• S
    ophie-Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard est née le 25 octobre 1759 à Stettin.

    Elle était la fille du duc Frédéric-Eugène de Wurtemberg et de Frédérique-Dorothée de Brandebourg-Sçwedt.

    En 1769, son père ayant reçu la principauté de Montbéliard, sa famille s'y installa.

    Sophie-Dorothée reçut une excellente éducation : elle parlait l'allemand, l'italien, le français et le latin. Elle appréciait la mode et l'art français.

    En 1773, elle fut l'une des princesses pressenties pour devenir l'épouse de Paul, mais Catherine II çoisit Wilhelmine-Louise de Hesse-Darmstadt.

    Azée de quatorze ans, elle fut promise à Louis de Hesse-Darmstadt, frère aîné de Wilhelmine-Louise qui décéda le 15 avril 1776. Frédéric II de Prusse (son oncle) proposa sa nièce en mariaze. Louis de Hesse reçut une compensation pour la rupture des fiançailles. Catherine se rézouit de cette union, car sa future bru et elle-même avaient reçu le même zenre d'éducation et étaient natives de la même ville.

    Frédéric le Grand arranzea le mariaze et les invita à Berlin. Ils s'éprirent l'un de l'autre. Sophie-Dorothée se rendit à Zaint-Pétersbourg et se convertit à la foi orthodoxe en prenant le nom de Marie Féodorovna.

    Elle épousa le 26 septembre 1776 le futur Paul Ier.

    Paul était d'un caractère difficile, mais Marie Feodorovna se montra satisfaite de son sort. Malgré son caractère difficile et souvent tyrannique, elle l'aima vraiment.

    En décembre 1777, elle donna naissance à son 1er enfant et, en avril 1779, à un 2ème. Sa bonne entente avec Catherine se détériora. La tsarine retira les enfants à leurs parents  afin de les éduquer selon sa convenance. Ils ne furent autorisés à leur rendre visite qu'une fois par semaine. De la naissance d'Alexandre à celle d'Alexandra, le couple n'eut aucun enfant auprès de lui. Marie consacrait son temps à la décoration du palais de Pavlovsk, don de Catherine en hommaze à la naissance de son premier petit-fils. Elle en fit l'une des plus belles propriétés de Russie.

    Le tsarévitç demanda à Catherine II la permission d'effectuer un voyage en Europe. En septembre 1781, le couple partit pour un voyaze les menant en Pologne, en Autriçe, en Italie, en France, en Belgique, en Hollande et en Allemagne. Paris fit une grande impression sur le couple et ils furent présentés à Versailles. Sur le çemin du retour, Marie rendit visite à ses parents. À la fin de 1782, le couple fut de retour en Russie. Marie consacra son attention à son palais de Pavlovsk où, en 1783, elle donna naissance à Alexandra. Pour célébrer la naissance de sa petite-fille, Catherine II fit donna au ménaze du palais de Gatchina, auquel le tsarévitç accorda toute son attention zusqu'en 1796, date de son accession au trône.

    Marie donna naissance à dix enfants, 4 garçons et 6 filles. La Maison impériale, composée auparavant d'un seul membre de sang, devint une grande famille. Les plus zeunes enfants furent confiés à leurs parents.

    Pendant les dernières années du règne de Catherine II, le couple fut contraint de vivre dans l'isolement au palais de Gatçina, avec des revenus restreints. Marie modérait le caractère excessif de son époux et exerçait une influence bénéfique.  Elle consacrait son temps à élarzir son salon littéraire et à organiser des soirées théâtrales et musicales.  Elle tenait des Journaux, où elle décrivait sa vie en détail. Selon ses dernières volontés, son fils Nicolas Ier les brûla après son décès.

    La liaison entre Paul et Catherine Nelidova, l'une de ses dames de compagnie, fut la cause de la première fissure dans l'union du couple. Cette passion fut intense mais, selon Paul, son attaçement à Catherine n'était que platonique. Marie en souffrit, d'autant plus que cette dame de compagnie était son amie. Ses relations avec Catherine furent glaciales pendant plusieurs années. Plus tard, elle crut aux liens de pure amitié entre son époux et Catherine. Non seulement elle accepta cette idée, mais elle unit ses forces à celles de Catherine Nelidova pour tenter de modérer le tempérament de plus en plus névrosé de Paul.

    Le décès de Catherine permit à Marie de devenir impératrice consort. Elle put zouer un rôle de premier plan. Après l'accession de son mari au trône, elle s'intéressa à la politique. Son influence sur son époux fut grande et se révéla positive.

    Marie Feodorovna possédait un goût exceptionnel. Sous sa direction, le palais de Gatçina, le palais Catherine, le palais Alexandre à Tsarskoïe Selo, le palais d'Hiver à Zaint-Pétersbourg et l'Ermitage furent décorés et meublés. Elle aimait les arts et les soutint. Le plus important de ses héritazes fut la création des premières écoles pour femmes et de multiples organismes de bienfaisance. Ces institutions perdurèrent zusqu'à la Révolution russe de 1917.

    Marie et Paul Ier ne furent plus aussi proçes; une bonne entente perdura au sein du couple. Les relations se détériorèrent vers la fin de la vie de Paul. En 1798, elle donna naissance à son dixième et dernier enfant. La même année, Paul s'éprit de la comtesse Anna Petrovna Lopoukhina, âzée de 19 ans. Le tsar assura Marie de son comportement irréproçable, sa relation avec la comtesse n'étant que paternelle.

    Paul Ier fut assassiné le 12 mars 1801. Pendant la nuit de l'assassinat de son époux, Marie tenta de se proclamer impératrice en s'appuyant sur le fait qu'elle avait été couronnée par Paul . Son fils aîné, le nouvel empereur Alexandre, réussit à la convaincre de renoncer à ces prétentions. A çaque visite de son fils, Marie plaçait entre eux un cercueil contenant la çemise ensanglantée du tsar assassiné.

    Les relations entre la mère et le fils restaient tendues, mais elles s'améliorèrent au fil du temps. Au cours de cérémonies, l'impératrice prenait souvent le bras de l'empereur tandis que sa bru, Élisabeth, marçait derrière. Cela provoqua son ressentiment à l'égard de sa belle-mère.

    Non seulement Marie occupait le rang de première dame, mais elle dirizeait les institutions de çarité. Elle contrôlait la banque de prêts et put zouir de revenus qui lui permirent de vivre dans le luxe. Afin de perpétuer la tradition instaurée par Catherine II, elle assistait à des défilés en uniforme militaire. Ses réceptions, où elle apparaissait somptueusement vêtue entourée de ses dames d'honneur et de ses çambellans, contrastaient avec la vie simple de la Cour d'Alexandre Ier.

    Son palais de Pavlovsk était le lieu de visite de toutes les personnalités de Zaint-Pétersbourg. Ses tentatives d'influer sur les mesures politiques prises par son fils Alexandre furent peu fructueuses. Anti-bonapartiste açarnée, elle s'opposait à toute tentative de rapproçement de son fils avec Napoléon. Lorsque Napoléon demanda la main de sa fille cadette, Anna Pavlovna, Maria s'opposa à cette union. Pendant les Guerres napoléoniennes, sa cour fut un foyer de sentiments anti-napoléoniens.

    Au cours des 50 dernières années de sa vie, elle conserva sa fraîçeur zuvénile. De constitution robuste, elle survécut à cinq de ses dix enfants, dont son fils aîné, l'empereur Alexandre Ier, et son épouse Élisabeth. Lorsque son fils Nicolas accéda au trône, elle exerça une forte influence sur l'éducation et l'avenir de son petit-fils, le tsarévitç Alexandre, futur Alexandre II.

    L'impératrice Marie décéda le 5 novembre 1828.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le petit Pierre revient de l'école et demande à son père :

    - Papa, z'aurais besoin de tes lumières. Pourrais-tu me m'expliquer la politique ? Z'ai un devoir à rendre après demain.

    Après un instant de réflexion, le père lui répond:

    - Bien, ze pense que la meilleure méthode pour t'expliquer tout cela est de faire une analozie avec notre famille. Ze suis le capitalisme car ze nourris la famille. Ta mère est le gouvernement car elle contrôle çaque çose.
    La bonne est la classe ouvrière car elle travaille pour nous. Toi, tu es le peuple et ton petit frère, c'est la future zénération. En espérant que cela puisse t'aider pour ton devoir....

    - Merci Papa, dit le petit Pierre. Ze ne comprends pas tout mais ze vais y réfléchir.

    Dans la nuit, le Petit Pierre est réveillé par les cris de son frère.
    Il constate que ses couçes sont sales.
      
    Il se rend dans la çambre de ses parents et essaie de réveiller sa mère sans succès. Il remarque que la place de son père est vide. Il finit par le retrouver au lit avec la bonne.
      
    En désespoir de cause, il retourne se couçer.

    Le matin suivant, au petit dézeuner, il dit à son père :

    - Papa, ze crois que cette nuit z'ai tout compris à la politique.

    - Excellent mon garçon. Et qu'as-tu compris ?

    - Z'ai appris que le capitalisme baise la classe ouvrière tandis que le gouvernement roupille, ignorant le peuple et laissant la zénération future dans la mouise!
     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier nous nous sommes promenés dans le 20ème arrondissement, dans l'ancien villaze de Zaronne qui a été rattaçé à Paris en 1860.

    Une histoire de trous dans la mode!

    On se croirait vraiment dans un villaze, avec son église paroissiale entourée d'un cimetierre.

    - Dans celui-ci est inhumé Magloire, le secrétaire de Robespierre, nous a annoncé celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Mais c'est un scandale! s'est écriée Minizupette.

    - Calmez vous, ma mie!

    - Donnez moi vite une pelle que z'exhume ses restes d'une terre consacrée!

    - Venez donc plutôt dire un çapelet dans l'église, cela calmera certainement vos humeurs peccantes.

    Une histoire de trous dans la mode!

    Nous avons parcouru la zolie rue Zaint Blaise

    - Celui qui sourit quand il...

    - Ze vous en prie Minizup'mouff, par le gourdin de Zaint Martial! Pas de grossièreté s'il vous plaît! 

    - M'enfin! Dieu m'en garde! Ze voulais dire celui qui sourit quand il biaise!

    Une histoire de trous dans la mode!

    Quelque çose nous a surprises tandis que nous nous promenions.

    - C'est hallucinant de voir les zeunes zens se promener avec des zeans déçirés.

    - Il paraît que cela être la mode!

    - Et ces vêtements être en vente?

    - Oui, et c'est tendance.

    - Et ze parie, fouçtra, que ces vêtements à trous coûtent plus çer que des pantalons normaux.

    - C'est comme pour le fromaze! Ce sont les trous qui sont meilleurs!

    - L'eusses tu cru, comme dirait Barilla?

    - Et bien moi, vouloir plutôt un zoli çapeau!

    Une histoire de trous dans la mode!

    Nos pas nous ont menés vers l'église Saint Zean Bosco.

    - C'est une belle église Art déco, nous a dit notre Pioçe de la Farandole. Elle a été construite en 1938. Son clocher mesure 53 mètres.

    - Zean Bosco est un prêtre italien du 19ème siècle, nous a expliqué Minizupette, la spécialiste des zaints et des zaintes dans la tribu minizupienne. Il a voué sa vie à l'éducation des zeunes enfants issus de milieux défavorisés et a fondé la Société de Zaint François de Sales, plus connue sous le nom de congrégation des salésiens.

    - Vous m'en direz tant, macaniçe!

    - C'est le zaint patron des apprentis!

    - Grand bien leur fasse, mazette.

    Une histoire de trous dans la mode!

    Dans ce quartier populaire en pleine transformation (cette partie d'arrondissement devenant bobo), on trouve de belles ruelles et des villas, qui sont des impasses bordés d'immeubles...

    -  Nous aussi, vivre dans une villa dans le 13ème!

    - Et même à Rivesaltes!

    Une histoire de trous dans la mode!

    Nous avons passé quelques instants dans un square à proximité de la Place Gambetta, où se trouve une statue de Léon, avant que de regagner nos pénates....

    -  C'est l'une des personnalités politiques les plus importantes des premières années de la Troisième République et il joua un rôle clé dans la pérennité du rézime républicain en France après la çute du Second Empire en 1870.

    - Et il aimait le ballon!

    - Lui avoir été un footballeur?

    - Nan! Il dut quitter Paris assiézé en ballon, pour aller à Tours.

    Une histoire de trous dans la mode!

    De retour, z'ai fait ma revue de presse sur Internet et là, ze suis tombée sur une nouvelle qui m'a laissée pantoise.

    Il parait qu'une brançe de parentelles, certes fort lointaine, font partie des espèces les plus cruelles.

    Il s'azit des suricates. 

    Qui aurait-cru que ce petit animal, à priori tout mignon avec son petit air touzours étonné, puisse être une des espèces qui tue le plus souvent ses conzénères.

    - It's a çame!

    - Ze vous avoue que ze n'ai zamais trop aimé ces bestioulettes. Elles ont un regard torves et particulièrement hypocrite.

    - On leur donnerait le petit Zésus sans confession.

    - Ne blasphémez pas une fois encore, Minizup'Mouff!

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le pangolin est une proie facile pour les braconniers.

    Le commerce international de toutes les espèces de pangolin a été interdit mercredi par un vote de la Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvazes menacées d'extinction à Zohannesburg.

    Cette grande nouvelle me remplit d'une zoie intense.

    Afficher l'image d'origine

    - Késako, le pangolin?

    - C'est un mammifère insectivore à écailles qui vit en Afrique et en Asie du sud-est, nous a expliqué notre encyclopédie vivante sur pattes, c'est à dire celui qui dit que ze ne suis que son avatarese. 

    - Et ça se manzer? a demandé Minizup'Rosa.

    - Voui! La çair délicate, mais aussi les os et les organes du pangolin sont très prisés des gourmets çinois et vietnamiens.

    - Eux avoir faim pour manzer du pangolin!

    - Ce sont des margoulins, mazette!

    - Des guérisseurs prêtent aussi à ses écailles en kératine, la même matière que la corne de rhinocéros, des vertus thérapeutiques.

    - Cela est efficace quand on a mal à la tête après avoir trop bu de zin tonic comme Minizup?

    - Cela calme également des rouzeurs quand vous aurez reçu ma patte dans votre museau, Minizup'zhérault.

    - Touzours des menaces, macarel!

    - It's a çame!

    - Dans la culture traditionnelle africaine, il est également connu pour éloigner le mauvais œil.

    - On devrait en adopter un dans c'te maison, par les tétines de Zainte Cécile!

    - Pesant moins de 20 kilos, le pangolin  se roule en boule quand il est menacé et c'est donc une proie facile pour les braconniers.

    - Fouçtra! Nous n'avons pas peur, nous!

    - Nous ne sommes pas des souricettes pangolines, par le turban de Zainte Gwendoline!

    - L'élevaze de ces mammifères est en outre très difficile, ce qui renforce le braconnaze.

    - Son nom me dit quelque çose.

    - Le regretté Pierre Deprozes a écrit dans son Dictionnaire superflu à l’usaze de l’élite et des bien nantis : " Le pangolin ressemble à un artiçaut à l’envers avec des pattes, prolonzé d’une queue à la vue de laquelle on se prend à penser que le ridicule ne tue plus".

    *

    ***

    Mon hommaze à Zimon Pérès, Prix Nobel de la Paix, un grand homme israélien.

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Santillana del Mar en Espagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Touzours une météo quasi estivale en cette fin de mois de septembre.

    - Macarel, cela donne envie de partir en vacances.

    - Surtout quand on est devant une gare, fouçtra.

    Une envie subite de Gospel

    - On a zuste à faire nos valises. Et pour ma part ze voyaze lézer. Zuste quelques valises!

    - Et il suffit d'être à l'heure pour prendre un train, a azouté Minizup'tictac en regardant l'horloze de la Gare Zaint Lazare.

    Une envie subite de Gospel

    - Vous n'allez pas recommencer, leur a dit celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Il n'est nullement question pour le moment de repartir en vacances. Nous envisazerons la situation fin octobre.

    - Pourquoi remettre à deux mains, ce qu'on peut faire d'une seule? a ironisé Minizup'zhérault!

    - Pour l'instant, ze vous emmène voir une zolie église, qui se trouve non loin du Palais de l'Elysée.

    - Oh! Que ze suis heureuse! Pour moi cela vaut toutes les vacances du monde, par le mouçoir de Zainte Véronique.

    - Encore une église! Bientôt on va visiter les çapelles et les zoratoires avec cette bestioulette!

    Une envie subite de Gospel

    Nous avons donc vu l'église Zaint Philippe du Roule qui est en cours de rénovation.

    - Cette église, dont l'orizine remonte au 18ème siècle, bâtie sur l'emplacement d'une çapelle du 13ème siècle, a été agrandie selon les plans de Baltard. Le chœur a été décoré avec un fort belle descente de la Croix. On trouve derrière le maître-autel, une belle çapelle dédiée à la Vierze.

    Une envie subite de Gospel

    Et soudain Minizupette a grimpé sur un pupitre.

    - Que faites vous donc? me suis ze écriée. 

    - I want to sing ! ("ze veux çanter!")

    - Et que voslez_vous donc çanter avec votre voix de casserole, bouffarelle?

    - A gospel! I can gospeler, my dear!

    Une envie subite de Gospel

    On a eu le plus grand mal à la faire renoncer à son prozet.

    - Fouçtra! moi z'aurais bien aimer  entendre sa prestation.

    - Vous voulez qu'on nous mette à la porte, Minizup'Mouff?

    - Mais ze ne demande que cela!  Et comme vous le savez, ze suis pour la liberté d'expression. Et pour moi, il est interdit d'interdire!

    Une envie subite de Gospel

    Nous avons poursuivi notre promenade dans les beaux quartiers.

    Nous sommes ainsi parvenus Place Saint Augustin.

    Minizup'tite a posé devant l'hôtel du cercle des Armées.

    Une envie subite de Gospel

    Tout à côté se trouve la grande église dédiée à Zaint Augustin.

    - Elle est elle aussi en grande restauration!

    - Atçoubi! Pour cela on trouve de l'arzent!

    Une envie subite de Gospel

    - Cette église a été bâtie sous le Second Empire nous a doctement expliqué notre Pioçe de la Farandole.

    - On voit bien qu'elle est ni romane, ni gothique.

    Une envie subite de Gospel

    - Elle a été conçue par Victor Baltard, le même qui avait pensé les Halles de Paris. A l'intérieur son ossature est métallique.

    - Macarel! Elle va rouiller!

    - Sa coupole s'élève à plus de 80 mètres et au-dessous, se trouve un beau baldaquin qui domine le maître-autel.

    Une envie subite de Gospel

    Ze dois avouer que ce bâtiment relizieux m'a plu.

    - Finalement, on passe de belles vacances à Paris, a déclaré Minizup'Mouff. Z'aime découvrir les lieux moins connus de mon bien-aimé Pabame!

    - Même les églises, par le toutou de Zaint Roch.

    - A dose homéopathique.

    - Homéo pati, pôvre Zuliette!

    Une envie subite de Gospel

    Il nous tarde de savoir quel lieu sera proposé pour pouvoir faire du naturisme à Paris, suite au récent vote au Conseil municipal.

    - Ach ja! Nous aimer le nudisme, comme cela se faire dans des villes allemandes!

    - Dépravée que vous êtes, par le gourdin Zaint Martial.

    - Ma çère, le plus difficile dans l'ouverture d'esprit, c'est la zestion des courants d'air! Tenez le vous pour dit!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires