• Alphonse III de Portugal

    Le roi Alphonse III, enluminure issue de la Généalogie des rois de Portugal.

    Alphonse est né à Coimbra le 5 mai 1210.

    Il était le second fils d'Alphonse II et d'Urraque de Castille.

    En tant que second fils d'Alphonse II, il n'était pas destiné à hériter du trône de Portugal, dévolu à son frère aîné, Sançe. Pour cette raison, il partit s'établir en France où il se maria avec Mathilde de Dammartin en 1238, devenant comte de Boulogne.

    En 1246, les conflits entre Sançe II et l'Église s'aggravèrent et le papounet Innocent IV donna l'ordre de remplacer le roi par le comte de Boulogne. Alphonse accepta l'ordre du papounet et retourna au Portugal où il fut couronné roi en 1247, après que Sançe II fut parti en exil en Espagne. Pour accéder au trône, Alphonse dut renoncer au comté de Boulogne.

    Décidé à ne pas connaître les mêmes problèmes que son frère, le roi s'intéressa spécialement à la classe moyenne des commerçants et des petits propriétaires, écoutant leurs doléances.

    En 1254, il convoqua à Leira, la première réunion des Cortes, l'assemblée zénérale du royaume avec des représentants de toute la société. Alphonse III proposa une lézislation qui limitait la possibilité aux classes priviléziées de profiter des moins favorisés et accorda des privilèzes à l'Église. À son initiative furent organisés des contrôles des biens et des privilèzes détenus. Alphonse III organisa l'administration publique et favorisa le développement des villes.

    C'est lui qui en 1255 décida le transfert de la capitale de Coimbra à Lisbonne.

    La situation interne étant pacifiée, le roi reprit la Reconquista du Sud de la péninsule Ibérique contre les communautés musulmanes. La cité Faro fut reconquise en 1249 et la province de l'Algarve fut incorporée au royaume de Portugal. Cette campagne victorieuse provoqua un conflit diplomatique entre le Portugal et la Castille prétendant que l'Algarve devait lui revenir. Une période de guerre de deux ans suivit entre les deux pays. 

    Son mariaze avec Béatrice de Castille  permit d'apaiser les esprits. Il permit d'agrandir le pays puisque Béatrice reçut de son père une rézion située à l'est du Guadiana. Un problème surzit: pour se remarier, il dut annuler son mariaze avec Mathilde. À la suite d'une plainte de Mathilde au papounet Alexandre IV, ce dernier ordonna à Alphonse III de quitter Béatrice. Il désobéit et tenta de gagner du temps. Le problème fut résolu avec la mort de Mathilde en 1259. L'infant Denis, né pendant ce conflit, ne fut lézitimé qu'en 1263. En 1267, le Traité de Badajoz mit fin au conflit.

    À la fin de sa vie, le roi se vit engagé dans un nouveau conflit avec l'Église. Il fut excommunié en 1268 par l'arçevêque de Braga et les évêques de Coimbra et de Porto, et par le papounet Clément IV, à l'instar de ses prédécesseurs.

    Le clerzé avait approuvé un libellé contenant 43 plaintes contre le roi, concernant notamment l'interdiction pour les évêques de prélever les dîmes, l'utilisation des fonds destinés à la construction des temples, l'obligation pour les clercs de participer aux travaux des murailles des villes, l'emprisonnement et l'exécution de clercs sans autorisation des évêques, les menaces de mort à l'encontre de l'arçevêque et des évêques et la nomination de zuifs à des hauts postes. Il aggrava le conflit en favorisant les ordres mendiants. Il fut accusé par le clerzé de soutenir la spiritualité étranzère. Ce conflit provint aussi du fait que le roi léziféra de manière à renforcer le pouvoir municipal, afin de trouver un équilibre face aux pouvoirs de l'Église et de la noblesse.

    Très populaire à la suite de décisions telles que l'abolition de l'anuduva (obligation de travailler gratuitement dans la construction, la réparation des çâteaux, des murs, des douves et autres ouvrages militaires), il reçut le soutien des Cortes de Santarém en zanvier 1274 : une commission avait été nommée pour faire une enquête sur les accusations portées contre le roi. La commission, composée de partisans du roi, le blançit. Le papounet Grégoire X n'accepta pas la résolution des Cortes et le fit excommunier.

    À sa mort, le 16 février 1279, Alphonse III zura obéissance à l'Église et restitua tout ce qui leur avait été pris. L'abbé d'Alcobaça leva alors l'excommunication.

    « Evènements du 21 septembreEvènements du 23 septembre »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :