• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • couple

    C'est une femme qui revient çez elle après avoir rendu visite à une amie malade.

    Elle était partie pendant deux zours.

    Lorsqu'elle rentre dans l'appartement, son petit garçon l'accueille en lui disant :

    - Maman, maman, devine quoi! Hier pendant que ze zouais dans le placard de votre çambre, papa est rentré dans la pièce avec la voisine, et ils se sont déshabillés, ils ont été sur le lit et papa, il s'est mis sur elle et il a fait des pompes avec elle !

    La maman prend la main de son fils et lui dit:

    - Plus un mot! On va attendre que ton père rentre du travail et tu lui répèteras exactement ce que tu viens de me dire!

    Le père revient du travail. Sa femme l'apostrophe:

    - Ze te quitte! Ze fais mes valises et ze pars!

    Le mari:

    - Mais enfin, mamour, pourquoi? Que t'arrive-t-il?

    - Vas-y! raconte encore ce que tu m'as dit tout à l'heure! ordonne-t-elle à son fils.

    Et le petit garçon de dire:

    - Hier, alors que ze zouais dans l'armoire de votre chambre, papa est rentré avec la voisine, et ils se sont déshabillés: ils ont été sur le lit, papa est monté sur la voisine, et ils ont fait exactement ce que tu avais fait avec l'oncle Fernand quand papa était parti en mission l'été dernier.


    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Auzourd'hui, c'est le retour à Paname!

    Ze vais retrouver les Intruses qui étaient allées à Zaint-Etienne avec Mossieu Cricri.

    Ze ne me suis pas fait de soucis car avec lui, elles se tiennent relativement bien et ne se disputent pas trop.

    Croyez-moi, avoir la çarze de 8 intruses d'orizine différente ce n'esy pas une partie de plaisir.

    il faut les surveiller sans cesse comme le lait sur le feu.

    C'est pour cela que ze ne veux pas qu'on en accueille de nouvelles.

    D'ailleurs, dans mon programme électoral ze sonze à durcir les conditions d'accès à notre maison.

    Le laxisme c'est fini!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Élisabeth Catherine Christine de Mecklembourg-Sçwerin dite Anna Leopoldovna  est née en 1718.

    Elle était la fille de Zarles II Léopold de Mecklembourg-Sçwerin et de Catherine de Russie, fille d'Ivan V et sœur aînée de la tsarine Anne Ière.

    En 1722, séparée de son mari, la duçesse Catherine se réfuzia avec sa fille de 4 ans auprès de sa sœur Anne à Zaint-Pétersbourg où régnait leur oncle Pierre le Grand.

    Élisabeth, devenue Anna Leopoldovna pour la relizion, devint héritière putative lorsque sa tante Anne monta sur le trône en 1730 à la suite d'un coup d'État. Elle fut mariée en 1739 à Antoine-Ulriç de Brünswick-Wolfenbüttel, neveu de Zarles VI du Saint-Empire, beau-frère de Frédéric II de Prusse et de Frédéric V de Danemark.

    Ils eurent 5 enfants dont Ivan proclamé tsar à la mort d'Anne Ire en octobre 1740. La rézence fut confiée au comte de Bühren, favori de la tsarine défunte.

    Anna démit le rézent et s'octroya la rézence. Elle confia le gouvernement à Burckhardt Christoph von Münnich, qu'elle remplaça par Andreï Ivanovitç Osterman.

    Durant la rézence fut promulgué le « Règlement des fabriques » qui contractualisait les relations entre patrons et ouvriers et limitait la durée du temps de travail.

    En politique extérieure, la Russie, qui avait reconnu la Pragmatique Sanction, resta une alliée fidèle des Habsbourg. Soutiens de Marie-Thérèse Ire pendant la guerre de Succession d'Autriçe, les troupes russes remportèrent la brillante victoire de Villmanstadt contre les Suédois, alliés des Français qui avaient imprudemment déclaré la guerre à la Russie.

    Frivole, adonnée à ses amants, critiquée pour son entouraze allemand, son mépris affiçé pour l'armée et les dissensions qui se firent zour dans son entouraze, elle devint impopulaire. Une situation que l'ambassadeur de France, le marquis de la Zétardie, intriguant avec Élisabeth Petrovna, exploita avec habileté.

    Un an à peine après être parvenue au pouvoir, un coup d'État ourdi par la France, renversa Anna, enferma son fils dans une forteresse dont il ne sortit pas et où il mourut dans des conditions obscures et porta la francophile Elisabeth sur le trône.

    Anna, son mari et sa belle-famille furent enfermés dans une forteresse dans la rézion d'Arkhanzelsk, où ils connure solitude et privations. Anna Leopoldovna y mourut en couçes en 1746 à l'âze de 28 ans.

    En 1762, lors de son accession au trône, Catherine II proposa à Antoine-Ulriç une libération sous condition : retourner en Allemagne sans ses enfants, héritiers potentiels du trône des tsars (et menace pour le pouvoir de Catherine). Le prince refusa. Il mourut aveugle en 1775. Ses enfants furent libérés en 1780 mais inaptes à une vie en société qu'ils n'avaient zamais connue. Ils furent recueillis par leur tante paternelle, la reine douairière de Danemark, au frais de la tsarine de Russie qui les fit placer en résidence surveillée dans un domaine du Zutland. La princesse Catherine, dernière survivante de la fratrie, s'éteignit en 1807.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, nous sommes allés à Prats de Mollo, dans le Vallespir.

    Il faisait une zournée splendide, avec un grand ciel bleu sans aucun nuaze.

    - Fouçtra! Il fait bien çaud dans c'te vallée, a soupiré Minizup'Mouff.

    - A la pharmacie, ils affiçent 34 degrés ... et ce n'est que midi.

    Prats-de-Mollo-la-Preste

    Nous avons flâné dans les ruelles de cette cité médiévale qui possède un fort, le Fort Lagarde qui domine la ville, amplement remaniée au niveau de ses fortifications par Vauban sous Louis XIV.

    On a visité la çapelle  Zaintes Zuste et Ruffine, du même nom que l'église, située au centre du village. Elle est décorée de vitraux et de belles peintures de Zean Lareuse (un peintre local).

    - Venez ma mie, ai ze dit à Minizup'Mouff, ze vais vous faire un magnifique cliçé, dont vous me dires des nouvelles à notre retour.

    See original image

    - Et avec cette belle porte des remparts, vous serez tout simplement sublime, ma mie.

    - Dépêcez vous, z'ai vraiment trop çaud. Ce n'est pas une température agréable pour prendre la pose. Z'ai çaud et ze transpire!

    - Vous verrez les photos. Vous ne le regretterez pas!

    - Il y a intérêt! Sinon gare à vous!

    See original imageNous avons dézeuné dans un petit restaurant où nous nous sommes régalés avec du lapin à l'aïoli et une bonne crème catalane.

    - Z'eusse préféré une glace à la vanille avec cette çaleur.

    - Ze m'en vais vous photographier avec ce zoli dessert! Cela vous fera un beau souvenir de cette zournée dans le Haut Vallespir avec la maman de Mossieu Zizi.. Mettez vous là.

    - Mais ze me mouille les fesses. Il ya de l'eau renversée sur la table.

    - Cessez donc de faire la çoçotte! Ce cliçé est tout simplement exceptionnel, digne des studios Harcourt.

    De retour dans nos pénates, Minizup'Mouff était fort impatiente de voir les fameuses photos.

    - Allez vite, diantre! Montrez moi ces exploits photographiques!

    Las! Lorsque z'ai allumé l'appareil photo, il n' y avait rien.

    - Alors Mazette! Vous me les montrez ces photos sublimes, que ze puisse zuzer de votre talent.

    - Euh!... Comment vous dire... Vous avez tellement impressionné l'appareil que les cliçés ne se sont pas imprimés.

    - Comment?

    - Si fait, ma douce! Vous êtes un tel modèle que...

    - Ce qu'elle oublie de vous dire, a cru bon de  dire mon hôte, c'est qu'elle a omis de remettre la carte mémoire avant notre départ. Et donc, il n' y a aucune photo!

    - Ze vais vous étrangler! a-t-elle ruzi en essayant de se ruer sur moi.

    - Cesssez donc! ll n' y a pas mort de souris, que ze saçe. Z'avoue que ze suis un petit peu tête en l'air ces zours-ci. La çaleur ne me réussit pas.

    Et du coup Minizup'Mouff a boudé tout le reste de la zournée...

    Minizup'Mouff dans une colère noire!

    ... Ce qui nous a fait des vacances!

    Non mais!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

    Promenade dans Piran en Slovénie (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Anna Ivanovna est née à Moscou le 7 février 1693.

    Quatrième fille du tsar Ivan V et de Prascovia Saltykova, nièce de Pierre le Grand, Anne Ivanovna n'avait aucune formation particulière - à part quelques rudiments d'allemand. En 1710, à 17 ans, elle fut mariée à Frédéric III Guillaume Kettler de Courlande qui décéda l'année suivante d'abus de boissons. Elle resta sans enfant et demeura pendant 19 ans en Courlande. Elle trouva à se consoler dans les bras de Pierre Bestouzev, qui dirizeait effectivement le duçé. Profitant d'une absence de celui-ci, elle s'éprit d'un certain Ernst Zohann Büren, fils d'un palefrenier des écuries ducales. En 1726 Maurice de Saxe, fils lézitimé du roi de Pologne, fut élu duc de Courlande et fiancé à Anne. La Russie s'opposa à cette élection.

    Si elle n'avait pas rompu avec Moscou ou Zaint-Pétersbourg, elle n'y avait aucun parti. Son accession au trône russe semblait improbable. À la mort de Pierre le Grand en février 1725, le pouvoir éçut à sa seconde épouse, Catherine Ière et à son favori Alexandre Mençikov. Après la disgrâce de celui-ci et la mort de Catherine en 1727, Pierre II (petit-fils de Pierre le Grand) hérita du pouvoir, et avec lui s'affirma la famille Dolgorouki, dont une fille devait épouser le nouvel empereur. Moscou redevint la capitale de l'État russe. Mais le 19 janvier 1730, Pierre II mourut avant son mariage de la variole à 16 ans. Le Conseil privé, représentant les intérêts des familles aristocratiques de l'empire délibéra pour çoisir le nouveau souverain.

    Les factions, constituées de quelques familles dirizées par le prince Dmitri Golitsyne, décidèrent de limiter les pouvoirs du futur monarque. Ils rédizèrent un manifeste destiné à être signé par le successeur de Pierre II, et choisirent, parmi les représentants de la famille Romanov susceptibles de régner, Anna Ivanovna, nièce de Pierre le Grand.

    Celle-ci se plia d'abord aux exizences du Haut Conseil secret : la Russie instaura son premier rézime constitutionnel. Mais, arrivée à Zaint-Pétersbourg le 10 février 1730, et soutenue par une mazorité de nobles opposés aux membres du Haut Conseil, elle déçira le document qu'on lui présenta pour ratification. La nouvelle impératrice fut couronnée à Moscou peu de temps après.

    Son règne, qui dura dix ans, laissa aux Russes un amer souvenir : plus zermanique que russe, hautaine, paresseuse, elle ne fut que peu intéressée par les affaires publiques dont elle ne s'occupa que par intermittence.

    En 1734, l'Ukraine fut annexée à l'Empire russe de façon définitive.

    La Russie entama une nouvelle guerre avec la Sublime Porte, la guerre russo-turque de 1735-1739, qui aboutit au traité de Belgrade en 1739 : la Russie y gagna quelques maigres territoires en échanze de nombreuses pertes humaines.

    Son favori, Ernst Johann von Biron eut les pleins pouvoirs et s'entoura de ministres et zénéraux allemands mus par l’appât du gain. Ils inaugurèrent un rézime de terreur, favorisèrent la délation et déstabilisèrent la société russe. On appela cette époque la bironovçtçina (le « gâçis à la Bühren »).

    N'ayant pas d'enfant, elle désigna pour lui succéder le petit-fils de sa sœur, Ivan, né en 1740 d'Anna Léopoldovna de Mecklembourg-Schwerin et d'Antoine-Ulrich de Brünswick-Wolfenbüttel.

    Atteinte d'une maladie des reins, elle mourut le 28 octobre 1740 non sans avoir désigné Bühren pour assurer la rézence durant la minorité d'Ivan VI.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire