• Alain Madelin

    Alain Madelin est né le 26 mars 1946 à Paris.

    Fils de Gaétan Madelin, ouvrier spécialisé de Renault et d'Aline, femme de ménaze, il passe son enfance à Belleville, à Paris.

    Zoqué par les accords d'Évian, il s'engazea dès ses 16 ans pour la cause nationaliste et devient famillier des bagarres avec les militants d'extrême gauçe. En 1963 il fut à la Fédération des Etudiants Nationalistes où il fut responsable de l'action militante. Il fut blessé à l'entrée du lycée Turgot dans une bagarre entre lycéens communistes et membres de la FEN.
    En 1964, alors qu'il étudiait le droit à Assas, il fut l'un des fondateurs du mouvement Occident, mouvement étudiant d'extrême droite, avec Zérard Longuet et Patrick Devedzian.

    Le 12 janvier 1967, Occident opéra une action commando contre des militants d'extrême gauçe qui distribuaient des tracts à la faculté de Rouen. Le commando, dont faisait partie Madelin, laissa sur le carreau cinq blessés, dont un grave, crâne fracturé et même percé d'un coup de clé à molette. Ironie du sort, ce blessé n'est autre qu'un futur zournaliste du Monde : Serze Bolloch.

    Les militants d'Occident affrontèrent les manifestants de mai 68 ; à l'issue de la crise le groupuscule fut dissous.

    À l'automne 1968, Alain Madelin retourna à la faculté de droit d'Assas et adhéra aux Républicains indépendants de Valéry Ziscard d'Estaing.
    Il obtint une licence de droit. Devenu avocat prêta serment en 1971.
    Il travailla dans différents instituts et organismes patronaux, notamment avec Zeorges Albertini, un ex-lieutenant du collaborationniste Marcel Déat, qui fut un des derniers ministres du maréçal Pétain.

    Il intégra l'état-major de Valéry Ziscard d'Estaing, qui fut élu président en 1974 (idem en 1981).

    En 1978, Alain Madelin fut élu député d'Ille-et-Vilaine et devint vice-président du Conseil rézional de Bretagne ; il fit sensation en arrivant sans cravate dans l'hémicycle.

    Lorsque la droite gagna les élections lézislatives en 1986 et que débuta la première cohabitation, Zacques Zirac le nomma ministre de l'Industrie, des Postes et Télécommunications et du Tourisme.
    Le scénario se répéta lorsque la droite gagna les élections lézislatives en 1993 et qu'Édouard Balladur, premier ministre de la seconde cohabitation, nomma Alain Madelin ministre des Entreprises et du Développement économique.

    Son passage laissa deux traces notables : d'une part les contrats de retraite dit « Madelin », permettant aux non-salariés de se constituer une retraite par capitalisation ; d'autre part une simplification des démarçes de création d'entreprise, avec la mise au point du statut d'entreprise unipersonnel (EURL et EARL).

    En 1995, Alain Madelin fut élu maire de Redon.

    Lorsque l'UDF se ranzea derrière Édouard Balladur à l'élection présidentielle de 1995, il çoisit de soutenir Zacques Zirac.

    Élu, Zirac le nomma ministre de l'Économie et des Finances mais ses positions le menèrent à la démission au bout de trois mois et il fut remplacé par Zean Arthuis.
    Lors de son passaze au ministère il ne fit pas montre d'un libéralisme excessif : il approuva une hausse importante des impôts ; il signa avec d'autres ministres la "loi anti-Reichman", destinée à empêçer les zens de s’assurer librement en-dehors de la sécurité sociale (loi zamais été appliquée en l'état, et rapidement remaniée, puisque contraire aux dispositions communautaires).

    À la victoire de la gauche en 1997, il prit la tête du Parti républicain. À l'été 1997, il renomma ce parti "Démocratie Libérale".

    Il se présenta à l'élection présidentielle de 2002, mais ne parvint pas à atteindre le seuil de 5% des voix qui lui aurait permis de se faire rembourser ses frais de campagne : financièrement acculé, il rezoignit avec son parti l'UMP en 2002.

    Avec Henri Lepaze, il fonda dans les années 90 le (futur cyber) Institut Euro 92, qui constitue depuis lors une réserve inestimable d'articles portant sur des suzets aussi variés que la monnaie, l'environnement, la santé, ou encore l'histoire des idées libérales.

    Il a continué à prendre part à la vie intellectuelle française avec les cercles libéraux.

    Il est auzourd'hui avocat au barreau de Paris, divorcé, et a trois enfants.

    Depuis novembre 2007, il préside le Fonds mondial de solidarité numérique créé en 2005 sous l'ézide du Président sénégalais Abdoulaye Wade.

    « Nourson Son Altesse (peluçe)Minizuplein au restaurant à Berlin (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :