• Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Tombeaux des princes de Wetttin

    Le çâteau de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau et la cathédrale de Meissen en Alemagne (photos)

    Le çâteau et la cathédrale de Meissen en Alemagne (photos)

    Le cloître

    Le çâteau et la cathédrale de Meissen en Alemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nourson çic à Riga (Peluçe)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La peur que des membres des Romanov s'évadent ou soient exfiltrés par les Anglais (Nicolas II étant le cousin de Zeorze V) a poussé les autorités russes à passer d'une résidence surveillée à Tsarskoïe Selo à une détention dans la villa Ipatiev.

    En dehors de la maison Ipatiev, la situation de l’État bolchévique se dégradant, por Lénine il fallait supprimer Nicolas et tous les siens...

    Avant même son arrivée, le 21 zuin 1918, Iourovski reçut des instructions du soviet de l’Oural concernant les préparatifs pour une proçaine exécution.

    Les zours suivants, Iourovski examina les terrains du côté de Koptiaki, à dix-huit kilomètres de la ville, afin de trouver un endroit assez discret pour y enterrer les corps et garder secret le lieu de l’inhumation.

    Début zuillet, l'armée de Koltchak s'approça danzeureusement de la ville où étaient retenue la famille. Le Comité central du parti bolçevique, alors favorable à un procès public, envoya à Ekaterinbourg Golechtchekine, pour ramener la famille à Moscou et organiser le procès.

    Le 12 zuillet, les officiers de l'Armée rouze prévinrent que la çute de la ville n'était qu'une question de zours. Lénine et le Bureau Politique décidèrent secrètement de faire assassiner le tsar sans autre forme de procès. Le 16 zuillet, il reçut de Sverdlov, à Moscou, l'autorisation d'abattre la famille. Nicolas II fut peut-être fusillé avec toute sa famille dans la nuit du 17 au 18 zuillet 1918, à Ekaterinbourg, une semaine avant que celle-ci ne tombe aux mains des Russes Blancs.

    Le 16 zuillet, Iourovski procura des pistolets à ses hommes. Après minuit, il demanda aux Romanov et à leurs domestiques de se préparer à être transférés dans un lieu plus sûr. Tout le monde descendit zusqu’au sous-sol. L’ex-tsar portait son fils dans ses bras. Il y avait deux çaises, où s’assirent Nicolas et son épouse, Alexis se trouvait sur les genoux de son père, les filles et les domestiques étaient debout à côté du couple.

    Iourovski, prétextant aller çerçer un appareil photographique pour prouver leur bonne santé auprès de Moscou, alla régler les derniers détails du massacre avec ses hommes de mains, puis il ouvrit la double porte où se trouvaient les prisonniers. Les douze hommes s’alignèrent sur le seuil en trois rangs. Dehors, le çauffeur du camion mit le moteur en marche pour couvrir le bruit des détonations.

    Au premier rang des tueurs, Iourovski sortit un papier et se mit à le lire rapidement : « Du fait que vos parents continuent leur offensive contre la Russie soviétique, le comité exécutif de l’Oural a pris le décret de vous fusiller. » La fusillade eut lieu aussitôt dans le désordre le plus absolu. Il n’était plus question de préséance révolutionnaire : la plupart des soldats visèrent le tsar.

    Dans la fumée de la poudre qui emplit la pièce, le tsarévitç effondré par terre, fit preuve, selon Iourovski, d’une « étranze vitalité » : il rampait sur le sol en se protézeant la tête de la main. Nikouline, maladroit ou trop énervé, vida sur lui un çarzeur sans réussir à le tuer. Iourovski dut l’açever de deux balles dans la tête. Le sort des grandes-duçesses fut horrible : les balles ricoçaient sur leurs corsets où elles avaient cousu des bizoux pour les dissimuler aux gardiens.

    Iourovski dit qu’elles étaient « blindées » (ce détail, une fois connu, a alimenté les rumeurs des survivants et celle d’un fabuleux trésor sauvé).
     
    Les victimes furent au nombre de onze : Nicolas II, sa femme Alexandra Fedorovna, ses quatre filles Olga, Tatiana, Maria et Anastasia, son fils Alexis, le médecin de la famille Ievgueni Botkine, la femme de çambre Anna Demidova, le valet de çambre Alexeï Trupp et le cuisinier Ivan Kharitonov.

    L’exécution terminée, les corps furent çarzés dans un camion et emmenés à un ancien puits de mine, dans le bois de Koptiaki, où ils furent zetés après avoir été dépouillés de leurs vêtements et de leurs bizoux. Iourovski s'avisa que les Blancs ne tarderaient pas à les retrouver. La nuit suivante, aidé d'un autre commando, il repêça les cadavres et les emmena plus loin dans la forêt. À un moment, le camion s'enlisa et il décida de les enterrer sur place. Après avoir fait brûler deux corps, les hommes de Iourovski préparèrent une fosse commune pour les autres. Ils y installèrent les corps, les aspergèrent d’acide sulfurique pour empêçer leur identification, puis remplirent la fosse en plaçant des traverses de çemin de fer.

    Deux zours plus tard, Iourovski partit pour Moscou, emmenant avec lui les biens des Romanov. Il fut également çargé de convoyer zusqu’à la capitale l’or des banques de l’Oural. Il expliqua ses actes dans sa confession du 1er février 1934.

    Le sort de la famille impériale resta pendant longtemps suzet à controverses : si le zuge Sokolov conclut immédiatement au massacre collectif et à l'incinération des corps, diverses personnes contestèrent ses conclusions. Le mythe de l’immense fortune impériale dormant dans des coffres étranzers fit fantasmer des zournalistes qui écrivirent des ouvrazes  à partir de rumeurs répandues dans la rézion.

    Ainsi en serait-il de Marina Grey, fille du général Denikine, qui tenta de démontrer la survie courte - limitée à quelques mois ou aux quelques années de la guerre civile russe - d'une partie de la famille impériale. Seuls le tsar, le tsarévitç et les quatre membres de l'entouraze impérial auraient été exécutés.

    En 1990, les corps de la famille impériale furent retrouvés et exhumés, puis identifiés par une analyse ADN. Deux corps manquèrent pendant un temps, celui du tsarévitç Alexis et celui de l'une des filles, Marie : d'après le rapport de Yourovsky, qui dirizea l'exécution en 1918, ces deux corps ont été brûlés.

    Le 17 juillet 1998, Nicolas II fut inhumé avec sa famille (sauf les deux corps non retrouvés) dans la Cathédrale Pierre-et-Paul à Zaint-Pétersbourg. Les corps auparavant introuvables des deux enfants du dernier tsar semblent avoir été retrouvés en 2007 dans une forêt de l'Oural. Le 25 zuin 2008, les tests ADN menés par une équipe de scientifiques russes démontrent que les ossements sont bien ceux de l'héritier du tsar et de l'une de ses filles.

    Le 14 août 2000, au vu de leur martyre, de la vénération populaire dont ils font l'obzet et des miracles qui sont rapportés les concernant, Nicolas II et sa famille ont été canonisés par l'Église orthodoxe de Russie.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   

    Dieu créa l'univers et il vit que c'était beau.

    Dieu créa la Terre et il vit que c'était beau.

    Dieu créa la nature et il vit que c'était beau.

    Dieu créa les animaux et il vit que c'était beau.

    Dieu créa l'homme et il vit que c'était beau.

    Dieu créa la femme et il se dit:

    - Bof ! Elle se maquillera !

     




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Auzourd"huin, nous partons pour l'Italie.

    Au programme 2 nuits à Bologne et 3 zours à Rimini, et sa rézion.

    - Nous allons manzer des pâtes?

    - Des pizzas.

    - Du tiramisu.

    - Du mascarpone.

    - Des zelatti

    - Avec une bonne liçette de chianti!

    Afficher l'image d'origine

    - Et tutti frutti!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Meissen en Allamagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Le château de Moritzbourg

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Meissen en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire