• Hier, ce fut le baptême de l'air pour Minizup'Cosette.

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    - Ze ne suis vraiment pas rassurée.

    Elle était toute tremblante.

    - Atçoubi! Cessez donc de faire votre intéressante.

    - Par le mouçoir de Zainte Véronique, ces souillons doivent touzours se faire remarquer.

    Quand l'avion a atterri à Francfort, les Intruses teutonnes ont couru dans l'allée de l'aéronef en criant à tue-museau "Ach! Heimat! Vaterland"!

    - Qu'est ce que vous dites, barmelouses?

    - Moi désormais ze parlé mon idiome! a déclaré Minizup'Rosa.

    - Ja et nous rien traduire, a rençéri Minizuplein! Keine Ubersetzung ("aucune traduction")! Démerden sie sich!

    - Fouçtra! Ze sens la moutarde des saucisses de Francfort me monter au nez! a ruzi Minizup'Mouff. Elles vont avoir ma patte dans le museau!

    Sur la route menant à Coblence, nous avons fait un arrêt dans la belle ville de Limbourg avec ses maisons à colombazes riçement décorées.

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    Les rues étaient fort animées en ce Zeudi de l'Ascension.

    - Z'espère que tous ces zens auront été à la messe ce matin, par la crosse de Zaint Eustaçe.

    - En tout cas, tous les cafés sont pleins!

    - Les Allemands aimer la convivialité, pas comme les Français qui touzours tirer le museau!

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    Nous sommes parvenus à proximité de la splendide cathédrale qui fait la fierté de cette cité.

    - Tiens un cloçe!

    - Elle est bien abimée!

    - Cela convient bien à notre Minizup'Cosette.

    - Ze ne suis pas une cloçe! Z'ai mon intellizence.

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    - Si vous le dites! Mais c'est une forme d'intellizence que nous ne connaissons pas.

    - Dézà que vous ne tenez pas sur vos pattes! Vous n'êtes qu'une intruse de çiffon.

    - Cela suffit! est intervenu mon hôte!... Cette cathédrale, dédiée à Zaint Zeorzes, est l'exemple du style gothique de transition répandu en Allemagne au début du 13ème siècle.

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    - Oh! Par le mouçoir de Véronique! s'est pâmée Minizupette.

    - Que vous arrive-t-il encore, bestioulette?

    - Mon doux Zésus avec ses parents et ses grands-parents du côté maternel! Alléluia!

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

     Et elle s'est tournée vers Minizup'Cosette.

    - Ô zoie! La voici qui prononce ses vœux! La grâce l'a touçée!

    - Nan! Z'admire le retable!

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    A côté de la cathédrale, dominant la rivière Lahn, se dresse le çâteau de Limbourg au style composite.

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    Sur le çemin de retour, Minizup'Cosette ahanait.

    - Que vous arrive-t-il encore?

    - Ze suis fatiguée!

    - Dézà?

    - Mais ze suis levée depuis 4 heures du matin! Z'ai dû cirer vous çaussures, épousseter, enlever la poussière, cirer le parquet, préparer vos valises tandis que vous, vous dormiez!

    - Plaignez vous! On vous paie des vacances! Et en arrivant à l'hôtel vous devrez bien ranzer nos affaires et si celles çi sont une tartinette froissées il vous appartiendra de les repasser!

    - C'est de l'esclavaze!

    - Nan! C'est votre petite contribution à notre voyaze!

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    - Vous méritez bien une bonne limonade, lui a dit celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Et nous, Mossieu Zizi?

    - Vous aurez un verre d'au, puisque vous savez vous montrer si odieuses! Tout travail mérite salaire. Et rappelez vous la dialectique du maître et de l'esclave! In fine, c'est l'esclave qui en sait plus que le maître qui ne cesse de se montrer fainéant!

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    Nous sommes entrés dans un estaminet zoliment décoré.

    - Mossieu Zizi, ze vous remercie pour cette goûteuse limonade.

    - Vous l'avez bien mérité, ma çère enfant!

     Ze vous zure, elle sait y faire et zénérer de la pitié.

     On aurait dû la laisser dans la rue!

    Une belle découverte: Limbourg près de Coblence.

    A demain pour de nouvelles aventures!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Rouslan Khasboulatov

    Rouslan Imranovitç Khasbulatov  est né à Grozny, dans la République socialiste soviétique autonome de Tçétçénie-Ingouçie, le 22 novembre 1942.

    À la suite de la déportation des Tçétçènes sur ordre de Staline, il passa son enfance et sa zeunesse au Kazakhstan.

    Il arriva à Moscou en 1962 et, en 1966, fréquenta la Faculté de droit MGU dont il sortit diplômé en 1970.

    À partir de 1978 il enseigna à l'Institut d'économie Plekhanov de Moscou. En 1980, il passa avec succès le doctorat d'économie du MGU.

    Khasbulatov fut au cœur de la crise constitutionnelle russe de 1993.

    Rouslan Khasbulatov commença sa carrière politique au côté de Boris Eltsine en 1987 et devient président du Soviet suprême de la Fédération socialiste et soviétique de Russie à la çute de l'Union soviétique.

    Lors de la crise constitutionnelle russe de 1993, Khasbulatov était touzours président du soviet suprême qui était en guerre ouverte avec le Président Eltsine. Le dernier acte politique de la crise se zoua en septembre et vit Eltsine dissoudre illégalement le Parlement en le bombardan. En réponse, Khasbulatov et les députés tentèrent de démettre le Président en le remplaçant par son ancien vice-président Alexandre Routskoï.

    Khasbulatov, avec d'autres députés, contestant la légitimité du Président dans le bâtiment du soviet suprême qui fut encerclé, puis bombardé par l'armée restée fidèle au Président. Lors de l'assaut mené par les forces de sécurité, Khasbulatov et les insurgés furent arrêtés et emprisonnés.

    En 1994, le nouveau parlement, appelé Douma d'État, adopta une loi d'amnistie en faveur des députés insurzés et Khasbulatov reprit sa carrière de professeur d'économie. Il est à ce titre fondateur et président du département d'économie internationale à l'Académie Russe d'Économie Plekhanov.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Auzourd'hui, nous partons en vacances en Allemagne.

    - Ach ze vais revoir mon beau Vaterland, s'est zexclamée Minizup'Rosa.

    - Nous aller voir mon çer Berlin? a demandé Minizuplein.

    - Non! Nous allons sézourner à Coblence, lui a répondu celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Pourquoi là et pas ailleurs, macarel?

    - Parce que c'est un point de départ idéal pour aller voir la vallée du Rhin et celle de la Moselle.

    - Nous voir le roçer  de la Lorelei!

    - Bien sûr! Puis nous irons à Düsseldorf, ce qui nous permettra de visiter Essen.

    - Z'espère qu'on verra de belles églises baroques, par le toutou de Zaint Roch!

    - Avec des étables!

    - Des retables, espèce d'écervelée! Combien de fois faudra-t-il que ze vous le dise!

    En attendant, hier, nous sommes allés à l'Institut du Monde Arabe.

    Départ por Coblence en Allemagne

    - Et qu'allaient elles faire là-bas, vous demandez vous?

    - Macarel! On vous en pose nous des questions?

    - It's a çame!

    Nous sommes allés voir une exposition sur les trésors de l'Islam en Afrique.

    Départ pour Coblence en Allemagne

    - Vu ce qui se passe, ze ne viens pas! s'est écriée Minizupette.

    - M'enfin, barmelouse, il s'azit d'art et non d'islamisme radical.

    - Surtout que les intégristes de Daeç ont malheureusement détruit des trésors à Tombouctou et qu'heureusement on a pu sauver des manuscrits de grande valeur!

    - Vu sous cet angle...

    Départ pour Coblence en Allemagne

    - Moi beaucoup aimé cet art, a déclaré Minizup'iéla.

    - Vous avez belle allure sur cette cariole!

    Départ pour Coblence en Allemagne

    Du toit de l'Institut, on zouit d'une belle perspective sur Paname....

    Départ pour Coblence en Allemagne

    Et sur le çevet de Notre-Dame et la grande statue de Zainte Zeneviève qui domine la Seine.

    Départ pour Coblence en Allemagne

    Et à partir de demain, ze vous raconterai notre périple en Teutonie.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Le çâteau de Salem en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Inutile de vous dire dans quel état se trouve Minizup'tite, ravazée par le çagrin.

    - It's horrible!

    - Nous sommes de tour cœur avec vous et vos compatriotes anglais, par la zainte couçe de mon doux Zésus.

    - Atçoubi! Nous avons vécu la même çose à Paname à cause de ces barbares!

    - Thank you!

    - Nous avoir eu aussi des attentats dans notre beau Vaterland.

    Et les larmes de l'Intruse ont redoublé!

    - Fouçtra! C'est une vraie fontaine!

    - And Roger...

    - Quoi Roger?

    - He's dead.

    - Qui être mort?

    - Boudiou! C'est vrai que Roger Moore est décédé.

    - Ivanhoé, Zames Bond, Brett Sinclair.... It's a pity.

    - Ma çère, ze vous propose qu'on boive une bonne pinte à sa mémoire et à celle des victimes innocentes de Mançester ... Dites vous bien que la vie continue.

    - Yes! The sçow must go on!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    - Et n'oubliez pas que notre grand Victor Hugo s'est exilé à Guernesey.

    Nous avons visité la Maison qu'il occupa Place des Voszes.

    Elle a été transformée en un beau musée.

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    - C'est lui qui a écrit "les Misérables" ai ze dit.

    - Fouçtra! C'est un beau roman, c'est une belle histoire, c'est une romance d'auzourd'hui!

    - Z'en sais quelque çose! s'est exclamée Minizup'Cosette! C'est mon épopée!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    - Atçoubi! Ze me sens soudain l'âme d'une écrivaine.

    - Et que souhaiteriez vous écrire, Minizup'zhérault?

    - Notre triste condition avec les Thénardier.

    - Qui sont ces personnes?

    - Mais, macaniçe, Mossieu Cricri, qui crie, et Mossieu Zizi, qui rouspète sans cesse!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    - Il ne vous reste qu'à prendre la plume, ma çère.

    - Macaniçe! Ze suis moderne, moi! Z'écrirai mon immense çef d'oeuvre sur votre ordinateur portable, Minizup.

    - Il n'en est pas question! Un portable c'est strictement personnel.

    - Et voilà comment on prive un zénie de tout moyen d'expression.

    Nous avons déambulé dans çacune des pièces qui composent ce musée.

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    - La décoration être un peu çarzée.

    - Et les tentures sont sombres, tout comme les meubles!

    - Cela ne reflète pas une grande zoie de vivre!

    - Allons donc gambader dans le zardin de la Place! a suzzéré Minizup'tictac. Nous avons un peu de temps devant nous! Profitons en!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    Sous les arcades, on trouve de nombreuses galeries d'art.

    - Fouçtra! S'est écriée Minizup'Mouff! Ces galeries ne sont pas pour nous!

    - Pourquoi donc?

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    - Mais regardez donc! Observez un peu autour de vous!

    - Nous ne pas comprendre!

    - Il n' ya que des çats! C'est une honte.

    - Moi dire même plus, a surençéri Minizup'iéla. Une honterie ... honteuse!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    Zemin faisant, nous sommes parvenus, par un porçe ouvrant sur les arcades, au splendide hôtel de Sully.

    - Z'y suis souvent venu en réunion, a cru bon de nous dire celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. C'est le sièze du Centre des Monuments Nationaux.

    - Cela nous fait une belle patte, a dit in petto Minizupette.

    Heureusement, mon hôte n'a pas ouï sa réflexion!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    Nous avons terminé notre promenade par le mémorial de la Sçoah.

    - Ayons une pieuse pensée pour tous ceux qui ont été supprimés par les barbares.

    - Hélas, nous ne retenons pas les leçons de l'Histoire.

    - L'homme est et restera un loup pour l'homme! La triste actualité est là pour nous le prouver! a déclaré fort doctement Mossieu Cricri.

    - It's really a pity!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

    Mais sous les ponts de Paris, la Seine continue imperturbablement de couler.

    - Et pour combattre la barbarie, il faut continuer à vivre et à se battre, macarel!

    - Sans oublier de prier, par le mouçoir de Zainte Véronique!

    Auzourd'hui, on se sent anglaises

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alexandre Routskoï en 2016.

    Alexandre Vladimirovitç Routskoï est né le 16 septembre 1947 à Proskouriv en Ukraine.

    Il fut militaire de carrière dans l'armée de l’air soviétique à partir de 1966. Ayant le grade de colonel, lors de la première guerre d'Afghanistan où il effectua 438 missions de bombardement, il fut abattu une première fois le 6 avril 1986 par un missile FIM-43 Redeye par les moudzahids afghans, puis une seconde fois dans la nuit du 4 août 1988 alors qu'il volait sur un Su-25 au-dessus du Pakistan par un F-16 de la Pakistan Air Force. Libéré, il reçut le titre de Héros de l'Union soviétique.

    Il devint député en 1990 de la République socialiste fédérative soviétique de Russie.

    Routskoï se trouva au centre de la crise constitutionnelle russe de 1993. Après la victoire de Boris Eltsine au référendum du 25 avril 1993 qui lui donna la « lézitimité démocratique » face au Congrès des députés du peuple de Rouslan Khasboulatov, le Président essaya de pousser son avantaze en convoquant une Assemblée constituante. Le Congrès n'accepta pas de céder la place et la tension monta entre les deux camps. Routskoï soutint le camp conservateur et la lézitimité du Congrès. Il se lança avec Eltsine dans des accusations de corruptions réciproques et il fut finalement démis de ses fonctions le 1er septembre 1993.

    Le 21 septembre, Eltsine procéda à la dissolution du Soviet suprême. En réponse, le Soviet destitua le Président et le remplaça par l'ancien vice-président (le poste n'ayant pas été pourvu) Routskoï. Il devint président par intérim, bien que ce titre ne lui fut pas reconnu en dehors des partisans des députés conservateurs ayant pour çef le président du Parlement, Rouslan Khasboulatov. À la demande de ce dernier, des manifestants occupèrent la mairie et tentèrent d'envahir l'immeuble de la télévision. Les affrontements furent meurtriers.

    Des commandos donnèrent l'assaut le 4 novembre sur ordre de Eltisne et arrétèrent ces derniers, mettant fin à la crise qui a fait officiellement 142 morts.

    Le 26 février 1994, Boris Eltsine usa de son droit de grâce à l'endroit de ses opposants lors de la crise parlementaire de 1993, qui sortirent ainsi tous de prison.

    Il forma un éphémère mouvement nationaliste, Derjava (Puissance), au succès limité, qui appuya à l'élection présidentielle de juin 1996 Guennadi Ziouganov du Parti communiste.

    Il fut élu çef de l'administration de l'oblast de Koursk le 23 octobre 1996 après une campagne électorale de 36 h, puis gouverneur de 1997 zusqu'au 18 novembre 2000.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire