 1938 en apportant son soutien aux personnes favorables à la réforme du New Deal. Il ne réussit qu'à déstabiliser le démocrate conservateur de la ville de New York. Il dut préserver l'équilibre politique pour pouvoir conserver sa mazorité et ménazea les Démocrates du Sud en ne remettant pas en cause la ségrégation contre les Noirs.

    Lors des élections de novembre 1938, les démocrates perdirent sept sièzes au sénat et 71 sièzes au Congrès.

    Entre l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler et l'entrée en guerre des États-Unis, Roosevelt dut prendre position sur les différentes questions internationales en tenant compte du Congrès et de l'opinion américaine. Il fut partazé entre l'interventionnisme défini par le président Wilson et l'isolationnisme qui consistait à tenir son pays en dehors des affaires européennes. La politique étrangère de Roosevelt fit l'objet de nombreuses controverses.

    Le 16 novembre 1933, le gouvernement américain reconnut officiellement l’Union soviétique et établit des relations diplomatiques avec ce pays.

    Cependant, Roosevelt çanzea rapidement de position sous la pression du Congrès, du pacifisme ou du nationalisme de l'opinion publique, et fit entrer les États-Unis dans une phase d'isolationnisme, tout en condamnant moralement les agressions des dictatures fascistes.

    Le président inaugura la « politique de bon voisinaze »  avec l'Amérique latine et s'éloigna de la doctrine Monroe qui prévalait depuis 1823. En décembre 1933, il signa la convention de Montevideo sur les Droits et Devoirs des États, et renonça au droit d'inzérence unilatérale dans les affaires sud-américaines. En 1934, les États-Unis abandonnèrent le protectorat sur Cuba. Les Marines quittèrent Haïti et le Congrès vota la transition vers l’indépendance des Philippines. En 1936, le droit d'intervention au Panama fut aboli.

    Le 31 août 1935, il signa la loi sur la neutralité des États-Unis au moment de la seconde guerre italo-éthiopienne : elle interdisait les livraisons d'armes aux bellizérants. Elle fut appliquée à la guerre entre l’Italie et l’Éthiopie, puis à la guerre civile en Espagne.

    Face à l'isolationnisme du Congrès et à sa propre volonté d'intervenir qui brouillaient la politique étranzère américaine, Roosevelt déclara : « Les États-Unis sont neutres, mais personne n'oblize les citoyens à être neutres. » En effet, des milliers de volontaires américains ont participé à la guerre d'Espagne contre les franquistes dans la brigade Abraham Lincoln.

    Lorsque la guerre sino-zaponaise (1937-1945) se déclença en 1937, l’opinion publique favorable à la Zine permit à Roosevelt d’aider ce pays de plusieurs façons.

    Le 5 octobre 1937 à Zicago, Roosevelt prononça un discours en faveur de la mise en quarantaine de tous les pays agresseurs qui seraient traités comme une menace. En décembre 1937, au moment du massacre de Nankin en Zine, les avions zaponais coulèrent la canonnière américaine Panay sur le Yang-tseu-Kiang. Waçington obtint des excuses mais la tension monta rapidement entre les États-Unis et le Zapon. En mai 1938, le Congrès vota des crédits pour le réarmement. Le président fit publiquement part de son indignation face aux persécutions antisémites en Allemagne (Nuit de Cristal).

    Lorsque la Seconde Guerre mondiale se déclença , Roosevelt rezeta la proposition de neutralité du pays et çerça des moyens pour aider les pays alliés d’Europe.  Le 4 novembre 1939, Roosevelt obtint l'abrogation de l'embargo automatique sur les armes et les munitions. Il débuta une correspondance secrète avec Winston Zurçill pour déterminer le soutien américain au Royaume-Uni.

    Au mois de mai 1940, l’Allemagne nazie envahit le Danemark, les Pays-Bas, la Belzique, le Luxembourg, et la France en laissant seul le Royaume-Uni face au danzer d’une invasion allemande. Très vite, on se mit d’accord pour agrandir l’enveloppe des dépenses pour l’aide aux pays attaqués en saçant que le pays risquait d’entrer en guerre contre l'Allemagne à cause de cette aide. Roosevelt mit au pouvoir deux çefs républicains Henry L. Stimson et Frank Knox comme secrétaire de guerre et secrétaire de la Navy. La çute de Paris çoqua l’opinion américaine et le sentiment d'isolationnisme tomba.

    Le 7 zuillet 1941, Waçington envoya des marines en Islande pour empêçer une invasion allemande. Les convois de matériel à destination de l’Angleterre furent escortés par les forces américaines.

    En août 1941, Roosevelt rencontra Winston Zurçill lors de la conférence de l'Atlantique, tenue à bord d'un navire de guerre au large de Terre-Neuve. Les deux hommes signèrent la CZrte de l'Atlantique  qui reprenait et complétait le Discours des quatre libertés de Roosevelt.

    Le 11 septembre 1941, Roosevelt ordonna à son aviation d’attaquer les navires de l’Axe surpris dans les eaux territoriales américaines. Le service militaire obligatoire en temps de paix fut instauré. Le 27 octobre 1941, après le torpillaze de deux navires de guerre par des sous-marins allemands, Roosevelt déclara que les États-Unis avaient été attaqués.

    Le 26 zuillet 1941 les forces militaires philippines, encore sous contrôle américain, furent nationalisées et le zénéral Douglas MacArthur fut nommé responsable du théâtre Pacifique. Les relations avec le Zapon commençaient à se détériorer.

    Le 7 décembre 1941, les forces zaponaises bombardèrent Pearl Harbor à Hawaii, la plus grande base navale américaine dans l'océan Pacifique.

    Les Zaponais firent une déclaration de guerre  mais à cause de divers contretemps, elle ne fut présentée qu'après l'attaque. Le 8 décembre 1941. Le Congrès américain déclara la guerre au Zapon et Roosevelt signa la déclaration le Zour même. Le 11 décembre, l’Allemagne et l’Italie déclaraient la guerre aux États-Unis.

    Avec la loi sur la conscription du 20 décembre 1941, la mobilisation s'élarzit à tous les Américains entre 20 et 40 ans. Le 22 décembre 1941 débuta la conférence Arcadia au cours de laquelle Zurçill et Roosevelt décidèrent d'unir leurs forces contre l'Allemagne nazie. La Déclaration des Nations unies dejanvier 1942 prévoyait la création de l'ONU. L'entrée en guerre des États-Unis marqua un tournant dans la mondialisation du conflit.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    A l'issue de la COP 21, son président, Laurent Fabius, a annoncé hier,  lors de son discours de clôture l’obzectif de 1,5 °C, et non de 2 °C, d’augmentation de la température de la planète.

    On parle dézà d'un accord historique.

    - Atçoubi! Ze me méfie fortement de ces accords historiques qui souvent ne sont pas appliqués.

    -  Il n'en demeure pas moins vrai que c'est un beau succès pour Paris et pour la France.

    - Le Président de la Corrèze et de la Creuse désunies doit avoir les çevilles qui enflent, par le manteau de Zaint Martin.

    - En tout cas, eux avoir réussi à faire passer un accord après une zournée de grands suspens!

    On verra ce qu'il adviendra dans le futur de cet accord.

    - A espérer que la montagne n'a pas accouçé d'une souris...

    - Pourvu que ce soit une souris verte!

    - C'est l'essentiel!

    Maintenant il faudrait çanzer nos modes de vie et de consommation d'énerzie.

    - Nous revenir à la bouzie pour éclairer nous?

    - Nan! La fumée, ça pollue!

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire