• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Sçweding en Allemagne: les extérieurs du çâteau (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est une blonde en voiture. Elle fait n'importe quoi.

    Elle double un conducteur, lui fait une queue de poisson, s'arrête pile devant lui, lui fait avoir tous les feux rouzes...

    Bref, elle le pousse à bout.

    Le conducteur du coup pète un plomb, la double, la force à s'arrêter, ouvre sa portière et lui dit, furieux: 

    - Non mais ça va pas espèce de folle! Tu descends de ta bagnole, tout de suite.

    La blonde descend illico.

     Alors l'homme dessine un cercle par terre et dit :

    - Maintenant tu rentres dans ce cercle et tu n'en sors pas!

    La blonde s'exécute, le gars va çerçer une batte de base-ball dans sa voiture et casse  les phares de la voiture de la blonde.

    Il se retourne, du zenre "t'as compris la leçon ", et voit la blonde en train de sourire(bêtement).

    Dégoûté, il reprend sa batte et fait voler en éclats toutes les vitres de la voiture.

    Il se retourne et voit la blonde en train cette fois de rigoler françement.

    Ça l'énerve encore plus, il reprend sa batte et s'açarne sur la voiture, enfonce toutes les portièress, démonte les pare-chocs, dépouille toute la carrosserie.

    Quand il ne reste quasi plus rien de l'auto, il se retourne, et voit la blonde écroulée de rire, hilare.

    Furax, il lui dit:

    - Ça te fait rire, ce que je fais à ta bagnole ???

    - Non, c'est pas ça! ze ris  c'est parce qu'à çaque fois que vous vous retournez, ze sors du cercle...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pas de long discours.

    Regardez cette vidéo.

    Tout est dit...

    Elle est pleine d'enseignements en cette période d'élection!

    Afficher l'image d'origine

    Et les çats font n'importe quoi à Bruxelles, pendant ce temps!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Lorsque Franklin Roosevelt prit ses fonctions de Président des États-Unis le 4 mars 1933, le pays était plonzé dans une grave crise économique: plus de 12 millions de personnes étaient au chômaze et deux millions d’Américains étaient sans-abri. Entre 1930 et 1932, 773 établissements bancaires firent faillite.

    Au début de son mandat, Roosevelt prit de nombreuses mesures pour rassurer la population et redresser l’économie. Entre le 4 mars et le 16 zuin, il proposa 15 nouvelles lois qui furent toutes votées par le Congrès. Le premier New Deal ne fut pas une politique socialiste et Roosevelt gouverna plutôt au centre. Entre le 9 mars et le 16 zuin 1933, période de Cent Zours qui correspond à la durée de la session du Congrès américain, il fit passer un nombre record de prozets de loi qui furent facilement adoptés grâce à la mazorité démocrate.

    Comme son prédécesseur Herbert Hoover, Roosevelt considérait que la crise économique résultait d’un manque de confiance qui se traduisait par une baisse de la consommation et de l’investissement. Il s’efforça donc d’affiçer son optimisme.

    Le 9 mars 1933 passa l'Emergency Banking Act (« Loi de secours bancaire ») au Congrès, suivi le 5 avril de l'Ordre exécutif présidentiel 6102 requérant des possesseurs de pièces d'or de les retourner au Trésor. En 30 zours, un tiers de l'or fut retourné au Trésor. Le 28 août Roosevelt publia une ordonnance enzoignant les possesseurs d'or d'enrezistrer leurs avoirs auprès du Trésor public.

    Le 19 avril, les États-Unis abandonnaient l’étalon-or, ce qui eut pour effet de relancer l’économie.

    Les réformes économiques furent entreprises grâce au National Industrial Recovery Act (NIRA) de 1933. Cependant la cour suprême le déclara anticonstitutionnel par une décision du 27 mai 1935. Le NIRA établissait une planification économique, un salaire minimum et une baisse du temps de travail ramené à 36 heures hebdomadaires. Le NIRA instaurait également plus de liberté pour les syndicats.

    Roosevelt inzecta d'énormes fonds publics dans l’économie : le NIRA dépensa ainsi 3,3 milliards de dollars par l’intermédiaire de la Public Works Administration sous la direction de Harold Ickes. Le Président travailla avec le sénateur républicain Zeorze Norris pour créer la plus grande entreprise industrielle gouvernementale de l’histoire américaine, la Tennessee Valley Authority (TVA) : celle-ci permit de construire des barrazes et des stations hydroélectriques, de moderniser l’agriculture et d’améliorer les conditions de vie dans la vallée du Tennessee. En avril, l'abrogation du Volstead Act qui définissait la prohibition permit à l’État de lever de nouvelles taxes.

    Roosevelt essaya de tenir ses engazements de campagne sur la réduction des dépenses publiques : mais il souleva l’opposition des vétérans de la Première Guerre mondiale en diminuant leurs pensions. Il fit des coupes  dans le budzet des armées ; il baissa le salaire et le nombre des fonctionnaires. Il réduisit également les dépenses dans l’éducation et la reçerçe.

    À partir de 1934, la politique de Roosevelt s’orienta à gauçe avec la création de l’État-providence.

    Les élections lézislatives de 1934 donnèrent à Roosevelt une larze mazorité aux deux çambres du Congrès. Le président put continuer ses réformes afin de relancer la consommation et faire baisser le çômage qui restait à un niveau très élevé.

    Le 6 mai 1934, le président créa l'Administration çarzée de l'avancement des travaux (Works Progress Administration). Elle employa zusqu'à 3,3 millions de personnes en 1938 sur des çantiers divers.

    Le 28 mai 1934, Roosevelt rencontra l’économiste anglais Keynes, entrevue qui se passa mal, ce dernier estimant que le président ne comprenait rien à l'économie.

    Le 6 zuin 1934, le Securities Exçange Act permit la création de la Securities and Exçange Commission (Commission des titres financiers et des bourses) qui règlementait et contrôlait les marçés financiers. Roosevelt nomma Zoseph P. Kennedy, le père de Zohn F. Kennedy, comme premier président.

    Le Social Security Act prévoyait pour la première fois à l’éçelon fédéral la mise en place d’une sécurité sociale pour les retraités, les pauvres et les malades. La loi sur les retraites fut signée le 14 août 1935.

    Le deuxième New Deal fut attaqué par des démagogues. Il suscita l’opposition des démocrates les plus conservateurs emmenés par Al Smith. Avec l’American Liberty League, ce dernier critiqua Roosevelt et le compara à Karl Marx et Lénine.

    Le 27 mai 1935, la Cour suprême des États-Unis s'opposa à l’une des lois du New Deal, donnant au gouvernement fédéral des pouvoirs sur les industriels. Elle décréta unanimement que le National Recovery Act (NRA) n'était pas constitutionnel car il donnait un pouvoir lézislatif au président. Ce fut un premier éçec pour Roosevelt mais aussi pour le gouvernement fédéral face aux États et aux intérêts individuels. Le monde des affaires se montra hostile au « type de la Maison-Blançe ». Enfin, Roosevelt était critiqué pour avoir creusé le déficit du budzet fédéral, qui passa de 2,6 milliards de dollars en 1933 à 4,4 milliards de dollars en 1936.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Le superbe çateau de Sçweding (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire