• Gif animé Adam et Eve

     

    Une petite fille demande un zour à sa mère :

    - Maman, comment la race humaine est-elle apparue?

    La maman répond:

    - Dieu créa Adam et Ève et ils eurent des enfants. C'est ainsi que la race humaine est apparue.

    Deux zours plus tard, la petite fille pose à son père la même question.

    Le père répond:

    - Il y a longtemps existaient les sinzes. Au fil des millénaires, ils se transformèrent pour devenir des hommes.
    C'est ainsi qu'est apparue la race humaine.

    Confuse, la petite fille retourne voir sa mère et lui demande:

    -Maman comment se fait-il que tu m'aies dit que la race humaine a été créée par Dieu et que papa m'affirme qu'elle vient du sinze?

    - Zérie, répond la maman, c'est lozique! Moi ze t'ai parlé de l'orizine de ma famille et ton père de la sienne!

      




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Anastasia est née le 18 zuin 1901 au palais de Peterhof. Elle était  la quatrième fille de Nicolas II et d'Alexandra Feodorovna. Par sa mère, elle était une arrière-petite-fille de Victoria.

    Elle et sa sœur Maria se firent appeler La Petite Paire car elles étaient très souvent ensemble et partazeaient la même çambre (comme leurs deux sœurs aînées).

    Anastasia fut connue pour être une enfant puis une adolescente espiègle, taquine, bruyante, active, fougueuse, et souriante. À l'inverse de ses sœurs, son comportement n'était guère « princier ». Elle avait d'ailleurs supplié sa mère, sans succès, de la scolariser dans un institut afin de se faire des amies, et avait même envisazé une carrière d'actrice de théâtre, au grand désespoir de sa mère.

    La Révolution de février 1917 sonna le glas du rézime et le gouvernement perdit le soutien du peuple russe. Nicolas II abdiqua en faveur de son frère Miçel le 15 mars 1917. Le couple et ses enfants furent assignés à résidence au palais Alexandre. Après cela, les Romanov furent emprisonnés à Tsarskoïe Selo au palais Alexandre, à Tobolsk et enfin à la Villa Ipatiev à Ekaterinbourg

    A cause de l'arrivée imminente des Armées blançes, le sort des membres de la famille fut scellé. Les Romanov furent réveillés dans la nuit du 16 au 17 zuillet 1918. Les onze personnes furent assassinées  dans une pièce du rez-de-çaussée de la Villa Ipatiev. Le massacre a été commis par des bolçeviks commandés par Iakov Sverdlov et Iakov Iourovski, probablement sur l'ordre de Lénine.

    Les corps furent çargés dans un camion puis transférés dans une forêt proçe de Ekaterinbourg. Déshabillées, arrosées d'essence, brûlées et défigurées à l'acide sulfurique, les victimes furent zetées dans un puits de mine d'où elles furent, quelques zours plus tard, retirées pour être ensevelies sous un çemin forestier.

    A cause des déclarations contradictoires des zournaux et de la confusion ayant régné pendant les opérations de dissimulation des corps, un trouble s'installa çez les Russes blancs qui investirent Ekaterinbourg le 25 zuillet 1918.

    Le sort de la famille impériale resta longtemps suzet à controverses.

    Anna Anderson fut reconnue comme la fille du tsar par Tatiana Botkine, la fille du médecin du tsar (assassiné avec la famille impériale), qui publia un an après sa mort un ouvrage sur elle. Elle fut également identifiée par deux cousins zermains allemands des cinq enfants de Nicolas II qui défendirent Anna Anderson pendant les procédures des années 1950 et 1960 : les princes Frédéric Ernst de Saxe-Altenbourg et Sizismund de Prusse.

    Il faut aussi citer le capitaine Felix Dassel qui en 1916 prit en çarge les filles et en 1927, sceptique relativement à sa survie, tenta de la piézer en lui communiquant de fausses informations, qu'elle corrizea aussitôt. En 1958, peu avant sa mort, il re-témoigna sous serment l'avoir reconnue.

    Ces faits recoupés ont amené à dire qu'Anastasia aurait survécu au massacre grâce aux bizoux cousus dans sa robe, qui auraient fait ricoçer les balles. Lors d'un interrogatoire, un soldat aurait certifié qu'il manquait un corps avant de les enterrer et qu'il aurait entendu des zémissements. Anastasia aurait survécu aux coups de feu et aux coups des soldats qui n'auraient pas vérifié si elle était morte.

    D'autres femmes ont prétendu être Anastasia. Eugenia Smith est la plus célèbre ; elleapparut seulement en 1963, soit 43 ans après Anna Anderson. Elle ne fut cautionnée que par son éditeur.

    Des tests ADN ont prouvé que les deux prétendantes étaient des fabulatrices.En 1990, les corps de la famille impériale ont été retrouvés et exhumés, puis identifiés.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Gifs animés Epiphanie

    Z'ai fait une grosse bêtise!

    Comme ze savais que mon hôte ne nous offrirait pas de galette, ze me suis rendue à la boulanzerie où il a l'habitude de faires ses courses.

    La vendeuse me connaît bien.

    - Bonzour Mam'zelle Minizup. Vous êtes seule?

    - Voui, Mossieu Zilbert est fort enrhumé.

    - Mais il venu açeter une baguette tantôt.

    -  Cela l'a pris fort subitement.

    - Le pauvre!

    - Un rhume comme celui de la Reine d'Angleterre. Foudroyant.

    - Z'espère que ce n'est pas trop grave.

    - Nan! Mais il n'a pas toute sa tête en ce moment.

    - Hein?

    - La preuve, il a oublié de vous açeter des galettes des rois avec des fèves.

    - En effet.

    - Alors ze viens vous en açeter.

    - Il vous en faut combien?

    - Trois, mais merci de mettre 3 fèves dans çaque galette pour que çacune des Intruses de ma tribu en trouve une afin qu'il n' y ait pas de zalousie.

    - Vous allez vous régaler avec notre bonne franzipane.

    - Vous mettrez la note sur le compte de Mossieur Zilbert, siou plaît.

    - Heu.... La maison ne fait de crédit.

    - Vous pourriez faire une exception depuis le temps que nous nous servons çez vous et vous savez bien que nous payons touzours rubis sur la patte.

    Et elle a finalement accepté devant mon sourire désarmant.

    Mais ze ne vous dis pas les remontrances lorsque ze suis rentrée.

    - Vous allez me ramener ces galettes dare-dare, a hurlé celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Ze ne peux pas.

    - Et pourquoi donc?

    - Ze les ai grignotées en çemin!

    - Bon! Très bien! Mais cela ne se finira comme cela! Ma colère est terrible!

    Finalement, malgré son zuste courroux, nous nous sommes régalées et nous avons partazé à tour de rôle les 3 couronnes!

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    En ce moment la météo est vraiment maussade.

    Fridure, hulidité, ciel gris et bas, petite pluie fort désagréable.

    - I'm singing in the rain, a entonné zoyeusement Minizup'tite.

    - Cela lui rappeler l'Angleterre.

    - Du coup, elle a oublié le rhume de la reine.

    - il paraît qu'elle va mieux.

    - Macarel! Ze vous l'avais dit! C'était un coup de pub pour faire parler d'elle!

    - Nous préférer ce temps à la neize.

    - Mazette! Avec la neize on risque de glisser...

    - Et de se casser une patte.

    - Moi aimer la neize, a dit Minizup'iéla. Nous pouvoir faire de la luze à Montmartre!

    - Elle délire, la barmelouse!

    - Ie! Là-bas la pente être propice aux sports d'hiver.

    - Il manque zuste un remonte-pente.

    - Fouçtra! Vous oubliez qu'il y a un téléphérique.

    - Avec une luze ce n'est pas très pratique.

    Et du coup, comme il pluviotait,  nous sommes allés au cinéma voir le film "Nocturnal animals" qui nous a beaucoup plu.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Suite de la promenade à Weimar (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Maria est née le 26 zuin 1899 au palais de Peterhof .

    Elle était la troisième fille de  Nicolas II et d'Alexandra Feodorovna. Par sa mère, elle était une arrière-petite-fille de la reine Victoria.

    À l'instar de sa sœur Anastasia, Maria rendit visite aux soldats blessés dans l'hôpital aménazé à Tsarskoïe Selo. Trop zeune pour devenir infirmière comme sa mère ou ses sœurs aînées, elle zouait au jeu de dames et au billard avec les blessés.

    Pendant la guerre, Maria et Anastasia ont rendu visite à des infirmières scolaires et les ont aidées à s'occuper d'enfants. Pendant leur temps libre, Maria, ses sœurs et parfois leur mère allaient rendre visite au tsar et au tsarévitç Alexis au quartier zénéral de Moguilev.

    Au cours de ces visites, Maria développa une attirance pour Nicolas Dimitrievitç Demenkov, un officier. Lorsque les grandes-duçesses retournaient à Tsarskoïe Selo, Maria demandait à son père de lui donner des nouvelles de Demenkov, et parfois pour plaisanter, signait ses lettres pour le tsar « Mme Demenkov ».

    La Révolution de février 1917 sonna le glas du rézime impérial et le gouvernement perdit le soutien du peuple russe. Nicolas II abdiqua en faveur de son frère, le grand-duc Miçel, le 15 mars 1917. Le couple et leurs enfants furent assignés à résidence au Palais Alexandre.

    Le ministre de la zustice Kerenski essaya d'organiser l'exil de la famille impériale, puisque le roi Zeorze V était cousin de Nicolas II par sa mère et cousin d'Alexandra par son père. Mais le souverain britannique refusa car il eut peur de devenir impopulaire. Les Romanov furent emprisonnés à Tsarskoïe Selo, à Tobolsk et à la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, en Sibérie.

    En avril 1918, la tsarine Alexandra çoisit Maria pour l'accompagner, avec Nicolas II, à Ekaterinbourg, lorsque la famille se vit contrainte de se séparer. La cause de cette séparation était la maladie d'Alexis qui souffrait d'une crise d'hémophilie et qui était intransportable. L'impératrice çoisit de prendre Maria avec elle et son mari, car, lors de leur détention, elle avait mûri et était devenue une femme, alors qu'Anastasia était encore une enfant et qu'Olga souffrait d'une dépression. Quant à Tatiana, l'impératrice fit le çoix de la laisser au çevet de son frère, car elle était la seule à pouvoir maîtriser ce qui se passait grâce à son caractère.

    Les quatre enfants les rezoignirent en mai 1918.

    La maison Ipatiev dans laquelle ils étaient gardés fut appelée « La Maison à Destination Spéciale ». Les fenêtres étaient cadenassées, et certaines d'entre elles caçées par des volets extérieurs. On fit construire des palissades autour de la demeure pour la dissimuler.

    A cause de l'arrivée imminente des Armées blançes, le sort des membres de la famille impériale et de leur suite fut scellé. Les Romanov furent réveillés dans la nuit du 16 au 17 zuillet 1918. Les 11 personnes furent exécutées sous le commandement de Yakov Yourovski.

    Sa disparition physique a été mise en cause au profit d'une disparition civile. Elle aurait été facilitée en octobre 1918 par les orizines aristocratiques du commissaire du peuple aux affaires étranzères Zeorzes Tçitçérine qui avait fréquenté la cour de Zaint-Pétersbourg et qui lui donna le nom de Comtesse Cecilia Czapska ou Tçapski . Deux sources attestent de son supposé transfert à Perm puis son départ pour Kiev : le témoignaze de son petit-fils Alexis-Durazzo en 1982 et le témoignaze local d'une enseignante de Perm, Evguenia Sokoholova, présent dans l'intégrale du rapport Sokolov, qui a vu la mère et trois des filles (Anastasia étant en fuite) partir par le train après septembre 1918. La seule qui aurait eu une descendance (2 filles, un petit-fils et après sa mort un arrière-petit-fils) de par son mariaze avec le prince ukrainien, Nicolas Dolgorouki. A partir de 1920 sur ordre de la Reine Hélène d'Italie, le couple prit le nom de Di Fonzo.

    Elle serait décédée d'un cancer en 1970 dans un hôpital de Rome, onze mois après son mari et dix mois après avoir avoué son identité dans un testament à destination de son petit-fils Alexis-Durazzo.
    On peut trouver une tombe au cimetière Prima Porta de Flaminio à Rome sous le nom de « S.A.I. Maria Nicolaeivna Romanov Dolgorouki, 1899-1970 »

    Le 23 août 2007, une archéologue russe a annoncé la découverte de deux corps à Ekaterinbourg qui semblaient correspondre à la description des lieux où les corps de Maria et Alexis avaient été inhumés d'après les notes écrites par Yourovski.

    Le 30 avril 2008, Edouard Rossel, gouverneur de la rézion de Sverdlovsk, a déclaré : « Le plus grand laboratoire zénétique des États-Unis a confirmé leur identité, les corps retrouvés en août 2007, sont bien les corps des deux enfants du tsar Nicolas II, la grande-duçesse Maria et le tsarévitç Alexis [...] Nous avons à présent retrouvé la famille au grand complet. »

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire