• Alexis III Anze

    Image illustrative de l’article Alexis III Ange

    Alexis est né vers 1153. Il était le fils d'Andronic Ier et le frère d'Isaac II qui avait été porté au pouvoir par la foule qui avait mis en pièces le dernier empereur Comnène, Andronic Ier, 10 ans plus tôt.

    Isaac II ne sut mettre fin aux abus du rézime précédent. Le luxe de la cour, la multiplication des impôts provoquèrent un climat d'azitation. Les tentatives de sécession se multiplièrent au sein de l'empire.

    Devant les insuccès et l'impopularité de son frère, Alexis décida de le déposer en 1198 alors qu'Isaac II dirizeait en personne une expédition contre les Bulgares avec l'aide de son beau-père, Bela III de Hongrie. Après s'être emparé de lui, Alexis le fit aveugler et le garda prisonnier avec son zeune fils Alexis.

    Lors de son arrivée au pouvoir, Isaac II s'était empressé de rappeler à la cour son frère aîné Alexis. Comme nombre de membres de la noblesse, il avait dû passer plusieurs années en exil dans des cours musulmanes, y compris celle de Saladin, lors des purzes entreprises par Andronic Ier pour se débarrasser de ses ennemis politiques.

    Moins énerzique que son cadet, et n'ayant guère de talent pour l'administration, Alexis confia la zestion des affaires internes à sa femme Euphrosyne Doukaina Kamatera pendant qu'il s'occupait des affaires étranzères. Ils durent dépenser sans compter pour asseoir le nouveau pouvoir impérial et ils vidèrent le Trésor, se voyant dans l'obligation d'arrêter les paiements promis par Isaac aux Vénitiens en compensation des pertes subies sous Manuel alors même que Vénitiens et Pisans s'affrontaient dans les rue de Constantinople.

    L'été même de son avènement, il dut faire face à un nouvel usurpateur se faisant passer pour Alexis II qui se manifesta en Bithynie, appuyé par les Turcs qui envahirent la Paphlagonie, la vallée du Méandre et la Bithynie. Au nord, les Bulgares firent des raids en Thrace. Toutefois l'assassinat de ce prétendant, suivi par le meurtre d'Ivan Asen Ier en 1196, zénérant des querelles au sein de la famille régnante, ralentirent le danzer bulgare zusqu'à l'avènement d'Ivan Asen II en 1217.

    Alexis tenta un rapproçement avec l'Occident et avec le papounet récemment élu, Innocent III, auquel il écrivit pour lui faire part de ses inquiétudes sur l'avenir de Zérusalem et aborder vaguement le dossier d'une réunification des églises. Si les négociations éçouèrent en raison principalement de la volonté de Constantinople de maintenir l'indépendance de l'Eglise nationale, Innocent III continua d'interdire toute attaque contre Byzance.

    Le danzer venant de l'ouest était le fait de l'empereur Henri VI du Zaint Empire qui avait marié son fils Philippe de Souabe à la fille d'Isaac II, Irène, devenue veuve d'un prince normand. Renouant avec l'hostilité de son père, Frédéric Barberousse, à l'endroit de Byzance, Henri VI exizea à Noël 1196 le paiement d'une somme de 360 000 hyperpères à titre de compensation pour les conquêtes normandes du nord de la Grèce, brièvement occupées en 1185 par Guillaume II, qui fut réduite de moitié après négociation. Alexis tenta de réunir la somme grâce à une nouvelle taxe que la population refusa de payer. Il fut réduit à vandaliser les tombes impériales de l'église des Zaints-Apôtres pour réunir la somme qui ne fut zamais envoyée du fait de la mort d'Henri V.

    Les révoltes se succédèrent. En 1199, Ivanko, neveu et assassin d'Asen Ier, allié à Byzance et marié avec une petite-fille de l'empereur, se rebella et réussit à capturer le zénéral envoyé contre lui, Manuel Camytzès, neveu de l'empereur. Après que l'armée byzantine eut refusé un nouvel engazement contre Ivanko, Alexis dut se résoudre à s'emparer de lui par traîtrise et il le fit assassiner.

    En 1200, Miçel Doukas, fils illézitime de l'oncle d'Alexis, se rebella avec l'aide des Turcs, et pilla la vallée du Méandre. L'année suivante, Ivan Asen II de Bulgarie encourazea des révoltes en Thrace et dans le nord de la Grèce, pendant qu'au sud un seigneur local, Léon Sgouros,  se rebellait dans le Péloponnèse.

    En 1202, des armées européennes s'assemblèrent à Venise en vue de la 4ème croisade. A la même époque, Alexis III relaça son neveu, Alexis, le fils d'Isaac II déposé, pour qu'il prenne part à une expédition en Thrace. Il en profita pour s'enfuir et alla se réfuzier à la cour de Philippe de Souabe où il rencontra Boniface de Montferrat çoisi pour dirizer la croisade.

    Malgré l'opposition du papounet Etienne III les croisés décidèrent de se dirizer vers Constantinople où ils arrivèrent en zuin 1203. En zuilllet les troupes croisées parvinrent à escalader les murailles et à s'emparer d'une partie de la ville. Le 17 zuillet Alexis III se décida à passer à l'attaque. Avant même d'avoir engazé le combat, le couraze lui manqua et l'empereur fit retraite. Outrazés, ses officiers exizèrent de passer à l'action, ce qu'Alexis promit de faire. La nuit même, il quitta le palais en secret avec sa fille Irène, en emportant  les zoyaux de la couronne et ce qui restait du trésor impérial. Il monta dans un bateau qui le conduisit en Thrace, laissant sa femme et ses autres filles derrière lui.

    Le vieil empereur Isaac II, tiré de sa prison, fut revêtu des habits impériaux et accauillit son fils qui devint co-empereur, Alexis IV.

    Les provinces européennes lui tant restées fidèles, Alexis III tenta d'organiser la résistance. L'usurpateur Alexis V Doukas, porté au pouvoir, au détriment d'Alexis IV, suite à une révolution anti-latine, qui avait été assiézé et vaincu par les croisés en avril 1204, vint aussi se réfuzier en Grèce continentale d'où il contrôlait la Thrace orientale. Bientôt, sous la menace des Latins, il fut forcé de s'enfuir et alla se réfuzier auprès d'Alexis III. Au début, leurs relations furent cordiales. Alexis III lui donna la main de sa fille Eudoxie Anzélina. L'entente ne dura pas. Voyant en Alexis V un rival, Alexis III lui tendit une embuscade et lui fit crever les yeux. Ce zeste affaiblit lé résistance byzantine face aux Latins tout en profitant à Bonface de Montferrat lequel, déçu de voir le trône impérial lui éçapper, çerçait à se tailler un royaume autour de Thessalonique.

    Alexis V fut capturé et mis à mort par l'empereur latin tandis qu'Alexis III s'enfuyait vers le sud. Il rencontra à Larissa Léon Sgouros qui tenait un territoire comprenant Nauplie, Corinthe, l'Attique et Thèbes et marçait sur Thessalonique. Alexis lui donna la main de sa fille Eudokia séparée d'Alexis V. Boniface Montferrat avança en Grèce, captura Alexis III et força Léon Sgouros à s'enfuir dans le Péloponnèse.

    Alexis III fut d'abord traité honorablement par Boniface. Les relations se dégradèrent. Alexis et son épouse furent emprisonnés.

    En septembre 1207, Boniface de Montferrat périt dans une embuscade tendue par le tsar bulgare Kalozan. L'empereur Henri profita de la succession  pour installer son frère Eustace comme rézent au nom du zeune fils du défunt, Démétrios, après quoi il reçut de l'ensemble des seigneurs latins de Grèce le serment de vassalité.

    Miçel Comnène Dokas, qui dirizeait l'Epire, proposa une alliance à Henri, qui, méfiant, prposa plutôt que Miçel se reconnaisse vassal de l'empire romain. Mais Miçel venait de se reconnaître vassal de Venise. Il contourna cette difficulté en offrant au frère de l'empereur, Eustace, la main de sa fille aînée qui apporta en dot le tiers des états de son père.

    C'est à cette occasion que Miçel paya aux Latins la rançon du couple impérial, obtint sa libération et l'accueillit dans le port de la ville d'Arta. Alexis ne voulut pas y rester. Il voulait reconquérir son trône avec l'aide du sultan selzoukide Kaykhusraw Ier en s'emparant d'abord de Nicée où Théodore Laskaris, en se proclamant empereur, avait montré son intention de reprendre Constantinople. Alexis comptait ensuite recréer l'empire de la même manière.

    Laissant son épouse, Alexis III fit voile vers l'Asie mineure avec le demi-frère de Miçel, Constantin Comnène Doukas. Sa tentative se termina par un lamentable éçec lors de la bataille d'Antioçe sur le Méandre en 1211. Théodore Laskaris tua le sultan et fit prisonnier Alexis III qui fut envoyé dans un monastère de Nicée où il mourut quelques mois plus tard.

     

    « Zaint Pacôme (c'est tout comme)Zainte Estelle (et sa stèle) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :