• gif fou

    Trois fous sont dans un bateau.

    Le premier s’appelle « Fou », le deuxième « Personne » et le troisième « Rien ».

    "Personne" tombe dans l’eau.

    "Rien" dit à "Fou" d’appeler les secours.

    Celui-ci prend son portable et téléphone aux pompiers :

    Quand les secours répondent "Fou" leur dit :

    - Bonjour je suis "Fou", j’appelle pour "Rien", parce que "Personne" est tombé à l’eau !

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier Minizupettte a pris en main la tribu!

    - Nous allons faire le tour d'églises du 15ème arrondissement!

    - Pourquoi?

    - Parce que!

    - Et pourquoi dans de beaux quartiers?

    - Pourquoi pas! Auzourd'hui, comme suite à la belle conférence de mon valeureux Fifi c'est la zournée de la repentance!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Et du grand pardon, tant que vous y êtes!

    - Quand on avoue se erreurs, on mérite la miséricorde, par le mouçoir de Zainte Véronique!

    - Atçoubi! C'est trop facile! C'est comme si Minizup nous avouait qu'elle a bien 60 euros caçés dans une lessiveuse cadenassée.

    - Arrêtez de médire, Minizup'zhérault! Ze vous l'ai dézà dit, c'est une lézende urbaine.

    - C'est ce que dire tous les zens mis en cause.

    - It's a çame!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Dans cette belle église, nous allons allumer un cierze à Zainte Pénélope!

    - Heu! Z'ai bien çerçé, mais l'église ne connait pas de zainte de ce nom!

    - Ze suis sûre que vous avez mal çerçé, Minizup.

    - Non ma mie, z'ai fait des reçerçes approndies.

    - Fouçtra! Et comment fait François le Sourcilleux pour lui souhaiter sa fête?

    - Il lui offre un nouvel emploi, macaniçe!

    - Nous devoir donner cette information au Canard Ençainé! Pas de Zainte Pénélope!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Cela tombe bien, car il n' y a pas de bouzies à vendre.

    - It's a pity.

    - Puisque c'est comme cela nous allons en çerçer une autre!

    - Encore???

    - En attendant, ze vais vous baptiser Minizup'iéla!

    - Vous avoir ma patte dans le museau si vous mouiller moi!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Ze vais vous inscrire dans cette église relizieuse qui a une école, a déclaré Minizupette.

    - Mazette! moi ze ne veux aller que dans une école publique!

    - Nous ne pas être catholiques, mais protestantes!

    - C'est bien ce que ze pensais! Il faut vous déradicaliser et vous faire retrouver le droit çemin, celui de l'église catholique romaine, la seule et la vraie!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Bon, c'est fini cette tournée de la repentance?

    - Fillon est pardonné?

    - Maintenant, c'est au tour d'Emmanuel Macron!

    - Il paraît qu'il serait gay!

    - Moi le croire volontiers, lui être souriant!

    - Barmelouse! On prétend qu'il aurait une relation avec le PDZ de Radio France!

    - Mazette! Cela explique pourquoi il est épargné par la Maison de la Radio!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - En tout cas, si c'est le cas, il a bon goût!  Mossieu Mathieu Galet est beau gosse!

    - Mais quelle horreur, par le foulard de Marie! Un gay à l'Elysée!

    - On en a vu d'autres, bestioulette! Des présidents divorcés, un président non marié, un président avec une double famille! Il faut vivre avec son temps!

    - Vade retro Satanas!

    - Bon! Mais moi avoir soif, est intervenue Minizup'iéla. Nous nous arrêter ici?

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Z'ai une idée, s'est exclamée soudainement  Minizup'tictac. Nous sommes quelque peu en avance!

    - Et qu'avez vous encore inventé?

    - On va faire une quête dans la rue!

    - Pourquoi faire?

    - Pour offrir des fleurs à Mossieu Zizi qui a eu son anniversaire!

    Zournée de repentance et de grand pardon!

    - Alors là, ze ne comprends pas cette suzzestion venant de votre part!

    - Et pourquoi donc, ma çère?

    - Parce qu'avant l'heure, c'est pas l'heure et après l'heure, c'est trop tard!

    Et du coup Minizup'tictac s'est mise à bouder!

    Quelle tribu! Entre les boudeuses et les pleurniçeuses, la vie est dure!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Hier à cause de Minizupette, nous n'avons pas fait de grande promenade.

    - Ze veux, que dis-ze, z'exize de voir la conférence de presse de mossieu Fillon.

    Et elle avait sorti ses pancartes sur lesquelles elle avait écrit "Fifi Président" et "Pénélope Première Dame".

    Et tandis que les Intruses papotaient, elle leur a intimé le silence.

    - Ecoutez et entendez la vérité vraie!

    - C'est cela vouiiiii!

    - Ah! Vous entendez! Il s'excuse!

    - Et il va rembourser les sous?

    - Nan! pourquoi le ferait-il puisque c'était le salaire de son épouse?

    - Arrêtez de me faire rire!

    - Il l'a dit! Elle a bien travaillé! Elle répondait notamment au téléphone!

    - Atçoubi! Ze veux bien être standardiste avec un salaire de plus de 3000 euros par mois!

    - En tout cas, il a été remarquable et il a cloué le bec aux zournalistes, par le gourdin de Zaint Martial!

    - Tu parles! Il avait dit en préambule qu'il ne répondrait pas aux questions portant sur les affaires pendantes devant le Parquet!

    - It's a pity!

    - Et on ne lui pas posé des questions sur l'histoire de la Lézion d'honneur!

    - Rendez moi ma médaile! Rendez moi ma médaille!

    - Ze vais ce soir aller voir son site Internet sur lequel il va publier tous ses revenus!

    - Cela va vous faire mal ma mie.

    - Nan! Fifi Président! Fifi Président!

    - C'est un coupeur de retraites.

    - Pourquoi dites vous cela?

    - Demandez à Mossieu Cricri et à Mossieu Zizi qui ont dû travailler quelques années de plus!

    - Mazette, Minizupette, ze vais vous envoyer un pavé dans le museau, si vous continuez!  En attendant les barricades si François du pays des rillettes est par malheur élu!

    - Bolçévique!

    - Antisociale!

    - Coréenne du Nord!

    - Réactionnaire!

    - Halte au feu, ai ze dit! on reste au calme dans c'te maison!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

    Zittau en Allemagne (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Nous avons fêté comme il fallait l'anniversaire de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Atçoubi! C'était bien!

    - Nous nous sommes régalés!

    - Nous avoir eu le ventre bien tendu!

    - Et qu'avez vous donc fait? se demandent certains de mes zélés fans touzours aussi curieux.

    - Mossieu Zizi avoir invité nous au restaurant!

    - It was very good!

    - Mazette ze me suis régalée avec l'entrée, du zambon cru du pays.

    - Moi z'ai manzé un remarquable tartare de cabillaud avec de la bonne mayonnaise faite maison, par le toutou de Zaint Roch!

    - Et vous n'avez pas craint le péçé de gourmandise?

    - Quand c'est bon, ce n'est que véniel!

    Comme plat principal nous avons eu droit à un pavé de veau de l'Aveyron, avec une succulent sauce aux morilles, accompagné de belles pommes de terre en lamelles aillées.

    - Macarel, c'était une merveille.

    - Moi avoir pourléçé mon museau!

    En dessert, on avait le çoix entre un énorme mille-feuille, de la glace aux pruneaux avec de l'armagnac, du flan aux zoeufs, de la tarte aux pommes à l'ancienne, une salade fruits frais.

    - Fouçtra! Ce fut dur de çoisir.

    - Mazette, moi z'aurais bien pris de tout.

    - Et bonzour vos rondeurs!

    - Ze n'ai pas de rondeurs, ze suis zuste un peu zironde!

    Et en boisson, nous avons eu droit à un excellent vin de Bourgogne.

    - Macaniçe, vivement l'année proçaine pour qu'on remette cela!

    - Z'espère que Mossieu Zizi va fêter ses tuit ans et demi!

    Ensuite, nous sommes allés au cinéma pour voir le film "Zackie", avec Natalie Portman, qui retrace les 4 jours de Madame Kennedy après l'assassinat de son mari.

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alexandre Kerenski est né le 4 mai 1881 à Simbirsk (rebaptisée Oulianovsk en 1924), ville où est également né Lénine dix ans avant lui.

    Petit-fils d'un prêtre orthodoxe, il dut à son père Feodor une éducation soignée.

    En 1899, il entra à l'université de Zaint-Pétersbourg pour étudier la philolozie et l'histoire. Il visait une carrière académique, mais les conditions du lieu, notamment l'effervescence révolutionnaire des universités contre l'autocratie, en décidèrent autrement. Après des péripéties liées à son engazement politique et ses critiques envers le pouvoir, passant de l'histoire au droit, il termina des études zuridiques en 1904. Cette réussite lui permit de s'inscrire au barreau de la capitale.

    Les événements le mirent au premier rang de la résistance au pouvoir impérial. Avocat engazé, il assista des militants soumis à la répression policière, notamment aux victimes du « Dimançe rouze », ce qui lui valut d'être arrêté, puis exilé à Taçkent en décembre 1905. Les années qui suivirent le virent s'engazer dans la défense des prisonniers politiques, y compris ses futurs adversaires de la fraction bolçevique du POSDR. Ses succès favorisèrent en 1912 son entrée à la IVème Douma comme député sous l'étiquette travailliste.

    Kerenski rezoignit le groupe parlementaire du Parti socialiste révolutionnaire, considérant avec sympathie sa stratézie d'appui aux populations des campagnes, plus respectueuse de la réalité sociale du pays, le monde ouvrier n'étant encore, à l'époque, qu'embryonnaire. Cette position minoritaire ne l'empêça pas de porter ses efforts pour radicaliser la çambre basse, tout en se préparant à son futur rôle révolutionnaire.

    En 1914, il fit peu parler de lui au sein de la Douma. Il était persuadé que le conflit allait conduire à l'effondrement du rézime tsariste. Il se construisit un profil politique d'opposant absolu à l'autocratie tout en refusant les mots d'ordre marxistes.

    Quand éclata la révolution de Février 1917, il fut l'un des çefs de l'opposition. Ce statut lui valut de gravir les éçelons  au fur et à mesure de la radicalisation des forces qui se disputaient le pouvoir. Le 27 février, avec la çute de Nicolas II, se mit en place une double autorité : le comité provisoire de la Douma, formé de députés du centre de la gauçe modérée, le soviet des députés ouvriers de Petrograd, présidé par le mençevik Tchkhéidzé, assisté par Kerenski.

    Un gouvernement provisoire succéda au comité de la Douma. Kerenski, dans ce gouvernement de Georgy Lvov, fut ministre de la zustice.

    Le mouvement bolçevik prenant de l'ampleur avec le retour des exilés, dont Lénine , un second gouvernement provisoire fut formé au mois de mai. Kerenski s’imposa aux yeux de ses collègues en prenant la responsabilité de la guerre, poste duquel il prépara l’offensive Broussilov menée en Galicie en zuin.

    La démission de Lvov lui permit de dirizer un cabinet de transition. Avec l'accord du soviet, il forma un gouvernement à mazorité socialiste. Il resta aux commandes de la Russie pendant près de 100 zours. Il destitua Kornilov en s'appuyant sur les soviets pour bloquer l'avancée de ses partisans. Il prit le commandement de l'armée et instaura une République russe le 14 septembre 1917.

    Fin octobre, alors que les bolcheviks s'organisaient pour la prise du pouvoir, la rupture entre le soviet  avec le gouvernement et la Douma était consommée. Lénine était déterminé à renverser le gouvernement de Kerenski avant qu'il ne puisse être lézitimé par les élections prévues de l'Assemblée constituante.

    Le coup d'État du 7 novembre 1917 réussit sans grande difficulté. Petrograd était aux mains des soviets noyautés par les Bolçeviks. La « Grande Révolution socialiste d'Octobre » liquida  le pouvoir bourzeois en quelques heures. Kerenski éçappa à ses adversaires. Il se réfuzia à Pskov, d'où il tenta de rassembler des troupes loyales pour essayer de reconquérir la capitale. Son armée prit Tsarskoïe Selo, mais fut battue le lendemain à Poulkovo.

    Après la défaite de son armée et la reddition des Cosaques et du général Krasnov à Gatçina, celui-ci lui demanda de se rendre sous bonne escorte au Comité militaire révolutionnaire pour parlementer. Mais Kerenski s'enfuit, déguisé en matelot.

    Il vécutt les semaines suivantes dans la clandestinité çez des amis avant de pouvoir quitter le pays pour la France au printemps 1918 avec l'aide des Britanniques. Avant son départ, il avait envisazé de se rendre par surprise à l'assemblée constituante, persuadé que son éloquence aurait pu retourner l'opinion. Ses proçes réussirent à le dissuader.

    Kerenski qui vécut à Paris zusqu'en 1940, fut au cœur des querelles qui divisèrent les exilés à l'étranzer car beaucoup voyaient en lui le fossoyeur du tsarisme. Toute sa vie, à partir de cet instant, ne fut qu'une longue zustification de sa direction du gouvernement provisoire. Il ne soutint aucune faction, s'opposant au rézime bolçévique et aux armées blançes dont les çefs tentaient, avec l’aide des Alliés, de renverser le bolçévisme et de restaurer la monarçie.

    Quand les Allemands envahirent la France, Kerenski dut de nouveau fuir. Il gagna les USA. Lors de l'offensive allemande contre l'URSS en zuin 1941, il offrit son soutien à Staline mais cette initiative ne reçut aucune réponse. Durant le conflit, il prit la parole dans des émissions pour encourazer l'effort de guerre des Alliés. La paix revenue, il organisa un groupe nommé « Union pour la libération de la Russie ». Son discours pesa peu devant les succès d'une URSS qui a étendu son influence sur toute l'Europe. Après un court sézour en Australie avec son épouse, Kerenski revint à Paris en 1949 avant de partir définitivement pour les États-Unis.

    Installé à New York, il passa son temps à l'Institut Hoover où il contribua à la mise en forme et au classement du fonds d'arçives détenu par ce centre de reçerçe. En 1955, en quête de documentation sur la Russie, il se rendit à Stanford, université dans laquelle il dirizea pendant plus de dix ans un séminaire. 

    Il est mort à New York en 1970.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire