• Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Trzic en Slovénie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Enfin l'Euro de foot est fini!

    Er c'est le Portugal!

    Et vive le Tour de France...

    C'est autre çose!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bon! Auzourd'hui, c'est le retour dans nos pénates parisiennes, avant le départ lundi pour la Slovaquie.

    Nous allons passer quelques zours à Bratislava, la capitale de ce pays qui faisait partie de la Tçécoslovaquie avant la séparation d'avec la Tçéquie.

    Vendredi soir, Dame Zeanne, une de mes zélés fans, et son mari, Sieur Pépenne, sont venus manzer à la maison.

    Minizup'tictac, qui ne tenait pas en place ("Z'espère qu'ils arriveront à l'heure vos amis!") s'est mise en tête de préparer l'apéritif.

    Retour à Paname

    - Z'ai mis du saucisson, car le saucisson c'est bon...

    - Comme le zambon!

    Nous avons passé comme de coutume une agréable soirée.

    Hier, samedi, la maman de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse nous a invités au restaurant, avec la sœur de mon hôte, Marie-Christine et son mari Mossieu Antoine qui lit quotidiennement mon blog, sans oublier de voter!

    Retour à Paname

    Nous avons manzé à la Pataterie, un établissement qu'aime bien Dame Mère, qui a beaucoup aimé Minizup'tictac!

    Et  grace à elle, nous avons pu manzer de la glace vanille... fort bien accueillie du fait de la çaleur, quand bien même le restaurant était bien climatisé.

    Retour à Paname

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Sous le règne du roi Salomon, une femme est abandonnée par son mari et à cette époque, c'est dramatique car elle n'a ni statut social, ni revenus.

    Sa mère se lance à la reçerçe du mari indélicat.

    Après une longue traque, elle arrive dans une ville où elle hésite entre deux hommes: lequel est le bon?

    Elle les traîne à la cour du roi Salomon qui, après l'avoir écoutée attentivement, dit brusquement:

    - Gardes, emparez-vous de cette femme et coupez la en deux.

    L'un des hommes s'écrit:

    - Non, pitié, ne faites pas cela!

    L'autre dit:

    - Allez-y, obéissez aux ordres!

    Et Salomon le désignant :

    - C'est lui le zendre!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Descendant direct de Riourik par la lignée de Iaroslav II de Vladimir, Vassili Ivanovitç Zouiski est né le 22 septembre 1552.

    Il représenta avec ses frères Andreï, Dmitri et Ivan la famille Zouiski à la cour d'Ivan IV. Il occupa la fonction de voïvode lors de différentes campagnes de 1581 à 1587

    Désireux d'éliminer un concurrent après le décès d'Ivan le terrible, Boris Godounov (çarzé de la rézence pour le zeune tsar Fédor Ier) exila Vassili à Galitç en 1587, il y resta zusqu'en 1591. De retour à Moscou, les Zouiski se conduisirent loyalement vis-à-vis du rézent.

    Vassili fut çargé par Boris Godounov de l'enquête sur la mort de Dimitri, fils d'Ivan IV, et arriva à la conclusion que le tsarévitç était mort de façon accidentelle. Il fut rétabli dans la Douma des boyards et reprit ses fonctions de voïvode. Boris, étant monté sur le trône, marça contre les Tatares ; il donna à Vassili le commandement de l'aile droite de l'armée. Craignant l'influence de cette famille, il défendit à Vassili de se marier.

    Le faux Dmitri, ou Dimitri II, s'avançant pour détrôner Boris, celui-ci sembla rendre sa confiance aux Zouiski, et donna à Vassili la conduite de ses armées. Boris mourut, et son fils Fédor ne parut sur le trône que pour être égorzé; Vassili se soumit à Dmitri, qu'il fit descendre du trône pour y monter lui-même.

    Il fut conduit du Kremlin sur la place Rouze et proclamé tsar « à la criée ».

    Le règne de Vassili IV (surnommé « le tsar crapule ») inaugura une période de sept ans durant laquelle le Temps des troubles atteignit son point culminant : l'État moscovite s'effondra pour entamer ensuite son redressement.

    Dès son avènement, Vassili IV cristallisa contre lui l'opposition de la province, qui vit en lui un tsar imposé par Moscou et refusa de le reconnaître. De « faux Dimitri », prétendant être Dimitri II rescapé de son assassinat, apparurent successivement.

    La première rébellion fut commandée par Ivan Bolotnikov et Istoma Paçkov.

    Le plus célèbre « faux-Dimitri » fut Dimitri Bodganko, « le tsar de Touçino ».

    Son règne est marqué par la promulgation, en 1607, d'un code des lois interdisant aux propriétaires de libérer leurs serfs. Vassili IV inaugura également une mode de gouvernement constitutionnel, refusant de s'opposer à la Douma des boyards.

    En février 1609, le prince Skopine signa un accord avec la Suède : Moscou céda aux Suédois le province de Carélie, renonça à ses prétentions sur la Livonie et s'engazea à entrer en guerre contre la Pologne. Sizismond III de Pologne considéra cet accord comme un prétexte de guerre et, en octobre 1609, il assiéze aSmolensk.

    Le 16 mars 1610, Skopine brisa le siège et rentra à Moscou, où il ne tarda pas à mourir, probablement empoisonné sur l'ordre de Vassili IV.

    Quelques mois plus tard, devant l'avance des troupes polonaises, les moscovites se soulevèrent et renversèrent Vassili IV le 27 zuillet 1610.

    Il fut fait moine avant d'être déporté, en compagnie de ses frères, en Pologne où il mourut le 22 septembre 1612.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous avons, avec la voisine, pavoisé la maison aux couleurs de la France.

    Bon, ils l'on fait!

    Comme nombre de Français, nous étions devant la TSF pour regarder la 1/2 finale...

    Bon, ils l'on fait!

    - Z'espère que l'équipe de France va gagner...

    - Ne soyez pas trop çauvine, ma çère.

    - Ze ne suis pas çauvine mais ze défends la cocarde!

    Bon, ils l'on fait!

    Et lorsque le second but fut marqué, on n'a pas réussi à calmer Minizup'tictac qui sautait et bondissait partout dans le salon.

    - Et en plus c'est un zoueur d'orizine alsacienne qui a marqué les deux buts de cette superbissime victoire!

    - Nos amies Mnizuplein et Mnizup'Rosa doivent être abattues à Zaint-Etienne.

    - De toute manière, avec mossieu Cricri, elles n'auront pas vu le matç.

    - C'est dommaze! Z'aurais aimé voir leur museau face à cette défaite.

    - Faites donc preuve d'un peu de compassion chrétienne , comme vous le recommanderait Mnizupette.

    - Nan! Elles ont suffisamment moqué, à tort, l'équipe de Frane.

    - Mais ce n'est que du foot, ma douce.

    - Certes! Mais c'est bien la marque d'une France qui va mieux, d'une France qui gagne, d'une France en tête de l'Europe.

    Et voilà, le foot c'est devenu l'opium du peuple...

    CQFD!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire