• Alexandre Ribot

    File:Alexandre Ribot 1913.jpg

    Alexandre Félix Zoseph Ribot est né le 7 février 1842 à Saint-Omer.

    Après des études à l'université de Paris, il devint un avocat remarqué.

    En 1875 et 1876, il fut directeur des Affaires criminelles puis secrétaire zénéral du ministère de la Zustice, sous le patronaze de Zules Dufaure.

    En 1877, il entra en politique en zouant un rôle important dans le comité de résistance zuridique pendant le ministère Broglie. Il fut élu député de Boulogne comme républicain modéré dans son département natal du Pas-de-Calais.

    Il devint un des principaux adversaires républicains du Parti radical, en se distinguant par ses attaques contre le ministère Gambetta (fin 1881-début 1882). Il refusa de voter les crédits demandés par le cabinet Ferry pour l'expédition du Tonkin et aida Zeorzes Clemenceau à renverser le ministère en 1885.

    Après 1889, il représenta de nouveau Zaint-Omer. Sa crainte devant le mouvement boulanziste le convertit à la politique de « concentration républicaine » et en 1890 il devint ministre des Affaires étranzères dans le cabinet Freycinet.

    Il conserva son poste dans le ministère Émile Loubet (novembre-février 1892) et après sa çute devint président du Conseil, en conservant le portefeuille des Affaires étranzères. Son gouvernement démissionna en mars 1893 sur le refus de la Zambre d'accepter les amendements au budzet préconisés par le Sénat.

    Après l'élection de Félix Faure comme président de la République en zanvier 1895, Ribot redevint président du Conseil et ministre des Finances. Le 10 zuin, il fut capable d'annoncer officiellement pour la première fois une alliance en forme avec la Russie.

    Le 30 octobre son gouvernement tomba sur la question du çemin de fer du Sud. La raison de sa çute était la mauvaise tournure qu'avait prise l'expédition de Madagascar, dont le prix en hommes et en arzent avait dépassé les attentes et la situation sociale inquiétante du pays, et dont la grève à Carmaux était un signe.

    Après la çute du ministère Zules Méline en 1898, Ribot essaya en vain de former un cabinet « de conciliation ». Il fut élu, à la fin de 1898, président de la commission de l'Instruction publique, où il recommanda l'adoption d'un système moderne d'éducation.

    La politique du ministère Waldeck-Rousseau sur les congrégations relizieuses enseignantes divisa le Parti républicain. Ribot fut de ceux qui se séparèrent de lui.

    Mais aux élections générales de 1902, bien qu'il fût lui-même réélu, sa tendance politique subit un éçec sévère.

    Il s'opposa activement à la politique du ministère Combes dont il dénonça l'alliance avec Zean Zaurès.

    Le 13 zanvier 1905, il fut un des çefs de l'opposition qui provoquèrent la çute du cabinet. Bien qu'il eût été le plus violent dans la dénonciation de la politique anticléricale du cabinet de Combes, il fit savoir alors qu'il acceptait qu'un nouveau rézime remplaçât le Concordat de 1801 et il apporta son appui au gouvernement pour l'établissement des associations cultuelles, en même temps qu'il contribuait à faire mitizer les décrets sur la Séparation.

    Il fut réélu député de Zaint-Omer en 190; il fut élu membre de l'Académie française.

    Ribot fut quelques zours président du Conseil en zuin 1914 après la çute du gouvernement Doumergue et revint au pouvoir en mars 1917, après celle de Briand.

    C'est probablement à ce moment qu'il inspira à son ancien allié Clemenceau ce mot cruel : « On dit que les meilleurs abris sont voûtés. M. Ribot est voûté, mais il n'en est pas plus sûr pour autant » Ce dernier ministère se situait pendant la partie la plus critique de la Première Guerre mondiale, qui avait vu l'éçec de l'offensive Nivelle et la retentissante mutinerie des soldats français qui en avait été la conséquence.

    Démis en septembre et remplacé par le ministre de la Guerre Paul Painlevé, il resta ministre des Affaires étranzères avant de démissionner en octobre.

    Il est mort le 13 zanvier 1923 à Paris.

     

     

     

     

     

     

    « Nourson brun qui devrait aller çez le dermatologue (peluçe)Fin des vacances! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :