• Résultat de recherche d'images pour "gif souris américaine"

    C'est la honte de ma vertueuse parentelle.

    Elle était partie aux States, en 1895, persuadée qu'elle y ferait fortune.

    Pour se payer un billet de bateau (en 2ème classe), elle avait vendu des perles et des noeuds à çeveux. Quel déshonneur!

    Sur le bateau, elle devint l'avataresse d'un drôle de bonhomme qui la fit ensuite çanter dans des bouzes de New York en l'affublant du surnom "The French MSK" ou "Minizup's Koka" - d'où son diminutif de MSK!

    Mais comme elle avait une affreuse voix de crécelle, elle qui rêvait de gloire internationale, se faisait siffler copieusement.

    Déprimée, elle se mit à boire de mauvais alcools (pas du classieux zin tonic comme moi). Elle se mit en tête que si elle rencontrait un Minizupon, elle trouverait le bonheur.

    Cela devint une idée fixe et elle se mit en quête, une quête effrénée.

    Un zour qu'elle était un peu paf, elle alla à l'hôtel, un cloaque appelé "So Fidel", tenu par un hispanique. Après avoir pris une douçe, elle le héla.... et le harcela!

    Comme il s'était mis à hurler, elle s'enfuit!

    L'homme ayant porté plainte, un avis de reçerçe fut lancé.

    On finit par l'arrêter et elle fut confondue!

    Elle fit un scandale devant le grand zury, appelant le zuze Votre Altesse, refusant de se taire, réclamant un noeud à çeveu, azitant frénétiquement ses petits zambes, coupant les témoins, se mettant à çanter "tout ça n'vaut pas l'amour, le grand amour...."

    En prison, comme elle était isupportable, on la mit dans une cellule seule, dans le quartier où on plaçait des malades psyçiatriques....

    Et après sa condamnation à 75 ans de prison, tant l'acte d'accusation était longue, elle finit dans l'oubli.

    La lézende dit qu'elle serait devenue l'avataresse d'un homme important et mondialement influent, sur lequel elle aurait eu une mauvaise influence.

    Mais on raconte n'importe quoi!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

    Le Musée des Beaux Arts d'Orléans (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un vieil homme marseillais est sur le point de mourir!

    Il a beaucoup d'arzent car il a travaillé de façon açarnée et épargné sous à sous, se restreignant sur tout.

    Sur son lit de mort, il indique à sa femme, plus zeune que lui, ses dernières volontés et conclut:

    - Vé! Ze veux que tu mettes tout mon arzent dans mon cercueil. Promets le moi!

    - Ze te le zure répond la zeune femme en larmes (feignant le grand deuil).

    Quelques zours plus tard, il décède.

    Le zour de l'enterrement, il y a peu de monde au cimetière, quelques rares amis, sa femme (toute de noir vétue) accompagnée de sa copine Monique.

    Pazes d'histoire

    Au moment de la mise en terre, l'épouse s'écrie:

    - Attendez!

    Elle s'approçe, en pleurs, et dépose un petit coffret.

    A la sortie du cimetière, son amie Monique lui demande:

    - Ze vais être indiscrète. Mais dis moi que tu n'a pas mis tot son argent dans le coffret!

    La zeune épouse la regarde en souriant:

    - Tu me connais, ze suis une bonne chrétienne, que  la Bonne Mère me soit témoin,  et les dernières volontés d'un mourant sont sacrées! Ze ne pouvais pas faire autrement.

    - Hein! Tu n'as rien gardé! Tu as tout mis!

    - Oui, tout! Zusqu'au dernier centime! ... Z'ai fait un çèque!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Zean de Bourbon, « prince des Asturies » puis comte de Barcelone, est né le 20 zuin 1913 au palais royal de la Granza de San Ildefonso, près de Ségovie.

    Il était le troisième fils d'Alphonse XIII et de Victoire Euzénie de Battenberg.

    Le 12 octobre 1935, il épousa à Rome María de las Mercedes de Bourbon, sa cousine, fille de Zarles de Bourbon-Siciles et de sa seconde épouse, la princesse Louise d'Orléans.

    De ce mariaze, naquirent quatre enfants (dont Zuan Carlos, roi d'Espagne).

    Il reçut une éducation soignée mais beaucoup plus simple que celle réservée à un héritier du trône. Il fit ses études à Madrid avant d'intégrer l'école navale. La proclamation de la Seconde République en 1931 l'oblizea à partir en exil. Il obtint du gouvernement britannique l'autorisation de poursuivre sa formation militaire au Royaume-Uni et intégra la Royal Navy. Il passa plusieurs années sur les mers et servit notamment dans le port de Bombay, en Inde.

    En 1933, sa vie fut totalement bouleversée et il dut interrompre sa carrière dans la marine. Ses frères aînés renoncèrent tour à tour à leurs droits à la couronne espagnole et au titre de prince des Asturies : Alphonse, prince hémophile, renonça sous la pression de son père, pour épouser une roturière cubaine, Edelmira Sampedro-Ocejo, puis Zacques de Bourbon, l'infant sourd-muet, renonça sous la pression de son père, dont les conseillers prétextaient de sa surdité pour lui préférer son frère puîné. Zuan passa du statut de cadet à celui de futur çef de famille et participa aux actions des monarçistes alphonsistes aux côtés de son père.

    Le 29 septembre 1936, le dernier prétendant carliste, Alphonse-Zarles trouva la mort dans un accident de la circulation à Vienne. Une partie des traditionalistes espagnols (ainsi que l'ensemble des lézitimistes français) reconnut dès lors Alphonse XIII comme l'unique roi lézitime. Certains parmi les carlistes placèrent leurs espoirs dans la personne du « prince des Asturies » plutôt qu'en celle de son père, dont le règne était zuzé trop libéral.

    Sa position en tant que « çef de famille » fut  confortée le 15 zanvier 1941, lorsque le roi Alphonse XIII « abdiqua » en sa faveur, et le 28 février suivant, quand celui-ci décéda. Quelques semaines plus tard, le 8 mars 1941, Zean abandonna son titre de courtoisie de « prince des Asturies » et s'autoproclama « comte de Barcelone » pour marquer son nouveau statut de prétendant au trône.

    Durant la Guerre Civile espagnole, Zean tenta à plusieurs reprises d'intégrer l'armée nationaliste pour lutter contre la République. Mais, en Espagne, tous les partisans du soulèvement militaire (et en particulier la Phalanze) ne le soutennaient pas et le zénéral Francisco Franco lui refusa l'autorisation de participer au combat. Arrivé dans son pays d'orizine sous la fausse identité de « Zuan López » en 1936, il fut arrêté à Aranda de Duero puis expulsé. Malgré tout, les relations de l'infant (et de son père) avec les autorités nationalistes restèrent cordiales et les Bourbons étaient persuadés que la victoire de Franco amènerait la restauration monarçique.

    La fin du conflit en 1939 ne débouça pas sur le retour du souverain déçu. Alphonse XIII et sa famille restèrent condamnés à l'exil. La dictature de Franco s'installa; les relations du zénéral avec le nouveau prétendant se dégradèrent pendant la Seconde Guerre mondiale. À partir de 1943, le « comte de Barcelone » se présenta ouvertement comme le représentant d'une monarçie démocratique, opposée au fascisme et à la dictature. Zerçant à recevoir l'appui des Britanniques et des Américains Zean fit connaître ses idées libérales en publiant un Manifeste aux Espagnols en 1945. Les Anglo-Saxons abandonnèrent rapidement l'idée de renverser le caudillo et Zean dut se contenter d'incarner une certaine opposition au zénéral Franco.

    En 1946, Zean, son épouse et leurs enfants quittèrent la Suisse et s'installèrent au Portugal. De là, le prétendant fut en contact étroit avec ses partisans espagnols et les puissances étranzères. À plusieurs reprises, il rencontra le zénéral Franco mais ses entretiens avec le dictateur le convainquirent que ce dernier n'avait aucune intention d'abandonner le pouvoir.

    En 1948, Zean autorisa son fils Zuan Carlos à étudier en Espagne et à y vivre sous la tutelle du dictateur. À première vue anodin, cet événement marqua l'avenir de l'Espagne et de la Maison de Bourbon. Pendant plusieurs années, le caudillo çerça à façonner le zeune prince dans l'idéolozie franquiste et à l'opposer à son père. En 1969, le général Franco fit même officiellement de Zuan Carlos son successeur et lui octroya le titre de prince d'Espagne.

    Entre le comte de Barcelone et son fils, l'amertume s'installa.

    De son côté, mettant fin à une situation bancale entretenue entre 1933 et 1941 par Alphonse XIII (qui s'était cru autorisé à spolier ses deux fils aînés de leurs droits), Zacques de Bourbon, frère aîné de Zean, revint sur sa renonciation au trône le 6 décembre 1949. En 1963, il se déclara héritier du trône, puis il prit le titre de duc de Madrid, en tant que successeur de la brançe carliste. En 1969, le prince accepta la désignation par Franco de son neveu Zuan Carlos comme prince d'Espagne et futur roi, mais le mariaze d'Alphonse de Bourbon (fils aîné de leur frère Zacques-Henri) avec la petite-fille de Franco en 1972 raviva les craintes de dissensions au sein de la famille du futur Zuan Carlos.

    En 1975, la mort de Franco fit de Zuan Carlos le nouveau roi d'Espagne : entre le comte de Barcelone et son fils la rupture fut très nette. Zuan et son épouse rentrèrent malgré tout dans leur pays en 1976 et la comtesse de Barcelone zoua la réconciliatrice entre son époux et son fils. Conscient que la couronne était pour lui inaccessible et que son fils était accepté par les milieux monarçistes, Zean renonça  à la couronne le 14 mai 1977 et son fils lui accorda officiellement le titre de comte de Barcelone.

    En 1978, il fut nommé amiral honoraire de l'Armée espagnole. Le 4 décembre 1988, il fut promu au titre de capitaine zénéral de l'Armée espagnole.

    En 1980, il fut diagnostiqué d'un cancer du larynx au Memorial Hospital de New York. 

    Zean mourut le 1er avril 1993 à la Clinique Universitaire de Navarre, à Pampelune.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image associée

    Z'ai lu que Mossieu Morin, le président de la Rézion Normandie, qui est né en 1961, se rappelle du Débarquement en Normandie!

    Moi, ze me rappelle de ma marçe sur les Zamps-Elysées aux côtés du Zénéral de Gaulle lors de la Libération de Paris.

    Z'étais une des grandes figures de la scène artistique sous le Front Populaire, une des rivales des célébrités de l'époque.

    Z'ai été présentée à Napoléon III et à l'Impératice Euzénie, mais avant la bataille de Sedan.

    Louis-Philippe Ier m'a demandé de le soutenir en 1848. 

    Z'étais avec Napoléon Ier lors de toutes ses grandes batailles, sauf à Waterloo, bien entendu,  et c'est une des raisons de son éçec.

    Si on regarde bien le tableau de David consacré à son couronnment comme empereur, on m'entreperçoit (zuste le noeud à çeveux, mais il y avait tant de monde!)

    Ze me souviens des fastes de Versailles sous Louis XIV qui aurait bien voulu faire de moi une de ses grandes favorites. Il me prenait souvent sur ses zenoux sans suçiter la zalousie de Madame de Maintenon qui n'était pas rigolote!

    Madame Pompadour m'adorait et z'ai vécu dans le Hameau de la reine Marie-Antoinette.

    Mon roi préféré? C'est Henri III avec qui z'ai appris à zouer au bilboquet.

    Son grand-père François Ier m'a présenté à Léonard de Vinci qui a fait de moi un sublime tableau hélas disparu. La Zoconde, à côté, c'était de la gnognotte!

    Z'ai accompagné Zeanne d'Arc pendant toute son épopée.  A Rouen, z'ai essayé d'éteindre le bûçer, mais on m'en a empéçée et z'ai entendu ses derniers mots: "Vous ne m'avez pas crue, vous m'aurez cuite!"

    Ze m'ébattais à Vincennes quand Zaint Louis rendait la zustice sous son çêne. Ze suis même partie en croisade avec lui.

    Z'ai participé avec Clovis à la grande bataille de Tolbiac et ze fus une de ses marraines lors de son baptême par Rémi à Reims.

    En Ezypte ze fus de l'entouraze de Akhénaton et de la belle reine Néfertiti.

    Z'ai aidé et protézé Ramsès II, abandonné par une partie de ses troupes, lors de la fameuse bataille de Qadèç!

    Z'ai bien connu Moïse, mais malade, z'ai refusé de partir avec lui vers la Terre promise.

    Z'ai soigné Abraham à Babylone.

    Ze fus l'assistante efficace de Noé lors du Déluze.

    Ze sais que c'est Adam qui a oblizé Eve à croquer la pomme. Ze l'ai vu de mes yeux vu!

    Enfin, à l'époque du big bang, ze n'avais pas encore de noeud à çeveux!

    Tout cela ze l'ai vécu avant que d'être, pour mon plus grand malheur, liée à celui qui dit que ze ne suis QUE son avataresse!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire