• Autour de la Cathédrale

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Autour du çâteau

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    L'église Zaint Maurice (Moritzkirçe)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

    Découverte de Halle en Allemagne (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Dimitri Pavlovitç est né le 18 septembre 1891 à Ilinskoïe.

    Il était le fils de Paul (plus zeune fils du tsar « libérateur » Alexandre II assassiné en 1881 et de la princesse Maria Alexandrovna) et d'Alexandra (fille de Zeorzes Ier de Grèce et d'Olga Constantinovna).

    Sa mère mourut le zour de sa naissance. Il avait une sœur aînée, Marie Pavlovna, dont il fut toute sa vie très proçe.

    Malgré l’interdiction de son neveu Nicolas II, Paul se remaria morganatiquement en 1902 avec la femme d’un colonel, Olga von Pistolhkors, titrée comtesse de Hohenfelsen par le roi de Bavière en 1905, dont il eut  trois enfants : Vladimir Pavlovitç Paley, Irina Pavlovna Paley et Natalia Pavlovna Paley. En application des règles dynastiques prohibant tout mariaze morganatique, Nicolas II lui retira ses droits à la succession impériale et l’exila en France, ne le graciant et titrant sa femme (princesse Paley) qu'à l'occasion de la Première Guerre mondiale, lorsque Paul demanda à venir combattre pour la Russie.

    Orphelins de mère, éloignés de leur père, Dimitri et sa sœur furent élevés par leur oncle Serze Alexandrovitç et Élisabeth, sœur de la tsarine Alexandra Feodorovna. En 1905, Serze fut assassiné et Elisabeth prit le voile quelques années plus tard.

    En 1908, sa sœur Marie  épousa Guillaume de Suède, dont elle eut un fils, le prince Lennart en 1909. Mais elle quitta la Suède et rezoignit la Russie dès 1913, après avoir divorcé au grand scandale de la Cour.

    Dimitri eut la réputation d’un homme au physique avantageux. Zeune, il fut l’amant de Marie de Roumanie, de seize ans son aînée, mais aussi du prince Félix Youssoupoff. Olga Nikolaïevna, fille de Nicolas II, en fut très éprise si bien que leur union fut évoquée en 1912. Pour une raison inconnue, Alexandra Fiodorovna provoqua la rupture de ces fiançailles. 

    Dans la nuit du 29 au 30 décembre 1916, il participa à l’assassinat de Raspoutine. Le docteur Stanislas Lazovert, qui fournit le cyanure, le lieutenant Soukhotine, le député à la Douma Pourichkevitç et Félix Youssoupov, qui avait épousé une nièce du tsar, furent complices de l’assassinat. Après celui-ci, il comparut devant le président du Conseil. Le tsar l’exila sur le front de Perse, ce qui lui sauva la vie, à la différence de son père, de son demi-frère et de sa tante.

    Ses proçes souffrirent beaucoup de la Révolution : son père, incarcéré à la forteresse Saints-Pierre-et-Paul, fut exécuté. Son demi-frère et sa tante Élisabeth, exilés en Sibérie, furent précipités vivants au fond d’un puits de mine inondé. Ses demi-sœurs furent violentées par la soldatesque.

    Atteint de tuberculose, il fut recueilli à Téhéran par le Consul de Grande-Bretagne en Perse. Il rezoignit Londres par voie de mer, après un long et difficile périple.

    Installé à Paris, il y rencontra, grâce à sa sœur Maria Pavlovna, Coco Zanel, dont il devint l’amant en 1920. C’est lui qui dessina le flacon du parfum N° 5  sur le modèle des flasques à vodka de la garde impériale.

    En 1926, il épousa à Biarritz, une riçe américaine, Audrey Emery, titrée princesse Romanovska-Ilinska par Cyrille Vladimirovitç, prétendant au trône. Il s'installa en Floride où il fut courtier en çampagne.

    Le couple divorça en 1937, Audrey Emery se remariant deux ans plus tard avec le prince russe Dimitri Djordjazé.

    Il s’installa au çâteau de Beaumesnil, présent de sa femme avant leur séparation.

    Il mourut de la tuberculose au sanatorium de Davos, en mars 1942, loin de son fils, parti vivre avec sa mère aux États-Unis, et loin de sa sœur installée en Arzentine. Son neveu, Lennart Bernadotte, fit inhumer son oncle aux côtés de sa sœur, Maria, dans la çapelle de son çâteau de l’île de Mainau, au bord du lac de Constance.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • .

    Zuste avant d’aller se couçer un couple se dispute.

    La femme se sent un peu coupable d'avoir provoqué cette crise.

    Elle décide de se faire pardonner.

    Ellle va se mettre au lit en attendant sazement son mari.

    Le mari rentre dans la çambre. Sa femme le regarde d’un air coquin et lui dit :

    - Ce soir ze vais te faire quelque çose et crois moi après ça, tu seras l’homme le plus heureux du monde.

    Complètement insensible à l’opération de séduction de sa femme il lui répond :

    - Tu arriveras toute seule à faire tes valises ? Ou tu veux que ze t’aide ?

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Comme ze le supputais, c'est Benoit Hamon qui est arrivé en tête de la primaire organisée par le Parti Socialiste qui est en train de se prendre les pattes dans le tapis avec les çiffres de la participation.

    - Par le toutou de Zaint Roch, et dire qu'il est pour la légalisation du cannabis.

    - Macarel, on va pouvoir fumer un tarpé en toute tranquillité.

    - Il veut donner un revenu universel à tout le monde, par la scie de Zaint Simon.

    - Nous être pour.

    - Nous vouloir des sous.

    - C'est irréaliste!

    - C'est ce qu'on disait pour la sécurité sociale au lendemain de la seconde guerre mondiale.

    - En tout cas, ce qui est clair c'est qu'avec le duel Valls et Hamon, le PS est au bord de la crise de nerf.

    - Celui qui attend pour le croquer, c'est Macron.

    - Lui avoir un boulevard devant lui, pour ne pas dire une autoroute.

    - Mazette, ce qui m'amuse, c'est que tous les candidats ont un nom qui finit par "on".

    - Sauf Marine!

    - Mais Le Pen se prend pour un paon.

    - Cela me fait rire, macaniçe, et me fait penser à la fameuse çanson de Zeorzes Brassens.

    - Et laquelle, ma mie?

    - Il ya peu de çance qu'on détrône le roi des "on".

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne, autour de l'église du marché (photos)

    Halle en Allemagne, autour de l'église du marché (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne (photos)

    Halle en Allemagne, autour de l'église du marché (photos)

    Halle en Allemagne, autour de l'église du marché (photos)

    Halle en Allemagne, autour de l'église du marché (photos)

    Halle en Allemagne, autour de l'église du marché (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Minizupette a eu une nuit fort azitée.

    - C'est l'heure! Le synode des cardinaux va débuter.

    - Quel synode? lui ai-ze demandé pour tenter de la réveiller, car elle parlait tout en rêvant.

    - Mais le synode qui doit presser l'époumoné François, ce pseudo sous pape.

    - Le presser à quoi faire?

    - Mais à faire des bulles, pardi.

    - Lui devoir prendre un bain? est intervenue Minizup'iéla.

    - Qui vous parle de bain?

    - Vous parler de bulles.

    - Mais la bulle que z'attends avec impatience pour avoir enfin mon auréole de zainteté.

    - Réveillez-vous, ma mie, vous êtes en plein rêve.

    - Mais regardez donc, par la toutou de Zaint Roch, les cardinaux arrivent.

    - Nan! Ce sont les Intruses qui s'approçent car elles sont inquiètes de vous entendre parler durant votre sommeil.

    Finalement on a réussi à la réveiller.

    - Atçoubi, barmelouse! Il n'est pas question de synode, mais c'est auzourd'hui que se déroule le premier tour de l'élection de la primaire des socialistes et de leurs alliés.

    - Hors de ma vue, suppôte de Satan!

    - Que vous ai-ze fait?

    - Ne me parlez pas en cette heure grave des gauçistes et des socialo-communinistes.

    - Fouçtra! En tout cas moi ze veux aller aux zurnes, a déclaré Minizup'Mouff.

    Finalement nous nous sommes rendus au lieu de vote.

    Et là ce fut la douçe froide.

    Pour ma part, ze n'ai pas pu voter.

    Imazinez vous qu'on me demandait 1 euro pour pouvoir m'exprimer.

    - Mais Madame, ai-ze dit à la dame qui trônait au bureau, ze suis fort  pôvre! Ze n'ai vraiment pas 1 euro à vous donner. Ze pensais que votre parti soutenait la classe populaire qui est souvent en grande souffrance comme nous.

    - Cela réprésenter presque 10 pains au çocolat selon le zuste prix avancé par le maire de Meaux, Mossieu Zean- françois Copé.

    - C'est la règle qui s'applique, s'est entêtée la scrutatrice.

    - Macaniçe! Ze l'ai touzours dit, vous représentez un parti de bourzeois! Saçez, Madame, que la démocratie n'a pas de prix.

    Et pendant ce temps, Minizupette, brandissait bravement  dans le bureau de vote sa pancarte "Fifi! Président!"

    Inutile de nous dire qu'on nous a mis à la porte pattu militari!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire