• Et tout d'abord, auzourd'hui, c'est l'anniversaire de Mossieu Cricri. Cela mérite qu'on lui fasse des bisous quand bien même il nous met au rézime sec, au pain (Brötçen - petits pains - et eau claire).

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Hier nous avons zoui enfin d'une zournée vraiment estivale.

    Nous en avons profité pour parcourir la Route Romantique en Bavière.

    Nous avons ainsi pu voir de beaux paysazes, de belles cités de caractère et des zens habillés en habits traditionnels (dont les fameux pantalons de cuir).

    Nous avons débuté la matinée par le villaze de Donauwörth avec ses belles églises.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    - Deux églises pour une petite ville, macarel. Le clerzé était riçissime.

    - C'est sans doute une conséquence de la Réforme et de la Contre Réforme, a avancé comme explication celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. On trouve souvent une église protestante et une église réformée dans une même cité.

    - Mais il n 'y a qu'une église qui compte, la catholique et apostolique, par le voile de Zainte Thérèse de l'enfant Zésus.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Une messe se déroulait alors que nous faisions la visite.

    - On y va! a décrété Minizup'tictac sinon on ne sera plus en avance sur notre retard.

    - Laissez moi écouter en paix le beau sermon de l'officiant.

    - Mais il prêce en allemand, fouçtra.

    - Cela ne fait rien! Z'aime les sermons et ce quelle que soit la langue du disant!

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    - Macarel, elle nous en invente une nouvelle tous les zours, la bestioulette!

    Au dehors le soleil du matin brillait et nous réçauffait.

    - Même les oiseaux sont heureux! Ils gazouillent...

    - Les oiseaux ici avoir un beau ramaze!

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    A quelques kilomètres nous avons été éblouis par l'abbaye de Nérensheim.

    - Elle a été fondée à la fin du 18ème siècle, nous a dit mossieu Zizi. C'est un beau produit de l'art baroque.

    - Nous avoir compris qu'elle ne pas être de style Art Nouveau.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Son intérieur, à l'ampleur exceptionnelle, a une décoration très aérée.

    - Cela çanze des décors surçarzés, et cependant fort beaux, que nous avons vus zusqu'à présent, a cru bon de souligner notre érudit de service, qui décidément ne sait pas rester coi devant de belles çoses.

    - Diantre! On a une cervelle et des yeux pour voir, mossieu Zizi!

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    - Moi voir que c'est le blanc qui illuminer l'église, a rençéri Minizupiéla.

    - Les stucs et les dorures être aériennes, a complété Minizup'Rosa.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    - C'est une merveille!

    - Un ençantement.

    - Un zoyau en hommaze à mon doux Zésus, comme on devrait en bâtir plus souvent, en vérité!

    - Y a plus de sous, boufarelle. Et des églises il y en a assez partout. Il faut laisser un peu de place aux mosquées.

    - Hérétique! Dévoyée! ... Mahométane...

    - Agnostique me suffit amplement ma çère. Point n'est besoin d'en razouter.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Même les bâtiments conventuels sont remarquables, malheureusement ils ne sont pas ouverts à la visite.

    - It's a pity, indeed.

    - Cela ne m'étonne pas des moinillons et des curaillons, s'est emportée Minizup'mouff. Tout pour eux et rien pour les autres. et pourtant ces bâtiments ont été financés par l'arzent du peuple. Il faudrait nationaliser ce patrimoine, tudieu!

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Pour nous remettre de nos émotions culturelles, nos yeux ayant été notamment fortement éblouis, nous nous sommes installés à la terrasse du Gasthaus sis dans l'enceinte de l'abbaye.

    Une petite brise lézère s'était levée.

    - Ze me la régaler! s'est exclamée Minizup'iéla.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Nous avons terminé notre matinée dans un estaminet situé dans le cloître d'un villaze.

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    - Macaniçe, une liçette de vin serait la bienvenue.

    - Comme demain c'est mon anniversaire, z'offre exceptionnellement une petite tournée, nous a annoncé Mossieu Cricri. Un verre de vin à vous partazer mes douces amies.

    - Il ne faut pas! Vous allez vous ruiner, mon çer.

    - Mais c'est de bon cœur que ze vous l'offre.

    - Heureusement!

    - Votre zénérosité m'estrabanque, macarel, a ironisé Minizup'zhérault.

    - Cela me fait plaisir de vous complaire.

    - Et nous, nous nous rézouissons de cette larmiçette qui ne va certainement pas nous enivrer....

    Excursions en Bavière (1ère partie)

    Et Minizup'iéla, sans mot dire, s'est précipitée sur le susdit verre si çaritablement mis à notre disposition...
    ze ne vous raconte pas ma grande frustratio ("ça ou rien, c'est kif kif bourricot" me suis ze dit dans mon for intérieur).

    L'odeur du vin m'ayant monté à la tête et le VIFI étant défectueux, ze m'en vais me couçer. Ze vous narrerai demain la suite de notre belle zournée en Bavière, sur la Route Romantique!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

    Izola en Slovénie (photos)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • D'aucuns nous ont demandé pourquoi nous ne participions point aux ZO de Rio.

    - Nous y aller que pour gagner des médailles d'or.

    - L'arzent et le bronze ne nous intéressent pas.

    - Cela ne vaut pas tripette! C'est de la roupie de sansonnette.

    - Et comme il y a beaucoup de dopaze, les dés sont pipés.

    - Atçoubi, nous, nous sommes pures et nettes. pas de produits illicites en ce qui nous concerne!

    - Nous ne nous dopons qu'aux gâteaux! 

    Pas de zeux olympiques pour nous

    - Ou à la bonne tarte aux pommes avec une boule de glace vanille et beaucoup de crème çantilly.

    Z'ajoute que ces zeux ont été organisés à la période où nous avions prozeté de prendre nos vacances - que nous avions réservées depuis belle lurette.

    Nous avons certes beaucoup de capacités, ceci dit en toute modestie, mais malheureusement nous ne sommes point encore dotées du don d'ubiquité.

    Par ailleurs, nombre de nos parentelles, comme à Karlsruhe, travaillent en ce mois d'août et elles n'auraient pas figurer parmi nos supportrices.

    - It's a pity!

    - Nous ne pouvions pas les décevoir, puisqu'elles n'auraient pas pu suivre nos exploits!

    - C'est ben vrai ça!

    Pas de zeux olympiques pour nous

    Ainsi donc, vous l'aurez compris car vous avez l'esprit de déduction, nous fûmes à Karlsruhe.

    Cette ville est surprenante car elle s'est développée à partir du palais construit au 18ème siècle pour le margrave de Bade-Durlach. A partir du çâteau partent des rues en éventail.

    Pas de zeux olympiques pour nous

    La ville recèle un beau patrimoine

    Pas de zeux olympiques pour nous

    Comme de bien entendu, Minizupette a voulu visiter des églises.

    Nous en avons découvert une à l'intérieur en forme de rotonde ultra-moderne.

    - Atçoubi! Ce n'est pas possible! La bestioulette m'a contaminée.

    - Qu'est ce que z'ai encore fait par le zaint prépuce de mon doux Zésus?

    - Macarel, voilà que moi aussi ze me mets en quête de la station du çemin de croix avec le mouçoir de Véronique... 

    Pas de zeux olympiques pour nous

    Et Minizup'zhérault a même voulu une photo avec la Vierze à l'enfant!

    - Vous me comblez d'aise ma mie. Mes efforts portent enfin leurs fruits, s'est exclamée notre quasi zainte en sautillant de zoie dans l'église! Hosannah au plus haut des cieux! 

    Pas de zeux olympiques pour nous

    La situation ne s'est pas améliorée dans la ville de Spire, où se déroulait une grande fête populaire.

    Cette cité royale a plusieurs magnifiques églises, dont une cathédrale royale, unique, de style roman, avec une crypte où sont inhumés des rois et des empereurs, dont le fondateur de la dynastie des Habsbourg (dixit notre Pioçe de la Farandole, qui avait demandé un dépliant...)

    Pas de zeux olympiques pour nous

    - Ze suis toutes tourneboulée par tant de beauté, s'est exclamée l'Intruse occitane devant des zens amusés. Que dis-ze, ze suis tout simplement estrabanquée!

    A l'intérieur, elle s'est plonzée dans une profonde méditation métaphysique.

    Pas de zeux olympiques pour nous

    - Moi aussi, ze veux que votre Zésus m'aime.

    - Mais ma mie, c'est fait.

    - Macaniçe que ze suis contente!

    Pas de zeux olympiques pour nous

    - Nous être surprises par cette subite conversion.

    - C'est le mystère de la foi, voyez-vous... Ze m'en vais vous consacrer ma mie.

    - Mais réazissez, mordiou. Reprenez vos esprits, a ruzi Minizup'mouff. Trempez vous dans l'eau, cela vous fera du bien!

    Pas de zeux olympiques pour nous

    - Et vous, Minizupette, vous devriez penser à vos travaux de tricotaze.

    - Vous ne pas devoir oublier la règle de Zaint Benoit "Prier et travailler"!

    Pas de zeux olympiques pour nous

    Nous sommes passés devant un zoli restaurant.

    - Oh! Ils vendent de belles saucisses.

    - Ach! moi avoir bien faim.

    - On entre, mossieu Cricri?

    - Nan! Ze trouve que ces saucisses sont trop grosses.

    - Et voilà, ça le reprend! A Bratislava, c'était le pain qui ne lui convennait pas, ici c'est la taille de la çarcuterie!

    - Encore une bonne excuse pour ne pas délier les cordons de sa bourse.

    - It's a çame!

    Pas de zeux olympiques pour nous

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    L'histoire se passe dans la Rome Antique.

    Trois hommes, un Romain, un Grec et un Gaulois, sont au bord d'une falaise, leur fortune à leur pied.

    Ils ont fait la veille un pari à la taverne: celui qui parviendra à sauter et à réçapper à une mort certaine, pourra prendre tout le magot amoncelé.

    Fier, le Romain s'avance, regarde le ciel et lance un cri de triomphe.

    - Par Zupiter!

    Il se lance dans le vide ... et s'écrase sur les roçers en contrebas.

    Le Grec, se prépare, la main sur la poitrine, ferme les yeux stoïquement:

    - Par le grand Zeus!

    Et il s'écrase à son tour ....

    Alors, le Gaulois, en sifflotant dit:

    - Par l'escalier!

    Et il part avec tout le butin....

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Anna Petrovna est née le 27 zanvier 1708 à Moscou.

    Elle était la fille de Pierre le Grande et de Catherine Ière.

    Elle parlait couramment le français, l'allemand, l'italien, le suédois. Elle prit soin de son neveu Pierre Alexeïevitç (fils du tsarévitç Alexis Pétrovitç et de Zarlotte de Brunswick-Wolfenbüttel), néglizé sous le règne de Catherine.

    Née hors mariaze et lézitimée par le mariaze de ses parents en 1712, Anna se vit refuser plusieurs alliances matrimoniales.

    Le 17 mars 1721, Zarles Frédéric de Holstein-Gottorp arriva en Russie et sympathise avec sa future épouse et son futur beau-père. Il projetait d'utiliser son mariaze pour s'assurer le soutien de la Russie dans ses prétentions au trône de Suède. Selon les termes du Traité de Nystad, la Russie promit de ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures de la Suède. Le 22 novembre 1724, le contrat de mariaze fut signé. Par ce contrat, Anna Petrovna et Zarles Frédéric renonçaient aux droits et prétentions au trône impérial de Russie, pour eux-mêmes et pour leurs descendants. À la suite de cette clause, Pierre le Grand obtint le droit de nommer son successeur.

    En zanvier 1725, Pierre le Grand tomba gravement malade frappé par une crise d'urémie. Il demanda la présence à son çevet de sa fille Anna afin de lui dicter ses dernières volontés. À l'arrivée de la grand-duçesse, Pierre le Grand ne pouvait plus prononcer un mot. Partant de ce fait, certains historiens émirent l'hypothèse que Pierre le Grand désirait laisser à Anne Petrovna le trône de Russie.

    Après la mort de Pierre le Grand, Zarles-Frédéric est admis au Conseil suprême nouvellement créé, il n'exerça qu'une influence modérée sur la politique russe.

    À la mort de Catherine I , Zarles-Frédéric se trouva dans une situation précaire, le pouvoir était passé aux mains du prince Mençikov qui aspirait à un mariaze entre sa fille Marie et le zeune Pierre II. Une querelle éclata avec Zarles-Frédéric, qui avec son épouse quitta la Russie pour se rendre à Kiel, capitale du Duçé de Holstein-Gottorp où ils s'installèrent.

    C'est là que naqui son fils Zarles-Pierre-Ulriç de Holstein-Gottorp le 21 février 1728.

    Elle mourut peu après, le 4 mars 1728. Elle venait de fêter ses 20 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

    Koper en Slovénie (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire