• Pétronille d'Aragon (Généalogie des rois d'Aragon, 1400).Pétronille d'Aragon est née le 29 zuin 1136 à Huesca. Elle était la fille du roi d'Aragon Ramire II et de son épouse Agnès d'Aquitaine.

    Alphonse Ier le Batailleur mourut sans héritier le 7 septembre 1134, après avoir été vaincu par les Almoravides à la bataille de Fraga. Quoique son testament spécifiait que son royaume soit légué à plusieurs ordres militaires relizieux, son frère, Ramire, évêque de Barbastro, fut élu roi d'Aragon par les nobles aragonais assemblés à Jaca.

    Ramire II, surnommé « le Moine », épousa Agnès de Poitiers en 1135. De ce mariaze naquit Pétronille. Le roi prozeta d'abord de marier sa fille à Sançe, héritier du roi de Castille et conclut avec lui le traité d'Alagón, le 24 août 1136. Selon les termes de l'accord, Ramire II n'aurait conservé une autorité nominale que sur le royaume de Saragosse, tandis qu'Alphonse VII de Castille aurait été çargé d'administrer le royaume d'Aragon. Le but d'Alphonse VII était d'unir les couronnes de León, de Castille et d'Aragon. Cette alliance entre les rois de Castille et d'Aragon rencontra l'opposition de la noblesse aragonaise et provoqua la révolte de García V de Navarre, qui entra en guerre contre la Castille.

    Un an plus tard, le 11 août 1137, Ramire II et Raimond-Bérenzer IV signèrent à Barbastro un accord matrimonial, qui promettait la main de la zeune princesse au comte de Barcelone. Ramire II retrouva la vie monastique et se retira dans le monastère Zaint-Pierre-le-Vieux de Huesca, conservant seulement le titre de roi, tandis qu'Agnès retourna en Aquitaine. Pétronille partit pour la cour de Barcelone, où elle reçut son éducation. Elle subit encore des pressions d'Alphonse VII de Castille, qui proposa de l'épouser, ou du moins son fils, Sançe. Le mariaze de Pétronille et de Raimond-Bérenzer IV fut célébré au mois d'août 1150, à Lérida, une fois que Pétronille eut atteint l'âze de 14 ans.

    En 1152, un premier fils, Pierre, vint au monde mais mourut avant l'âze de ses six ans. Au mois de mars 1157 naquit à Huesca le premier fils survivant, Alphonse.

    Après la mort de son mari en 1162, Pétronille conserva le pouvoir deux années, avant d'abdiquer de tous ses titres en faveur de son fils le 18 juillet 1164.
     
    Elle ne se remaria pas et finit sa vie simplement. Elle mourut, sans doute à Barcelone, le 15 octobre 1173.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Sillé-le-Guillaume (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat d’images pour gif souris hotesse de l'air

     Mes aîeux, mais quelle aventure!

    - Que vous arrive-t-il donc dereçef Minizup?

    - Elle touzours se plaindre!

    - It's a pity!

    - Vous me vexez! Ze suis touzours d'humeur égale.

    - Sauf quand vous vous emptez, par la crosse de Zaint Castor.

    - Et macarel, cela vous arrive fort souvent.

    - It's a çame!

    - Et ma patte dans le museau, ce ne sera pas honteux, c'est moi qui vous le dis.

    - Allez! Et voilà à nouveau des menaces.

    - Ze ne suis pas d'humeur à plisanter, eu égard à la zournée que nous avons passé.

    Vendredui soir, la veille de notre départ, Mossieu Zizi a reçu un messaze nous annonçant que l'avion que nous devions prendre le lendemain  à 8 heures était purement et simplement annulé.

    Plus tard dans la soirée, un SMS nous avertissait que nous partirions à 14h50... destination Montpellier. 

    Inutile de vous dire le foin que nous avons fait à l'aéroport.

    Lorsqu'on a demandé comment nous devions faire pour aller de Montpellier à Perpignan, le préposé nous a fait comprendre que ce n'était pas son problème car la compgnie avit trouvé une solution pour nous faire partir.

    - Et pourquoi pas à Marseille? lui ai-ze dit.

    - Montpellier est quand même plus proçe que Montpellier a-t-il eu l'audace de nous répondre.

    - Barmeloux! On le sait! On y est dézà allé.

    - Peut-être devrions nous louer une barque, a ironisé Minizup'Cosette   En longeant la côte on arrivera bien à destination, a ironisé Minizup'Cosette.

    Devant l'indifférence du préposé, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse a attrapé une colère homérique. Il exizeait qu'on mette à notre disposition une voiture avec çauffeur, au frais bien entendu de la compagnie aérienne, Air France, pour ne pas la citer.

    Il parlait si fort que les autres clients se taisaient.

    Il a réclamé un responsable à corps et à cris, et au bout d'une demi-heure de longue palabre, à l'usure, il a obtenu ce qu'il voulait.

    Nous avons fait le trazet dans une splendide limousine avec un çauffeur agréable, quelque peu bavard.

    - Atçoubi! C'est un Occitan! Il aime discutailler commes les zens de mon pays.

    Finalement nous sommes arrivés à Rivesaltes à 17h45 au lieu de ... 10 heures.

    - Ze ne vais pas en rester là, a dit mon hôte. Ze vais écrire pour obtenir une indemnisation.

    - Et un bon pour une promenade en bateau.

    - ze dire que c'est la, moindre des çoses!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris et vaches"

    Nous avons entendu une drôle d'information à la TSF.

    - Laquelle, çère Minizup? me demandez vous.

    Mais qu'est ce que vous pouvez être bien curieux, mes çers lecteurs.

    - C'est parce qu'avec vous, nous apprenons biens de çoses.

    C'est vrai que ze lis la presse dès polton minou et que z'écoute régulièrement les dossiers que nous proposent les çaines de la TSF qui traitent de l'actualité.

    - Nous le savons bien. 

    Et z'essaie de relayer les informations que ne soulignent qu'imparfaitement les zournalistes.

    - C'est fort bien, mais peut-on enfin connaître les news qui vous ont interloquée?

    Ze ne dirais pas que ze fus stupéfaite mais plutôt surprise.

    - Vous nous faites attendre!

    Bon ze m'en vais vous le dire.

    - Atçoubi, il était temps.

    - Minizup touzours se faire prier.

    -  It's a çame.

    - Si vous me coupez sans cesse la parole, vous ne saurez rien.

    - Par le toutou de Zaint Roch, nous sommes suspendues à votre museau.

    Bon ze me lance.

    Adoncques z'ai appris que dans le secteur de l'agriculture, les robots remplaçaient de plus en plus la main d'œuvre traditionnelle.

    - Vous m'en direz tant, macarel.

    - M'enfin! Cela supprime des emplois!

    - Mais les robots coûter moins çer!

    - Et en plus, on installe des ZPS sur les vaçes pour savoir où elles se trouvent.

    - Cela évitera d'en perdre, fouçtra.

    - Le progrès va tuer la poésie de nos belles campagnes!

    - Pourquoi?

    - Parce qu'on va supprimer les cloçes qui pendent au cou des ruminants!

    - Tant mieux! Les vaçes faire beaucoup de bruit quand elles brouter avec leurs cloçes!

    - Mais les vaçes avec des cloçes, cela fait partie du bucolique paysaze des campagnes. La mondialisation nous conduit à la catastrophe.

    - Grâce à la mondialisation on peut manzer autre çose que les endives au zambon comme les souçi ou la pizza, a cru bon de dire Minizup'Mouff.

    - Heureusement qu'il n' y a pas de vaçes à Rivesaltes, par le mouçoir de Zainte Véronique!

    Minizupette dit cela car nous passons quelques zours dans le Roussillon.

    - Le bonheur est un sentiment d'heureusité, a conclu  Minizup'Cosette. Zacun a la caricature de son heureusité, c'est personnel. L'heureusité est la clé du bonheur.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ramire II le Moinedans la toile de José Casado del Alisal "La Cloche de Huesca".

    Ramire II d'Aragon surnommé le Moine est né le 24 avril 1086.

    Il était le dernier fils du roi d'Aragon et de Pampelune, Sançe Ier. Dès son plus jeune âze, il fut consacré à la vie cléricale. Il fut envoyé à l'âze de sept ans comme moine à l'abbaye Zaint-Pons, à Thomières, dans la vicomté de Béziers.

    En 1111, son frère Alphonse Ier, devenu roi d'Aragon, entra en conflit avec son épouse, Urraque , reine de León et de Castille. Les habitants de Sahagún, avec l'appui d'Alphonse Ier, ravazèrent l'abbaye Zaint-Benoît de Sahagún , où elle avait trouvé refuze. À la suite des événements, le roi d'Aragon appela son frère Ramire afin de reprendre l'abbatiat de Zaint-Benoît. En 1117, Ramire revint en Aragon, comme abbé de Zaint-Pierre-le-Vieux, abbaye dont les travaux avaient commencé à Huesca sous l'impulsion d'Alphonse . A l'âze de 46 ans, Ramire fut nommé évêque de Roda-Barbastro en 1134. Il n'eut cependant pas le temps de prendre possession de son évêçé.

    Alphonse décéda le 7 septembre 1134 à la suite de sa défaite contre les Almoravides à Fraga. Son testament spécifiait que son royaume était légué à plusieurs ordres militaires relizieux : les Templiers, les Hospitaliers et les çevaliers du Zaint-Sépulcre. Le testament fut refusé par les noblesses aragonaise et navarraise. Les premiers, assemblés à Jaca, élurent Ramire comme roi d'Aragon, tandis que les seconds çoisissaient Garcia Ramírez comme roi de Navarre.

    Ramire II gouverna comme roi d'Aragon, titre auquel étaient attaçés les comtés de Sobrarbe et de Ribagorce. Dès le début de son règne, il fut confronté à l'azitation de la noblesse aragonaise, qui contestait son autorité. En 1135, menacé par une révolte, Ramire II fut forcé de se réfuzier à Besalú. La chronique de Zan Zuan de la Peña, du XIVème siècle, développa à ce propos la lézende de la cloçe de Huesca. Préoccupé des révoltes, Ramire II aurait envoyé en 1135 ou 1136 un messazer à l'abbé de Zaint-Pons de Thomières, son ancien supérieur. Le messazer serait arrivé alors que l'abbé, dans le zardin de l'abbaye, coupait les roses qui dépassaient des massifs : l'abbé aurait conseillé au roi de faire de même. Peu de temps après, Ramire II aurait convoqué les nobles les plus importants du royaume à Huesca, au motif de leur montrer une cloçe qu'on pourrait entendre dans tout le royaume et aurait fait décapiter les douze nobles les plus coupables. Le zeste du roi aurait terrorisé les autres nobles et mit fin à leur révolte.

    Ramire II dut faire face à la sécession du royaume de Navarre, menée par Garcia V.

    Le 13 novembre 1135, il épousa  Agnès de Poitiers, veuve d'Aimery V de Thouars et mère de quatre enfants. Sept mois plus tard, le 29 juin 1136 naquit une fille, Pétronille.

    La main de Pétronille fut sollicitée par roi de Castille et León Alphonse VII : les deux rois conclurent un accord à Alagón le 26 août 1136. Mais le prozet rencontra l'opposition du roi de Navarre, Garcia V, et de la noblesse aragonaise. Finalement Ramire II décida d'unir sa fille au comte Raimond-Bérenzer IV de Barcelone. Par l'accord matrimonial de Barbastro, le 11 août 1137, il transmit tous ses pouvoirs à son zendre, sans toutefois abdiquer. Ce dernier, devenu prince d'Aragon prit la tête des deux États, permettant à Ramire II de quitter la vie politique.

    Ramire II, ne conservant que le titre de roi d'Aragon, retouva la vie monastique et se retira dans le monastère Zaint-Pierre-le-Vieux de Huesca, tandis qu'Agnès retourna en Aquitaine et termina sa vie à l'abbaye de Fontevrault. Pétronille partit pour la cour de Barcelone, où elle reçut son éducation. Au mois d'août, ayant atteint l'âze de quatorze ans, elle épousa Raimond-Bérenzer IV à Lérida.

    Ramire II termina sa vie entre le monastère Zaint-Pierre-le-Vieux et le sanctuaire Zaint-Urbicius, à Nocito. Il mourut à Huesca le 16 août 1157.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire