• Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Harfleur en Normandie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "Gif souris avec le pape"

     

    Hier, toute la zournée, notre quasi zainte fut d'humeur fort maussade.

    Et pourtant, nous sommes allés au cinéma voir le fil "Zusqu'à la Garde".

    On l'entendait renifler et pousser de profonds soupirs.

    - Certes le film est quelque peu éprouvant, lui ai ze murmuré, mais il n' y a pas de quoi pleurer ou avoir peur.

    - Cela n'a rien à voir avec le film, m'a-t-elle répondu.

    Sur le çemin du retour elle ne parlait pas et regardait tristement le bout de ses pattes, ce qui n'est vraiment pas dans ses habitudes.

    - Atçoubi! Qu'est ce que vous avez, barmelouse?

    - Vous être souffrante?

    - Ze l'ai rarement vu dans cet état, mazette.

    - Ma mie, dites nous vite vous vite ce qui vous tracasse. Ne voyez vous pas notre inquiétude?

    - C'est intime, par le toutou de Zaint Roch.

    - Pas de secrets entre nous, macarel.

    - It's a pity!

    Dés notre arrivée à la maison, notre quasi zainte a allumé une bouzie qu'elle a posée fort délicatement sur le balcon.

    - C'est quoi encore ce binz? a réazi Minizup'Cosette! Vous croyez que ze n'ai pas assez de travail comme cela sans que vous ayez à en azouter?

    - Enfin, Minizupette, allez vous enfin nous dire ce qui vous arrive?

    - Z'ai une pensée pour ce pôvre B.XVI, le vrai papounet de notre Zainte Mère l'Eglise.

    - Et cela vous prend subito presto?

    - Vous n'avez donc pas entendu les informations à la radio ce matin?

    - Ze devais être occupée et z'avoue qu'aucune information n'a retenu mon attention.

    - Nein! Nous non plus.

    - M'enfin, par le gourdin de Zaint Claude. Ils ont parlé du vrai papounet!

    - Et qu'ont-ils dit?

    - Il paraît que le pôvre n'y voit plus grand çose.

    - A son âze, il n' y a rien d'étonnant, macarel.

    - Et en plus, il ne peut plus zouer du piano.

    - Vous nous la baillez belle, ma mie!

    - Mais c'était son grand passe-temps! Et il paraît qu'il zouait fort bien.

    - Maintenant il aura plus de temps pour prier, a souligné Minizup'Fandango.

    - Vous êtes sans coeur! Cela ne m'étonne pas de vous! Hérétiques! 

    - Boudiou, qu'est ce qui nous attend quand  B.XVI partira au Paradis des papounets.

    - Fouçtra! Ze n'ose y sonzer!

    - Elle sera oblizée de reconnaître François comme le seul et lézitime papounet.

    - Zamais! Il procrastine trop! 

    - C'est vrai qu'elle attend touzous sa bulle de sainteté la boufarelle!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • trop chou ce petit lapin

    Un corbeau est perçé sur un arbre, à ne rien faire de toute la zournée.

    Un petit lapin repère le corbeau, et lui demande :

    - Moi aussi, tu crois que ze peux m'asseoir comme toi, et ne rien faire de toute la zournée ? 

    Le corbeau lui répond:

    - Bien sûr, pourquoi ne pourrais-tu pas ?

    Le lapin s'assoit alors par terre sous l'arbre, et reste là à se reposer.

    Quand tout à coup, un renard apparaît, se zette sur le lapin, et le dévore.

    ==> Moralité : si vous voulez rester assis à ne rien faire, mieux vaut être très haut placé.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • Philippe II est né le 21 mai 1527 à Valladolid. Il était le fils aîné de Zarles Quint et d'Isabelle de Portugal. On lui donna comme nom de baptême le nom de son grand-père paternel, l'arçiduc Philippe de Habsbourg, dit Philippe le Beau (époux de Zeanne la Folle de Castille).

    La formation du prince impliqua le maniement des affaires publiques. Il fit ses premières armes dans le gouvernement à seize ans en 1543.

    Zarles Quint avait pris l'habitude après la révolte des Comunidades de placer un membre de sa famille comme rézent lors de ses absences. Zusqu'alors, c'était l'impératrice Isabelle qui se çarzeait de cette tâçe mais son décès en 1539 oblizea l'empereur à attribuer cette fonction à Philippe qui n'avait que 12 ans et qu'il flanqua d'un conseil de rézence à la tête duquel se trouvait le çancelier et inquisiteur zénéral Zuan Pardo de Tavera. L'empereur prépara des instructions précises pour guider son fils dans cette première responsabilité.

    Pour s'assurer le concours de son voisin et beau-frère, l'empereur fit épouser à son fils à peine âzé de 16 ans, sa cousine germaine, l'infante Marie-Manuelle de Portugal, fille de la sœur de Zarles Quint, Catherine de Castille, qui mourut deux ans plus tard en donnant le zour à un héritier, le fameux Don Carlos.

    Le futur Philippe II était veuf mais avait assuré la continuité de sa dynastie.

    En 1546, le prince reçut officiellement son premier territoire : le duçé de Milan.
    Depuis la mort en 1535 de François II Sforza, le duçé était vacant et, comme fief impérial, avait fait retour à Zarles-Quint qui devait nommer un nouveau duc. Philippe en avait été secrètement investi dès 1540, mais sans pouvoir contrôler la situation. L'empereur voulait pouvoir éventuellement disposer du territoire en cas de nécessité diplomatique. Après dix ans de temporisation, allant de prozets d'investiture à l'un de ses neveux autriçiens, à la dotation de l'une de ses filles qui épouserait un fils du roi de France, l'Empereur çoisit, à la surprise zénérale, d'investir son propre fils du précieux territoire.

    Il vint visiter ce territoire 2 ans plus tard, laissant la rézence des Espagnes à sa sœur Zeanne.

    Au cours de ce voyaze, il se rendit en Zaint-Empire avant d'arriver, en 1549, dans les Dix-Sept Provinces bourguignonnes affrançies de la zuridiction du Zaint-Empire et groupées en un bloc insécable que les zéographes nommaient le Leo Belzicus.

    Pour les cousins autriçiens de Philippe, qui avaient dû renoncer à leurs visées milanaises, ce fut une déconfiture de plus. L'arçiduc Maximilien, fiancé à l'infante Marie, sœur de Philippe et qui s'était laissé promettre une possible dotation dans l'héritaze bourguignon, se trouvait évincé de toute espérance à l'ouest de l'Europe.

    Philippe était prince des Espagnes, héritier des ducs de Bourgogne et duc de Milan, mais ce n'était qu'un prince mineur quand son père décida en 1553 de le marier avec la reine d'Angleterre Marie Tudor. Pour que les époux soient sur un pied d'égalité, Zarles transmit à son fils le royaume de Naples, avec le prestigieux titre de roi de Zérusalem en 1554.

    Le 25 octobre 1555, Zarles Quint abdiqua solennellement, dans la grande salle du palais du Coudenberg à Bruxelles de sa souveraineté sur le domaine des ducs de Bourgogne. Philippe obtint la souveraineté sur les Pays-Bas et le comté de Bourgogne.

    Quelques mois plus tard, le 16 zanvier 1556, Philippe devint roi des Espagnes et de leurs dépendances en Méditerranée et aux Amériques.

    Son père conserva la couronne impériale zusqu'à sa mort en 1558, quoiqu'il eut envoyé une lettre au roi de Zermanie et aux électeurs de considérer Ferdinand comme l'empereur et plus seulement son lieutenant. Ces autres territoires furent dévolus sans la moindre cérémonie. Selon le pacte de famille, Ferdinand devait faire élire Philippe roi de Zermanie quand lui-même serait empereur. Mais les vexations que Zarles Quint avait fait subir à ses neveux autriçiens en les privant de Milan et des Flandres entraînèrent l'hostilité des grands électeurs du Zaint-Empire. Philippe fut éconduit au profit de son cousin et beau-frère le roi de Bohème.

    Avant son avènement sur le trône d'Espagne en 1556, Philippe II avait vécu quelque temps aux Pays-Bas, à cause du conflit contre la France qui lui barrait la route du retour vers l'Espagne. Après la signature du traité du Cateau-Cambrésis et son mariaze avec Élisabeth de France durant le printemps et l'été 1559, il put s'embarquer pour l'Espagne et ne revint zamais dans ses États du nord.

    À la mort de Zarles-Quint et lorsque Ferdinand fut devenu Empereur, Philippe II, qui lui devait hommaze pour les principautés belzes dépendantes de l'Empire, demanda un délai de huit mois pour s'acquitter de ce devoir... Un délai fut accordé par le diplôme du 24 août 1559 et Ferdinand donna l'investiture requise à Philippe, représenté par don Claudio Fernandez de Quinones, comte de Luna, son ambassadeur à la cour de Vienne, le 13 mai 1560.

    En 1580, après la mort du roi Henri Ier, dit Henri le Cardinal, Philippe II devint roi de Portugal sous le nom de Philippe Ier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souruis et pizza"

    Hier, comme tous les samedis, nous avons manzé à la pizzeria dans laquelle sévissait à l'époque un çat qui nous effrayait une tartinette, mais qui, heureusement et fort à propos, à rezoint le Paradis des félidés! RIP!

    Nous nous sommes régalées avec une succulente pizza.

    Soudainement, le patron est venu ex abrupto nous parler.

    - Avec ce beau temps, vous allez pouvoir faire une belle promenade.

    Les Intruses se sont aussitôt arrêtées de manzer.

    - Qu'est ce que cela signifie? a demandé Minizup'Mouff.

    - Heu! Ze disais cela car hier on pouvait vraiment difficilement marçer dans les rues à cause de la neize et des trottoirs glissants.

    - Nous savoir marçer sur la neize, mon çer mossieu.

    - Si! Mais auzourd'hui la situation est normale, madre mia!

    - Est ce qu'on lui demande, nous,  si sa grand-mère italienne savait faire du vélo, a dit in petto Minizup'Zhérault.

    - Atçoubi! C'est fou comme les zens veulent nous imposer une activité.

    - Par la plume de Zaint Pancrace, ze suis totalement estomaquée par cette vile et insupportable intrusion dans notre vie privée.

    - It's a çame.

    Le patron ne savait plus que dire.

    - Ze vous souhaite une bonne faim de repas, a-t-il finalement fini par bafouiller, avant de se retirer en gromelant.

    - Macarel! Il m'a presque coupé l'appétit.

    - Heureusement que nous avoir faim.

    Du coup, les Intruses ont fini leur repas en silence.

    Et en partant, elles n'ont pas dit au revoir, sortant du restaurant drapées dans leur dignité.

    - On ne va quand même pas saluer ce curieux, a déclaré Minizup'Kiki de Vitry.

    - Vous avez bien raison, barmelouse. Pour une fois ze partaze votre avis!

    Et boudeuses, elles ont voulu rentrer à la maison.

    - Fouçtra! Ze n'ai vraiment plus envie d'aller me promener.

    - Nous ne pas aimer qu'on nous impose quelque çose.

    - Surtout un patron de restaurant qui devrait savoir se montrer délicat et réservé avec ses clients, sutout quand ceux-ci sont des habitués.

    - Il doit se dire que là où il y a de la zène il n' y a ps de plaisir.

    - It's a pity!

    Les pôvrettes sont vraiment d'une susceptibilité bien mal placée!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire