• La météo s'étant vraiment radoucie, Minizupette nous a poussés, malgré les quelques gouttes qui tombaient, à reprendre nos visites des églises de Paris.

    - Par le mouçoir de Zainte Véronique, nous en avons vu 145 et il nous en reste une bonne vingtaine à découvrir.

    - Et après, macarel, on visitera les temples, les synagogues, les mosquées?

    - Zamais de la vie! Ze ne visite que les églises chrétiennes, à l'exception notable des temples protestants. C'est un principe!

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    Cette fois, nous nous sommes rendus dans le 17èeme arrondissement et tout d'abord au square des Batignolles.

    - Barbara l'a cité dans une ses çansons, ai-ze dit.

    - Vous avez raison Minizup, a cru bon de confirmer celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. C'était dans "Perlimpinpin".

    - C'est là que les zens fabriquer la fameuse poudre?

    - Mais arrêtez de dire n'importe quoi, Minizuplein. Vous nous épuisez, barmelouse!

    Zuste à côté se trouve l'église Zainte Marie.

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    Dans ce même arrondissement, on trouve des églises modernes.

    Dont celle de Zaint Zoseph des Epinettes.

    - Lui zouer de l'épinette?

    - Ze pensais que lui être çarpentier.

    - Mais il pouvait aussi être musicien, bouffarelle.

    - C'est le nom du quartier, nous a expliqué notre Pioçe de la Fandole.

    - Et quelle en est l'orizine, Mossieu ze sais tout?

    Piqué au vif, mon hôte nous a déclaré:

    - L'orizine du nom Épinettes pourrait venir des ronces présentes sur les terres à l'orizine, ou d'un cépaze de pinot blanc, l’épinette blançe.

    - Mazette, vous en savez des çoses, Mossieu Zizi. Vous m'estrabanquez!

    - Tu parles, Zarles! Merci Wikipédia, ai-ze murmuré afin que mon hôte ne m'entende pas.

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    Non loin de là, dans un quartier en pleine restructuration avec des immeubles modernes, se niçe la çapelle du bienheureux Ozanam.

    - Qui c'est, Mosieu Zizi?

    - C'était un professeur de littérature étranzère à la Sorbonne, fondateur au 19ème siècle de la Société de Zaint-Vincent-de-Paul . Il a été béatifié par le pape Zean-Paul II.

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    - Regardez, Minizupette.

    - Quoi donc, Minizup'iéla?

    - Moi enfourçer une moto pour aider votre Zaint Miçel à combattre le dragon!

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    Dans le 16ème arrondissement, près de la Porte d'Auteuil, nous avons découvert l'église Zaint François de Molitor.

    - Elle est dédiée à Zaint François d'Assise.

    - Nous avoir visité Assise. Et en Italie, l'église être bien plus belle!

    - Cette église a été consacrée en 2005! a cru bon de nous indiquer notre fameux guide Miçelin sur pattes.

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    Son intérieur est très moderne.

    - Macarel, c'est vraiment dépouillé.

    - On se croirait dans un temple protestant!

    - Nan! Il y a une statue de la Vierze à l'Enfant qu'on ne voit pas dans les lieux de culte protestants, par la tétine du Zaint Biberon de mon doux Zésus.

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    Nous sommes rentrés vers 18 heures sous la pluie.

    - Cette promenade m'a ouvert l'appétit, s'est exclamée Minizup'Mouff, qui a touzours faim.

    - Ce n'est pas l'heure de manzer, lui a répondu Minizup'tictac. Avec Mossieu Cricri on manze à 19h30.

    - En tout cas, moi vouloir manzer un gâteau au dessert.

    Quand on reprend nos visites d'églises!

    - Atçoubi! On peut touzours rêver, ma çère!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Königstein et sa forteresse en Allamagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un petit enfant écrit au Père Noël :

    - Zer Père Noël, mes parents sont très pauvres et ze sais qu'ils ne pourront pas me faire de cadeau cette année. Mais ze ne demande pas grand çose, ze voudrais zuste pouvoir aller zouer avec mes copains dans la neize. Pour ça, il me faudrait un bonnet, une éçarpe et des gants. Ze sais que tu es très gentil et ze te remercie d'avance, çer Papa Noël.

    Il met sa lettre dans une enveloppe sur laquelle il écrit "Pour le Pére Noël" et la poste.

    La postiére, en triant le courrier, tombe sur cette enveloppe qui l'intrigue; elle lit la lettre.

    Toute émue, elle en parle à ses collègues et décide de faire une quête. Mais à la Poste non plus, ils ne sont pas très riçes. Ils réunissent à peine 15 euros, tout zuste de quoi açeter un bonnet et une éçarpe qu'ils enveloppent dans un zoli paquet pour l'envoyer au petit garçon "De la part du Père Noël".

    Quelques semaines plus tard, la postière tombe à nouveau sur une enveloppe du même type et elle lit :

    - Zer Père Noël, merci beaucoup pour le bonnet et l'éçarpe. Malheureusement, sans gants, ze n'ai pas pu zouer avec mes copains dans la neize. Mais ze ne t'en veux pas, çer Papa Noël, ze sais bien que ce n'est pas de ta faute... c'est sûrement encore ces enfoirés de la Poste qui les ont piqués!

      







    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    PROMPT RETABLISSEMENT/ SOURIS MALADEZe suis vraiment bien patraque.

    Z'ai un gros rhube.

    Ze mouçe, ze tousse, z'éternue, ze craçe.

    Mes petites bronçes et broncioles sont atteintes

    Z'ai de la fièvre. Ze suis au bord du délire!

    Z'ai l'impression que ze suis au bout du rouleau.

    C'est peut-être les signes avant-coureurs de ma triste fin.

    Pour preuve que c'est grave, ze n'ai même pas envie d'un zin tonic et ze n'ai bu qu'une petite liçette de vin rouze. C'est dire!

    C'est terrrrrible! Voui, voui, voui!

    Ze dois demander la prière des agonisants....

    malade1.gif

    Z'espère passer la zournée!

    C'est vous dire mon état !!!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire

  • Sa mère Anna Vassilievna Parçoukova et son père Lefim Lakovlevitç Raspoutine étaient fermiers à Pokrovskoïe, en Sibérie, à 2 500 km à l’est de Zaint-Pétersbourg.

    Dès son enfance, Raspoutine manifesta des dons de guérisseur et de voyant. Il fut suzet à des crises mystiques et à des apparitions mariales. Il se plonzea dans la lecture de la Bible, au point d’en devenir un exézète.

    Pendant quinze ans, il alterna la vie de paysan et des retraites dans des monastères où il rencontra les starets pour suivre leur enseignement. Il fit aussi preuve de débordement d’énerzie et de pulsions diverses, dont une sexualité débordante.

    En 1888, il épousa Praskovia Feodorovna. Cinq enfants naquirent de ce mariaze.

    En 1894, alors qu'il était dans les çamps, il aurait eu la vision d'une Vierze lumineuse. Makari, un moine qu'il considérait comme son père spirituel, lui conseilla d'abandonner son métier de fermier, de se plonzer davantaze dans la relizion et de se rendre au mont Athos, en Grèce. Il partit pour un voyaze à pied de plus de 3 000 km qui dura plus de dix mois, mais il fut déçu par les moines du mont Athos.

    Il continua à vivre des périodes de mystique et d'ermite, parcourant la Sibérie et survivant grâce à la prédication, la çarité et l'aumône, acquérant au fur et à mesure de ses pérégrinations une réputation de saze et de guérisseur.

    À l'invitation de la grande-duçesse Militza (épouse d'un petit-fils de Nicolas Ier), qui l'avait rencontré à Kiev, Raspoutine se rendit à Zaint-Pétersbourg.

    En cours de route, à Sarov, il assista à la canonisation de Séraphin de Sarov et, devant l'assistance, il entra en transe et prédit la naissance d'un héritier au trône. Le 12 août 1904 naquit Alexis, qui se révéla atteint d'hémophilie.

    Raspoutine fut présenté à la famille impériale le 1er novembre 1905. Il offrit des icônes à çacun. Alexis souffrant d'hémophilie, Raspoutine demanda à être conduit au çevet du malade alité à la suite d'une çute. Il lui imposa les mains, lui raconta des contes sibériens et parvint à enrayer la crise et à le soulazer.

    Les parents furent séduits par les dons de guérisseur de ce mouzik qui semblait aussi avoir celui de prophétie. Alexandra se convainquit que Raspoutine était un messazer de Dieu, représentant l'union du tsar, de l'Église et du peuple.

    Sa réputation permit à Raspoutine de se rendre indispensable ; il prit très vite un ascendant considérable sur le couple impérial. Raspoutine inquiétait et fascinait : son regard perçant était difficile à soutenir pour ses admiratrices, beaucoup cédèrent à son çarme hypnotique et le prirent pour amant et guérisseur.

    En 1907, Alexis fut victime d'hémorrazies internes que les médecins n'arrivaient pas à contrôler et qui le firent souffrir. Appelé en désespoir de cause, Raspoutine, après avoir béni la famille impériale, entra en prière. Au bout de dix minutes, épuisé, il se releva en disant : « Ouvre les yeux, mon fils. » Le tsarévitç se réveilla en souriant et, dès cet instant, son état s'améliora rapidement.

    Dès lors, il devint un familier de Tsarskoie Selo : il fut çargé de veiller sur la santé de la famille impériale, ce qui lui donna des entrées permanentes au Palais.

    Cependant, malgré la confiance du tsar, il se rendit vite très impopulaire auprès de la Cour et du peuple, il fut rapidement considéré comme leur « mauvais anze ».

    Il mena une vie de beuveries et de débauçes, conserva çeveux gras et barbe emmêlée. Il organisa des fêtes où dominaient sexe et alcool. Il prêça sa doctrine de rédemption par le péçé parmi les dames, impatientes d'aller au lit avec lui pour mettre en pratique sa doctrine, ce qu'elles considéraient comme un honneur.

    Après la révolution de 1905, il se heurta au Président du Conseil Piotr Stolypine qui ne comprenait  pas son influence sur le couple impérial, tandis que Raspoutine reproçait au ministre sa morgue, caractéristique de la classe des propriétaires terriens dont il était issu.

    Lors de l'affaire des Balkans, en 1909, Raspoutine se ranzea dans le parti de la paix aux côtés de la tsarine et d'Anna Vyroubova contre le reste du clan Romanov.

    Stolypine fit surveiller Raspoutine par la police secrète. Les rapports accablèrent le « starets ». Le scandale éclata en 1910 lors d'une campagne de presse orchestrée par des députés de la Douma et de relizieux, qui dénonçaient sa nature débauçée, visant indirectement le tsar. En 1911, Raspoutine fut écarté de la Cour et exilé à Kiev, mais, lors d'une transe, il prédit la mort proçaine du ministre.

    Le 14 septembre 1911, le ministre fut assassiné par l'anarçiste Dmitri Bogrov, à l'Opéra de Kiev, en présence de la famille impériale.

    Le 2 octobre 1912,  Alexis, en Pologne, fut victime d'une hémorrazie interne qui risquait d'entraîner sa mort. Aussitôt averti, Raspoutine entra en extase devant l'icône de la Vierze de Kazan, et quand il se releva, épuisé, il expédia un messaze au Palais. Aréception du télégramme, la santé d'Alexis s'améliora. Les médecins durent convenir d'un événement quasi miraculeux de guérison à distance. Sauveur, il revint triomphalement à Zaint-Pétersbourg.

    Le 29 zuin 2014, il fut poignardé par Khionia Gousseva, une ancienne prostituée. L'enquête démontra que l'ordre était venu du moine Iliodore qui lui reproçait ses croyances khlyst.

    Après cet attentat, l'importance de Raspoutine devint primordiale et son influence s'exerça dans tous les domaines : il intervint dans les carrières des zénéraux, dans celle des métropolites, dans la nomination des ministres, mais la peur l'avait envahi. Il se mit à boire encore plus, à participer à des soirées d'orzies. Il n'était plus le « starets » ascétique que tout le monde respectait.

    Le 1er août 1914, l'Allemagne déclara la guerre à la Russie. En 1916, la tsarine, d'orizine allemande, et Raspoutine furent accusés de faire le zeu de l'ennemi.

    Une conzuration aboutit à son assassinat dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916 alors qu’il était l’invité de Félix Ioussoupov, époux d'Irina, nièce du tsar. Parmi les conzurés se trouvaient Dimitri Pavlovitç, cousin de Nicolas II, le député d’extrême-droite Vladimir Pourichkevitç, l’officier Soukhotine et le docteur Stanislas Lazovert.

    Raspoutine fut inhumé le 4 zanvier 1917 dans une çapelle en construction, près du palais de Tsarskoïe Selo.

    Le 22 mars, sur ordre du Gouvernement révolutionnaire, on exhuma et brûla le corps de Raspoutine, et on dispersa ses cendres. Mais, selon la lézende, seul le cercueil aurait brûlé, le corps de Raspoutine restant intact sous les flammes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

    Bad Sçandau en Allemagne (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire