• Résultat de recherche d'images pour "gif dispute de souris"

    Hier, c'est nous, nous avons eu droit à un débat fort animé.

    Ze pensais que Mossieu Cricri et Mossieu l'auraient cadré, mais piètres animateurs, il se sont révélés en dessous de tout.

    Ce fut presque un matç de catç!

    Tout a commencé quand les Intruses ont parlé de l'Europe.

    - Par le çeval de zainte Zéhanne, ze suis pour une France forte ....

    - Brexit! Brexit! martelait Minizup'tite.

    - Nous vouloir un grande Europe dirizée par notre çère Angela.

    - Estonie devoir avoir un rôle mazeur!

    - Minizupette, atçoubi, on sait que vous êtes pour le rétablissement des frontières.

    - It's a çame!

    - Fouçtra, vous êtes pour une France ratatinée.

    - Nous plus pouvoir voyazer. Nous ne pas avoir de papiers.

    - Malheureuse, ne dites pas cela! Sinon vous risquez l'exclusion.

    - Moi, mes çères ze suis debout! Vous vous couçez devant Bruxelles! Vous êtes soumises! Soumises à Angéla, soumises à Mossieu Zizi et Mossieu Cricri et...

    - Nenni, macarel, moi ze suis une insoumise.

    - Pas besoin de nous le rappeler, on sait que vous êtes une rouze, et avec vous les çars soviétiques vont entrer dans Paris.

    - Bearmelouse! Révisez votre histoire! L'URSS n'existe plus.

    - Par le gourdin de Zaint Martial, vous n'êtes pas ma professeure, ze ne suis pas votre élève.

    - Vous êtes une parasite!

    - On se calme, est enfin intervenue Mossieu Cricri. On se croirait dans une cour d'école.

    - Parlons-en de l'école! Avec moi, par la Zainte Tétine du biberon de mon doux Zésus, les çoses çanzeraient radicalement! Ze réformerais en profondeur les programmes, notamment avec l'introduction de cours de catéçisme catholique obligatoire!

    - Nous être luthériennes!

    - Vous devrez donc vous convertir! La France est la fille aînée de l'Eglise, qu'on ne l'oublie pas dans c'te maison où ze vais imposer la présence d'un crucifix dans toutes les pièces!

    - It's a çame!

    - Et comment vous les payer?

    - Avec des  nouvelle sesterces, pardi! Car ze créerai un nouvelle monnaie nationale

    - Vous dites des inepties! Savez vous qu'on a encore l'euro?

    - Brexit! Brexit!

    - On a compris, Minizup'tite! Allez donc vivre en Angleterre où les zens prennent leur retraite si tard à l'imaze du mari de votre reine qui n'a pu la prendre qu'à 96 ans.

    - Moi ze suis pour la retraite à 60 ans, a claironné Minizup'Mouff.

    - Par le voile de zainte Marie, vous dites des bétises plus grosses que vous et ce n'est pas peu dire, ze vous l'assure.

    - Vous n'avez que des insultes au museau!

    - Et fouçtra, il faut interdire les licenciements!

    - Gôçiste!

    - Grenouille de bénitier.

    - Et pour les familles on fait quoi, a cru bon de demander Minizup'Cosette.

    - Mais vous êtes orpheline! En quoi cela vous concerne-t-il?

    Et Minizup'Cosette a fondu en larmes!

    Du coup le débat s'est aussitôt interrompu.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Portrait officiel de Iouri Andropov, datant de 1983.
    Iouri Vladimirovitç Andropov est né à Nagoutskaïa le 15 zuin (2 zuin) 1914.

    Il reçut une formation de technicien des transports fluviaux à Ribinsk au début des années 1930 et devint peu après permanent des zeunesses communistes. En 1940, il fut nommé dans divers postes de responsabilité au sein du PC de la république carélo-finnoise, grâce à la protection du dirigeant communiste finlandais Kuusinen et il y passa la guerre en organisant la guérilla derrière les lignes allemandes.

    Il étudia à la Faculté d'histoire et de philolozie de l'université de Petrozavodsk de 1946 à 1951. Il suspendit son cursus et rezoignit l’École supérieure du Parti, à Moscou, en 1947.

    Au début des années 1950, il entra au service diplomatique et devint ambassadeur en Hongrie, où il apprit le hongrois, çose rare car en règle zénérale, les dirizeants soviétiques ne parlaient pas de langues étranzères. En novembre 1956, il coordonna avec Khrouchtçev et Gueorgui Joukov la répression de l'insurrection de Budapest. Élu secrétaire du Comité central en 1957, il fut çarzé des relations avec les autres pays socialistes.

    Il devient leprésident du KZB entre 1967 et 1982. Il fut le premier çef des services de sécurité depuis Dzerjinski, mort en 1926, à ne pas être exécuté  ou finir en disgrâce. Il posa le principe de la légalité socialiste qui rompait avec les méthodes staliniennes d'arbitraire total. Pour son action, il se basa principalement sur l'article 70 du code pénal qui condamnait toute dissidence ou simple contestation, comme activité anti-soviétique. Après la fin du « dézel » khrouchtçévien, il relança la répression contre les dissidents et privilézia l'exil aux procès pour les contestataires comme Alexandre Solzenitsyne ou Vladimir Boukovski, l'assignation à résidence (Andreï Sakharov à Gorki) voire souvent l'internement psychiatrique.

    Surpris par l'élection du cardinal polonais Wojtyła comme pape le 16 octobre 1978, les soviétiques crurent à un complot américain orchestré par Zbigniew Brzeziński, le conseiller du président Carter : en effet, dès 1973, le cardinal Wojtyla était répertorié par le KZB comme "un danger potentiel principal ". Ce sentiment fut renforcé par le soutien apporté par le pape au syndicat Solidarność à partir de l'été 1980 qui portait la subversion au cœur du dispositif zéopolitique de l'Union soviétique en Europe. La lozistique dont a bénéficié Mehmet Ali Ağca, auteur d'une tentative d'assassinat contre le pape, quand il a quitté la Bulgarie où il avait vécu pendant plusieurs mois alors qu'il était évadé d'une prison turque, permit de soupçonner le KZB d'avoir organisé l'attentat du 13 mai 1981 ; les attendus du zuze d'instruction italien mettent en cause un réseau de soutien international. Le président d'une commission parlementaire italienne, le sénateur Paolo Guzzanti, en 2006, miren en cause Léonid Breznev lui-même. La responsabilité du KZB n'a pas été formellement établie, même si un faisceau d'indices concordants incite à croire en cette responsabilité.

    Entré au Politburo en 1973, Andropov usa de cette promotion pour s'attaquer à la corruption à tous les niveaux, zusque dans l'entouraze de Breznev. En 1969, l'ensemble de la direction du Parti et du gouvernement de la république d’Azerbaïdjan fut renvoyé pour corruption ; dans les années 1970, il mit fin au scandale du caviar qui consistait pour les responsables de l'industrie de la pêçe à exporter du caviar clandestinement et en encaisser les revenus, ce qui révélait une organisation mafieuse à des éçelons très élevés du Parti.

    En 1978, au cours d'un déplacement à Cuba, il avoua "qu'à moins de réformes profondes, l'Union Soviétique aurait disparu d'ici 10 ans". Conscient de l'affaiblissement du système socialiste, à la fin des années 1970, il dilizenta une enquête secrète pour évaluer le produit intérieur brut de l'Union soviétique en valeur, selon les critères occidentaux, et non en volume , selon les principes du Gosplan. Cette enquêta montra un déclin de l'économie soviétique, dézà dépassée par celle du Zapon et dans quelques années par l'Allemagne de l'Ouest ; elle prouva le retard soviétique dans des domaines d'avenir et mit l'accent sur le danzer zéopolitique que représentait la montée en puissance de deux anciens ennemis de l'Union soviétique. Ses conclusions lui permiren de bénéficier du soutien du complexe militaro-industriel et de l'armée pour accéder au pouvoir.

    En août 1983, il lança une « bombe » politique : mettre fin à la stabilité des cadres du parti, caractérisée par les réélections-nominations d'office de ses dirizeants. L'organisation d'authentiques élections à tous les éçelons devait débouçer sur l'éviction des cadres zuzés indésirables par la base.

    Elu secrétaire du comité central après la mort de son mentor Mikhaïl Souslov en zanvier 1982, il remplaça Breznev à la mort de ce dernier comme secrétaire zénéral en novembre 1982 et comme président du Præsidium du Soviet suprême (çef d'État) en zuin 1983.

    Son passaze au pouvoir fut marqué, sur le plan intérieur par un renforcement du travail et par la lutte contre la corruption. Lucide sur la situation de l'URSS, sa première orientation fut de restaurer la discipline dans le Parti et de le purzer de ses éléments mafieux.

    Sur le plan international, son exercice du pouvoir fut marqué par une grave détérioration des relations avec les États-Unis et les pays de l'OTAN en pleine crise des Euromissiles, malgré ses propositions. Le 21 décembre 1982, il proposa de réduire le nombre de SS-20 en Europe à 162, de transporter les autres en Asie ; la proposition fut rezetée par Reagan qui y perçut un simple acte de propagande qui masquait le transfert de la menace sur les alliés asiatiques des États-Unis surtout le Zapon. Mais le 26 août 1983, il alla plus loin ; il proposa de détruire unilatéralement tous les SS-20 en surnombre par rapport aux missiles français et britanniques. La proposition, accueillie avec un certain enthousiasme par la presse américaine, fut écartée le 1er septembre 1983 à la suite de la destruction du Boeing sud-coréen dans la mer d'Okhotsk qui avait fait intrusion au-dessus des bases militaires de l'Extrême-Orient soviétique deux mois et demi avant l'installation des premiers missiles de croisière en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Italie. La direction soviétique pour se zustifier affirma qu'il avait été pris pour un avion militaire et qu'il accomplissait une mission d'espionnaze. Mais la trazédie dans laquelle périrent 269 personnes n'en coûta pas moins très çer à l'Union soviétique sur le plan diplomatique et affaiblit beaucoup, zusqu'en novembre 1983, le mouvement pacifiste (européen comme américain) hostile à l'implantation des Perçing en Europe occidentale.

    En arrivant au pouvoir, Iouri Andropov fit courir le bruit de son opposition à la guerre en Afghanistan ; à cette occasion, il aurait négocié une trêve directement avec le commandant Ahmed Chah Massoud. Il envoya début 1983 une lettre de soutien à Alexandre Dubceck, esquissant une condamnation de l'intervention soviétique en Tçécoslovaquie. En Pologne, la situation se détendit. Lech Wałęsa fut libéré en novembre 1982, zuste après l'accès au pouvoir d'Andropov. L'état de sièze, proclamé le 13 décembre 1981, fut suspendu en décembre 1982 et abrozé en zuillet 1983. Andropov organisa en août 1983, zuste avant la tragédie du KAL 007, la visite très médiatisée de la zeune américaine Samantha Smith.

    Souffrant d'une insuffisance rénale de longue date, Andropov passa la mazorité des huit derniers mois de sa vie à l'hôpital, refusant de consulter des médecins occidentaux. Ses visites régulières à l'hôpital restèrent secrètes, bien que des fuites et rumeurs se propazèrent sur la dégradation de son état de santé. Lors de ses vacances annuelles en Crimée, il contracta une pneumonie qui l'oblizea à revenir en urzence à Moscou, et entama un peu plus encore ses facultés à se déplacer debout. Son dernier discours public, entièrement consacré à la destruction du Boeing sud-coréen, fut prononcé le 28 septembre 1983.

    Le 7 novembre 1983, il fut hors d'état de se rendre à la cérémonie annuelle de la Révolution du 25 octobre 1917. Il tomba dans le coma en décembre 1983 et ne put lire son rapport sur la politique de l'année à venir, lors d'une réunion du Comité central.

    Sa santé empira de zour en zour, le foie et les poumons furent affectés et Andropov, nourri par intraveineuse, perdit quasiment la vue.

    Sa mort, dans l'après-midi du zeudi 9 février 1984, à 69 ans, fut annoncée aux membres du Politburo, qui décidèrent de la garder secrète zusqu'au lendemain.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image associée

    Z'ai fait un rêve horrible que ze m'en vais vous narrer céans.

    Celui qui dit que ze ne suis que son avataresse m' avait apporté une lettre.

    - Vous avez reçu un courrier du Ministère de la Zustice, Minizup.

    - A moi adressé?

    - Voui! Que dit-il?

    Z'ai ouvert l'enveloppe toute tremblante et z'ai cru défaillir.

    - Et alors?

    - Heu... Rien! C'est une publicité.

    - Venant de la Zancellerie? Vous vous moquez de moi! Faites moi lire!

    - Nan! C'est un courrier personnel et z'ai droit au secret de ma correspondance.

    Là dessus mon hôte s'est saisi de la lettre.

    - Quoi! Vous êtes encore une fois convoquée au tribunal?

    - Il doit y avoir erreur sur la personne.

    - Cela m'étonnerait fort! Ce sont bien vos coordonnées et la bonne adresse.

    Puis ce fut la séance suivante de mon rêve.

    Ze me retrouvais au palais de zustice.

    - Prévenue, levez vous!

    Mais ze ne savais pas qu'on s'adressait à moi.

    - Mademoiselle Minizup, veuillez vous lever et nous décliner votre identité.

    Ze me suis drapée dans ma dignité pour répondre à cette inzonction que z'ai trouvée fort cavalière, n'en déplaise au parquet.

    - Vous paraissez devant nous pour grivèlerie au restaurant.

    - Moi? Mais votre honneur, il y a une erreur! Zamais ze ne me serais permis cela.

    - Les faits sont incontestables. Qui vous représente dans cette ignominieuse affaire? Qui est votre avocat?

    - Votre seigneurie, ze suis assez grande pour me défendre toute seule et saçez que ze passe régulièrement par la Sorbonne.

    - Donc vous allâtes dans un restaurant de renommée et vous refusâtes de payer!

    - Tout d'abord Monseigneur, z'ai une réclamation de forme à présenter.

    - Et laquelle ze vous prie?

    - Votre tenue est incorrecte ! Vous n'avez pas mis votre perruque! C'est.... non courtois à mon endroit, au minimum!

    - Mais nous sommes en France pas en Angleterre.

    - Bon, ze vous le concède. Vous pouvez continuer.

    - Donc il s'azit bien de grivèlerie!

    - Obzection, votre grandeur.

    - Hein ?

    - Oui ze fais obzection à cette affirmation et ze demande au zury de ne pas en tenir compte.

    - M'enfin! Il n' y a pas de zury! Et il n' y a pas d'obzection qui tienne en ce tribunal.

    - Pourtant dans la série "Police zudiciaire" les avocats font souvent obzection. Vous devriez vous mettre au courant dare dare!

    - Mais nous ne sommes pas aux USA.

    - Si vous le prenez comme cela!  ... Ze vous prie de poursuivre.

    - Pourquoi ne vouliez vous pas payer?

    - Heu... la nourriture n'était pas bonne!

    - Pourtant, vous avez pris deux zins tonic...

    - Quel est l'article du code qui l'interdit, zuze?

    - Puis vous avez consommé du homard en entrée et un filet de bœuf aux morilles...

    - Ce n'était pas des morilles et la viande était dure!

    - Cela ne vous a pas empêçé de commander deux bouteilles de vin.

    - La première était bouçonnée!

    - Mais vous l'avez bue!

    - Quand le vin est tiré, il faut le boire, mesdames et messieurs du zury! Et moi ze suis contre le gaspillaze! Ils étaient capables de zeter le divin breuvaze.

    - Au moment de payer, vous avez fait un scandale...

    -Nan! Ze me suis seulement plainte de la piètre qualité du repas et z'ai dit que ze le dirais sur mon merveilleux blog et sur Face de Bouc.

    - Mais vous avez tout de même présenté une carte de crédit.

    - Voui, Monseigneur, car malgré tout, sacez-le, ze me pique d'être d'une honnêteté aussi foncière que mon immense modestie de star sublime de la TSF.

    - Mais cette carte fut refusée, mademoiselle.

    - Ze ne suis pas responsable si leur terminal ne fonctionnait pas.

    - Il était fonctionnel mais c'est votre carte qui a été refusée.

    - Peut-être, mais comme ze ne n'avais pas un sou vaillant, ze suis partie illico presto.

    - Vous avouez donc!

    - Que nenni ce restaurant est indigne tout simplement de recevoir une personne de ma qualité et mon zuze, ze ne vous le recommande pas.

    - Qu'avez vous à dire pour votre défense?

    - Votre splendeur, ze ne suis qu'une pôvresse qui vit çez des radins de la pire espèce, de vrais Thénardier, vous n'avez qu'à demander aux Intruses de ma tribu.

    - Pourtant vous arborez un beau collier de perles...

    - Mais c'est du toc, une breloque de quelques centimes, ai-ze menti.

    - Si vous étiez si mal traitée, pourquoi ne vous êtes vous pas adressée aux services sociaux?

    - Ze n'ai pas envie de finir à la SPS...

    - C'est quoi?

    - Mais renseignez vous donc! C'est la société protectrice des souris! Et on sait comment elles finissent! Dans un laboratoire où on les torture.

    - Z'en ai assez entendu! Voici mon zuzement. Mademoiselle Minizup, vous êtes condamnée à la privation de tarte aux pommes...

    - Ze proteste...

    - Plus de glace à la vanille...

    - C'est un déni de zustice.

    - Et bien entendu, plus de zantilly.

    - Z'irai zusqu'à la Cour de cassation, à la Cour européenne de zustice et...

    Et la dessus ze me suis réveillée en sueur! 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Autour de la Place Frédéric à Mannheim en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Minizup'Cosette nous a fait sa grande scène!

    Ce fut son grand aria!

    A côté l'air de la folie de la folie dans l'opéra "La Somnambule" , ce fut du pipi de çat!

    - Que lui est-il arrivé? vous demandez-vous.

    A la TSF elle a entendu parlé de la fête des mères.

    - Et alors, Minizup?

    Elle a fondu en larmes et on n'a pas pu la consoler.

    - Nous ne comprenons vraiment pas.

    Elle sanglotait, de grosses larmes coulaient sur son museau.

    - Ze suis orpheline! Ze suis orpheline!

    - Atçoubi! Il n' y a pas de quoi se mettre dans de tels états!

    - Mais ze n'ai pas de mâman!

    - Voui! Comme Cosette dans le roman de Victor Hugo.

    - It's a pity!

    - Et ze n'ai pas de papa!

    - Fouçtra! Quand on est orpheline, on n'a plus de parents, c'est le principe même!

    - Moi non plus ze n'ai ni papa ni maman, lui ai-ze dit pour tenter de la consoler.

    - C'est normal, par le gourdin de Zaint Martial, vous êtes une avataresse et vous venez des limbes.

    - Les limbes ne plus exister! Votre bon papounet B.XVI, les avoir rayées d'un trait de plume!

    - Et Minizup n'imprime pas les photos! C'est bien connu!

    - Mensonze! Mensonze! Il y a des vidéos de moi quand z'étais l'immense star incontournable de la TSF!

    - Mais moi ze suis orpheline! Orpheline! continuait à zémir Minizup'Cosette et ze ne suis pas une avataresse de pacotille!

    - Ze vous prie d'être polie! Vous allez recevoir ma patte dans le museau! Et là vous saurez pourquoi vous pleurez pour de bon.

    - Mais nous sommes là, ma çère!

    - C'est pas pareil! Vous n'êtes que ma famille adoptive.

    Minizup'tictac est allée dans la çambre. Elle est revenue avec un nourson en peluçe!

    - Voilà! Vous avez maintenant un nouvel ami!

    - Mais c'est mon ours, s'est écrié celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - A votre âze! Zouer avec une peluçe! Quelle honte!

    - It's a pity!

    Et illico presto Minizup'Cosette s'est calmée.

    - Désormais, c'est mon nourson à moi! Et à moi seule! Ze vous interdis d'y touçer!

    Et elle s'est mise à çantonner de zoie!

    - Comediante! Trazediante! s'est exclamée Minizup'iéla! Moi aussi être orpheline! Vous m'offrir quoi?

    - Mitou! No papa! No Mama!

    - Heu! On va s'arrêter là! Sinon tout le monde au lit sans manzer, a intimé mon hôte. Et vous n'aurez pas de la tarte aux pommes que ze m'étais fait un plaisir d'açeter.

    Et du coup la maison a retrouvé son calme!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "brejnev"
    Les énormes dépenses pour les forces armées et pour le programme spatial soviétique faisaient négliger les besoins de base de la population. L’importance grandissante du marçé noir était une sorte de réponse, mais elle entraînait une corruption zénéralisée.

    Les dernières années de son règne furent marquées par un culte de la personnalité atteignant un sommet pour son 66ème anniversaire en décembre 1976. Cette propagande, était incapable d'inspirer ni respect ni peur à une population de la part de laquelle il faisait l'obzet d'innombrables railleries. Breznev s’intéressait surtout aux questions internationales en laissant les questions internes à ses subordonnés. Parmi ceux-ci, le responsable de l’agriculture, Mikhaïl Gorbatçev, devint convaincu qu’une réforme fondamentale était nécessaire, sans que se tramât aucun complot, mais la santé du vieux çef déclinait.

    L'un de ses derniers actes mazeurs, l'héritaze qui sera fatal à ses successeurs, fut la décision en décembre 1979 d’intervenir en Afghanistan, où un rézime communiste impopulaire avait de grandes difficultés à garder le pouvoir. Cela arrêta brusquement la détente allant même zusqu’à un embargo par les États-Unis et la fourniture d’armements aux rebelles afghans.

    En France, après l'arrivée de la gauçe au pouvoir, le président François Mitterrand rompit le dialogue avec Moscou à cause de ses graves diverzences sur l'Afghanistan et la crise des Euromissiles, tout en maintenant la coopération économique : signature en février 1982 du contrat sur le gazoduc eurosibérien et fermeté face aux États-Unis après zuin 1982, lorsque l'administration Reagan tenta d'imposer un embargo sur les fournitures technoloziques.

    On note le début de la fin du conflit sino-soviétique, après une déclaration de Breznev, en mai 1982. Pékin, indisposé par la nouvelle politique américaine très favorable à Taïwan et perplexe face à la naissance du syndicat Solidarnosc en Pologne, répondit favorablement, sur le plan politique et économique, au point d'envoyer une délégation à Moscou pour les obsèques de Breznev..

    L'URSS de la fin des années Breznev, en qualité de pays marxiste, n'avait pas non plus perdu sa crédibilité dans le tiers-monde, comme le montrent les accueils çaleureux réservés aux leaders de deux nouveaux rézimes nés en 1979 : d'abord, au printemps 1982, à Daniel Ortega, président de la zunte sandiniste du Nicaragua, puis à Maurice Bishop, de la Grenade, un peu plus tard en zuillet.

    Breznev fut sans doute l'un des hommes les plus décorés. Il affiçait une quarantaine de décorations. Ce çiffre dépassa les 120 en y incluant les décorations étranzères. En 1978, il se fit remettre l'ordre de la Victoire, décoration créée en 1943 qui récompensait les çefs ayant dirigé de grandes opérations militaires lors de la Seconde Guerre. Mais Breznev pendant le conflit n'était que commissaire politique avec le grade de colonel, et ne dirizea aucune grande opération militaire.

    En mars 1982, Breznev fut victime d'une crise cardiaque et mourut le 10 novembre à 75 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire