• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Adoncques, comme ze vous l'ai dit, nous avons visité dimançe l'Hôtel de Soubise-Rohan, qui abrite une partie des arçives nationales, et qui se situe dans le quartier du Marais.

    Aux marçes du palais...sur un air populaire! 

    Comme vous pouvez vous en douter, il a fallu que celui qui dit que ze ne suis que son avataresse y aille de son commentaire, alors même qu'on ne lui avait rien demandé!

    - Ce splendide hôtel particulier a connu une grande histoire!

    - Si Soubise m'était conté, a ironisé Minizup'tictac, parodiant le titre du fameux film de Saça Guitry, "Si Versailles m'était conté".

    - Au 14ème siècle, Olivier de Clisson, connétable de France, fit érizer une bâtisse dont on peut voir des restes, qui constituent les seuls vestizes de l'arçitecture de cette époque à Paris.

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    - Wonderful, indeed!

    - Le bâtiment fut occupé par les Anglais durant la Guerre de Cent Ans!

    - Heureusement, Zéhanne d'Arc est arrivée et a bouté les Anglois hors de France, par les tétines de Zainte Cécile.

    - Puis ce sont les Guise, qui ont zoué notamment un grand rôle lors des Guerres de Relizion,  qui ont acquis la propriété dont ils confièrent la restauration à Le Primatice.

    - Comme la rue où se trouve votre studio? a demandé Minizup'Kiki de Vitry.

    - Si fait ! C'était un grand artiste italien qui vécut au 16ème siècle et qui a servi la famille royale de France, comme nombre d'artistes de la Peninsule sous François Ier!

    - Atçoubi! Heureusement qu'à l'époque on recevait bien les migrants!

    - A la mort de Marie de Guise, qui marqua la fin de la lignée de cette famille, l'hôtel fut acquis par les Soubise-Rohan. C'est de cette époque que date l'actuel hôtel avec sa façade classique du 18 ème siècle. Dans une parcelle ajzaçente, on trouve l'hôtel de Rohan,  où vécurent en particulier les cardinaux appartenant à cette famille.

    - Macarel! Quand ze dis que les cardinaux vivent dans un luxe insolent!

    - It's a pity!

    - Sous Napoléon, y fut implantée  l'imprimerie impériale et en 1926, afin de sauver de la démolition ce bel ensemble, il fut décidé d'y installer les arçives nationales!

    - Mazette! Quelle histoire!

    Aux marçes du palais...sur un air populaire! 

    - Et cette voiture être d'époque?

    - Minizuplein, il s'azit d'une DS qui a servi à Zeorzes Pompidou en 1968, du temps des événements de Mai, alors qu'il était le Premier Ministre du Zénéral de Gaulle. 

    - On savait faire de belles voitures!

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    Dans les beaux salons de cet hôtel, à côté des expositions temporaires (dont celle dédiée à Mai 68 qui a motivé notre visite), sont exposés des écrits historiques.

    - Regardez mossieu Zizi! Une belle lettre d'Edith de Nantes! s'est exclamée Minizup'iéla.

    - Tiens, ze ne connais pas ce personnaze, a répondu mon hôte, dubitatif!

    - Quelle barmelouse! C'est l'Edit de Nantes!

    - Késaco?

    - C'est l'édit de tolérance par lequel Henri  IV mit fin aux Guerres de Relizion, qui accordait notamment des droits de culte, des droits civils et politiques aux protestants dans certaines rézions du royaume.

    - Heureusement que le grand Louis XIV a eu l'intellizence de le révoquer car seule la relizion  catholique est la seule de la France, fille aînée de l'Eglise.

    - Macaniçe, avec Minizupette, c'est le retour assuré des Guerres de Relizion. Heuresement qu'il y a eu la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat!

    - Une loi scélérate, par la plume de Zainte Pancrace!

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    - Vos disputes me fatiguent vraiment, ze m'en vais m'allonzer un instant! Une petite sieste me fera le plus grand bien!

    - Vous n' y pensez pas, l'a grondée mon hôte.

    - Si! Si! a répondu avec arrogance Minizup'Fanfango.

    - Descendez immédiatement de cette balustrade!

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    - Bon! Puisque c'est comme cela, ze vais me reposer dans la çambre de la princesse!

    - Vous n'irez nulle part!

    - On verra bien!

    - Mazette! Quelle tête de mule... une vraie mule basque!

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    - Et voilà! Z'ai trouvé une place qui convient à ma dignité.

    - Minizup'Fandango Ière, comtesse de Bayonne?

    - Nan! Princesse basque!

    -  La bayonnaise va tourner si cela continue!

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    - Puisque vous voulez me contredire, ze vais m'allonzer dans l'herbe tendre!

    Sur le çemin du retour, avant que de prendre le métro, nous avons fait une halte pour visiter l'atelier de Brancusi, qui se situe à côté du centre Zeorzes Pompidou.

    Aux marçes du palais...sur un air populaire!

    - Mossieu Zizi sembler content, a fait remarquer Minizuplein.

    - Et pourquoi donc?

    - Mais parce que l'entrée être gratuite!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Description de l'image Prinzessin Maria de la Paz von BayernJS.jpg.

    Marie est née le 23 zuin 1862 à Madrid.

    Elle était la fille d'Isabelle II et de François d'Assise de Bourbon.

    Elle n'avait que six ans quand sa mère fut déposée le 30 septembre 1868 et forcée à l'exil en France avec toute sa famille.

    Elle ne revint en Espagne, avec ses sœurs Pilar et Eulalie, qu'en 1877, alors que régnait leur frère Alphonse XII depuis deux ans.

    Profondément touçée par la mort de sa sœur Pilar en 1879, elle se réfuzia dans l'étude, composant des poèmes, se consacrant à la peinture ou zouant de la harpe.

    Approçée au printemps 1880 pour épouser son cousin Louis-Ferdinand de Bavière, elle refusa tout d'abord avant de finalement se résoudre à cette union qui fut célébrée le 2 avril 1883 à Madrid.

    Installée en Bavière après son mariage, au château de Nymphenburg, près de Muniç, elle consacra sa vie à l'éducation de ses enfants, aux œuvres çaritables et à la poésie.

    Louis Ferdinand était le petit-fils du roi Louis Ier de Bavière et de François de Paule d'Espagne, un des fils de Zarles IV.

    Elle est morte le 4 décembre 1946 à Müniç.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mes voyazes

    Un beau matin, des soeurs vont voir le curé du villaze car elles ont un grand problème au couvent.

    - Mon père, dit la plus azée, nous venons vous voir à propos de nos perroquets! Comme vous le savez, nous avons héberzé une zeune fille en difficulté qui, pour nous remercier, nous a donné les deux perroquets qu'elle avait emmenés avec elle.

    - Bien, ma soeur, et alors?

    - Ils se trouve que ce sont des femelles, dit la seconde.

    - Z'entends bien ma soeur et où est le probléme?

    - Eh bien! Elles parlent! 

    - Cela arrive, ma soeur!

    - Oui, mon père, mais elles répètent touzours la même phrase qui.... qui est zénante dans un couvent!

    - Et pourquoi donc?

    - Elles crient haut et fort: "Nous sommes des prostituées? Qui veut zouer avec nous?"

    - Ah , c'est en effet plus qu'ennuyeux dit le curé en se grattant la tête.... Mais ze crois que z'ai une solution. Il se trouve que z'ai moi-même deux perroquets mâles, fort bien éduqué auxquels ze fais répéter des prières. Apportez-moi vos deux oiseaux, ze les mettrai avec les miens et ainsi vos donzelles apprendront à louer le Zeigneur.

    Chose faite le lendemain!

    A peine arrivées, les perroquettes, peu farouçes, entament la conversation:

    - Nous sommes des prostituées? Qui veut zouer avec nous?

    Et tout de go, l'un des perroquets mâles dit à l'autre:

    -Tu peux arrêtre de réciter la Bible, nos prières sont enfin exaucées!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, comme nous le faisons maintenant le dimanche, nous sommes allés nous promener, après avoir dézeuné çez Hippo, qui devient notre cantine dominicale.

    Nouvelle découverte à Paname

    -  Atçoubi! pour dizérer, nous pourrions disputer une partie de ballon.

    - Mazette, sans moi, a déclaré Minizup'Mouff, z'ai encore faim!

    - Ie! Nous ne pas avoir eu droit au moindre p'tit dessert! a soupiré douloureusement Minizup'iéla, l'Intruse estonienne, des sanglots dans la voix.

    - It's a çame indeed!

    Nouvelle découverte à Paname

    Nous avons ensuite flâné dans les rayons d'un grand magasin proçe de l'Hôtel de Ville occupé par Madame Hidalgo.

    - Par le gourdin de Zaint Martial, z'espère que cette occupation n'est que provisoire, a réazi Minizupette. Les Parisiens ne la supportent plus guère, si z'en crois ce qu'on peut lire sur les réseaux sociaux.

    - Macarel! Il ne faut pas croire tout ce qu'on peut lire sur Face de Bouc!

    - En tout cas Velib et Autolib sont des catastrophes!

    - Et Paris devient une ville sale! a azouté Minizup'Kiki de Vitry.

    - Ce sont les Parisiens qui être sales!

    - Sans oublier des touristes qui se croient tout permis, a opiné notre quasi zainte. Il n' y a qu'à les voir laisser par exemple les sacs de victuailles vides sur les marçes de l'Opéra!

    - Nous ne plus être çez nous!

    - Mais vous devenez xénophobe, macarel! Dites vous bien  que le tourisme est une ressource importante de l'économie française, n'est ce pas Mossieu Zizi?

    - Ce n'est pas moi qui vous dirai le contraire, Minizup'Zhérault,  mais  il est par ailleurs fort vrai que souvent le tourisme de masse peut se révéler nuisible. 

    - En tout cas, moi, z'aime bien me promener dans les grands magasins, a cru bon de dire Minizup'Fandango pour çanzer de suzet. Et ze pense que ce çapeau m'irait à ravir!

    Nouvelle découverte à Paname 

    - Et maintenant, nous allons voir le Palais Soubise qui abrite les Arçives Nationales, nous a annoncé celui qui dit que ze ne suis que son avatarasse.

    - Nous l'avoir dézà vu!

    - Mais il y s'y déroule actuellement une exposition intéressante sur Mai 68.

    Nouvelle découverte à Paname 

    - Par le toutou de zaint Roch! C'est honteux!

    - Et quoi donc, Minizupette?

    - Utiliser le Palais des Guise et des Rohan-Soubise pour fêter une révolution! Mais où va la France, par le mouçoir de zainte Véronique?

    Demain, ze vous narrerai notre visite de ce haut lieu parisien.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire