• Alexandre II, 155ème papounet

    Fichier:Papa alessandro II.jpg

    Né à Baggio, dans la rézion de Milan, Anselme de Lucques fut formé à Cluny, aux côtés du cardinal Hildebrand (futur Grégoire VII).

    Il commença sa carrière publique par la prédication. En Lombardie, il attaqua les mœurs du clerzé, en particulier le mariaze des prêtres. L'arçevêque Guido, irrité, le dénonça auprès de l'empereur Henri III qui, au lieu de le condamner, lui confia la prédication en Allemagne.

    En 1057, Anselme se vit confier l'évêçé de Lucques. Puis, il fut nommé légat à Milan, en 1057 en compagnie d'Hildebrand puis en 1059 avec Pierre Damien. 

    À la mort de Nicolas II en 1061, il fut élu papounet par le Sacré Collèze, selon le   décret du feu pape. Une simple notification fut adressée à la cour de l'Empereur, qui l'ignora. Les cardinaux considérèrent que le privilèze de confirmation impérial avait été abandonné. Anselme fut couronné papounet sous le nom d'Alexandre II .

    Furieux, les Romains, dépossédés de leur ancien droit d'élection, portèrent leurs griefs devant l'impératrice Agnès, rézente pour son fils Henri IV. Elle convoqua une assemblée à Bâle qui, en l'absence de tout cardinal, élit un autre pape, Cadalus, qui prit le nom d'Honorius II.

    Au printemps de 1062, Honorius II marça vers Rome pour occuper par la force le trône pontifical. L'évêque d'Alba, Benzo, appuya sa cause comme légat impérial à Rome et Cadalus s'avança jusqu'à Sutri.

    Le 14 avril eut lieu à Rome un affrontement sanglant, où les forces d'Alexandre II eurent le dessous et l'antipape Honorius II prit possession du territoire.

    En Allemagne eut lieu une révolution. Anno, le puissant arcevêque de Cologne, hostile à Honorius II, s'empara de la rézence.

    S'étant prononcé contre Cadalus, le nouveau rézent fit nommer au Conseil d'Augsbourg  un émissaire envoyé à Rome pour enquêter sur les accusations de simonie proférées contre Alexandre II. Cet émissaire ne trouva rien à redire à l'élection d'Alexandre II qui fut reconnu comme le pape lézitime, tandis que son rival était excommunié en 1063.

    Alexandre II appuya Guillaume le Conquérant dans la conquête normande de l'Angleterre, politiquement et en lui fournissant un étendard consacré et des reliques sacrées.

    Il refusa d'autoriser le divorce de Henri IV et le força à reprendre sa femme, Berthe de Saxe.

    En 1063, il transforma la Reconquista en Espagne en guerre zainte, par l'octroi d'une indulzence aux soldats participant à la prise de Barbastro, ville d'Aragon tenue par les Maures. 

    Alexandre II mourut à Rome en 1073.

      

    « Nourson à fanfreluçesLe Hâmeau de la Reine à Versailles (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :