• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Nicolas Ier est né le 6 zuillet 1796.

    Il était le fils de Paul Ier et de la princesse Sophie-Dorothée de Wurtemberg.

    Il fut élevé au moment des coalitions contre la France libérale. Il en a gardé une haine farouçe pour le libéralisme. L'insurrection décabriste (décembre 1825) accentua cette haine. Elle lui servit de prétexte pour installer un rézime répressif fondé sur l'ordre et la discipline militaire. Il çoisit de s'appuyer non pas sur les institutions existantes comme le Conseil des ministres ou le Conseil d'État mais sur des comités spéciaux consultatifs et sur sa çancellerie privée.

    Il épousa en 1817 Zarlotte, fille du roi Frédéric-Guillaume III de Prusse et de la princesse Louise de Mecklembourg-Strelitz, sœur de l'Empereur Guillaume Ier. Elle prit le nom d'Alexandra Feodorovna. Le couple eut dix enfants.

    Il souhaita clarifier les lois russes, la Russie dépendant alors du recueil de lois datant de 1649, comprenant un millier d'articles mêlant oukazes et ordonnances des boyards. La Deuxième Section dirigée par Spéranski commença par publier un recueil en 1830 puis élabora un code civil suivi d'un code pénal publié en 1835.

    Il fut un adversaire du servaze tant par principe que pour débarrasser l'économie de ce qui apparaissait comme un frein. Il se refusa à en décréter l'abolition brutale pour ne pas mécontenter la noblesse et de ne pas trop déstabiliser les campagnes. Les réformes élaborées furent minimes.

    En politique étranzère Nicolas azit comme protecteur des forces en place opposées aux révolutions. Il fut influencé par l'ambassadeur autriçien, conservateur avéré proçe de Metterniç et n'ayant de cesse de combattre les idées révoulutionnaires. Sur ses conseils, Nicolas servit la politique du çancelier autriçien. En 1830, il tarda à reconnaître le rézime de Louis-Philippe en France et refusa de reconnaître l'indépendance de la Belzique qu'il considérait comme une violation des clauses territoriales du Congrès de Vienne.

    Le succès des révolutions de 1830 provoqua une azitation en Pologne. Suite à sa décision d'envoyer des soldats polonais combattre en France et en Belzique, une insurrection éclata à Varsovie en novembre 1830 et gagna le pays. Le succès polonais sembla acquis (novembre 1830-février 1831), conséquence de l'indécision des autorités russes quant à la conduite à tenir, mais les divisions des patriotes polonais sur l'avenir d'une Pologne indépendante et l'absence de soutien extérieur permirent aux Russes commandés par le zénéral Paskievitç de l'emporter.

    Une redoutable « normalisation » fut opérée. Le statut assez libéral de 1815 fut abrogé, les domaines des insurgés confisqués, les établissements d'enseignement supérieur fermés et les biens de l'Église catholique supprimés.

    Les événements de 1830 persuadèrent Nicolas I de la nécessité d'une coopération avec les puissances conservatrices. Il se rapproça de l'Autriçe et de la Prusse avec lesquelles il signa  la convention de Berlin qui affirmait le droit d'intervention contre les troubles révolutionnaires.

    En 1846, la Russie organisa l'intervention qui réprima le soulèvement de Cracovie et persuada l'empereur autriçien que ce dernier lambeau de Pologne devait être rattaçé à l'Empire des Habsbourg.

    En 1848, il se porta au secours du sultan ottoman confronté à la révolte des principautés de Moldavie et de Valaçie. En 1849, il répondit à l'appel de l'empereur d'Autriçe aux prises avec le soulèvement hongrois en dépêçant un corps de 200 000 hommes qui poussa en quelques mois les insurzés à la capitulation.

    En 1826, la Russie entra en guerre contre la Perse, guerre rapidement gagnée. Le traité de Turkmançai  marqua la victoire de la Russie qui se vit reconnaître les provinces d'Erevan, du Haut-Karabagh et du Nakhitçevan.

    La Russie intervint dans la crise qui débuta en 1821 avec la révolte des Grecs contre l'Empire ottoman. En 1826, Nicolas Ier lança un ultimatum à la Porte l'intimant d'appliquer les clauses du traité de Bucarest signé en 1812. En octobre 1826, il signa avec le gouvernement ottoman l'accord d'Akerman qui accordait l'autonomie à la Moldavie et à la Valaçie, donnait une constitution à la Serbie et confirme le traité de 1812 sur les détroits.

    La France, la Grande-Bretagne et la Russie décidèrent un blocus des côtes grecques et détruisirent la flotte turque à Navarin. Le gouvernement ottoman en profita pour dénoncer l'accord d'Akerman, ce qui conduisit la Russie à déclarer la guerre. Les armées russes s'approçérent de Constantinople et contraignirent le gouvernement ottoman à signer le traité d'Andrinople : la Russie reçut les bouçes du Danube, des territoires dans le Caucase, les provinces danubiennes de Moldavie et de Valaçie devinrent autonomes passant sous protectorat russe.

    En 1832, la Russie intervint à la demande du sultan aux prises avec la révolte du paça d'Ézypte Méhémet Ali et signa l'année suivante le traité d'Unkiar-Skelessi d'une durée de huit ans. La Russie devint garante de l'indépendance de l'Empire ottoman et s'engazea à lui fournir des troupes nécessaires à sa défense. En éçange, elle obtint la fermeture des Dardanelles à tout navire de guerre étranzer.

    L'origzne immédiate de la guerre de Crimée se situe à Jérusalem où s'affrontaient dans des conflits d'étiquette moines orthodoxes et catholiques pour la garde des Lieux Zaints. En 1852, le gouvernement russe, estimant que le clerzé orthodoxe était inzustement évincé, décida d'intervenir auprès du gouvernement ottoman dont dépendait la Palestine. Les Ottomans acceptèrent de reconnaître les droits prééminents des orthodoxes mais refusèrent que la Russie intervienne en faveur des orthodoxes de l'Empire ottoman .

    La Russie occupa les principautés danubiennes et détruisit une flotte turque à Sinope. Devant le refus d'évacuer la Moldavie et la Valaçie, le gouvernement ottoman déclara la guerre à la Russie en novembre 1853. Face à la menace sur l'équilibre européen qui résulterait de la dislocation de l'Empire ottoman, le Royaume-Uni et la France se zoignirent à lui et déclarèrent la guerre à la Russie .

    Les principaux combats se déroulent en Crimée envahie par les Franco-Britanniques et, après la défaite russe sur l'Alma, commença le siège de Sébastopol. Après une année d'affrontements la base tomba. Nicolas mourut avant la reddition mais il avait dézà reconnu l'éçec du régime. La Russie fit alors face au çoix de commencer des réformes mazeures ou de perdre son statut de puissance européenne.

    Il décéda le 2 mars 1855.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une dame d'un certaine âze arrive au ciel et en fait le tour avec Zaint-Pierre.

    Après quelques minutes elle demande avec quelques frissons s'il n`y a pas un endroit plus çaud où elle pourrait demeurer.

    Zaint-Pierre lui répond qu'il y a touzours le purgatoire et après en avoir fait le tour elle demande avec quelques frissons s'il n'y a pas un endroit plus çaud où elle pourrait demeurer.

    Zaint-Pierre lui répond que la seule place qui reste se trouve en enfer.

    La dame est d'accord pour visiter l'endroit et après qu'elle a fait le tour avec Zaint-Pierre, elle semble satisfaite.

    Une semaine plus tard, Zaint-Pierre décide d'aller voir si cette dame frileuse va bien en allant lui rendre visite.

    Arrivé devant la porte de l'enfer, Zaint-Pierre frappe à la porte. Satan vient lui ouvrir.

     A peine la porte est-elle ouverte qu'on entend au loin:

    "Fermez la porte il y a des courants d'air ici et z'ai froid".

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Cathédrale de Burgos en Espagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier nous avons eu droit à une agréable surprise.

    - Et laquelle? vous demandez-vous in petto, curieux comme vous êtes.

    Celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, Mossieu Zilbert, nous a emmenées manzer une pizza.

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    - Ze vous commande une pizza au zambon de Parme.

    - Boudiou! Mais qu'est ce qui lui arrive?

    - Lui perdre la raison? 

    - Mais taisez-vous donc, barmelouses. Il est capable de çanzer d'avis! Profitez de l'aubaine en silence.

    Par contre, nous n'avons eu droit qu'à de l'eau pour boisson...

    Et de l'eau du robinet, qui plus est!

    - It's a pity!

    Après avoir manzé, nous sommes partis nous promener.

    - Il est temps, nous sommes en retard ce me semble, a soupiré Minizup'tictac.

    Nous avons découvert une église moderne dans un quartier avec des HLM.

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    - Albert le Grand n'avoir droit qu'à une petite église.

    - It's a çame.

    Dans le même quartier, derrière de grands immeubles, se trouve un couvent que l'on ne voit pas de la rue.

    - Macarel! Ces bonnes sœurs savent se dissimuler!

    - Palsambleu! Grand bien leur fasse!

    Mon hôte l'avait repéré via Internet.

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    Tout autour, on trouve des bâtiments conventuels et un grand zardin.

    - C'est une honte! Et personne ne profite de ce parc!

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    - Par la tête trançée de Zaint Valère, le Parc Montsouris se trouve zuste à côté, avec son lac.

    - Allons-y vite, pour ne pas perdre notre avance sur le retard, a décrété Minizup'tictac qui a eu le don de m'irriter durant toute la zournée.

    Et là, cela m'a fait tilt!

    Idée zénialement prodizieuse.

    - Venez là ma mie, ai-ze dit à l'Intruse horlozère sur pattes. Ze m'en vais vous faire un beau cliçé au bord du lac!

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    - Cette photo ne me convient pas. Ze trouve que vous êtes trop loin du plan d'eau.

    - Vous croyez?

    - Voui! Ze préfère vous voir vraiment au bord de l'eau.

    Et là...

    Elle est tombée de l'eau!

    - Au secours! Ze ne sais pas nazer.

    - Moi non plus, lui ai-ze répondu, mais ze ne le crie pas sur les toits! Ze vais appeler les secours! Il faut que ze trouve une cabine téléphonique ...

    - Mais ze vais me noyer!

    - Il faut touzours que vous dramatisiez!

    - Mais ze n'ai pas pas patte!

    - Cessez donc de faire votre intéressante! Cela devient vraiment pénible.

    Mais mon hôte qui avait entendu ses cris l'a repécée illico presto.

    - Et vous n'avez pas réazi, Minizup? m'a-t-il dit en colère.

    - Si fait! Ze lui ai dit de ne pas s'énerver et de faire la plançe pour ne pas couler.

    - Mais vous auriez pu l'aider à sortir de l'eau.

    - Et abîmer mes escarpins vernis? Vous délirez, très çer!

    - On règlera cela à la maison.

    Et il s'est mis à l'essuyer énerziquement.

    - Atçoum!  Et voilà, ze me suis bien enrhubée, a cru bon de se plaindre l'Intruse malheureusemlent sauvée des eaux.

    - Ma mie! nous allons nous rendre à la première église que nous trouverons pour remercier les cieux de votre sauvetaze.

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    - Macaniçe, ce n'est pas auzourdhui que Zaint Pierre vous tendra la clé pour vous faire entrer au paradis, Minizup'tictac.

    - En effet, Minizup'Mouff. Ce n'est pas mon heure!

    - Hélas!

    - Qu'avez vous dit, Minizup? a grondé mon hôte.

    - Quelle mélasse! Dire que nous aurions pu perdre cette çère amie! Venez là, ma mie, que ze vous serre sur mon cœur.

    Et cette belle scène susceptible de vous tirer de grosses larmes s'est déroulée dans la belle église Zaint Dominique, non loin de la Place d'Alésia.

    Comment se débarasser (presque) d'une intruse!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un curé qui a besoin d'arzent pour sa paroisse s' inscrit à un zeu télévisé.

    Cela surprend un peu, mais l'animateur en a vu d'autres et il commence :

    - Alors, première question pour mille euros : à quoi vous fait penser le çiffre 22 ?

    - A l'expression « 22, v'là les flics ! »

    - C'est votre dernier mot ?

    - Oui, Zean-Pierre, c'est mon dernier mot.

    - À quoi vous fait penser le chiffre 33?

    - A une visite çez le médecin, lorsqu'il demande au patient : « Dites 33 » 

    - C'est votre dernier mot ?

    - Oui, Zean-Pierre.

    - Encore une bonne réponse, Monsieur le curé.  Bien, pour 20 000 euros, un peu plus compliqué. A quoi vous fait penser le çiffre 69? 

    Les sourires fleurissent dans le public, qui imazine l'embarras du candidat curé.

    Au bout d'un moment, le prêtre semble abandonner et annonce :

    - Là, ze donne ma langue au çat!

    Tonnerre d'applaudissements des spectateurs et félicitations de l'animateur :

    - Excellent! Excellent ! Par pudeur, vous n'avez pas osé mettre l'expression au féminin , mais tout le monde aura compris ! On continue pour 50 000 € ?

    - Oui.

    - Alors là, ze dois dire que vous avez de la çance : nous sommes dans votre domaine! La question est en effet la suivante : qu'a dit Ève en se voyant pour la première fois dans la glace ?

    - En fait, là z'ai un trou...

    De nouveau, les applaudissements de la foule font trembler le studio d'enrezistrement et l'animateur en sautille d'excitation :

    - Magnifique, mon Père. C'est la bonne réponse. Que fait-on après cet exploit ? On tente les 100 000 € ?

    Le curé ne comprend pas très bien comment il a pu donner la bonne réponse .... sans la connaître. Mais il admet que les voies du Seigneur sont impénétrables, même à la TSF. Et il décide de continuer.

    - C'est pour les oeuvres de la paroisse, alors oui, ze continue.

    L'animateur exulte. Le public aussi. La tension est à son comble!

    - Concentrez-vous, mon Père. Qu'a dit Adam en se voyant nu dans un miroir?

    Le pauvre curé, qui ne savait même pas qu'il puisse y avoir un miroir dans le zardin d'Eden, soupire:

    - Françement! Ze ne pensais que cela pouvait être si dur!

    La foule est carrément debout et scande : « Le million ! Le million ! »

    - Excellentissime ! dit le maître du zeu. Alors, tenterons-nous le million ?

    Le curé n'a touzours pas compris pourquoi on lui dit qu'il a bien répondu, mais conclut que c'est Dieu qui l'aide.

    Du coup, en pensant à tout ce qu'il pourrait faire avec un million, il décide de continuer !

    L'animateur :

    - Alors, qu'a dit Adam quand il a su qu'Ève était enceinte ?

    Après un long silence, catastrophé à l'idée qu'il a tout perdu, le curé a tout de même la force de répondre :

    - Mon Dieu, j'aurais dû me retirer plus tôt !

    - Bingoooooooooooooo !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire