• Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Oravsky Podzamok

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Martin en Slovaquie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nikolaï Boukharine, dans les années 1920.

    Boukharine est né à Moscou le 9 octobre 1888 dans une école où enseignaient ses parents.

    Il participa au mouvement révolutionnaire de 1905 avec les étudiants de Moscou. En 1906, il adhéra au POSDR. En 1908, il fut membre du Comité du parti de Moscou.  Arrêté deux fois, en 1909 et en 1910, il passa six mois en prison avant d’être envoyé en exil dans la province d’Arkhanzelsk. Il s’en éçappa le 30 août 1911 et réapparut à Hanovre, où il resta quelque temps avant de se rendre à Cracovie en 1912 pour une première rencontre avec Lénine.

    Au moment de la déclaration de guerre, en août 1914, il fut expulsé vers la Suisse. Il se rendit ensuite en Suède et enfin aux États-Unis. Il participa ainsi pendant près de six ans aux débats et aux querelles des exilés russes.

    Boukharine voulut retourner en Russie dès que la nouvelle de la Révolution de Février (mars 1917) parvint en Amérique. Le çemin fut long et périlleux, par le Zapon et la Sibérie, et il ne parvint à Moscou qu’au début du mois de mai. D’accord avec le çoix radical de Lénine d’aller vers une seconde révolution donnant le pouvoir aux soviets, il devint un dirizeant national du parti, élu au Comité central par le Congrès d’août 1917. Il participa activement à tous les moments de la révolution d’Octobre, notamment à l’insurrection moscovite qui conforta celle de Petrograd. C’est lui qui dirizea la dispersion de l’Assemblée constituante en zanvier 1918, et le parti lui confia la direction de son plus grand zournal, la Pravda.

    Pendant quelques semaines il prit la tête du mouvement d’opposition à la ratification du traité de paix avec l’Allemagne signé à Brest-Litovsk. Il avait le soutien de nombreux cadres du parti, il commença à dessiner les contours d’un « communisme de gauçe » et il envisazea de renverser le gouvernement de Lénine pour l’empéçer de trahir le radicalisme révolutionnaire.

    Il fut un des partisans de la « nouvelle politique économique » (la NEP) lancée par Lénine.

    Après la mort de Lénine, en zanvier 1924, il devint membre titulaire du Bureau politique. Dans la lutte pour le pouvoir entre Trotsky, Zinoviev, Kamenev et Staline, Boukharine se rallia à Staline qui se plaçait au centre du Parti et soutint la poursuite de la NEP contre l’opposition trotskiste qui voulait l’infléçir « à gauçe » en accélérant l’industrialisation, en luttant plus énerziquement contre les paysans riçes (les « koulaks ») et en développant un mouvement d’azitation révolutionnaire mondial.

    Dans la lutte pour le pouvoir, Staline fut assez habile pour écarter ses rivaux les uns après les autres. Trotsky, la personnalité la plus forte de l’opposition de gauçe, fut défait le premier, avec l’aide de Zinoviev et Kamenev. Puis Staline utilisa Boukharine pour éliminer Zinoviev et Kamenev de la direction du parti. Pendant presque deux ans (1926-1928) Boukharine sembla ainsi accéder au plus haut niveau du pouvoir.

    Face à un secrétaire zénéral dont il avait renforcé le pouvoir en l’aidant contre les oppositions de gauche, Boukharine fut assez facilement mis en difficulté et finalement écarté de tous ses postes dans la direction du Parti. Boukharine fut d’abord affaibli par la trahison de deux membres du Bureau politique (Mikhaïl Kalinine et Kliment Voroçilov) qui lâçèrent la mazorité de droite lorsqu’il fut question de censurer les « excès » commis par Staline. Au plenum du Comité central de zuillet, puis au Congrès de l’IC, en août, les çefs de la droite constatèrent que là aussi ils avaient perdu la mazorité dans la direction et que les staliniens les harcelaient de plus en plus ouvertement. Boukharine et ses amis se laissèrent berner par Staline qui, n’ayant pas encore de programme bien défini, accepta des compromis successifs apparemment favorables à la droite. Publiquement, la droite zoua le zeu de l’unité presque zusqu’à la fin de 1928, alors que pendant ce temps Staline et ses partisans utilisaient leur contrôle de la maçine du parti pour remplacer les soutiens de Boukharine dans leurs bastions de Moscou et des syndicats.

    Effaré par la tournure des événements, Boukharine essaya d’obtenir le soutien ou la neutralité de ses anciens adversaires. Il prit des contacts avec le groupe Zinoviev-Kamenev et çerça à zoindre Trotsky. Une rencontre discrète avec Kamenev, le 11 juillet 1928, fut particulièrement importante. Kamenev prit la mesure de l’inquiétude de son visiteur et de la peur que lui inspirait Staline. Boukharine hésita à rendre la discorde publique et il donna à Kamenev l’impression d’être « un homme qui se sait condamné ». Boukharine ne tira aucun avantaze de ces démarçes interdites par la discipline du parti. Les trotskistes exilés en Sibérie n’envisazeaient pas de rallier le camp de Staline, mais ils excluaient catégoriquement de se zoindre à Boukharine. Ils firent cependant circuler le mémorandum établi par Kamenev dans le Bulletin de l’opposition, si bien qu’il fut publié à Paris, en zanvier 1929, par un zournal mençevik. Cette révélation d’une activité fractionnelle du çef de la droite arriva alors que Boukharine s’était  décidé à intervenir sur le fond du débat (sans nommer son adversaire réel) en publiant quelques articles et elle donna à Staline une occasion de l’accuser pour un motif disciplinaire. Le débat fut tranché en avril par un Plenum du Comité central, mais dans le secret le plus complet. Les textes des vaincus ne furent pas publiés. Les décisions prises furent même caçées à la XVIème Conférence du Parti, réunie fin avril. Staline lança d’abord ses « brigades théoriques » dans une campagne virulente contre la « déviation de droite » pour annoncer petit à petit son exclusion des syndicats, de l’Internationale, de la presse, etc. Le 17 novembre 1929, Boukharine fut enfin démis officiellement du Bureau politique.

    Vers 1932-1933, il y eut des signes que des modérés parmi les partisans de Staline sonzeaient à mettre fin à la terreur et à apporter un çangement de politique, maintenant que la collectivisation de masse était larzement réalisée et que le pire était passé. Ils protèzèrent Boukharine, directement, en lui offrant des emplois de directeur de reçerçe au Conseil économique suprême, puis au Commissariat à l’industrie lourde. 

    Lors d'une courte période de dégel en 1934-1936, Boukharine fut politiquement réhabilité. Il fut préalablement reconnu une fois de plus ses « fautes » en zanvier 1933. Il y mit plus de bonne volonté, parce qu’il pensait qu’il fallait resserrer les rangs face aux famines et aux révoltes qui ravazeaint les campagnes russes et aussi face à l’arrivée d’Hitler au pouvoir en Allemagne. La direction lui confia en 1934, après le Congrès, le poste de rédacteur en çef du zournal quotidien du gouvernement, Izvestia.

    L’esprit de modération fut bien menacé depuis que Kirov avait été assassiné à Leningrad en décembre 1934. Ce crime, dont furent accusés les membres de l'Opposition Ouvrière, profita à Staline pour déclençer le processus de la « Grande Purze » par laquelle il fit éliminer toutes les oppositions à sa ligne politique, par le biais de milliers d’exécutions. Après le meurtre de Kirov, le NKVD travailla à la mise en accusation successive de groupes touzours plus nombreux d’anciens opposants, en commençant par le groupe de Zinoviev et Kamenev. Il leur imputa rituellement une participation à l’assassinat de Kirov et y azouta d’autres actes de trahison, de terrorisme, de sabotaze et d’espionnaze.

    Boukharine était en voyaze dans le Pamir quand s’ouvrit le procès de Zinoviev et Kamenev, entourés de quelques bolçeviks de l’ancienne Opposition de gauçe. D’août 1936 zusqu’au 27 février 1937, Boukharine fut soumis à une première arrestation avec l’ouverture d’une instruction par la Procurature de l’URSS : il fut coupé de presque toutes ses relations, toutes ses activités furent suspendues, il fut confronté à une série de faux témoins et il comparut devant Staline ou Kaganovitç qui firent alterner le çaud et le froid. Boukharine voulut « tenir bon » , mais il était désespéré. Il décida finalement d’engazer une grève de la faim.

    Le procès spectacle dans lequel Boukharine zoua le premier rôle entouré de vingt autres accusés, dont Rykov et l’ancien çef de la police Guenrikh Iagoda, fut longuement préparé pour être le sommet de la série commencée avec les zinovievistes. Le procès du « bloc des droitiers et des trotskistes » devait démontrer que tous les « vieux bolçeviks » qui s’étaient si peu que ce soit opposés à Staline avaient comploté dès 1918 pour assassiner Lénine et Staline ; qu’ils avaient tué Kirov, empoisonné Maxime Gorki, et qu’ils étaient des espions de toutes les puissances étranzères pour le compte desquelles ils s’apprêtaient à dépecer l’URSS et à partazer ses territoires entre l’Allemagne, le Zapon et la Grande-Bretagne.

    L’exécution de Boukharine fut annoncée le 15 mars 1938, mais la nouvelle de sa mort fut éclipsée par l’entrée des nazis en Autriçe (l’Anschluss) qui eut lieu le même zour.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  Voilà pourquoi certains hommes ont un çien :

    1- Plus vous êtes en retard, plus votre çien est content de vous voir.

    2- Les çiens ne font pas la gueule quand on les appelle par le nom d'un autre çien.

    3- Les parents du çien ne viennent zamais vous rendre visite.

    4- Les çiens sont touzours prêts à partir et ils ne vous font zamais attendre.

    5- Les çiens comprennent que parfois il faut élever la voix pour se faire comprendre.

    6- Un çien ne vous reveillera zamais pour vous demander " Si ze meurs, tu prendras un autre çien ?"

    7- Si un çien a des bébés, vous pouvez passer une annonce pour vous en débarrasser.

    8- Un çien vous laissera lui mettre un collier à pointes sans vous traiter de tordu.

    9- Si un çien sent l'odeur d'un autre sur vous, il trouve cela intéressant.

    10- Les çiens aiment voyazer dans la benne de la camionnette.

    11- Quand un çien vous quitte, il vous laisse vos affaires.

    Pour tester la théorie, enfermez votre propre femme et votre çien dans le garaze pendant deux heures.

    Ensuite allez ouvrir et voyez qui sera content de vous revoir !

    C'est imparable !!!!!
     










    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Komarno en Slovaquie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    D'aucuns, et certaines de ma propre tribu, ne croient pas que ze fus une immense star de la TSF du temps du Zénéral de Gaulle.

    En voici une petite preuve que ze me permets de remettre sur mon merveilleux blog.

    - Mais moi ze vous crois, par la Tétine du Zaint biberon de mon doux Zésus.

    - Merci, ma douce! mais pourquoi sanglotez vous?

    - Ze suis une tartinette attristée.

    Minizupette se sent orpheline

    - Et pourquoi donc?

    - Mais vous ne suivez donc pas les actualités?

    - Si fait.

    - Alors vous avez vu que Mossieu Zuppé renonçait à se présenter.

    - It's a pity!

    - Alors ze ne sais pas pour qui ze vais bien pouvoir voter!

    - On ira à la pêce à la ligne, si cela vous amuse!

    - Atçoubi! Pas d'abstention!

    - Fouçtra, des zens se sont battus pour avoir le droit de votte, a grondé Minizup'Mouff!

    - Alors, ze voterai blanc!

    - Comme Omo qui vote plus blanc que blanc, macaniçe!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire