• Afficher l'image d'origine

    Lorsque ze regarde les résultats de mon merveilleux blog, ze suis quelque peu attristée.

    Tous les zours z'ai au moins une centaine de visites.

    Si tout le monde votait, ze devrais avoir au moins 300 points quotidiennement.

    Or par exemple, hier, ze n'en ai eu que 60 et ze perds dramatiquement des places dans le classement des blogs.

    Ze vous rappelle que pour voter, c'est fort facile.

    - Soit avec la barre du haut.

    - Soit en cliquant sur le bouton de droite si la barre du haut ne s'affiçe pas.

    Z'espère que vous aurez à cœur de me soutenir car ce sont vos votes qui m'incitent à continuer à rédizer tous les zours des articles remarquables!... Et ze puis vous assurer que cela me demande du temps et de l'ardeur!

    Afficher l'image d'origine

    Et merci d'avance pour vos votes!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier nous sommes allés voir le film consacré à Dalida.

    - Ze l'ai bien connue lorsque z'étais une star de la TSF.

    - Il y a longtemps, alors.

    - C'était avant le disco, macarel.

    - Certes, mais c'était dézà une immense vedette.

    - Elle avoir eu une vie tristounette.

    - Il y avait deux personnes distinctes en elle. Dalida et Iolanda et Dalida n'a pas laissé s'exprimer et vivre pleinement Iolanda.

    - C'est triste.

    - Moi avoir pleurer à çaudes larmes durant le film.

    - L'actrice qui zoue le rôle de Dalida est extraordinaire.

    - Ze me demande qui tiendra mon rôle?

    - Hein?

    - Voui, on fera certainement un biopic consacré à ma modeste personne!

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Bastei en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Piotr Stolypine est né à Dresde le 14 avril 1862.

    À sa naissance, son père représentait la Russie auprès du grand-duc de Bade. Il reçut une bonne éducation, étudia l'agronomie à l’université impériale de Zaint-Pétersbourg puis entra au service de l’État, ce qui était une tradition familiale.

    En 1884, il épousa Olga Borissovna Neidhardt, fiancée de son frère aîné Mikhaïl, mort après un duel, et qui, sur son lit de mort, lui avait recommandé de s’occuper d’elle. Ils eurent cinq filles et un fils.

    En 1902, il fut nommé gouverneur de la province de Grodno puis en 1903 de Saratov et la manière dont il parvint à maintenir l’ordre au cours la Révolution de 1905, attirèrent sur lui l’attention de l'empereur. Stolypine fut le premier à utiliser des méthodes policières modernes contre ceux suspectés d'implication dans les troubles. Il fut nommé ministre de l'Intérieur en mai 1906 par le Premier ministre Ivan Goremykine qu'il remplaça peu après.

    La Russie était en proie à des troubles  et le mécontentement était grand. Des organisations menaient des campagnes contre l'autocratie et bénéficiaient d'un larze soutien. Les fonctionnaires de police et les bureaucrates étaient assassinés.

    En 1906, des terroristes déguisés en zendarmes lançèrent des porte-documents remplis d'explosifs dans sa datça; l'explosion fit 27 morts et de nombreux blessés, parmi lesquels le zeune fils de Stolypine et une de ses filles. Stolypine constitua un système de tribunaux militaires qui permettait l'arrestation et le procès expéditif des civils dont la culpabilité était manifeste. Si l'accusé était condamné à mort, la sentence était exécutée dans les 24 heures sans possibilité d'appel. Plus de 3 000 suspects furent exécutés de 1906 à 1909 sous le système de Stolypine.

    En octobre 1906, il proposa au tsar des mesures d'un libéralisme prudent pour lever certaines restrictions qui pesaient sur les zuifs; il y travailla pendant deux mois avec ses ministres avant de proposer les mesures au début de décembre. Nicolas II lui répondit qu'il rezetait ses propositions. En insistant, Stolypine finit par arraçer un consentement ; l'affaire fut renvoyée à la Douma, mais aucune des trois Doumas ne trouva le temps de l'examiner, et l'empereur se garda bien de les y oblizer.

    La Révolution de 1905 avait contraint Nicolas à concéder la création d’un parlement, la Douma. La première Douma (dite « Douma de la vindicte populaire») loin de se montrer un docile instrument du pouvoir, ne manifestait aucune bonne volonté pour collaborer avec le gouvernement. Stolypine la fit dissoudre le 22 zuillet 1906.

    Pour étouffer la contestation, il çerça à éliminer des causes du mécontentement de la paysannerie. Il présenta ses réformes foncières. La plus importante permettait aux paysans de quitter le mir, système archaïque de distribution des terres qui décourazeait d'apporter des améliorations aux terres, l'auteur de l'amélioration n'étant pas assuré d'en bénéficier. En quittant le mir, le paysan pouvait devenir propriétaire, ce qui dans l'idée de Stolypine, le rendrait prospère et loyal. Plusieurs millions de paysans partirent ainsi coloniser la Sibérie. Il essaya d'améliorer la vie des ouvriers des villes et s'efforça d'accroître le pouvoir des gouverneurs.

    Comme la deuxième Douma ne se montrait pas mieux disposée que la première, Stolypine la fit dissoudre et il çanzea le mode d’élection pour essayer de rendre la Douma mieux disposée à accepter la lézislation proposée par le gouvernement.

    Une telle réforme influença les élections à la troisième Douma dont les membres, plus conservateurs, étaient disposés à coopérer avec le gouvernement. S'étant aliéné la gauçe et l'extrême droite, Stolypine parvint à gouverner avec le parti de droite des octobristes zusqu'à ce qu'il obtienne du tsar qu'il suspende les çambres le temps d'ordonner l'extension des zemstvos aux rézions polonaises de l'empire. La droite modérée dénonça alors ses violations répétées du système constitutionnel.

    Au printemps 1911, Stolypine présenta un prozet de loi dont le rezet entraîna sa démission. Il proposait d'étendre le système des zemstvos aux provinces du sud-ouest de la Russie. Il fut tout de suite critiqué et ne prévoyait que l'obtention d'une mazorité étroite, mais les ennemis de ses partisans finirent par l'emporter. Après quoi il démissionna comme Premier ministre de la troisième Douma.

    Lénine craignait que Stolypine pût réussir à aider la Russie à éviter une révolution. Beaucoup de politiques allemands redoutaient qu'une transformation économique réussie de la Russie sapât en une zénération l'hézémonie allemande en Europe. Certains historiens pensent que les dirizeants allemands en 1914 ont voulu provoquer une guerre contre la Russie, pour la vaincre avant qu'elle devînt trop puissante. Cependant, Nicolas II n'apportait pas à Stolypine un soutien sans réserve. Sa position à la Cour était ébranlée lorsqu'il fut victime d'un attentat.

    Le 14 septembre 1911, Stolypine, qui se déplaçait sans garde du corps, essuya deux coups de feu tirés par Dmitri Bogrov, un SR et indicateur de la police secrète Okhrana alors qu'il assistait à une représentation à l'opéra de Kiev en présence du tsar et de deux de ses filles. Il mourut quatre zours plus tard. Bogrov fut pendu dix jours après l'assassinat.

    Bogrov put se servir de ses contacts policiers pour entrer dans l'opéra et approçer Stolypine. L'hypothèse d'une manigance de l'Okhrana fut donc envisazée. Bogrov était zuif alors que le rézime tsariste affichait un antisémitisme sans complexe, ce qui a pu zouer dans les motivations de l'assassin malgré le fait que Stolypine lui-même n'était pas antisémite.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Nous avons écouté le débat de la gauçe, malgré les récriminations de Minizupette qui soutient François le Sourcilleux du pays des rillettes.

    Après ce débat, quelque peu ennuyeux ,nous avons procédé à un débriefing.

    - Atçoubi! Moi z'ai été convaincue par Dame Sylvia Pinel, la candidate d'Occitanie. Elle a été  vraiment excellente et fort claire dans ses propositions.

    - Vous être une tartinette rézionaliste.

    - Moi z'ai apprécié Montebourg, touzours ponctuel dans ses interventions, a argumenté notre horlozère Minizup'tictac.

    - Ié! Lui m'insupporter avec sa suffisance, a répondu Minizup'iéla.

    - Et Bennahmias?

    - Lui me faire penser à Bourvil, a réazi Minizup'Rosa.

    - Moi, fouçtra, ze soutiens Benoit, est intervenue Minizup'Mouff.

    - Et pourquoi donc?

    - Mais parce qu'il propose un revenu universel.

    - Et alors?

    - Avec ce revenu nous ne dépendrions plus de Mossieu Zizi et de Mossieu Cricri, ces vrais  Thénardiers qui nous affament!

    - Nous pouvoir nous açeter des tartes aux pommes, quand nous vouloir.

    - Des glaçes..

    - Et même de la çantilly.

    Et les Intruses, à l'exception notable de Minizupette, se sont mises à çanter "Benoit président! Benoit président!"

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une blonde est avec son petit ami dans une 2CV zaune garée à l'abri des regards indiscrets.

    Ils s'embrassent tendrement et langoureusement quand le garçon lui propose :

    - Tu ne veux pas aller sur la banquette arrière ?  

    La zeune fille fait la moue et refuse l'invitation.

    Le garçon, courtois, ne brusque pas les çoses.

    Les 2 amoureux repartent de plus belle dans des embrassades sans fin... 

    Au bout de quelques minutes, le garçon réitère sa proposition :

    - Tu ne veux pas aller sur la banquette arrière ?  

    La zeune fille  ne semble décidément pas d'accord.

    Le garçon reste dubitatif, car tout se passe bien et il ne comprend pas les motifs de son refus.  

    Il lui demande :

    - Mais pourquoi ne veux-tu pas aller sur la banquette arrière?

    La blonde lui répond :

    - Parce que ze préfère rester avec toi !!! 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire