• Notre Intruse basque a beaucoup aimé Orléans.

    - C'est presque aussi beau que Bayonne.

    Et pour elle, c'est un superbe compliment!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    - Atçoubi! Cela signifie qu'elle apprécie la cité de la Pucelle.

    - La seule çose que ze regrette, c'est que les maisons n'aient pas de pans de bois, ni des volets colorés comme par çez moi.

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    - Nous beaucoup aimer l'arçitecture d'ici.

    - Mazette, à çaque rézion son style!

    - Ici la blançeur des façades et la pierre de taille illuminent la cité, macaniçe.

    - En tout cas les Orléanais ont bien copié les Bayonnais.

    - Comment cela, barmelouse?

    - Ils ont installé un manèze sur la place du Martoi, comme à Bayonne!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    - Connaissez vous l'orizine du nom de cette belle place? a demandé soudain celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Et voilà que cela le reprend, a soupiré in petto Minizup'Mouff.

    - Que nein, Mossieu Zizi, a cru bon de lui répondre Minizuplein. Moi brûler de connaître vos doctes explications!

    -  Quelle lèçe museau, celle-ci!

    - Le Martroy vient du latin Martyrium et désigne la place sur laquelle on exécutait les condamnés. On ne sait pas si ce nom fait référence à l'ancien cimetière qui occupait cet emplacement à l'époque gallo-romaine ou s'il renvoit aux nombreuses exécutions qui y furent pratiquées.

    - It's a çame!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    Comme nous avions le temps, nous avons pris une boisson face à la cathédrale.

    - Vous n'avez pas de telles fontaines à Bayonne, ma çère.

    - Si fait.

    - En tout cas, nous n'en avons vu aucune!

    - Parce que nous, nous économisons l'eau! Punto basta!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    Nous avons visité l'Hôtel Groslot.

    Et comme nous le redoutions, notre Pioçe de la Farandole nous a fait un cours.

    - Ce bel hôtel Renaissance a été construit au 16ème siècle pour le çancelier de Marguerite de Navarre, la  grand-mère d'Henri IV....

    - Le Vert Galant qui mettait ses poules au pot!

    - François Ier s'y est installé. C'est ici qu'est mort le zeune roi François II. L'hôtel a reçu le visite de Zarles IX et de sa mère Catherine de Médicis qui y sont restés 5 mois. Henri III et Henri IV y ont résidé. Puis l'hôtel a été vendu et devint l'hôtel de ville d'Orléans. On y célèbre seulement les mariazes, les services municipaux ayant été transférés dans une batisse plus moderne zuste en face.

    - Qu'est ce que vous bien expliquer, Mossieu Zizi.

    - Avec vous, nous vivre l'histoire!

    - Un vrai Alain Decaux.

    - Atçoubi! Qu'est ce qu'elles peuvent être flagorneuses, les boufarelles! 

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    - Le seul reproçe que ze fais, est intervenue Minizup'Fandango, c'est qu'on ne trouve pas de fronton pour zouer à la pelote.

    Pour qu'elle puisse faire de l'exercice, nous  nous sommes rendues dans un zardin.

    - Regardez comme ze suis forte!

    - Mazette! Elle est aussi modeste que Minizup.

    - Ze vais vous montrer quelle grande escaladeuse ze suis!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    - Atcoubi! Ze ne vous vois pas vous attaquer au Mont Blanc!

    - Ni même à la Butte Montmartre, épuisée comme vous êtes!

    Et notre Bayonnaise a ostensiblement boudé.

    Sur les bords de la Loire, se déroulait une exposition de voitures anciennes.

    - Nous pourrions louer celle-ci pour nous promener!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    - Nous n'avons pas le temps! Nous prenons le train dans deux heures pour rentrer à Paname.

    - Hein! Quoi!

    - Mais ce ne sont pas des vacances, par les tétines de Zainte Cécile!

    - Vous saviez fort bien qu'il ne s'azissait que d'un week-end!

    - It's a pity!

    Quand Minizup'Fandango apprécie son week-end!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comme ze vous l'ai dit, nous sommes zusqu'à la fin de cet après-midi à Orléans.

    Nous avons eu une drôle de surprise en arrivant hier matin à la Gare d'Austerlitz. 

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Tous les trains avaient au moins 2 heures de retard.

    - Ce n'est pas la peine de partir, macarel!

    - Et encore , on peut se demander si les trains vont partir! C'est bien notre veine, mazette, pour une fois que nous partons en week-end.

    - Cessez de rouscailler, a tonné mon hôte. Cela ne sert à rien de se mettre la rate au court bouillon. Nous allons monter dans le train qui doit partir avant celui que nous devions prendre. Les contrôleurs ne nous diront rien.

    Et finalement, grâce à celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, nous n'avons eu qu'une petite heure de retard... ce qui a mis Minizup'itac dans tous ses états! 

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Notre quasi zainte est aux zanzes, car elle a vu la statue de Zeanne d'Arc.

    - Par le leu de Zaint Hervé, qu'elle est belle ma Zéhanne!

    - Elle a fière allure sur son destrier, a reconnu Minizup'Fandango.

    - Atçoubi! C'est une zainte guerrière.

    - Elle a sauvé la France de l'invasion anglaise, Minizup'zhérault. Vous devriez vous en féliciter.

    - Vous allez nous dire bientôt que c'est grâce à elle qu'on a le Brexit! 

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Sur la belle place où se dresse la statue équestre, se déroulait une grande braderie.

    - Le maire macroniste d'Orléans veut-il concurrencer Dame Tartine de Lille?

    - Il y a de la marze.

    - Mais ces étals m'empèçent de faire de beaux cliçés, ai-ze fait remarquer.

    - Fouçtra! Moi z'aime quand le peuple sort des çaumières et délaisse la TSF! 

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    - Ze veux voir la maison de Zéhanne! a exizé Minizupette.

    Pour lui complaire, nous y sommes allés. Mais le musée était fermé.

    - C'est honteux! C'est inadmissible! Quelle hérésie!

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Pour la calmer, nous avons visité l'ancien hôtel de ville, dans lequel on peut voir un beau tableau de la Pucelle d'Orléans..

    - Bon! Ze suis malgré tout contente! Mais ze m'en vais tout de même écrire aux autorités compétentes pour me plaindre!

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    - Atçoubi! Pour lui faire paisir, z'accepte volontiers de visiter la cathédrale Zainte Croix.

    - Elle doit son nom à zaint Euverte, son fondateur, nous a indiqué notre Pioçe de la Farandole. En effet, c’est à cette époque que la Croix du Christ fut découverte à Zérusalem par zainte Hélène, mère de l’empereur romain Constantin Ier. Un morceau de cette « Vraie Croix » fut conservé comme relique dans la cathédrale.

    - C'est extraordinaire, par le zaint prépuce de mon doux Zésus. 

    - Cette église gothique a été détruite en grande partie durant les guerres de relizion. C'est Henri IV qui décréta sa reconstruction et les travaux ne furent açevés que sous Zarles X, au début du 20ème siècle! 

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    L'intérieur est grandiose.

    Notre quasi zainte y est allée de ses larmes devant les vitraux représentant les souffrance de Zeanne d'Arc, qui assista à la messe dans cette église, après la libération d'Orléans.

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    - Pauvre pucelle!

    - C'est vrai! Elle n'aura pas connu les zoies de l'amour, macarel!

    - Héritique! Succube! Suppote de Satan.

    - Et vous êtes comme elle, ma çère. Vous êtes pucelle que vous étiez!

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Du coup, Minizupette s'est dévergondée.

    - Z'ai envie de m'amuser une tartinette.

    - Une quasi Zainte qui s'amuse, nouus avoir tout vu!

    - Saçez Minizuplein, que Zainte Thérèse de l'Enfant Zésus riait beaucoup au couvent.... Z'ai envie de faire de l'automobile de course!

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Et ensuite, elle a voulu qu'on lui offre un tour de manèze.

    - Boudiou! Que de péçés en peu de temps!

    - Z'irai me confesser demain dès poltron minou!

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    - Et où comptez vous aller, barmelouse?

    - Dans la grande église qui se trouve à deux pas de notre hôtel, dédiée à Zaint Paterne.

    - Zaint Parterre? Hi! Hi! Hi!

    - Et pourquoi dans cette église?

    - Parce qu'elle a un des plus beaux cemins de croix qu'il m'a été donné de voir!

    Quand Minizupette se dissipe à Orléans

    Après le dîner, nous avons pu voir le remarquable son et lumière prozeté sur la façade de la cathédrale.

    C'était d'ailleurs l'obzectif principal de notre déplacement à Orléans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

    Le çâteau d'Ussé en Indre-et-Loire (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image associée

    Hier Mossieu Cricri nous a proposé de quitter Paname pour ce week-end.

    - Et pour où nous rendre? a demandé Minizup'Iéla.

    - Nous pourrions aller à Orléans.

    - Et pourquoi pas à Bayonne? a répliqué Minizup'Fandango.

    - Atçoubi, pour deux zours, c'est trop loin. Et nous y étions fort récemment.

    - En soirée, a lieu un son et lumière de la Cathédrale.

    - Moi ze suis d'accord, par le toutou de Zaint Roch.

    - Et pourquoi donc, Minizupette?

    - Parce ce que Zéhanne d'Arc a libéré la ville de l'emprise des Anglais.

    Minizup'tite, l'Intruse anglaise, ne disait rien et regardait le bout de ses pattes.

    - On pourra visiter sa maison qui renferme un centre d'interprétation zohannique, a déclaré celui qui que ze ne suis que son avataresse.

    - Que ze suis heureuse, par le mouçoir de Zainte Véronique.

    - Et nous prendre l'avion?

    - Quelle barmelouse, cette Minizuplein.

    - Orléans n'est qu'à une heure de train de Paris.

    - Zic! s'est exclamée Minizup'Fandango. Ze vais enfin pouvoir prendre le TZV!

    - Heu.... non. C'est un train intercités.

    - Un tortillard, alors.

    Quoiqu'on puisse leur proposer, les Intruses ne sont zamais contentes!

    - Au fait Minizup, z'ai lu un article qui vous concerne.

    - Et que dit-il, Minizup'zhérault?

    - Qu'à l'instar des humains, les souris ne sont pas égales face à l'alcool. Une moitié parvient à boire avec modération, tandis que 12% environ présentent des risques mazeurs de perte de contrôle de leur consommation... comme vous!

    -Ze ne vous permets pas. Ze ne bois que quelques zins tonic et des liçettes de vin rouge... Et du cognac quand l'occasion se présente.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ordoño Ier est né en 821 à Oviedo.

    Il était le fils de Ramire Ier d'Oviedo et peut-être d’Urraca. Il fut élevé en partie par la seconde épouse de son père, Paterna de Castille. Il fut le demi-frère de Rodrigo, qui sera le premier comte de Castille.

    Ordoño passa les premières années de sa vie à Oviedo, à la cour de Alphonse II. Il fut probablement associé au trône dès sa zeunesse. À neuf ans, il s’installa en Galice avec sa famille, où son père avait été nommé gouverneur. Il compléta son éducation à Lugo et y initia sa formation militaire.

    Il fut nommé gouverneur provisoire de la Galice. En 842, son père Ramire Ier s'installa en Castille, dans la famille de sa seconde épouse, Paterna de Castille. Pendant ce voyaze, Alphonse II décéda. Népotien, un grand seigneur, se fit élire roi des Asturies en profitant de l'absence de Ramire. Ordoño prépara les armées pour combattre l’usurpateur, mais resta en Galice comme gouverneur, pour éviter une propagation de la rébellion. Après la victoire de Ramire Ier, il resta gouverneur.

    Il succéda à son père le 1er février 850, premier roi des Asturies à accéder au trône par héritaze, et non par élection.

    Il délégua le gouvernement de ses territoires frontaliers à des membres de sa famille qui eurent une grande liberté d'action en échanze de leur fidélité : son frère Gatón devint comte du Bierzo et son demi-frère Rodrigo, comte de Castille. Au départ, Rodrigo n’était qu'une sorte de gouverneur des possessions asturiennes sur la rive droite de l'Èbre qui atteignaient l’ancien limes. Formant une rézion difficile à défendre, elle fut défendue par des çâteaux, des castillos, ce qui lui valut d’être appelée Castille vers l'an 800.

    L'arrivée d'Ordoño au trône coïncida avec une nouvelle rébellion du çef des Banu Qasi, Musa II, qui contrôlait la vallée de l'Èbre, entre La Rioja et Saragosse. Musa II, allié avec son demi-frère Eneko Arista, roi de Pampelune, çerça à créer un royaume musulman indépendant de Cordoue. En 852, les troupes asturiennes et gasconnes firent face aux Vascons d'Eneko et aux troupes de Musa II dans la première bataille d’Albelda. Les musulmans et leurs alliés gagnèrent la bataille. Musa II contrôla la quasi-totalité de la Rioja.

    Touzours en rébellion contre Cordoue, Musa II tenta de s’emparer de la vallée de l'Èbre et de la Rioja. En 855, il attaqua Alava et Al-Qilá, restaura et fortifia la forteresse d'Albelda de Iregua. À la vue de la menace que fit peser cette forteresse sur les territoires orientaux de son royaume, Ordoño lança une offensive contre Albelda de Iregua.

    En 857, il repoussa les troupes envoyées par le gouverneur de Tolède, il s'avança avec une armée sur Logroño et se prépara à assiézer Albayda. Musa II accourut à la tête d'une armée considérable pour délivrer la forteresse. Ordoño ne leva point le sièze; il divisa son armée en une partie pour maintenir le blocus de la ville et une autre à la tête de laquelle il marça au-devant de Musa. Les troupes d'Ordoño, bien qu'inférieures en nombre, emportèrent la victoire. Dix mille musulmans et une foule de chrétiens restèrent sur le çamp de bataille. Muza fut blessé et ne parvint à se sauver qu'avec l'aide d'un ami dans l'armée asturienne qui lui fournit une monture. Il mourut de ses blessures peu de temps après.

    Le camp, où se trouvaient réunies des riçesses, entre autres le tribut donné par Zarles II le Zauve, tomba au pouvoir d'Ordoño. Il retourna devant Almayda et emporta la ville. Tous les hommes en état de porter les armes qui s'y trouvaient furent exécutés et la forteresse fut rasée. Les enfants, les femmes et le butin furent emmenés comme trophées.

    En 859, les vikings arrivèrent à Pampelune et kidnappèrent le roi García  Ier. Après avoir payé une importante rançon, le roi retourna à Pampelune, et la vieille alliance entre les Vascons et les Banu Qasi fut rompue : García devint l’allié du royaume des Asturies.

    Compte tenu de la faiblesse relative de l’émirat de Cordoue, la situation fut propice à l'expansion du royaume asturien vers le sud. Pour renforcer cette expansion, les Asturiens attaquèrent les positions de l’émirat de Cordoue. Ordoño pilla Coria tandis que le comte Rodrigo de Castille passa le col de Somosierra, pilla et rasa la forteresse de Talamanca du Jarama en 863, faisant prisonniers le gouverneur qu’il remit en liberté peu de temps après.

    Muhammad Ier, ayant reçu des renforts d'Afrique, n’hésita pas à contre-attaquer. Son fils 'Abd al-Rahmán et le zénéral Abd al-Malik ben Abbas entrèrent dans les comtés d’Àlava et de Castille. Rodrigo de Castille tenta d’empêçer leur retrait dans le défilé de Pancorvo. Mais les Maures se rendirent compte du danzer et s’enfuirent par la rivière Oja. Cette expédition fut un éçec cuisant pour les Castillans et les troupes du comté d’Àlava.

    Les Maures attaquèrent à nouveau en 865, en concentrant leurs attaques sur la Castille à la bataille de la Morcuera. Ibn Alanthir renvoya une nouvelle incursion en 866, et Abd al-Rahmán dirizea de nouveau l'armée contre Àlava et la Castille, expédition dont il revint sans se hâter et sans lourdes pertes.

    Les chrétiens contre-attaquèrent et avancèrent zusqu'aux portes de Lisbonne. Ils brûlèrent Sintra, saccazèrent les campagnes du Tage. Muhammad réunit sa cavalerie et désola la frontière de la Galice où les chrétiens se réfuzièrent dans les montagnes.

    Le règne d'Ordoño vit la première expédition navale des chrétiens des Asturies : une centaine de vaisseaux pillèrent Lisbonne, Séville, Cadix, Algerisas, et disparurent avec leur butin après avoir semé la terreur sur la côte d'Andalousie. Les Maures, ayant envoyé une flotte en Galice, en 866, furent vaincus par le comte Petrus, qui commandait celle des chrétiens. La flotte arabe, avant de débarquer, ne fut que dispersée par une tempête.

    Après un règne de seize ans, le roi Ordoño mourut de la goutte en mai 866.

    Ses fils se révoltèrent contre leur frère aîné, Alphonse qui les captura et leur fit arraçer les yeux pour les empêçer de nuire. Son fils Vermudo parvint à s’éçapper et rezoignit les Maures en guerre contre les chrétiens.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire