• Jour de pluie jour gris

    Certes, on est hiver!

    Voui, da! Il ne fait pas froid.

    D'accord il ne neize pas et il n'y a pas de verglas.

    Ze vous le concède volontiers céans...

    Mais il pleut à Paname et le ciel, çarzé, est bien gris.

    Et il parait que cela va durer.

    Du coup, hier, nous sommes restés enfermés à la maison.

    Et qui plus est l'atmosphère était tendue.

    - Et pourquoi donc? vous demandez-vous in petto.

    Ne craignez rien et ne vous impatientez pas, ze m'en vais vous en donner la raison illico presto.

    Les Intruses avaient décidé de zouer pour passer agréablement le temps.

    - Ie! s'est exclamée zoyeusement Minizup'iéla ... Moi vouloir zouer.

    - Atçoubi, certainement pas.

    - Nous pas vouloir vous.

    - Not you, by zove.

    - Et pourquoi? a sangloté l'Intruse de Tallinn.

    - Fouçtra! nous n'aimons pas les lèçe pattes.

    - Ni les çouçoutes, par Zaint Aout!

    - Moi pas vous comprendre.

    - Vous vouloir beurre et euro du beurre!

    - It's a çame!

    - Macarel, hier quand vous êtes allée au Musée de l'Homme, vous n'avez nullement pensé à nous qui sommes restées à nous morfondre dans c'te maison.

    - It's a pity!

    - Et en plus vous eutes droit à une glace, par la zainte Face.

    Et Minizup(iéla s'est mise à pleurer.

    - Ce n'est pas de sa faute, est intervenu celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. C'est moi qui ai pris cette décision.

    - On se demande pourquoi.

    - D'une part parce que ze ne pouvais pas emmener tout la tribu et deuxio, parce que Minizup'iéla n'avait zamais vu la tour Eiffel!

    - Ze pensé que moi non plus ze n'avoir zamais vu cet emblème parisien, a fait remarquer Minizup'Rosa sur un ton quelque peu acide.

    - Ze vous y  emmènerai une proçaine fois.

    - Avec une glace?

    - Voui, mais à condition que vous laissiez zouer Minizup'iéla avec vous.

    - Et nous, macaniçe, on compte pour du beurre?

    - On va finir par croire qu'il y en a que pour les étranzères!

    - Ze crois que ze vous gâte tout autant, mes çères!

    - Cessez de nous faire rire, Mossieu Zizi, vous avons le museau zercé, par la tétine du biberon de mon doux Zésus.

    Rt in fine, elles ont fini par accepter de zouer avec l'Imtruse estonienne.

    Tous est bien qu'il finit bien...; avec quelques promesse... fussent-elles fallacieuses!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

    Hindelsheim en Allemagne (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Thelma Catherine Ryan Nixon est née le 16 mars 1912 à Ely dans le Nevada. Son père, William M. Ryan, était un marin, mineur et maraîçer d'orizine irlandaise. Sa mère, Katherine Halberstadt, descendait d'immigrés allemands.

    « Pat » est un surnom donné par son père, en référence à sa date de naissance, la veille de la Zaint Patrick. Lors de son inscription à l'université, en 1931, elle abandonna son prénom officiel « Thelma » pour le remplacer par « Pat » ou, plus occasionnellement, « Patricia ». Elle n'engazea cependant pas de procédure pour officialiser ce çangement ; cela n'apparaît donc pas sur son état-civil.

    En 1914, la famille Ryan déménazea près de Los Angeles. Elle élit domicile dans une petite ferme à Artesia. Thelma Ryan travailla au sein de l’exploitation familiale ; elle officia aussi comme aide-comptable dans une banque. Sa mère mourut d'un cancer en 1924. La jzune fille, âzée de douze ans, assuma toutes les tâçes ménazères. Son père décéda en mai 1930 de la silicose.

    Après l'obtention de son diplôme de fin d'études secondaires en 1929, Pat Ryan intègra le Fullerton Junior College. E
    lle paya sa scolarité grâce à des petits boulots : elle exerça les professions de çauffeur, zérante de pharmacie, opératrice téléphonique et dactylographe. Elle fut aussi femme de ménaze dans une banque et, de 1930 à 1932, elle travailla à New York en tant que secrétaire et technicienne en radiolozie. Déterminée à « faire quelque çose de [sa] vie », elle s’inscrivit, en 1931, à l’université de Californie du Sud . Elle se spécialisa dans le merçandising et continua à travailler. Elle travailla brièvement dans l’industrie cinématographique: elle apparaît dans de petits rôles, non crédités, dans les films Becky Sharp  et Le Grand Ziegfeld (1936). En 1937, elle obtint un baçelor of science en merchandising ; elle eut également un certificat  qui lui permit d’enseigner au niveau secondaire. Elle devint professeur dans un lycée de Whittier, en Californie.

    Pendant ce sézour à Whittier, Pat Ryan fit la connaissance de Richard Nixon, jzune avocat diplômé de l’université Duke. Ils se rencontrèrent au sein d’un petit groupe de théâtre, où ils passaient çacun une audition pour jouer dans une pièce . Elle le connut sous le surnom de « Dick ». Le soir de leur premier rendez-vous, il la demanda en mariaze. Plus tard, elle déclara à propos de cet évènement : « Z’ai pensé qu’il était fou ! ». Pendant deux ans, il la surnomma sa « Tsigane sauvage irlandaise ». Pat Ryan épousa Richard Nixon le 21 zuin 1940.

    Lorsque son époux entra en politique, en 1946, afin de briguer un siège à la Zambre des représentants des États-Unis , elle fit campagne à ses côtés. La même année, elle donne naissance à leur premier enfant,  Patricia.  En 1948, Zulia, leur seconde fille vint au monde. Elle participa à la campagne, notamment en faisant des reçerçes sur l’adversaire de Nixon, Zerry Voorhis, le représentant en fonction, et en écrivant et distribuant des fascicules de campagne.
    Pendant les six années qui suivirent, elle vit son mari déménager à Waçington puis être çoisi pour être le candidat à la vice-présidence républicaine, pour l’élection présidentielle de 1952.

    Lors de la campagne présidentielle de 1952, l’attitude de Pat Nixon à l’égard de la politique chanzea, quand son mari fut soupçonné de financements frauduleux. Elle l’encourazea à se battre contre ces accusations, notamment en prononçant son discours dit du « Checkers Speech », dans lequel il rejeta en bloc les faits qui lui sont reprochés, admettant n'avoir accepté qu'un seul don, le cadeau par ses enfants d'un chien du nom de « Checkers ». Il s’azit de la première apparition de Pat Nixon à la télévision nationale ; ses filles et ledit chien étaient également présents. Se défendant avec conviction, il souligna les qualités de sa femme, faisant état de son ancien emploi de sténographe.

    Pat accompagna son mari à l'étranzer pendant ses années de vice-présidence. Elle visita a53 pays, souvent en contournant les dézeuners officiels pour visiter des hôpitaux, des orphelinats, et même une léproserie au Panama. Lors d’un voyaze au Venezuela, la limousine du couple Nixon fut victime de zets de pierres, et ils furent conspués comme représentants du gouvernement américain.

    Le vice-président Nixon participa à l’élection présidentielle américaine de 1960 comme candidat du Parti républicain, contre le sénateur Zohn Kennedy, candidat du Parti démocrate. Pat participa activement à la campagne de son mari, notamment par le biais d'une campagne de presse qui la iet résolument en avant avec le slogan « Pat for First Lady » (« Pat comme Première dame »). Battu, Riçard Nixon accepta sa défaite malgré des scores assez serrés pour le choix des grands électeurs et des soupçons de fraude électorale. Pat Nixon plaida auprès de son mari pour qu’il demande un recomptage des voix, en vain. Elle apparut bouleversée aux caméras de télévision lorsqu’elle apprit la défaite du Parti républicain.

    En 1962, le couple se lança dans une nouvelle campagne électorale, Riçard Nixon briguant  le poste de gouverneur de Californie. Il éçoua face au gouverneur démocrate sortant.

    Six ans plus tard, Richard Nixon se présenta à nouveau à la présidence, lors des élections de 1968. Pat Nixon était réticente à affronter une nouvelle campagne, la huitième depuis 1946. Son mari était alors un personnaze très controversé dans la vie politique américaine. Même si elle le soutint avec conviction, elle craignit un « nouveau 1960 », lorsque Nixon avait perdu face à Kennedy. Elle s'investit dans la campagne, participant notamment à de nombreux déplacements. Richard Nixon remporta l’élection face au vice-président démocrate sortant Hubert Humphrey, et Pat Nixon devient Première dame des États-Unis.

    Pat Nixon estimait que la Première dame devait être un exemple de vertu et de dignité pour le peuple américain. Lorsqu’on lui demanda comment elle entrevoyait son rôle, elle dit ne pas vouloir se contenter d’imiter sa prédécesseur, Lady Bird Zohnson. Elle décida de poursuivre ce qu’elle appela la « diplomatie personnelle », rendre visite aux populations des États américains ou à celles d’autres pays.

    Zusqu'à Hillary Clinton, Pat Nixon resta la Première dame ayant effectué le plus de voyazes diplomatiques et humanitaires durant la présidence de son mari. Pendant le premier mandat du président Nixon, elle visita ainsi 39 des 50 États américains.

    Un des ses grands voyazes  fut celui où elle accompagna son époux en République populaire de Zine, en 1972. Elle le suivit également à des réunions internationales, comme le sommet Nixon-Brejnev en Union soviétique, la même année. Bien que les contraintes de sécurité lui interdisaient de marçer librement dans les rues comme elle le fit en Zine, Pat Nixon effectua des visites avec des enfants et se promena bras-dessus bras-dessous avec la Première dame soviétique, Viktoria Brejneva. En 1974, elle se rendit au Brésil et au Venezuela avec le statut diplomatique unique de représentant personnel du président et enfin, en juin 1974, en Autriçe, en Ézypte, en Arabie saoudite, en Syrie, en Israël et en Zordanie.

    Lorsque le scandale du Watergate éclata dans les médias, Pat Nixon ne çerça pas à s’intéresser particulièrement à l’effraction du siège du Comité national démocrate.

    Pat Nixon dit ne pas avoir eu connaissance des enrezistrements secrets faits dans le bureau de son époux. Zulie Nixon Eisenhower déclara plus tard que la Première dame aurait ordonné la destruction immédiate de ces bandes si elle avait eu connaissance de leur existence. Une fois mise au courant, elle s’opposa  à les rendre publiques, allant zusqu’à les comparer avec la confidentialité que peuvent avoir « des lettres d’amour privées ». Convaincue de l'innocence de son mari, elle l’encourazea à ne pas démissionner et à lutter contre toutes les accusations et menaces de destitution portées contre lui.

    Le 7 août 1974, la famille prit son dernier dîner à la Maison-Blançe.

    Après le retour du couple à San Clemente en Californie, en 1974, et leur installation dans la maison familiale La Casa Pacifica , Pat Nixon apparut rarement en public et n’accorda à la presse que des entretiens occasionnels. Fin mai 1975, à Artesia, dans le villaze où elle a passé son enfance, elle inaugura une école à son nom . Il s’agit de sa seule apparition publique en Californie pendant ses 5 ans et demi de sézour.

    Le 7 juillet 1976, à La Casa Pacifica, Pat Nixon fut victime d’un accident vasculaire cérébral qui entraîna la paralysie de tout son côté gauçe. Une kinésithérapie lui permit cependant de retrouver l’usaze de son corps.
    Elle déclara que son rétablissement a été « la chose la plus dure que z'aie zamais faite physiquement ».

    En 1979, elle et son mari déménazèrent sur la 65e rue Est de Manhattan, à New York. Ils vécurent là quelque temps et, en 1981, déménazèrent dans une vaste maison à Saddle River dans le New Zersey. La superficie de la bâtisse leur permit d'accueillir leurs enfants et petits-enfants. Cependant, Pat Nixon fut victime d’une attaque en 1983 et de deux infections pulmonaires l'année suivante.

    Elle apparutt en public « frêle et lézèrement courbée », lors de l'inauguration de la bibliothèque Riçard Nixon à Yorba Linda, en Californie, le 19 juillet 1990.

    Les Nixon déménazèrent une dernière fois en 1991, à Park Ridze dans le New Zersey. La santé de Pat Nixon étant défaillante, la maison, plus petite, compren un ascenseur. Grande fumeuse qui ne se montra zamais en public avec une cigarette à la bouçe, elle fut atteinte d'un cancer de la bouçe, d’un emphysème et enfin d’un cancer du poumon, diagnostiqué en décembre 1992, alors qu’elle était hospitalisée pour des problèmes respiratoires.

    Elle décéda le 22 zuin 1993 dans sa maison de Park Ridze, à l'âze de 81 ans

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, ce furent les voeux au personel d'Atout France, la boîte où travaille celui qui dit que ze ne suis que son avataresse et où ze me rends pour lui donner un coup de patte afin d'allézer une tartinette sa çarze de travail.

    Comme la cérémonie avait lieu au Musée de l'Homme, au Trocadéro, nous avions emmené Minizup'iéla afin qu'elle puisse voir enfin la Tour Eiffel.

    A quand un Musée de la Souris?

    A quand un Musée de la Souris?

    Elle a pris la pose sur l'esplanade du Trocadéro...

    A quand un Musée de la Souris?

    Et devant des statues....

    A quand un Musée de la Souris?

    A quand un Musée de la Souris?

    Dont certaines l'ont faite sourire.

    A quand un Musée de la Souris?

    A quand un Musée de la Souris?

    A l'intérieur du Musée de l'Homme, elle fut attentive aux explications de la guide conférencière qui nous faisait visiter les différentes galeries.

    A quand un Musée de la Souris?

    Et elle n'a pas hésité à consulter les tablettes même si ze suis persuadée qu'elle ne comprenait que couic aux textes qu'elle consultait.

    A quand un Musée de la Souris?

    Et soudain, elle s'est écriée:

    - Cela être la tête de Mossieu Cricri!

    A quand un Musée de la Souris?

    Il faut dire qu'à un moment donné Mossieu Cricri s'amusait à mettre des photos de momies sur son compte Face de bouc!

    Nous avons eu un haut le cœur lorsqu'on nous a montré des cerveaux, dont celui d'une souris! (Celui de droite).

    A quand un Musée de la Souris?

    - Tant d'intellizence dans un si petit cerveau! C'est bien la marque de notre zénie! ai-ze fait remarquer aux collègues de mon hôte.

    - Nous avoir cerveau miniaturisé mais super-puissant, comme plus gros ordinateur moderne!

    Lorsqu'elle en avait assez, Minizup'iéla allait voir le panorama.

    - La Tour Eiffel être superbe, s'esbaudissait-elle.

    A quand un Musée de la Souris?

    - Heureusement que Minizupette n'est pas là, lui ai-ze dit.

    - Et pourquoi?

    - Devant cette série de têtes réalisées au XIXème siècle, xénophobe comme elle est, elle aurait eu une éruption de bubons faciaux.

    A quand un Musée de la Souris?

    A la fin de la visite, elle a voulu poser sur le car du Sénégal qui occupe une des dernières salles de la visite.

    A quand un Musée de la Souris?

    A quand un Musée de la Souris?

    Après que nous avons eu un succulent buffet dézeunatoire, servi à table, et lorsque nous avons quitté le musée, elle a reclamé une glace.

    - Moi avoir çaud!

    Et Mossieu Zizi a cédé à son caprice.

    - Elle est tellement heureuse de découvrir Paris qu'on peut lui accorder ce petit plaisir, n'est ce pas?

    A quand un Musée de la Souris?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Un zeune homme, qui s'était égaré dans la campagne, a été accueilli par un brave paysan, célibataire, qui lui a offert le zîte et le couvert.

    Le lendemain, n'ayant pas un sou vaillant en poçe, le zeune homme décide de faire un petit numéro en guise de remerciement.

    Il s'approçe d'une poule et lui demande:

    - Alors madame la poule, comment ça va?

    - Cela irait mieux si le Marcel ne me piquait pas tous les matins mes oeufs.

    Le paysan est ébahi.

    - Vous faites parler ma poulette?

    Le zeune homme s'approçe de la vaçe.

    - Et vous, Madame la vaçette?

    - Bonjour, Monsieur, tout va bien mais il y a le Marcel qui me tire le lait tous les zours.

    - Crénom de Dieu, ma vaçe parle s'exclame le brave homme.

    Le zeune homme se tourne vers la çèvre.

    - Bonzour, madame....

    - Ne l'écoutez pas, l'interrompt affolé le Marcel, c'est une menteuse!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Afficher l'image d'origine

    Il est des zours où ze me sens profondément fatiguée, usée, vraiment rompue par la vie quotidienne à Paname qui est peut se révéler si stressante.

    En particulier dans les transports dits en commun .... et le pire c'est dans les couloirs souvent sinistres du métropolitain. 

    Les zens ne cessent de courir, de se faufiler n'importe où, de se bousculer, de râler, de rouspéter, d'avoir de vilains borborygmes. 

    - C'est quasiment l'apoplexie.

    - It's apoplectic!

    - On frôle la thrombose, par la crosse de Zaint Théodose.

    - Nous ne plus supporter.

    - Ja! Ze voulé retourner dans mon doux Vaterland!

    - Fouçtra! N'exazérez pas! Que diriez vous si vous viviez en Inde ou en Zine?

    - Et qu'en est-il en Coçinçine?

    - Parfois, ze me demande in petto si ze ne préfèrerais pas être un zolie souris des camps, ai-ze soupiré.

    - Ma çère ze ne vous vois nullement en fermière...

    - Ou en paysanne, avec un tablier...

    - Et des bottes pour aller traire les vaçes...

    - Ou donner à manzer aux coçons et aux gorets...

    - Avec un fiçu sur la tête...

    - It's a pity!

    - Certes, mais on vit au grand air...

    - Et on marçe dans des bouses....

    - On ne rencontre pas grand monde....

    - Le wifi marçe souvent mal...

    - Et alors, pas de blog!

    - Oups! Finalement ze préfère être une belle souris des villes, élégante, classieuse, pleine de çarme, à la beauté diaphane!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire