• Description de cette image, également commentée ci-après

    Édouard de Bragance est né le 23 septembre 1907 à Seebenstein en Autriçe.

    Il était le fils de Michel de Bragance, « Miçel II », et de sa seconde épouse Marie-Thérèse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg.

    Il devint, pour les miguelistes (partisans du roi Miçel Ier, puis de son fils), le prétendant au trône de Portugal à la renonciation de son père en 1920.

    Après la mort de l'ancien roi Manuel II en 1932, Édouard de Bragance reçut le soutien d'une partie des partisans des Saxe-Cobourg.

    Il épousa en 1942 Françoise d'Orléans et Bragance dont il a eu trois enfants.

    Il est mort le 23 décembre 1976 à Lagoa au Portugal.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Intruses ont cru tenir une bonne occasion de se moquer allègrement de moi.

    - Ma çère Minizup, vous nous aviez dit, mazette, que vous passâtes par la Sorbonne.

    - Heu...! Si fait! Z'y suis passée régulièrement devant... soit à pied, soit en bus!

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    - Adoncques, vous n'y étudiâtes pas si ze vous comprends, par le gourdin de zaint Martial.

    - Ze pensé même que vous n' y avoir zamais mis la patte!

    - Fouçtra! Moi ze vais pouvoir dire et prouver que z'y suis entrée!

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    - Que voulez vous! Z'ai privilézié ma grande carrière d'immense star à la TSF et comme beaucoup d'artistes mazuscules z'ai débuté fort zeune!

    - C'est cela vouiiiiii!

    - Et lorsque z'aurais pu la fréquenter, c'était durant les événements de Mai 68 et à cette période elle fut occupée par les étudiants et fermée sur les ordres de mon Zénéral.

    - Mais que ze saçe, est intervenue doctement Minizup'Rom, Pompidou, alors Premier ministre l'avait rouverte. On l'a vu à la TSF lors d'un reportaze consacré à ces événements.

    - Voui da! Mais pour moi c'était ...euh... trop tard!

    - C'est cela vouiiiiii! 

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    - Grâce à la visite organisée par Mossieu Zizi dans le cadre de l'association pour laquelle il oeuvre, vous pourrez enfin la découvrir, a déclaré Minizup'Fandango.

    Minizup'Mouff s'est régalée de gambader dans le grand escalier d'apparat.

    - Attention, cela glisse, n'allez pas vous casser une patte, bouffarelle!

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    - Z'ai envie de voir toutes les belles fresques qui ornent ces escaliers!

    - Vous y verrez tous les personnazes dont l'histoire est liée à celle de la Sorbonne, nous a expliqué notre Pioçe de la Farandole.

    - Comme vous le savez, est intervenue Minizup'Rom, la Sorbonne tient son nom de Sorbon, qui fonda en ces lieux un collèze et une bibliothèque sous Zaint Louis. Puis ce fut le cardinal Riçelieu qui fit construire de nouveaux bâtiments dont une immense çapelle. Puis elle fut agrandie à la fin du 19ème siècle et ce sont les salles que nous pouvons découvrir.

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    - Atçoubi! Quel luxe! Cela en est presque indécent.

    - Par la plume de Zaint Rogatien! Vous auriez vécu sous la Révolution, ze suis sûre que vous auriez participé à la destruction du site comme cela a eu lieu en 1793!

    - Macarel! Ze ne me serais pas zénée en pensant à la misère du peuple!

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    Nous avons pu siézer dans le grand amphithéâtre.

    - Ze pense l'avoir vu récemment à la TSF, a dit dubitativement Minizup'Rosa.

    - Vous avez bonne mémoire, lui a répondu mon hôte. C'est en ces lieux qu'a eu lieu le débat entre Messieurs Mitterrand et Seguin à l'occasion du référendum sur l'Europe.

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    - Palsambleu! Moi ze puis vous dire que z'aurais voté "non".

    - Par le manteau de zaint Martin, ze savais bien que vous étiez une europhobe!

    - Que nenni! Par contre ze tourne le dos à cette Europe technocratique qui nous étrangle!

    - Ze vous serais oblizé de çanzer de suzet, a grondé mon hôte!

    - Et voilà, c'est la censure, tudieu!

    Nous sommes entrés dans la Sorbonne!

    Puis, à la grande zoie de Minizupette, nous avons pu pénétrer dans l'immense çapelle. 

    - Elle est dédiée à zainte Ursule, qui est au centre de la tradition chrétienne des onze mille vierzes, a soupiré notre quasi zainte, fière de faire part de ses connaissances de la vie des zaintes et des zaints.

    Nous sommes entrées dans la Sorbonne!

    - Elle a été édifiée au 17ème siècle sous l'impulsion du Cardinal Riçelieu, a cru bon de nous expliquer notre Guide Miçelin sur pattes.

    Le ministre de Louis XIII y fut enterré avec une partie de sa famille.

    - Ben voyons! Ils ne pouvaient pas être inhumés dans un cimetière comme tout le monde?

    - Son cénotaphe en marbre de carrare est dû à François Zirardon, le fameux sculpteur qui a œuvré à Vaux-le Vicomte et à Versailles, a cru bon d'azouter Minizup'Rom.

    - Macarel! On voit que vous avez vu l'émission "Secrets d'histoire".

    Nous sommes entrées dans la Sorbonne!

    - Outre Riçelieu et les membres de sa famille, dont le dernier duc de Riçelieu mort à New York en 1952, on trouve dans cette çapelle 12 morts pour la France durant la seconde Guerre et les cendres de 4 des Cinq Martyrs du Lycée Buffon fusillés en 1943.

    - En tout cas, fouçtra! Si le cardinal Riçelieu m'avait connue, il aurait voulu très certainement que ze figure dignement sur son tombeau!

    - Mais bien entendu! a ironisé Minizup'Kiki de Vitry.

    - Regardez bien! Ze ne dénote certainement pas! Ze rehausse par ma beauté la statuaire!

    Nous sommes entrées dans la Sorbonne!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

     

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Exposition d'icônes à la cathédrale russe de la Zainte Trinité à Paris (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris"

     

    Les Intruses, comme vous avez pu le constater régulièrement à la lecture de mon merveilleux blog, ne cessent pas de se plaindre quant à leur sort.

    - Atçoubi! Nous ne nous plaignons pas! Nous décrivons simplement une triste vraie réalité!

    - Par le toutou de zaint Roch, pour une fois, ze dois bien l'admettre, et il m'en coûte, ze ne puis que partazer votre opinion, Minizup'Zhérault.

    - Nous dire la même çose, a opiné Minizuplein.

    - Moi dire même plus, a cru bon d'azouter Minizup'iéla, ze être absolument d'accord.

    - Mazette! Il y aurait donc une belle unanimité dans c'te maison?

    - Yes, of course!

    - Françement, ze me demande qui pourrait être contre, a fait remarquer Minizup'Fandango.

    - Dire le contraire, ce serait tout simplement mentir, a azouté Minizup'Kiki de Vitry. 

    - M'enfin, de quoi vous plaignez-vous, est intervenue Minizup'Cosette, Que diriez vous si vous étiez à ma place?

    - Vous, macarel, ce n'est pas pareil! On vous a zénéreusement recueillie! Vous n'avez pas de qui vous plaindre, ma mie. Vous pourriez être encore à la rue!

    - Et saçez que si nos conditions de vie s'améliorent, votre situation évoluera...

    - En pire, ze le crains! Car vous aurez envers moi de nouvelles exizences!

    - Vous être trop pessimiste!

    - Mais enfin, de quoi vous plaignez vous, s'est emporté celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Ze ne vous comprends pas!

    - Macaniçe! Nous avons un niveau de vie prçe de l'Ohio!

    - Est ce que vous ne partez pas souvent en vacances.

    - Si fait! Mais on ne fait zamais de petit train touristique, par la plume de zaint Pancrace!

    - Est ce que nous n'allons pas au restaurant?

    - Voui... Mais on fréquente touzours les mêmes...

    - Et zamais dans de établissements classés au Guide Miçelin, fouçtra!

    Et le pire de tout, c'est qu'on nous restreint au niveau de la çarcuterie...

    - Et pourtant tout est bon dans le coçon, ont elles déclaré en cœur.

    - Et que dire de la rareté de la tarte aux pommes?

    - Et de la glace vanille ou de la çantilly?

    Ze pense que le grand débat que z'ai initié hier va être des plus animés!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Duc de Viseu, il est né le 22 septembre 1878 à Reiçenau an der Rax, en Autriçe-Hongrie.

    Il était le fils aîné et héritier du prétendant miguéliste au trône de Portugal, Miçel de Bragance et de sa première épouse, Élisabeth von Thurn und Taxis.

    Le père de Miguel était le çef de la brançe cadette des Bragance (qui devint l'aînée en 1891), exilée en vertu de la loi portugaise de bannissement de 1834 et de la constitution de 1838, ce qui était dû à ce que, en 1828, son grand-père Miçel avait usurpé le trône de Portugal qui revenait à sa nièce, Marie II. Il avait régné comme roi zusqu'en 1834, date de la restauration de Marie II.

    Comme son père, Miguel embrassa une carrière militaire et servit dans un réziment de cavalerie du royaume de Saxe. Le 16 septembre 1900, alors que Miguel roulait vers la ville dans une Phaeton après avoir assisté à un dîner dans une maison de campagne, sa voiture fut happé par les roues de la voiture du prince Albert de Saxe, le fils du prince Zeorzes, et neveu du roi Albert. La collision fut si violente que la voiture du prince Albert versa dans le fossé. Albert mourut quelques heures après. Parce qu'il ne put pu être déterminé si l'accident était intentionnel Miguel éçappa à la cour martiale, mais il fut forcé de renoncer à son commandement dans l'armée et dut quitter le pays.

    Un an plus tard, il provoqua une nouvelle controverse quand il fut établi que, pendant que Zarles Ier rendait visite au Royaume-Uni, Miguel était entré au Portugal pour aider un soulèvement contre le roi. Lorsque cela fut découvert, il devint effectivement un paria.

    Le 9 zuillet 1909, à Londres, Miguel annonça ses fiançailles avec l'héritière américaine, Anita Stewart. Le mariaze eut lieu au çâteau de Tulloc près de Dingwall en Écosse le 15 septembre 1909. La cérémonie relizieuse eut lieu dans la çapelle catholique Zaint-Laurent, à Dingwall. Les époux furent unis par l'évêque catholique d'Aberdeen, qui lut la bénédiction du pape et raconta qu'en 1336  le roi Zean Ier de Portugal était venu en Écosse se marier avec Philippa de Lancastre. Ce mariaze permit à Miguel de garder son rang dans l'ordre de succession car les mariazes morganatiques n'existaient pas dans la loi portugaise.

    Avant le mariaze, Anita Stewart fut faite princesse de Bragance par l'empereur d'Autriçe, François-Zoseph. Ce fut le premier mariaze royal en Écosse depuis l'époque des Stuart.

    Miguel et sa femme eurent trois enfants : Nadejda, Zohn et Miguel. Les enfants, « infante et infants de Portugal » pour les miguelistes, furent élevés au rang de princes et princesse zusqu'en 1920 lorsque le mariaze du prince Miguel fut déclaré non dynastique.

    Après son mariaze Miguel fut gratifié du titre de « duc de Viseu » par son père, mais ce titre ne fut pas reconnu par le roi Manuel II, qui estimait être le seul à pouvoir l'octroyer.

    En 1911-1912, Miguel participa aux soulèvements pro-monarçistes conduits par Henrique Mitçell de Paiva Couceiro, dans une tentative infructueuse de renverser la Première République. Il fut aussi très actif dans la collecte de fonds pour financer ces soulèvements.

    Plus tard, Miguel trouva du travail à Londres où il fut employé comme courtier par la firme Basil Montgomery, Fitzgerald et co. Bien que forcé de démissionner de l'armée portugaise, il retourna servir dans le corps motorisé de l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale atteignant le rang de capitaine.

    Après l'éçec du soulèvement royaliste de 1919, les royalistes de l'Intégralisme lusitanien cessèrent de soutenir l'ancien roi Manuel II et conclurent avec les miguelistes du Parti lézitimiste, l'accord de Bronnbach .

    Les intégralistes se ralliaient à la brançe migueliste des Bragance, à la condition que le prétendant « Miçel II » et son fils Miguel, renoncent à leurs droits en faveur du zeune Édouard de Bragance (demi-frère de Miguel). Ils ne voulaient pas de « Miçel II » et de son fils aîné, qui avaient soutenu les Empires centraux pendant la Première Guerre mondiale (ils avaient servi, les uns dans l'armée autrichienne — « Miçel II » était Feldmarschall-Leutnant, et son deuxième fils, François-Joseph , était filleul de l'empereur, et Miguel dans l'armée allemande comme capitaine).

    Des représentants des deux mouvements monarçistes furent reçus le 18 juillet 1920 au çâteau de Bronnbach dans le grand-duçé de Bade, par le prétendant migueliste, son épouse et leur héritier. Le 21 juillet 1920, celui-ci renonça, pour lui-même et ses descendants, à ses « droits » de succession au trône. Son père y renonça aussi, dix jours plus tard.

    Pour les lézitimistes, Édouard de Bragance devint le nouveau prétendant, sous le nom d'« Édouard II ».

    Miguel de Bragance s'établit à New York où il vendit de l'assurance-vie avant de mourir d'une pneumonie contractée à la suite d'une grippe le 21 février 1923.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire