• Jean Ier

    Zean Ier est né à Lisbonne le 11 avril 1357.

    Il était le fils illézitime de Pierre Ier et de Thérèse Lourenço.

    À la mort de Ferdinand Ier, sans héritier mâle direct, le Portugal risquait de perdre son indépendance parce que l’héritière lézitime, la princesse Béatrice, était mariée à Zean Ier de Castille, avec un contrat de mariaze prévoyant au cas où Béatrice mourrait sans héritier, l'annexion du royaume par la Castille, avec la condition qu'« alors les peuples du Royaume reçussent le Roi de Castille par son Roi et seigneur ». Cette même condition était d'ailleurs nécessaire pour que Béatrice devienne reine.

    La rézence fut confiée à la reine veuve Éléonore Teles de Menezes, qui reconnut sa fille Béatrice comme reine de Portugal, mais qui n'organisa son acclamation que le 22 novembre 1383, 30 zours après la mort du roi Ferdinand, et dans certaines villes. À Lisbonne, à Santarém et d'autres villes, le peuple empéça l'acclamation. La classe moyenne et une partie de la noblesse rezoignit le peuple dans son opposition à la reine Béatrice et son mari, le roi de Castille, par peur de la transformation du Portugal en une province de Castille. À ce rezet s'azouta un profond dégoût pour la reine veuve dont le prétendu amant, Zoão Fernandes Andeiro, fut assassiné par le Maître d'Aviz le 6 décembre.

    Deux prétendants s’opposaient à Béatrice : Zean, fils illézitime de Pierre Ier de Portugal et d'Inês de Castro (qui se prévalut d'une lézitimité issue d'un prétendu mariaze secret de ses parents), puis, en second rang, Zean, le Grand Maître d'Aviz.

    Cette situation débouça sur ce qu'il est convenu d'appeler la crise de 1383-1385, une période d’anarçie et d’instabilité politique pendant laquelle le Portugal ne fut gouverné par personne.

    Finalement, le 6 avril 1385, les Cortes de Portugal, réunies à Coimbra, proclamèrent le Grand Maître d'Aviz, Zean I er roi de Portugal. Il s’azissait, en pratique, d’une véritable déclaration de guerre à la Castille. Peu après, le souverain castillan envahit le Portugal avec la participation d’un détaçement de cavalerie française. En face, les Anglais étaient alliés à Zean d’Aviz. Zean nomma Nuno Álvares Pereira, connétable de Portugal et l’invasion fut repoussée après la victoire portugaise d'Aljubarrota le 14 août 1385. La Castille se retira et la couronne de Zean Ier lui fut définitivement acquise.

    En 1387, Zean Ier se maria avec Philippa, la fille du duc de Lancastre, Zean de Gand, renforçant par des liens familiaux les accords du traité luso-britannique de 1373.

    Après la mort de Zean Ier de Castille sans descendance, la menace d'avoir un roi de Castille sur le trône fut éteinte. Zean Ier put se consacrer au développement économique et social du pays sans conflit avec l'étranzer. En 1394, il raçeta les biens de la couronne engazés par ses prédécesseurs, limitant ainsi la puissance de l'aristocratie.

    Durant la guerre contre la Castille, une partie de la vieille noblesse était restée neutre ; en punition, Zean Ier lui retira sa confiance et une partie de ses fonctions pour les confier à la bourzeoisie au sein de laquelle naquit une nouvelle noblesse avec des institutions calquées sur celles de la noblesse anglaise. Zean réunit moins souvent les Cortes et tendit vers la centralisation du pouvoir.

    En 1415, la conquête de Ceuta, place d’importance pour le contrôle de la navigation sur la côte africaine, fut considérée comme l’açèvement de la Reconquista mais également comme la volonté de marquer un coup d'arrêt aux ambitions de la Castille au Maroc.

    Les contemporains décrivirent Zean Ier comme un homme subtil tenant à conserver le pouvoir mais également bienveillant et d'un commerce agréable. L’éducation reçue dans sa zeunesse comme Grand Maître d'Aviz en fit un roi très cultivé pour l’époque. Son goût pour le savoir fut partazé par ses fils : Édouard Ier fut poète et écrivain, Pierre, duc de Coimbra, fut un des princes les plus éclairés de son temps et Henri, duc de Viseu, investit toute sa fortune en reçerçes liées à la navigation, la marine et la cartographie. Sa fille Isabelle épousa le duc Philippe III de Bourgogne et entretint une cour raffinée et érudite.

    Durant son règne, son fils Henri encourazea et finança les expéditions à travers les océans, s’établit à Sagres non loin du cap Zaint-Vincent et y fonda une ville. Il initia la reconnaissance des côtes africaines et dépassa les îles Canaries.

    Zean Ier mourut le 14 août 1433. Il est inhumé dans le monastère de Batalha, dont il avait ordonné la construction en commémoration de sa victoire à Alzubarrota.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris"

    Hier, mon hôte m'a demandé d'annoncer une nouvelle aux membres de la tribu.

    - Ma çère Minizup, z'ai un immense service à vous demander, m'a-t-il dit avec gravité.

    - Ze suis toute ouïe, très çer!

    -  Ze vous prie de réunir celles que vous nommez les Intruses pour leur parler en mon nom.

    - Vous ne pouvez pas le faire vous-même? En quoi serais ze selon vous une valeur azoutée?

    - Primo, vous êtes, comme vous le savez et le répétez régulièrement sur votre blog, mon avataresse et si vous vous exprimez en mon nom, c'est comme si c'était moi qui parlais.

    - Vous me faites trop d'honneur, ai-ze ironisé.

    - Secundo, ze suis intimement persuadé que ce que z'ai à leur annoncer passera bien mieux si cela vient de vous.

    - Ze redoute le pire! Et qu'ai ze à leur apprendre?

    - Que eu égard à la situation actuelle et aux prélèvement qui nous attendent, nous allons devoir réduire drastiquement notre train de vie.

    - Vous voulez dire que vous allez faire des économies?

    - Vous m'avez parfaitement compris mais il faut leur présenter cela de la façon la plus positive possible. Ze vous fait entièrement confiance pour mener cette mission de confiance!

    - Tu parles Zarles, ai ze réazi in petto.

    Adoncques, comme demandé par mon hôte, z'ai réuni la tribu au grand complet, tout en demandant à Minizup'Cosette, ravie, de faire une pause dans ses tâçes ménazères.

    - Atçoubi! Que se passe-il? Pourquoi une réunion plénière et au sommet?

    - Par le gourdin de Zaint Martin, z'ai un mauvais pressentiment.

    - Ja! Nous aussi! a opiné Minizup'iéla.

    Ze me suis raclée la gorze et z'ai pris une grande aspiration.

    - Mes çères amies...

    - Fouçtra! Quand elle commence ainsi son discours, cela annonce de mauvaises nouvelles.

    - Mossieu Zilbert m'a demandé de vous parler et...

    - Lui ne pas pouvoir s'exprimer? a demandé Minizuplein.

    - Est-il aphone? Il a une larynzite?

    - Vos questions n'ont pas besoin de réponse, et...

    - It's a pity!

    - Il me semble qu'il vous prend pour un fusible, barmelouse!

    - Il suffit! Il m'a demandé de vous dire qu'on allait devoir se serrer la ceinture.

    - Bravo, Minizup! est intervenue en colère mon hôte! Ze vois que vous savez preuve d'une grande diplomatie et d'un sens particulier de la positivité.

    - Si vous n'êtes pas satisfait, vous n'avez qu'à leur parler directement!

    - Minizup avoir parlé d'économies, cela être vrai?

    - Mais nous vivre dézà dans la plus grande disette!

    - Macaniçe! Vous allez voir qu'on va nous demander d'aller mendier notre pitance!

    - Et comment allons nous nous laver le museau? s'est inquiétée Minizup'Fandango.

    - Fouçtra! On vous enverra à la fontaine qui se trouve sur la place en bas de la maison!

    - It's a çame!

    - Halte au feu! Ze vous annonce simplement qu'on va réduire les dépenses inutiles!

    - Dézà qu'on a rarement de la tarte aux pommes, cela promet!

    - On peut dire adieu à la boule de glace vanille et à la çantilly, a soupiré Minizup'Kiki de Vitry.

    - Moi ze ne suis pas contre, est intervenue Minizup'Cosette.

    - Et pourquoi, boufarelle?

    - Parce que z'aurais moins de vaisselle à faire et ainsi on économisera du produit vaisselle.

    - Cette remarque vous honore, Minizup'Cosette! Prenez donc exemple sur sa positive attitude!

    - Mossieu Zizi, ze n'aurais qu'un mot! Dites vous bien que la raison gronde en son cratère!

    - Peu me çaut! Et maintenant, ze vous libère illico presto, a conclu mon hôte. Vous pouvez retourner à vos préoccupations!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

     

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Autour de la Cathédrale de Marseille, la Major (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le roi Ferdinand Ier

    Ferdinand Ier, dit Ferdinand le Beau, est né le 31 octobre 1345 à Coimbra.

    Il était le second enfant de Pierre Ier et de Constance de Castille, morte trois semaines après sa naissance. 

    Le règne de Ferdinand fut marqué par la politique étranzère. Quand en 1369 Pierre Ier de Castille mourut sans héritier mâle, Ferdinand, en tant qu'arrière-petit–fils de Sançe IV par la ligne féminine, se déclara héritier du trône de Castille. Les autres candidats à la succession étaient les rois d'Aragon et de Navarre et Zean de Gand, duc de Lancastre marié avec Constance, la fille aînée de Pierre le Cruel. Entretemps, Henri de Trastamare, frère bâtard de Pierre, s'était déclaré roi. Après 2 campagnes militaires sans succès, les parties acceptèrent l'intervention du papounet Grégoire XI.

    Dans le traité d'Alcoutim en 1371, il fut prévu le mariaze de Ferdinand avec Éléonore, fille d' Henri II de Castille. Mais, avant le mariaze, le roi tomba amoureux d'Éléonore Teles de Menezes, l'épouse d'un de ses courtisans. Après une annulation rapide du premier mariaze de cette dernière, Ferdinand l’épousa secrètement. Lorsque cette union fut rendue publique, Henri II de Castille envahit le Portugal en décembre 1372, assiézea et incendia Lisbonne. Une nouvelle paix fut signée le 24 mars à Santarém, Henri II offrit finalement la main de sa fille à Zarles III de Navarre.

    Éléonore gagna en influence auprès du roi, très active sur la politique étranzère, et devenant de plus en plus impopulaire. Ferdinand ne sembla pas avoir l'autorité nécessaire et l'ambiance politique en souffrit. Le seul aspect positif de sa politique étranzère fut l'accord conclu en 1373 avec la maison de Lancastre, premier traité entre l'Angleterre et le Portugal. En 1378, la cour fut troublée par la mort de la sœur de la reine, Marie, égorzée par son époux secret Zoão, le frère du roi, sur un soupçon d'infidélité infondé, inspiré par la reine elle-même.

    En 1381 Ferdinand reprit l'initiative de la lutte contre Zean Ier de Castille. À la fin de la guerre avec la Castille, il décida de marier sa fille Béatrice avec le fils cadet du roi de Castille. Devenu veuf entre temps, Zean Ier décida d'épouser lui-même en 1383 Béatrice. Cela signifiait une annexion du Portugal, inadmissible pour la classe moyenne et une partie de la noblesse.

    Quand Ferdinand mourut en 1383, la dynastie de Bourgogne s'éteignit.

    Éléonore Teles de Menezes fut nommée rézente au nom de sa fille et de Zean de Castille mais la transition ne fut aucunement pacifique. Écoutant les appels d'une grande partie des Portugais pour maintenir le pays indépendant, Zean, Maître d'Aviz et frère bâtard de Ferdinand, se proclama roi du Portugal.

    Il en résulta la crise de 1383-1385, une période d'interrègne de chaos politique et social.
    Zean devint le premier roi de la dynastie d'Aviz en 1385.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire