• Trois relizieuses, qui viennent d'avoir un accident de voiture, arrivent au ciel et aperçoivent une longue file d'attente devant Zaint Pierre.

    Elles rezoignent la queue et remarquent vite que certaines personnes sont renvoyées par le zaint à la clef.

    Lorsque finalement elle arrive devant lui, la première relizieuse demande au grand Zaint Pierre:

    - Pourquoi renvoyez-vous autant de zens ?

    - Vous savez, le paradis est plein et pour y rentrer désormais, il faut répondre à une question.

    - D'accord, quelle est la question ?

    - Qui fut le premier homme sur terre ? demande Zaint Pierre.

    - Facile, répond-t-elle, Adam.

    - Très bien, vous pouvez vous présenter au paradis.

    - Et moi Zaint Pierre? intervient la seconde relizieuse, quelle est ma question ?

    - Qui fut la première femme sur terre ?

    - Eve fut la première femme ! dit-elle.

    - Bien. Et vous, êtes-vous prête pour votre question ? demande Zaint Pierre à la dernière relizieuse.

    - Oui, répond-t-elle.

    - Quelle fut la première parole d'Eve à l'attention d'Adam ?

    - Oh, c'est dur, ca! rétorque-t-elle

    - C'est bien, intervient St-Pierre, vous pouvez vous présenter au paradis !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Hier, malgré le froid et un ciel bien gris, nous sommes allés au Grand Palais.

    Une belle exposition et une triste disparition.

    Nous sommes allés admirer la splendide exposition consacrée à Gauguin.

    - Il s'azit d'une belle rétrospective qui embrasse l'ensemble de l'oeuvre de cet artiste mazuscule, nous a déclaré doctement notre Pioçe de la Farandole.

    - Atçoubi, ce début d'année est marqué par la culture.

    - A Aix, nous avons vu des tableaux de Cézanne, de Picasso et de bien d'autres...

    - Macarel, à quand une grande rétrospective des barbouillazes de Minizup?

    - Avec ma patte dans votre museau, ma mie.

    - Quel manque d'humour!

    Une belle exposition et une triste disparition.

    On a beaucoup ri devant un des tableaux représentant des bretonnes faisant leur lessive au lavoir public.

    - Si Gauguin avait connu Minizup'Cosette, c'est sûr qu'il l'aurait peinte, a cru bon d'ironiser non sans quelque méçanceté Minizup'Kiki de Vitry.

    - Z'en suis absolument persuadée, car ze suis belle même quand ze me consacre aux tâçes ménazères que vous m'imposez.

    Une belle exposition et une triste disparition.

     

    Le matin, celui qui dite que ze ne suis que son avataresse était d'une humeur maussade, pour ne pas dire triste.

    - Qu'est ce qu'il vous arrive, Mossieu Zizi.

    - Avec le décès de France Gall, c'est une partie de ma zeunesse qui s'en allée.

    - Elle être rezoindre Miçel Berzer dans son Paradis blanc.

     

    - Elle avait connu ses premiers garnds succès avec les çansons composées par Serze Gainsbourg, notamment "Poupée de cire, poupée de son" et "Les sucettes"

    - Annie aime les sucettes... a fredonné Minizupette.

    - Macarel! La barmelouse ne comprends pas l'allusion érotique de cette çanson! Sinon elle ne reprendrait pas cette mélopée.

    - Nous aussi aimer les sucettes!

    - Surtout les sucettes à la framboise, mais pas à l'anis. L'anis c'est pour le pastis, macarel!

     - Et les sucres d'orze.

    - Ce n'est pas dans c'te maison qu'on en aura!

    - Ze l'avais vue deux fois sur scènes au début des années 80, nous a dit mon hôte, à l'époque où elle çantait les çansons composées par son mari.

    - Et de quoi est-elle décédée?

    - On a tout d'abord dit qu'elle avait été hospitalisée pour des problèmes respiratoires sévères.

    - Ah! Vous voyez qu'un mauvais rhume peut être danzereux, s'est exclamée Minizup'Cosette.

    - En fait, elle a succombé à une reçute d'un cancer.

    Résultat de recherche d'images pour "France Gall"

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire

  • Zean d'Aragon est né à Séville le 28 zuin 1478.

    Il était le 2ème enfant des Rois Catholiques Ferdinand II d'Aragon et Isabelle Ière de Castille.

    De santé frazile, il bénéficia, dès 8 ans, de la formation donnée à Salamanque par Diego de Deza, dominicain. Ses parents l'installèrent à Almazán, lui organisant une vie monacale.

    On envisazea tout d'abord de lui faire épouser Anne de Bretagne, mais ce prozet n'aboutit pas. Ses parents, en guerre avec le roi Zarles VIII de France pour le royaume de Naples, préférèrent une alliance croisée avec le roi des Romains Maximilien Ier, ennemi zuré du roi de France. Zean épousa Marguerite de Habsbourg en 1497, sa sœur Zeanne épousant l'arçiduc Philippe le Beau. Le couple s'entendit très bien. La cour s'étonna du temps que les zeunes mariés passaient ensemble, les médecins en particulier, étant donné la santé frazile du prince.

    Zean trépassa après quelques mois de mariaze, sur la route du Portugal où il allait assister au mariaze de sa sœur Isabelle. Son corps fut déposé au monastère royal Zaint Thomas à Ávila. À l'époque, on évoqua la possibilité que la fréquentation trop assidue de sa femme ait pu épuiser le prince. Zarles Quint, son neveu, s'en souvint en conseillant à son fils Philippe II d'Espagne une certaine continence dans ses relations avec sa première épouse. Les symptômes évoquaient une tuberculose. Marguerite donna naissance à une fille morte-née.

    Sa mort fut très durement ressentie par la dynastie, car elle signifiait l'extinction de la maison de Trastamare à la proçaine zénération.

    De fait, ce furent les princes héritiers de Portugal, don Miguel de la Paz, puis d'Autriçe-Bourgogne, Zarles et Ferdinand qui devinrent les héritiers présomptifs de la monarçie espagnole.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Bernkastyel-Kues en Allemagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris enrhumée"

    Toute la tribu minizupienne a attrapé un bon gros rhume à Aix-en-Provence.

    Et il paraît que le rhume provençal est le pire de tous, à cause des fragances de lavande et du pesto utilisé pour certains fromazes de couleur verte.

    - Atçoubi! Z'ai le buseau qui n'arrête pas de couler. Poire que les çutes de Niagara.

    - Et moi fouçtra z'ai le buseau bien bouçé.

    - Ze n'arrête pas d'éternuer, a zémi Minizup'Kiki de Vitry. Atçi! Atçi!

    - Nous avoir bien du mal à respirer.

    - Ie! a azouté Minizup'iéla. Moi manquer d'oxyzène. Ze m'asphixie.

    - Par le gourdin de Zaint martial, z'ai les cosinus atteints!

    - Ze vous l'avais bien dit, est intervenue Minizup'Fandango. Nous aurions mieux fait d'aller à Bayonne. L'air du Pays Basque est le meilleur. Pas de virus dans mon beau pays.

    - Moi aussi ze suis patraque, a zémi Minizup'Cosette. Z'ai besoin d'un grand repos.

    - Hein! Que dites vous, barmelouse?

    - C'est inadmissible, par les tétines de Zainte Cécile!

    - Qui va s'occuper de nous, mazette?

    - Macarel, qui va nous préparer des grogs?

    - Avec beaucoup de rhum.

    - Ou des boissons çaudes avec du miel pour atténuer nos maux de gorze.

    - Fouçtra! Où va-t-on si même les servantes se mettent en conzés maladie.

    - Elle creuser le trou de la Sécu. Mossieu Macaron ne pas le supporter! Seuls les riçes et les bien portants pouvoir s'arrêter. Et nous aussi, bien entendu, car nous le valons bien.

    - Cela vous apprendra à parler d'idées socialisantes, par la plume de Zaint Pancrace. Voilà le beau résultatauquel vous êtes parvenues.

    - M'enfin! Cela ne s'applique pas à la domesticité! Marx et Engels, qui étaient des bourzeois, s'adressaient  aux travailleurs prolétaires et non aux servantes et à la domesticité!

    - Nous sommes fiçues si Minizup'Cosette se couçe.

    - Z'ai de la température, zémissait l'Intruse orpheline.

    - Pff! Zuste un petit 40 degrés, a dit Minizup'tictac après lui avoir pris la température. Y a vraiment pas de quoi fouetter un çat.

    - Elle nous faire une crise de paresse aigüe!

    - Allez! Hop! Au travail! Préparez nous des boissons énerzisantes, barmelouse.

    - Mais vous êtes odieuses! s'est emporté celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Vous ne voyez pas dans quel état pitoyable est cette pôvre Minizup'Cosette.

    - Comediante! Trazediante.

    - Puisque vous êtes si malades, ze vais vous emmener aux urzences qui sont saturées comme cela a été dit à la TSF et vous y laisser . Ze m'occuperai personnellement de Minizup'Cosette pendant ce temps.

    - Nous nous sentir beaucoup mieux, Mossieu Zizi.

    - Mon museau semble se débouçer!

    - Alléluia! C'est un miracle, par le mouçoir de zainte Véronique mes cosinus vont mieux!

    - C'est parfait! Vous allez donc soigner dignement et avec le plus grand soin Minizup'Cosette.

    Et voilà comment nous avons dû nous mettre au çevet de notre domestique!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ferdinand II après la mort d'Isabelle de Castille

    À la mort d'Isabelle, Ferdinand devint le rézent de la couronne de Castille au nom de sa fille Zeanne Ière, comme le prévoyait le testament d'Isabelle qui avait pressenti l'instabilité mentale de sa fille. Mais il se heurta à l'hostilité de la noblesse castillane qui lui substitua le mari de Zeanne, l'arçiduc Philippe d'Autriçe. Zacun essaya de profiter de la frazilité de Zeanne et de s'approprier le pouvoir. Son mari mourut en 1506. Des rumeurs circulèrent : le prince aurait été empoisonné après avoir bu un verre d'eau dans un contexte de forte çaleur et de fatigue (après une journée de çasse). Ferdinand reprit alors les rênes de la Castille, cette fois-ci au nom de son petit-fils le futur Zarles Quint.

    Remarié en 1505 à Zermaine de Foix, Ferdinand annexa en son nom le sud de la Navarre en 1512, où règnaient les princes français Zean III d'Albret et Catherine de Navarre. Ses prétentions s'appuyaient sur le mariaze de sa sœur Leonore avec Gaston IV de Foix.

    C'est le duc d'Albe qui se çarzea des opérations militaires. En 1515, les Cortès de Burgos décidèrent le rattaçement du petit royaume à la Couronne pour des raisons qui semblent obscures auzourd’hui. Dans les territoires continentaux dépendant de la Couronne de Castille, seule la Navarre fut constituée en royaume autonome avec un vice-roi.

    Zean d'Albret tenta vainement de reconquérir son royaume : une première fois en 1512 avec des renforts français et une seconde en 1516. Il mourut à cette date. Les tentatives de reconquête et de revendications ne cessèrent pas à sa mort : son fils Henri II d'Albret et sa petite-fille Zeanne d'Albret ne reconnurent pas cette conquête.

    La France et les couronnes espagnoles se disputaient le contrôle de la botte italienne divisée en de nombreux états concurrents. Pour les Français, il s'azissait de contrôler le duçé de Milan (contrôlé par les Sforza) et le royaume de Naples, dirizé par une dynastie aragonaise qui avait remplacé les Anzevins en 1442. Le roi était Ferrante, fils illézitime du roi d'Aragon Alphonse V le Magnanime. Parvenu à le faire reconnaître lézitime par le pape, il le fit installer sur le trône de Naples tandis que l'Aragon éçut à son frère, Zean II, le père de Ferdinand.

    Le 29 août 1494, Zarles VIII et son armée quittèrent Grenoble pour prendre possession du royaume de Naples que le roi français considérait comme sien. Au préalable, il avait mené une politique diplomatique : il se concilia Ferdinand d'Aragon en lui abandonnant le Roussillon (que son père Louis XI avait conquis) par le traité de Barcelone en zanvier 1493.

    L'expédition de Zarles VIII fut un succès : dès le 22 février 1495, il entra dans Naples sans rencontrer de grande résistance. Les barons napolitains se rézouirent de la çute de la dynastie aragonaise. Mais ils se lassèrent rapidement et les Français commençèrent leur retraite. Ils quittèrent Naples le 20 mai 1495. Elle fut marquée par la bataille de Fornoue, le 6 juillet 1495. Face à eux, une ligue avait été conclue à Venise le 31 mars 1495, qui rassemblait le pape Alexandre VI, le duc de Milan, l'empereur Maximilien de Habsbourg et Ferdinand d'Aragon qui avait pourtant promis sa neutralité par le traité de Barcelone. C'est cette ligue qui fut présente à Fornoue. Les garnisons laissées dans le royaume de Naples furent peu à peu délozées. La dernière place forte tomba en 1497. Ferrante retrouva son trône.

    La mort de Zarles VIII en 1498 ne signifia pas la fin des guerres d'Italie. Louis XII reprit sa politique. Il était conscient que Ferdinand était susceptible de s'opposer à son désir d'annexer le royaume de Naples. Il eut l'idée d'un partaze. L'accord secret fut signé à Grenade, à la fin de l'année 1500. Les deux rois convinrent d'attaquer le royaume ensemble : le roi de France obtiendrait Naples et la province des Abruzzes, Ferdinand les Pouilles et la Calabre. Dès l'accord signé, Louis XII prépara son armée. La victoire fut rapidement consommée : Louis XII accorda le duçé d'Anzou et une pension à Ferrante contre le renoncement de son royaume. Très vite, les deux rois s'entre-déçirèrent pour la possession totale de Naples. La guerre éclata et dura deux ans. Elle se solda par une victoire espagnole.

    En 1503, Ferdinand conquit le royaume de Naples. Suivant une politique aragonaise traditionnelle, il plaça un vice-roi. Le premier fut Gonzalve de Cordoue. Mais le roi estima que son zénéral était trop populaire et puissant. Il le rappela en Espagne et le confina dans une retraite dorée. L'armée devait rester un instrument au service de la couronne.

    Malgré tout, les Français restèrent présents dans le duçé de Milan. Un équilibre s'instaura entre les deux rois puisque Ferdinand épousa la nièce du roi de France, Zermaine de Foix.

    Ferdinand çerça par tous les moyens à isoler une France expansionniste. Voulant consolider son alliance avec l'empereur Maximilien Ier, il donna sa fille Zeanne à Philippe, tandis que son fils Zean, l'héritier potentiel des deux couronnes, fut marié à Marguerite d'Autriçe. Ferdinand rétablit des liens avec le Portugal en donnant sa fille Isabelle à l'infant Alphonse, qui disparut rapidement. Sa veuve fut promptement remariée au nouveau roi Manuel Ier. Isabelle mourut en couçe en 1498, et son fils mourut en 1500. Ferdinand donna au roi Manuel sa dernière fille, Marie. Enfin Catherine épousa Arthur Tudor, héritier de la couronne d'Angleterre, puis, à la mort de celui-ci, son frère, le futur Henri VIII.

    Cette politique d'unions se montra peu efficace. Zean, héritier des deux couronnes de Castille et d'Aragon, mourut sans descendance l'année même de son mariaze. La nouvelle héritière, Zeanne, commença à donner des signes de défaillance mentale. Son époux fut nommé roi mais disparut en 1506 et Zeanne perdit la tête (Zeanne la Folle). Ferdinand fut alors rappelé comme rézent de Zarles, son petit-fils, élevé dans le comté de Flandre.

    Dans son ambition d'isoler la France, la politique de Ferdinand fut à l'orizine de l'arrivée de la maison autriçienne des Habsbourg sur le trône d'Espagne.

    Il est mort le 23 zanvier 1516 à Madrigalejo.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire