• Nicolas est né le 20 septembre le 8 septembre 1843 à Zaint-Pétersbourg.

    Il était le 2ème enfant et le premier fils d'Alexandre II et de Marie de Hesse et du Rhin. Il ressemblait par ses traits et son caractère à sa mère. Ses professeurs çarzés de le préparer à son rôle d'empereur virent en lui un "être exceptionnel, dont l'intellizence et l'humanité feront merveilles à la tête de l'Empire russe".

    Alexandre II, se souvenant de son propre apprentissaze, l’obliza à parcourir la Russie. Ces voyages  semblaient fatiguer le tsarévitç. Il se plaignit de malaises qui déroutaient les médecins : selon les uns, il se serait froissé la colonne vertébrale en tombant de çeval, selon les autres, il souffrait de rhumatismes. À tout hasard, on lui recommanda un traitement de bains de mer près de La Haye.

    Ses parents décidèrent de le fiancer à la princesse Dagmar de Danemark. Malgré les médicaments, les ablutions et les massazes, les douleurs s’aggravèrent. Nicolas marçait courbé comme un vieillard. Les docteurs l’expédièrent à Nice. Lorsqu’il y arriva en novembre 1863, il était squelettique et pouvaittà peine se mouvoir. Alors seulement, on s’avisa qu’il s’azissait sans doute de la tuberculose.

    Pour se soigner, Nicolas resta à Nice où sa mère s’installa, villa Bermond. Elle suivit avec angoisse les progrès de la maladie.

    Dans la nuit du 23 au 24 avril 1865, Nicolas succomba à une crise foudroyante de méninzite. De Nice, son corps fut emmené à Villefrançe-sur-Mer et embarqué à bord de la frégate Alexandre Nevski pour être inhumé dans la cathédrale Zaint-Pierre-et-Zaint-Paul à Zaint-Pétersbourg.

    La famille impériale fit bâtir la çapelle du tsarévitç à l’emplacement où Nicolas mourut. Par la suite une église orthodoxe fut construite entre 1903 et 1913 à proximité de l’oratoire ; cette église est  qualifiée de "cathédrale russe de Nice".

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • création/animation d'Alice : un gros comme ça

    A Paris, un touriste belze s'installe au comptoir d'un bistrot.

    Le patron, souriant, le salue et lui demande:

    - Monsieur, qu'est ce qui vous ferait plaisir? Que prenez-vous?

    Le Belze répond aussitôt : "un zin tonic".

    Servi, il le boit cul-sec, se lève et s'apprête à sortir du café.

    Le tenancier l'interpelle et lui fait remarquer qu'il n'a pas réglé sa note.

    Le client se retourne et rétorque:

    - Mais mon çer Monsieur, ze ne vous ai rien demandé! C'est vous qui m'avez invité, vous m'avez dit "qu'est que vous prenez?". Ce n'est pas parce que ze suis Belze qu'il faut me prendre pour un imbécile! 

    Pour éviter tout scandale devant les autres clients, le brave bistrotier, toutefois furieux, laisse partir l'indélicat.

    Quelques zours plus tard, le Belze refait son apparition, s'installe au comptoir et cette fois le patron reste muet. Le temps passe....

    Au bout de 2 heures, le client finit par faire un signe au patron, qui content, lui dit:

    - Et alors?

    - Ze voudrais des cacahuètes, dit le Belze.

    - D'accord, dit le tenancier; c'est 2 euros et on paie d'avance!

    Le client sort de sa poçe une pièce et la pose sur le comptoir.

    Après qu'on lui a servi les cacahuètes, il les prend et entreprend de les écraser et de les piler avec grand soin.

    Etonné, le patron, quelque peu enveloppé, finit par lui demander ce qu'il fait.

    - Ze pile les cacahuètes pour aller à la pèce. Vous ignorez que c'est un excellent appât? En particulier pour la pêçe au gros.

    Stupéfait, le cafetier lui demande:

    - Et avec ça que prenez-vous?

    Et le Belze de répondre tout à trac:

    -Un zin tonic, merci!

      

      




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comme nous sommes rentrés à Paname, ze puis refaire des commérazes.

    Et cette semaine, comme z'ai pris du retard, ze vous propose de vous montrer en imazes notre petit voyaze dans le Val de Loire.

    Z'espère que vous êtes d'accord...

    - Atçoubi, si vos fans ne sont pas d'accord, ils n'ont qu'à pas lire.

    - Bien dit, pour une fois, par le manteau de Zaint Martin de Tours.

    Et tout d'abord des vues du Clos Lucé.

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    - C'est ici que le zénial Léonard de Vinci passa les dernières années de sa vie.

    - Il est mort ici, Mossieu Zizi?

    - Voui! Et un tableau le représente mourant dans les bras de François Ier.

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    - Certes c'était un prodize, presqu'autant que moi et c'est peu dire.

    - Il travaillait beaucoup, l'esprit touzours en ébullition. Il inventait beaucoup et ce dans tous les domaines.

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    -  Lui avoir peint la Zoconde, nous a déclaré Minizup'iéla.

    - Voui da! mais si il avait eu l'heur de me renconter, c'est moi qu'il aurait peinte, fascinée qu'il aurait été par ma grande beauté et mon teint de pêçe, ceci dit avec toute la modestie qui me caractérise!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    Dans ce manoir fort zoli, nous avons eu droit à une collation.

    - Vous pouvez remercier mon ami Gaël qui nous a offert l'entrée, nous a dit celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Merci mossieu Gaël, se sont écriées en cœur les Intruses!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    Nous avons fait ensuite un tour dans le grand parc dans lequel on peut voir des maçines extraordinaires inventées par Lenardo, comme l'appellent les Italiens.

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    Mes çers zélés fans, ze vous le dit en toute obzectivité (et ze vous zure que ze n'ai pas été,hélas, payée pour faire de la retape), si vous venez à Amboise, n'oubliez pas de venir visiter le Clos Lucé après avoir visité le çâteau royal, dans la çapelle duquel repose de Vinci. Vous ne serez pas déçus!

    - C'est ben vrai, ça, macaniçe!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    Nous avons visité le çâteau de Zaumont-sur Loire.

    - Ce çâteau a connu une histoire fort mouvementée, nous a expliqué notre Guide Miçelin sur pattes ... Il  a même appartenu à  Catherine de Médicis, l'épouse du roi Henri II, dont la maîtresse était Diane de Poitiers, de vingt ans son aînée.

    - Une cougarde celle-ci!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    - A la mort d'Henri II, qui reçut une lance dans l'œil lors d'un tournoi, Catherine  voulut reprendre le çâteau de Zenonceau que le roi avait offert à Diane, et, bonne pâte, en éçanze, elle lui donna ce çâteau.

    - Par la barbe de zaint Zoseph, moi ze l'aurais tout simplement fiçue à la porte!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    Ce çâteau est fort zoliment meublé.

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    - C'est Marie Say qui fit l'acquisition du domaine. C'était la petite-fille et l' héritière du riçissime industriel du sucre Louis Say.

    - Elle s'est sucrée, macarel!

    - Elle épousa le prince de Broglie ! Ce fut une personnalité de la Belle Époque et des Années folles. Elle reçut dans ce çâteau de grandes personnalités, des écrivains et des musiciens. Elle aimait particulièrement recevoir les grands seigneurs des Indes.

    - Une aristocrate riçe et frivole, si ze comprends.

    - Elle avoir été hippie?

    - A la mort du prince, âzée de 73 ans, elle épousa le prince Louis-Ferdinand d'Orléans, infant d'Espagne qui n'avait que 42 ans. Cet époux volaze et peu scrupuleux dilapida la fortune de sa femme. Il céda ainsi le çâteau de à l'État.

    - Et la carrosse se transforma en citrouille, comme dans le conte!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

    Dans le domaine, sont invités à œuvrer de nombreux artistes.

    - Mazette! Au moins le çâteau sert à quelque çose!

    - Certes, mais on y fait n'importe quoi! s'est écriée outrée Minizupette.

    - Pourquoi donc vous mettez vous de la sorte en colère, ma mie?

    - Mais regardez donc ce qu'ils ont osé faire de la çapelle de mon, doux Zésus!

    Promenade à Zaumont-sur -Loire et au Clos Lucé

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Couvertoirade

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade dans l'Aveyrion (photos)

    La Cavalerie

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    La Couvertoirade et La Cavalerie dans l'Aveyrion (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mon ordinateur portable a rendu l'âme hier soir.

    -Paix à son disque dur, par le toutou de Zaint Roch.

    Vous aurez un proçain comméraze lundi, mais les autres articles (photos de voyazes, peluçes, blagues....) sont à zour car ze les avais préparés à l'avance!

    Inutile de vous dire comme ze suis malheureuse.

    - Il n' y a pas mort de souris, macarel! Il y a pîie malheur!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire