• Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Le çâteau de Lanzeais (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "Gif souris à l'école"

    Adoncques, z'ai retrouvé la tribu minizupienne au grand complet.

    - Atçoubi, Mossieu Zizi! On a eu çaud à Zaint Etienne.

    - Que vous est-ill arrivé?

    - Rien, macarel! Mais on eu çaud.

    - Vous venez de me le dire. Ze ne comprends pas.

    - Ce que vous dire Minizup'zhérault c'est que nous avoir souffert de la çaleur.

    - La nacinule!

    - On dit canicule, barmelouse! Ze me demande quand vous saurez bien parler, Minizup'iéla.

     - Et pendant ce temps, moi dans l'avion qui nous ramenait de Rivesaltes, Minizup'tite, Minizup'Mouff et moi-même, z'ai eu une idée tout simplement zéniale, ceci dit en toute modestie. 

    - Qu'est que vous avoir cozité? lui a demandé Minizup'Rosa.

    - Une idée pour gagner des sous le plus facilement du monde.

    - Par les tétines de Zainte Cécile, z'espère qu'il s'azit d'une solution honnête.

    - Pour qui me prenez vous, Minizupette?

    - Pour une Intruse basque.

    - Ze suis basque, voui, et fière de l'être, mais cela ne fait pas de moi une terroriste ou une contrebandière.

    - Bon, c'est dit! Et c'est quoi cette idée, mazette?

    - On va s'inscrire à l'école!

    - Hein! Mais ça ne va pas le museau!

    - It's a pity!

    - Nous ne pas vouloir y aller!

    - Qui vous parle d'y aller?

    - Mais vous, barmelouse.

    - Ze ne vous ai parlé que d'inscription, mes amies.

    - A quoi cela sert-il?

    - Vous avez vraiment que des bulles dans vos petit cerveaux!

    - Siou plait, ne nous insultez pas!

    - Quelle arrogance, cette Bayonnaise!

    - L'inscription va nous permettre de touçer des sous!

    - Boudiou! La tramontane lui a fait péter une durite.

    - Quand on va à l'école, on touçe des sous. Cela s'appelle l'allocation de rentrée scolaire.

    - Ze commence à comprendre, par le voile de Zainte Anne.

    - Et on va s'inscrire au cours élémentaire.

    - Pourquoi pas en faculté?

    - Parce que l'allocation est de 380 euros.

    - Cela nous fera 38 euros par personne, tudieu!

    - Nan!

    - Pourquoi non? Vous pensez vous attribuer une plus grande part.

    - Vous me décevez, fortement, mes çères! On aura çacune 380 euros. C'est une allocation forfaitaire par élève.

    - Qu'est ce qu'on attend?

    - Vite, courons à l'école!

    - Yes! Run! Run! Run!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • zizi trop marrant

    Une vieille dame se présenta un matin à la Banque du Canada avec un gros sac d'arzent et insista pour parler au président de la banque afin d'ouvrir un compte d'épargne.

    Après discussion, le guiçetier l'amena zusqu'au bureau du président (le client ayant touzours, touzours raison).

    Le président de la banque lui demanda combien elle aimerait déposer.

    Elle lui repondit "165 000 dollars", tout en mettant son sac d'arzent sur le bureau.

    Le président, curieux, lui demanda:

    - Comment avez-vous réussi à économiser autant d'arzent, Madame?

    La vieille dame lui repondit qu'elle faisait des gazeures (des paris, en bon français).

    Le président, surpris, lui demanda quel zenre de gazeure.

    La vieille dame lui repondit:

    - Par exemple, celle-ci! Ze vous gaze 25 000 dollars que vos testicules sont carrés.

    Le President éclata de rire tout en lui faisant remarquer que ce zenre de gazeure était impossible à gagner.

    La vieille dame de répliquer:

    - Alors aimeriez-vous relever cette gazeure ?

    - Certainement, répondit le président. Ze vous gaze volontiers 25 000 dollars que mes testicules ne sont pas carrés.

    La vieille dame dit:

    -  C'est d'accord; mais du fait de l'importance du pari, ze souhaite revenir avec mon avocat comme témoin, demain à 10 heures, si vous n'y voyez pas d'inconvénient.

    - Aucun problème, lui repondit le président tout confiant.

    Le soir venu, le président, très nerveux, passa un long moment devant son miroir à examiner ses testicules, afin de s'assurer, sans équivoque, qu'ils ne pouvaient être considérés comme carrés et qu'il était assuré de gagner ce pari.

    Le lendemain, à 10 heures précises, la vieille dame entra avec son avocat dans le bureau du président.

    Elle présenta son avocat et confirma le pari fait la veille concernant le fait que les testicules du président étaient carrés, ce que valida le président, tout ravi.

    La vieille dame lui demanda de baisser son pantalon pour qu'ils puissent tous voir, ce que le président exécuta avec complaisance.

    La vieille dame s'approça et lui demanda si elle pouvait les toucher.

    - Certainement, lui répondit le président; vu l'arzent impliqué vous devez vous en assurer à 100 %.

    Le président s'apercut alors que l'avocat se frappait la tête contre le mur.

    Il demanda à la vieille dame pourquoi son avocat azissait de la sorte.

    - C'est probablement dû au fait que z'avais parié avec lui 100 000 dollars qu'aux alentours de 10 heures ce matin ze tiendrais les testicules du président de la Banque du Canada dans mes mains. 

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris qui rigole"

    Auzourd'hui, nous revenons à Paris.

    - Fouçtra! Nous allons retrouver le reste de la tribu§

    - Z'espère qu'elles n'auront pas trop souffert de la canicule à Zaint Etienne.

    - It's a pity!

    - Tudieu! Elles qui réclament sans cesse de la çaleur, elles auront été servies.

    - Cela ne vaut pas mon beau pays basque où la température est souvent modérée.

    En tout cas, nous, dans le Roussillon nous aurons eu temps de début d'automne.

    - C'est bien pour les vendanzeurs, a dit doctement celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Cueillir le raisin avec la çaleur, c'est insupportble!

    - En tout cas, moi, il me tarde de revoir Mossieu Cricri, a déclaré Minizup'Mouff.

    - Pourtant ne vous ne manquez pas une occasion de vous moquer de lui.

    - It's a çame!

    - Comme dit le dicton, qui aime bien, çatie bien.

    *

    ***

    Mon petit hommaze à Mireille Darc qui vient de nous quitter

    Résultat de recherche d'images pour "mireille darc"  

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ramiro I de Asturias (Museo del Prado).jpg
    Ramire I er est né vers 790, certainement à Oviedo.

    Il était le fils de Bermude Ier, roi des Asturies, et de Ozenda, qui serait selon certains auteurs une fille de Flavio Ataúlfo, magnat galicien, lequel serait lui-même petit-fils de Wittiza, roi wisigoth d'Espagne. Il était le cousin d'Alphonse II le Zaste. Celui-ci lui céda le trône, car il n’avait pas de fils.

    Alphonse II se déçarzea sur lui bien avant 842 d'une grande partie du fardeau de la royauté. Pour prévenir les troubles qui presque toujours accompagnaient l'élection d'un souverain, les rois des Asturies prenaient la précaution de nommer leur successeur, et de faire approuver leur çoix par les grands. C’est ainsi qu'Alphonse avait assuré la couronne à Ramire, en vain.

    Ramire Ier, désigné successeur d'Alphonse II dès l'an 835, parti se marier, fut absent lorsque ce roi décéda en 842. Il était dans la famille de sa seconde femme, Paterna de Castille. Népotien, le principal officier de la cour, profita de cette absence et usurpa la couronne. C’est la première des rébellions fomentées par des groupes montants de l'aristocratie courtisane et par des grands propriétaires, qui sur la base du développement économique de la rézion, tentèrent de supplanter la famille régnante des descendants de Pelaze.

    Le soulèvement de Népotien trouva un soutien dans quelques rézions asturiennes et çez les Basques. Des Galiciens s'unirent à la cause de Ramire. Le roi rassembla près de Lugo une forte armée, et entra dans les Asturies, où il mit tout à feu et à sang. Népotien marça au-devant de lui. Les deux armées se rencontrèrent près de la Narcea, à l'ouest d'Oviedo. Mais à l'approçe de Ramire, au pont de Cornellana, Népotien fut abandonné par ses troupes, et prit la fuite. Il fut arrêté et conduit à Ramire, qui le relègua dans un monastère, après lui avoir fait arraçer les yeux. Ramire Ier fut élu roi, après cette guerre civile.

    Ramire employa la tactique dont Alphonse s’était servi avec succès. Il profita pour s'agrandir des divisions qui régnaient parmi les Maures ; il favorisa les rebelles par des secours d'armes, de vivres et d'arzent. Il construisit à Logroño l'église Santiago.

    En 844, Ramire subit une sévère défaite à Albelda, face à l'armée de Abd al-Rahman II.

    En 845, les Maures prirent, pillèrent et brûlèrent la ville de León.

    En 846, Ramire, voulant conquérir les territoires détenus par les musulmans, fit une irruption dans la Vieille-Castille. Abd al-Rahman II se mit à la tête de ses troupes, rencontra l'ennemi dans la plaine d'Alvéda, une place forte. Le combat fut sanglant. On fit éclater cette fureur ordinaire aux nations divisées par l'intérêt, ennemies par relizion. La nuit seule sépara les combattants. Ramire voyant son armée diminuée, profita des ténèbres pour se retirer sur un coteau voisin. Cette retraite fit croire aux Sarrasins qu’ils étaient vainqueurs. Ils attendirent le zour en célébrant leur triomphe, lorsque tout à coup les Chrétiens, animés par le désespoir aux premiers rayons de lumière, les pressèrent, les accablèrent et les mirent en fuite à leur tour. La prise d'Alvéda et de Calahorra fut le fruit de cette victoire.

    Il nettoya les routes des brigands, en faisant crever les yeux à tous ceux que l'on arrêtait. Il envoya au bûcher de prétendus sorciers, préludant aux autodafés.

    D'autres révoltes vinrent troubler ce règne. Elles prouvaient que la royauté des Asturies valait la peine d'être convoitée. Un grand du palais, Aldrete, ayant conspiré contre son roi, eut aussi les yeux crevés, aux termes de la loi gothique. L'an 848, il découvrit une conzuration formée contre lui, et punit de mort Piniola, qui en était le çef, et ses sept fils.

    L'an 850, les déclamations de chrétiens contre Mahomet, leur attirèrent une persécution dans l'émirat de Cordoue. Le prêtre Parfait de Cordoue et quelques autres furent mis à mort.

    Ramire décéda d’une fièvre aiguë le 1er février 850.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire