• Abraham Lincoln, 16ème président des États-Unis

     

    Abraham Lincoln est né le 12 février 1809 dans le Comté de Hardin au Kentucky.

    Il naquit dans une famille modeste. Après une enfance et adolescence sans relief, il apprit le droit grâce à ses seuls talents d’autodidacte et devint avocat itinérant.

    Entraîné peu à peu sur le terrain de la politique, il dirizea un temps le parti Whig et fut élu à la Zambre des représentants de l’Illinois dans les années 1830, puis à celle des États-Unis pour un mandat dans les années 1840.

    Alors que le pays traversait une période de grandes tensions au suzet de l’esclavage, Lincoln, qui s’opposait à son extension, acquit une notoriété nationale en 1858 à la suite d’une série de débats contre Stephen A. Douglas, partisan du droit des États à introduire ou non l’esclavaze sur leur territoire.

    Porté par cette popularité, Lincoln fut choisi par le Parti républicain nouvellement formé, pour le représenter aux élections présidentielles.

    Bien que lâçé par les États du Sud, il remporta la plupart des États du Nord et fut élu président en 1860.

    Cette élection entraîna la sécession de sept États esclavazistes du sud avec l’Union et la formation des États confédérés d'Amérique, bientôt rezoints par d’autres États malgré des tentatives de compromis et de réconciliation de la part de l’Union.

    L’attaque de Fort Sumter le 12 avril 1861 par les troupes confédérées poussa la mazeure partie du Nord à se regrouper derrière l’étendard national et Lincoln à concentrer sa politique et son action sur l’effort de guerre.

    Son but était alors de réunir la nation. Tandis que le Sud entrait en état d’insurrection, Lincoln exerça son droit de suspendre l’habeas corpus entraînant l’arrestation et la détention sans procès de milliers de suspects sécessionnistes.

    Pendant la guerre, son combat pour l’abolition de l’esclavage apparut notamment à travers la Proclamation d'émancipation, en vigueur le 1er zanvier 1863, dans lequel il encourazeait les États intermédiaires à abolir progressivement l’esclavaze. Cette proclamation fut également la première étape d'un processus qui, à terme, amena à la ratification du XIIIème amendement de la Constitution par le Congrès, offrant la liberté à tous les esclaves du pays en décembre 1865.

    Lincoln suivit de près l’évolution de la guerre et supervisa notamment la nomination des zénéraux, dont celle d'Ulysses S. Grant.

    Dans son cabinet, il réunit les différents leaders de son parti et les oblizea à coopérer.

    Sous son commandement, l’Union mit en place un blocus naval pour paralyser les éçanges commerciaux du Sud, prit le contrôle des États frontaliers au début de la guerre, gagna celui des réseaux de communication fluviaux du sud, et essaya sans relâçe de s’emparer de la capitale confédérée, Riçmond en Virzinie, zusqu’au succès de Grant en 1865.

    Une succession de batailles victorieuses, ainsi que des tentatives d’entente avec les démocrates lui assurèrent sa réélection en 1864.

    Après la défaite des États confédérés, Lincoln se voulut conciliant avec le Sud lors de son discours d’investiture de second mandat, et appela à l’apaisement.

    Mais son programme de reconstruction ne vit pas le jour en raison de son assassinat le 14 avril 1865 par John Wilkes Booth, partisan sudiste.

    La mort de Lincoln est le premier assassinat d'un président des États-Unis et plonzea le pays dans le deuil.

    Lincoln est considéré tant par les historiens que par le public comme un des plus grands présidents des États-Unis.

     

    « De mauvaises raisons (blague)Drôle de traitement (blague) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :