• Afficher l'image d'origine

    Minizup'Mouff ne décolère pas.

    - Mais c'est quoi cettte mascarade. maintenant on fouille les manifestants! C'est honteux, palsambleu.

    - Par le gourdin de Zaint Martial, c'est pour empêcher les casseurs de casser!

    - Et en plus une manifestation en boucle, sur un petit périmètre.

    - Atçoubi! Si on attrapait le pompon, on pouvait faire un second tour.

    - La volte-face du gouvernement être incompréhensible.

    - Pour comprendre, il faut analyser. C'est l'éternel et douloureux dilemme entre Liberté et Sécurité.

    - Moi vouloir savoir si mossieu Valls être le nouveau Clémenceau?

    - Cessez donc de me faire rire. El Manuele n'en a certainement pas l'étoffe.

    - Il a oublié, fouçtra, que ses parents ont quitté l'Espagne à cause de Franco....

    - Bon! Brisons là! Ze n'aime pas trop ces polémiques politiques, ai-ze dû intervenir. Z'entends que l'on respecte dans c'te maison toutes les opinions.

    Afficher l'image d'origine

    - En tout cas, il fait meilleur d'être en France plutôt qu'en Angleterre.

    - Pourquoi dites vous cela ma mie?

    - Parce qu'on a pas à voter sur l'Europe.

    - Macarel, mais c'est un simple psychodrame!

    - Ja! Eux aimer se faire peur!

    - Ils vont voter "In" par le mouçoir de Zainte Véronique. Z'en mettrais mon auréole dans la corbeille du pari.

    - It's a pity! a coclu Minizup'tite en entonnant subito presto, à tue museau, "çould I stay or çould I go!"

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Flânerie dans Celje en Slovénie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Afficher l'image d'origine

    Hier, à Paname, ce fut grand soleil, avec près de 30 degrès.

    Les Intruses voulaient aller se faire bronzer au bord de la Seine.

    - Fouçtra, il faut en profiter...

    - Surtout que cela ne va pas durer, macarel.

    - Nous avoir la peau frazile...

    - Vous mettrez de la crême pour vous protézer.

    - Nous rester sur le balcon et aller demain à Bastille sur le quai.

    - Ce n'est pas possible, il y aura la manifestation.

    - Na! Elle être interdite.

    - Non! Finalemnt elle aura lieu.

    - Moi avoir entendu le porte-parople du gouvernement qui lui zustifier l'interdiction.

    - Palsambleu! Et ils se disent de gauçe ces zens-là! Il faut érizer des barricades contre ces libéro-démocrates! Ces complices du grand patronat.

    - Même Nicolas s'est insurzé contre cette interdiction... Colas président! Colas président!

    - Mais ze vous dis que la manifestation est finalement autorisée.

    - Ce n'est plus un gouvernement, c'est une zirouette.

    - C'est la Valls à 4 temps!

    - Par le mouçoir de Zainte Véronique, ils sont aux ordres de la CZT, des rouzes!

    - Nein! Eux avoir compris leur erreur.

    - La solution est pire que le mal!

    - Bon! On ira se faire bronzer au bord du Canal Zaint Martin

    - Comme le disait Arletty, dans "Hôtel du Nord", l'atmosphère y est bien meilleure!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • chats, violons, animaux, souris, musique

    Hier, c'était la Fête de la Musique...

    Et on a fait du ramdam!

    Afficher l'image d'origine

    Z'adore ce dessin de Plantu, qui, comme d'habitude, résume tout!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Sur une route départementale, un camionneur en panne arrête un autre camionneur en faisant des grands signes.

     - Qu'est-ce qui vous arrive ? demande le camionneur qui s'est arrêté

    - Vous tombez à pic, z'ai un petit service à vous demander ! Voilà, mon camion m'a lâçé et z'ai 15 pingouins à amener au zoo. Par cette çaleur, le temps de réparer, ils seront tous morts. Comme votre bahut est réfrizéré aussi, ça serait sympa de me les emmener là-bas.

    - Pas de problème, z'aime les bêtes répond le camionneur çaritable.

     Et voilà les pingouins transbordés dans le nouveau camion.

    Le çauffeur en panne donne quelques billets au camionneur çaritable.

     - Tenez, voici un peu d'argent pour les frais... Dès que c'est réparé, z'arrive..

     Une heure après, le conducteur qui était en panne a réparé, et le voilà avec son camion, en ville en direction du zoo.

    Arrêté à un feu rouze, il voit son camionneur çaritable, sur les passazes cloutés, suivi de ses 15 pingouins.

    - Mais qu'est-ce qu'ils font là ?!!

    Il court après son type et les pingouins : 

    - Mais vous allez où là? Pourquoi vous ne les avez pas emmenés au zoo ?

    - Je les y ai emmenés répond le camionneur, mais comme il me restait de la monnaie, ze les emmenais au cinéma maintenant...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ivan IV Vassiliévitç est né le 25 août 1530 à Kolomenskoïe.

    Il était le fils tardif et héritier attendu de Vassili III et d'Héléna Glinska.

    Vassili mourut le 4 décembre 1533. Ivan lui succéda a trois ans, trop zeune pour régner. Le pouvoir fut exercé par un conseil de rézence conduit par sa mère et par vingt boyards. Héléna gouverna avec son favori, Ivan Fedorovitç Ovtçina Obolenski. Ils continuèrent la politique de Vassili III, réazissant aux intrigues des boyards. Pour assurer les droits d’Ivan, Héléna et son entouraze firent emprisonner ses deux oncles, Iouri, le rival potentiel le plus dangereux et André, arrêté avec sa famille et mort en prison... Elle mourut le 3 avril 1538, peut-être empoisonnée, et le pouvoir se partazea entre différentes factions de familles de boyards.

    Ivan passa son enfance dans une ambiance de haine et de mort et dans la crainte d’être assassiné. Il donna des signes d'une personnalité très contrastée. D'un côté, c'était un homme intellizent, dynamique, prenant à cœur sa responsabilité de souverain, de l'autre, c'était un homme déséquilibré, au psyçisme frazile, suzet à de violentes sautes d'humeur et à de longues dépressions. Autodidacte, il s’intéressa aux Zaintes Écritures et à force de se prosterner devant les icônes, son front porta la trace d’une callosité.

    À 16 ans, il rezoignit l’armée à Kolomna, où celle-ci venait de mener une action contre les Tatars : il y fit exécuter cinquante arquebusiers de Novgorod porteurs d’une pétition au suzet des vexations qu’ils subissaient.

    Il fut sacré tsar à Moscou et fut proclamé « Tsar de toutes les Russies ». On prit la décision de marier le souverain. Ivan décida de çerçer une épouse, non à l'étranzer, mais au sein de ses États. Le 3 février, il épousa Anastasia Romanovna Zakharine, fille d'une famille de boyards qui faisaient partie des cercles les plus proçes du tsar.

    À la suite des incendies de Moscou de 1547, qui provoquèrent des milliers de morts, Ivan, se croyant abandonné de Dieu, décida de convoquer des représentants de toutes les rézions de la Russie. Cette assemblée eut lieu en 1550 et Ivan y promit de défendre le peuple contre l’oppression et l’inzustice. Mais cette assemblée lui permit aussi d’imposer son code pour remplacer celui de son grand-père Ivan III.

    Les premières années de son règne furent consacrées à une modernisation de la Russie. Il plaça aux postes clefs de petites zens qui lui étaient acquises, plutôt que les boyards. Il réorganisa le clerzé en le soumettant à l'État, créa le corps des Streltsy, un corps d'infanterie constituant la garde personnelle du tsar. Il tint en 1549, la première réunion du zemski sobor , « assemblée de la terre » (le premier parlement russe d'État de type féodal), un conseil de nobles consulté lors des grandes décisions. La première presse à imprimer fut introduite sous son règne.

    À partir de 1560, le régime se durcit. Des lois restreignant la liberté des paysans furent prises, qui conduisirent au servaze. Ivan IV se lança dans un rézime de terreur contre les boyards qu'il haissait depuis sa zeunesse. Au début de 1565, il constitua l'opritçnina, le domaine royal, possédé personnellement par le tsar. Il fut administré par sa police spéciale, les opritchniki, qui devinrent des despotes locaux, terrorisant la population, imposant la conscription forcée pour le front livonien.

    Ivan IV assura l'extension de ses territoires. Les Suédois, les Polonais et les Tatars l’irritèrent et c’est contre eux qu’il mena ses premières campagnes. Il annexa les khanats de Kazan et d'Astrakhan, ce qui mit fin aux incursions dévastatrices des combattants de Kazan, embarrassa la migration des hordes agressives nomades d'Asie en Europe et donna à la principauté un accès à la Volga.

    Après deux éçecs, Ivan quitta Moscou le 16 zuin 1552 à la tête d’une grande armée, composée d’éléments hétéroclites, ni aguerries ni disciplinés fournis par les villes et les campagnes et commandés pour la première fois par des officiers nommés au mérite et non par la naissance. Le 2 octobre 1552, Kazan, capitale des Tatars, devint russe après d’âpres combats. Pour célébrer cette victoire, Ivan fit bâtir à Moscou la cathédrale Saint-Basile. La construction dura six ans et, selon la légende, les yeux de son arçitecte, Postnik Barma Yakovlev, auraient été crevés afin quil ne puisse en rebâtir une autre aussi belle ; Yakovlev a toutefois participé aux travaux du kremlin de Kazan, ce qui laisse penser qu'il n'a pas été aveuglé.

    Il repoussa les Tatars et ouvrit aux Anglais la mer Blançe et le port d'Arkhanzelsk. En 1558, il s'engazea dans la guerre de Livonie, qui, après lui avoir assuré un débouçé sur la Baltique, se termina en 1583 par une défaite contre une coalition réunissant la Pologne, la Suède, la Lituanie et les Zevaliers teutoniques de Livonie.

    Le khanat de Crimée ruina constamment les terres frontalières de la Russie durant le règne d'Ivan IV. En 1571, le khan brûla Moscou, mais l'année suivante les Tatars de Crimée furent vaincus non loin de la capitale russe, à la bataille de Molodi.

    En 1570 les détaçements polonais et suédois ruinèrent les territoires septentrionaux et occidentaux de la Russie, l'armée du roi polonais Stefan Batory supprima les garnisons et la population de quelques villes russes.

    A la fin du règne d'Ivan, la Russie se trouva saignée par une guerre de 25 ans. En 1581, Ivan le Terrible causa la mort de son fils aîné Ivan Ivanovitç en le frappant mortellement de son sceptre, alors que celui-ci était intervenu pour protézer l'enfant que portait sa troisième femme Elena Zeremetiev, agressée par le tsar.

    Ivan IV se maria a 8 reprises.

    Les circonstances de sa mort, le 28 mars 1584 restent non élucidées. Les travaux de rénovation de son tombeau dans la cathédrale de l'Archanze-Zaint-Miçel dans les années 1960, ont permis un examen de ses restes, révélant la présence de fortes doses de mercure, laissant à penser qu'il aurait été empoisonné. Mais il était très courant, à cette époque, que les médecins prescrivent du mercure en poudre à des fins médicales,  ignorant que l'absorption régulière d'une telle substance puisse porter atteinte au système nerveux central. Une telle intoxication prolonzée au mercure expliquerait, selon certains, les crises de folie du tsar.

    À sa mort, Ivan IV laissa deux fils, Fédor Ier et Dimitri, à qui il lègua une Russie en crise (le « Temps des troubles »), économiquement, socialement et politiquement, crise qui se termina par l'accession au trône du premier des Romanov en 1613.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire