•   

    Un avocat de la Nouvelle-Orléans avait établi pour son client un dossier de demande de prêt immobilier.

    Il lui était demandé de zoindre le certificat de propriété du terrain qui servait de caution au prêt.

    Ce que fit l'avocat en remontant après plusieurs mois d'effort zusqu'en 1803.

    L'office de prêt, au reçu du dossier, écrivit à l'avocat pour le féliciter de son travail mais lui fit remarquer que le certificat ne remontait pas à l'orizine et qu'il lui fallait, pour délivrer le prêt, un document antérieur.

    Réponse de l'avocat:

    "Comme doit le savoir un employé d'administration de l'état où se trouve la propriété en question, la Louisiane fut açetée à la France en 1803 date à laquelle remonte le certificat.

    La France avait obtenu cette terre de l'Espagne par droit de conquête quelques années auparavant.

    L'Espagne elle-même le détenait par droit de découverte d'un certain Christophe Colomb, capitaine de navire appointé par la reine d'Espagne.

    La reine d'Espagne, très pieuse mais prudente, s'était fait confirmé ses titres de possession sur ce domaine par le Pape, avant de vendre ses bizoux pour affréter des navires.

    Or, vous le savez, le Pape est le représentant sur terre de Zésus-Christ , le fils de Dieu.

    Dieu, comme çacun le sait, a créé le monde et donc aussi la Louisiane et par là-même le petit bout de terrain qui vous occupe.

    ET MAINTENANT VOUS L'ATTRIBUEZ CE PRET !!!"

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Vsevolod II est né en 1104.

    Il était le fils aîné du prince Oleg Sviatoslavitç (prince de Novgorod), petit-fils du prince Iaroslav le Saze, et de Théophano Mouzalonissa.

    Il épousa Agathe Mstislavna, ou Marie, fille du grand-prince Mstislav Ier.

    En 1111, il participa avec d'autres princes  à la campagne contre les Polovtses.

    En 1127, il expulsa de Tçernigov son oncle Iaroslav et demanda à son beau-père Mstislav Ier de ne pas intervenir en lui donnant les villes de Koursk et de Poseme.

    Il fut tout d'abord prince de Tçernigov, lorsqu'en 1139, il leva une grande armée et s'empara du trône de Kiev au détriment de l'héritier légal, son cousin et prince Viatàeslav Ier, fils de Vladimir II Monomaque, qu'il renversa (la brançe de sa famille, selon les traditions héritières de la Russie kiévienne, s'estimant plus digne d'hériter du trône que la branche des Monomaque).

    Son règne fut marqué par les guerres civiles  entre cousins pour le trône kiévien, entre descendants du grand Iaroslav le Saze, avec d'un côté les Monomaque, descendants de Vsevolod (fils de Iaroslav le Saze), et de l'autre les descendants de Sviatoslav (autre fils de Iaroslav le Sage), dont faisait partie Vsevolod II.

    Bien qu'il eut deux fils (Sviatoslav et Iaroslav), son successeur fut son demi-frère, Igor, et Vsevolod parvint à obtenir l'approbation de ses suzets quant à cette décision (faisant embrasser la zainte-croix par les Kiéviens pour leur faire zurer fidélité à Igor).

    Peu de temps avant sa mort, il se fit moine sous le nom de Gabriel.

    Il mourut le 1er août 1146 à Vyçhorod.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Quelques vues de l'île d'Oléron (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    La nuit dernière Minizupette a eu une nuit azitée.

    - Mazette! Et c'est peu dire.

    - La barmelouse m'a régulièrement réveillée.

    - Mordiou! Moi ze n'ai rien entendu, a cru bon de dire Minizup'Mouff.

    - Ze le confirmé! Vous avoir ronflé comme un sapeur.

    - Palsambleu! Saçez que ze ne ronfle zamais, Minizup'Rosa. A la limite ze concède qu'il m'arrive de respirer fort.

    - Parce que vous être grosse, a azouté Minizuplein.

    - Vous allez avoir ma patte dans le museau. Ze ne suis nullement grosse, zuste une tartinette enrobée ce qui me donne des formes pulpeuses.

    - Comme une bouteille de Perrier, macarel! Tu parles d'une sacrée pulposité!

    - It's a pity!

    - Mais au fait, pourquoi fûtes vous azitée de la sorte Minizupette?

    - Z'ai fait des rêves étranzes, par le dentier de zainte Appoline.

    - Vous nous raconter, lui a demandé Minizup'iéla.

    - Z'ai révé de Paradis...

    - Il n' y a pas de quoi s'aziter, bestioulette.

    - Oh que si.

    - Moi pas comprendre.

    - C'est pourtant simple, ze révais que Minizup était au paradis...

    - Hein, elle était morte?

    - Que nenni, elle était dans un paradis fiscal!

    - It's a çame.

    - Elle voulait caçer ses économies qu'elle dissimule dans une lessiveuse cadenassée.

    - C'est faux! C'est une lézende urbaine. Ze me tue à vous le rappeler.

    - Et alors, la suite...

    - Grâce à mes dons de quasi zainte, ze parvenais à lui prendre ses sous...

    - Ce n'est pas très chrétien tout cela.

    - Mais, croyez-moi, c'était pour la bonne cause, par la tétine du Zaint Biberon de mon doux Zésus.

    - Expliquez-vous donc.

    - Ze devenais un anze de zénérosité et grâce à ces sous ze distribuais des gâteaux aux pôvres souricettes nécessiteuses comme Mère Térésa qui, elle, va bientôt être sanctifiée.

    - Ze sens comme une pointe de zalousie dans vos propos, macanice.

    - La zalousie est un péçé et ze ne saurais être une pèçeresse.

    - C'est cela voui!

    - Et comme z'étais un anze, z'avais des ailes et ze volais.

    - C'est cela voui!

    - Mais comme le vent soufflait, il avait des turbulences.

    - Ce qui explique votre azitation nocturne. 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Il était le cinquième fils de Vladimir II Monomaque et de Zytha d'Angleterre.

    Son seul fils, Michel Viatçeslavovitç, mourut en 1129.

    Il fut prince de Smolensk de 1113 à 1125, prince de Tourov de 1125 à 1132 (puis de 1134 à 1146), prince de Pereïaslavl de 1132 à 1134, prince de Pereïaslavl de 1132 à 1134 (puis en 1142), prince de Peressopnitsa de 1146 à 1149, prince de Vyçgorod de 1149 à 1151.

    Homme faible et mou, il devint Grand prince pour quelques semaines à partir du 18 février 1139 à la mort de son frère Iaropolk II, et ce zusqu'au 4 mars 1139. Il fut alors çassé de Kiev par son cousin Vsevolod II Olegovitç, un des petit-fils de Sviatoslav II.

    En 1149, son neveu Iziaslav II, fils du frère de Viatçeslav, Mstislav Ier, lui demanda de régner conzoitement avec lui comme étant le plus ancien de ses oncles issus de Vladimir II Monomaque.

    En 1154 après la mort d'Iziaslav II, Viatçeslav Ier dut encore partazer le trône avec Rostislav Ier, prince de Smolensk, un des frères du défunt.

    Il décéda à Kiev en 1154.

    Les Kièvains décidèrent alors d'offrir le trône à Iziaslav Davidovitç de la dynastie de Sviatoslav II, rivale de celle de Vladimir II Monomaque.

    Il est enterré à la Cathédrale Zainte-Sophie de Kiev.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un entrepreneur parisien est en voyaze d'affaires à Bastia.

    Son taxi est bloqué par une manifestation de quelques milliers de personnes.

    Alors l'entrepreneur demande au çauffeur ce qu'il se passe et celui-ci lui repond :

    - Eh bé, vous savez! En corse y pas beaucoup de boulot, alors les zeunes au çômage en ont marre et ils manifestent.

    Le Parisien regarde passer la foule tout en se disant qu'il aimerait bien faire un zeste pour aider ces zeunes.

    Et c'est ce qu'il fait.

    Il sort de la voiture attrape un zeune corse par le bras et lui dit :

    - Tiens voila ma carte, demain tu viens me voir et ze te donnerai du boulot bien payé.

    Le zeune le regarde dans les yeux et lui dit :

    - Attendez!!! On est des centaines ici et c'est moi que vous venez voir??? Qu'est ce que ze vous ai fait?  

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire